Menu
RSS
A+ A A-

Liban: premier contrat de prospection d'hydrocarbures sur fond de tensions avec Israël

prix du petrole beyrouthBeyrouth: Le Liban a signé vendredi son premier contrat d'exploration d'hydrocarbures au large de ses côtes avec un consortium alliant le groupe pétrolier français Total, l'italien ENI et le russe Novatek, sur fond de tensions avec Israël sur l'un des blocs concernés.
Depuis plusieurs années, la Méditerranée orientale est devenue une zone d'exploitation gazière active, notamment après la découverte de gisements au large d'Israël, de Chypre et de l'Egypte, ce qui a donné lieu à des tensions entre divers pays de la région sur les droits et les frontières maritimes.

"Le Liban fait partie désormais du club des pays producteurs d'énergie et entame une nouvelle étape dans son histoire", s'est félicité le président Michel Aoun lors de la cérémonie.

Le consortium Total (40%), Eni (40%), Novatek (20%) est le seul à avoir répondu à l'appel d'offre, lancé en janvier 2017 par le gouvernement libanais pour ses premières explorations d'hydrocarbures en Méditerranée et plusieurs fois retardé en raison de l'instabilité politique et institutionnelle.

Les travaux de forage doivent débuter en 2019 et concernent les blocs 4 et 9 sur les dix prédéfinis par le Liban et les cinq ayant fait l'objet de l'appel d'offre.

Une partie du bloc 9 se trouverait dans une zone maritime contestée par l'Etat hébreu.

Pas de risque de guerre


Le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, avait dénoncé le 31 janvier "le comportement provocateur" des autorités libanaises: "Ils ont lancé un appel d'offre pour (...) un bloc qui de toute évidence est à nous".

Vendredi, le ministre libanais de l'Energie, César Abi Khalil, a dénoncé ces déclarations. "Il n'y a ni zone disputée ni contentieux. Il y a agression", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Israël a adopté le tracé de sa zone économique exclusive (ZEE) avec une frontière située plus au nord que celle notifiée dès 2010 par le Liban aux Nations unies, et définie selon les lois internationales (...). Le bloc 9 est situé entièrement dans les eaux maritimes libanaises", a-t-il martelé.

Pour sa part, le député Nawaf al-Moussaoui du Hezbollah, poids lourd de la politique libanaise et ennemi juré d'Israël, a affirmé que le Liban "n'accepterait aucune agression contre (ses) droits nationaux".

L'Etat hébreu et le Hezbollah s'étaient livrés en 2006 une guerre qui a fait plus de 1.200 morts côté libanais, en majorité des civils, et 160 côté israélien, quasiment tous des soldats.

Le ministre des Affaires étrangères, Gebrane Bassil, a de son côté écarté le risque d'une confrontation militaire avec Israël, soulignant la poursuite des "efforts diplomatiques" pour faire baisser les tensions sur cette question.

Les États-Unis mènent une médiation depuis plusieurs années entre les deux pays pour trouver une solution au contentieux concernant une zone disputée de 860 km^3 en mer sur laquelle déborderait le bloc 9.

Dans ce contexte Washington a dépêché mardi à Beyrouth le secrétaire d'État adjoint pour les affaires du Proche-Orient, David Satterfield.

Au cours de sa rencontre jeudi avec le chef de l'État, le diplomate américain a présenté "des propositions visant à maintenir la stabilité et le calme dans la zone frontalière", selon la présidence libanaise.

Vendredi, Total a souligné, dans un communiqué, que le groupe français "et ses partenaires sont bien conscients de la dispute frontalière entre le Liban et Israël (...), qui concerne en fait moins de 8% de la surface du bloc 9".

"Le puits d'exploration sur ce bloc ne présentera aucune interférence avec des champs ou zones d'intérêts qui sont situés au sud de la zone frontalière", a assuré la compagnie.

Le forage dans le bloc 9 aura lieu dans sa partie septentrionale, "à plus de 25 km de la zone contestée", selon Total.

La zone de prospection "dans le bloc 9 est, effectivement, au nord du bloc et c'est la où nous avons l'intention de forer le moment venu", a réaffirmé à l'AFP Stéphane Michel, directeur de Total au Moyen-Orient.

La question des ressources gazières autour de Chypre a également conduit à des frictions. L'île est divisée depuis l'invasion en 1974 de son tiers nord par la Turquie. Les prospections menées par Nicosie ont déclenché des tensions avec Ankara, qui réclame leur suspension dans l'attente d'une solution à la division de l'île.

Des tensions sont également apparues sur la question entre la Turquie et l'Egypte, qui a réaffirmé la "validité" d'un accord maritime avec Chypre en réponse aux critiques d'Ankara. En 2003, l'Egypte et Chypre se sont mis d'accord sur le partage des zones maritimes internationales en Méditerranée pour y développer l'exploration d'hydrocarbures.


(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 20 avril 2018 à 21:39

Le pétrole avance, les déclarations de l'Opep éclipsant cell…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé vendredi, davantage influencés par les déclarations à l'occasion d'une réunion de l'Opep que...

vendredi 20 avril 2018 à 16:48

Ryad veut un pétrole plus cher, Donald Trump s'y oppose

Djeddah (arabie saoudite): Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a estimé vendredi que le marché avait la capacité de supporter des...

vendredi 20 avril 2018 à 16:42

Le pétrole en berne, Trump voit les efforts de l'Opep d'un m…

Londres: Les cours du pétrole reculaient vendredi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a suscité de vives...

vendredi 20 avril 2018 à 14:18

Trump dénonce le cours "artificiellement" élevé du…

Washington: Le président américain Donald Trump s'en est pris vendredi aux membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), estimant que...

vendredi 20 avril 2018 à 13:39

Le marché peut absorber des prix du pétrole plus élevés (min…

Djeddah (arabie saoudite): Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a estimé vendredi que le marché avait la capacité de supporter des...

vendredi 20 avril 2018 à 13:38

Le pétrole hésite, l'accord de l'Opep dans le viseur de Dona…

Londres: Les prix du pétrole hésitaient vendredi en cours d'échanges européens alors que l'Opep et ses partenaires tenaient une réunion de suivi...

vendredi 20 avril 2018 à 11:57

Pétrole: la Russie voit des bases solides pour prolonger l'a…

Djeddah (arabie saoudite): La Russie a affirmé qu'il y avait "des bases très solides" pour prolonger la coopération entre les membres de...

vendredi 20 avril 2018 à 06:23

Le pétrole recule en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient légèrement vendredi en Asie dans un marché volatil, en attendant une réunion de l'Opep dans un...

vendredi 20 avril 2018 à 06:03

Au-delà du pétrole: les majors en quête de diversification

Paris: Le rachat de Direct Energie par Total annoncé cette semaine illustre la volonté des groupes pétroliers de se diversifier face à...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En février 2018, le prix du pétrole diminue

Le mercredi 21 mars 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En février 2018, le prix du pétrole en euros se replie (−6,6 % après +4,1 % en janvier). Les prix en euros des autres matières premières importées augmentent légèrement (+0,3 % après +0,2 %). Le prix du pétrole diminue En février 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros diminue après sept mois de hausse (−6,6 % après +4,1 % en janvier), à 53 € en moyenne par baril. La baisse de février est un peu moins marquée en dollars (−5,4 % après +7,3 %). Cours du pétrole février 2018...

Lire la suite

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite