Menu
RSS
A+ A A-

Rosneft privatisé: bonne nouvelle pour la Bourse, symbole pour le Kremlin

prix du petrole MoscouMoscou: Les investisseurs ont applaudi jeudi la vente par l'Etat russe de 19,5% du capital du géant pétrolier Rosneft au Qatar et au négociant en matières premières Glencore, présentée par le Kremlin comme une preuve de l'attractivité de la Russie malgré les sanctions et la crise.
Cette opération de plus de dix milliards d'euros, la plus grosse fusion-acquisition dans le secteur énergétique cette année, a été accueillie par un bond de 5,5% de l'action Rosneft à la Bourse de Moscou.

L'entreprise est ainsi valorisée à environ 58 milliards d'euros au taux actuel, confirmant son statut acquis récemment de première capitalisation boursière en Russie.

Cette privatisation partielle annoncée mercredi soir par le Kremlin va permettre au gouvernement russe de réduire in extremis son déficit budgétaire de cette année, tout en gardant un peu plus de 50% du groupe. Elle était attendue mais l'identité des acheteurs a constitué une surprise tant l'opération était difficile, par sa valeur, le caractère stratégique de l'entreprise et le fait qu'elle soit visée par des sanctions américaines à cause de la crise ukrainienne.

Certains investisseurs s'inquiétaient que Rosneft doive racheter lui-même ses actions pour soutenir le budget pour boucler la transaction rapidement avant la fin 2016, a commenté dans une note de recherche Igor Kouzmine, de la banque Morgan Stanley. Cela aurait pu fragiliser les comptes de Rosneft et créer une incertitude concernant le moment où le groupe aurait pu revendre cette grosse participation.

Reçu par Vladimir Poutine devant les caméras, l'influent patron de Rosneft Igor Setchine a souligné que le prix obtenu représentait le maximum possible avec une remise minimale, de 5% sur le cours du 6 décembre.

Selon M. Setchine, Glencore et le Qatar seront présents à égalité dans le consortium et l'opération sera financée en partie par ses propres fonds et un crédit accordé par une grosse banque européenne.

Il a indiqué avoir négocié cette opération avec plus de 30 entreprises, fonds, investisseurs institutionnels, instituts financiers des pays d'Europe, d'Amérique, du Proche-Orient, de la région Asie-Pacifique. Il a également salué l'implication personnelle de Vladimir Poutine dans cette affaire.


- Washington analyse

Jeudi, le porte-parole de la présidence, Dmitri Peskov, a cependant rejeté toute dimension politique à l'accord obtenu: La transaction est purement commerciale.

Une fois de plus, nous avons constaté que les actifs russes (...) présentent un grand intérêt pour les investisseurs à la fois dans notre pays comme à l'étranger, a-t-il souligné.

Le Kremlin ne cesse de répéter que la Russie reste un marché attractif malgré les sanctions dues à la crise ukrainienne. La privatisation de Rosneft constitue d'autant plus un symbole de sa capacité à briser l'isolement voulu par les Occidentaux que le groupe apparaît nommément dans la liste noire américaine.

Je ne pense pas que cela ouvre la voie à d'autres (rachats d'actifs russes par des investisseurs étrangers, ndlr): Rosneft était le principal attrait, il ne reste plus d'actifs aussi alléchants à privatiser, a relativisé Alexeï Panine, expert de la société de conseil Urus Advisory, à l'AFP.

Un responsable du département d'Etat chargé des questions énergétiques, Amos Hochstein, a assuré sur Bloomberg TV que Washington allait analyser le financement de la vente : S'il y a violation, cela sera géré de manière offensive.

Ce n'est clairement pas ce que nous espérions quand nous avons introduit les sanctions contre Moscou mais dans le même temps on peut le voir comme un signe que les sanctions fonctionnent, a estimé M. Hochstein.

Ils admettent qu'ils ont besoin d'argent et qu'ils doivent vendre 20% de leur principale source de revenus pour le budget, a-t-il estimé.

La privatisation, après celle du producteur pétrolier Bachneft racheté par Rosneft récemment, devrait contenir le déficit budgétaire autour de 3,5% du PIB cette année. Pour l'année prochaine, le gouvernement prévoit d'importantes coupes de dépenses pour maintenir le déficit à 3,2%.

(c) AFP


Commenter Rosneft privatisé: bonne nouvelle pour la Bourse, symbole pour le Kremlin

Le pétrole en Russie


mardi 13 février 2018

La Russie veut aider Damas à relancer sa production d'hydroc…

Moscou: La Russie, principale alliée du régime syrien, compte aider Damas à relancer ses gisements d'hydrocarbures et à prospecter pour en exploiter...

mercredi 29 novembre 2017

Pétrole: volonté de poursuivre le plafonnement, suspense sur…

Vienne: La Russie et l'Arabie Saoudite, acteurs clés de l'accord de limitation de production de pétrole en vigueur depuis le début de...

vendredi 17 novembre 2017

Le pétrolier Rosneft, vecteur de la politique étrangère russ…

Moscou: De la Chine au Venezuela en passant par l'Irak, les affaires du pétrolier semi-public russe Rosneft ne sont jamais loin des...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole en Russie

Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 22 février 2018 à 12:47

Le pétrole recule légèrement avant les stocks américains

Londres: Les prix du pétrole reculaient un peu jeudi en cours d'échanges européens dans un marché prudent alors que les Etats-Unis publieront...

jeudi 22 février 2018 à 09:09

TechnipFMC voit son bénéfice plonger en 2017, pénalisé par d…

Paris: Le groupe de services pétroliers TechnipFMC a vu son bénéfice net plonger de 70% l'année dernière et a même accusé une...

jeudi 22 février 2018 à 06:02

Le pétrole orienté à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, jeudi en Asie, en dépit d'estimations faisant état d'une baisse des réserves...

mercredi 21 février 2018 à 21:54

Le pétrole finit en ordre dispersé, le dollar pèse

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole cotés à Londres et à New York ont terminé en ordre dispersé mercredi, la hausse...

mercredi 21 février 2018 à 21:18

CGG a achevé sa restructuration financière

Paris: Le groupe parapétrolier CGG a achevé son plan de restructuration financière, ramenant sa dette à 1,2 milliard de dollars, a-t-il annoncé...

mercredi 21 février 2018 à 16:14

Le pétrole baisse, lesté par le renforcement du dollar

Londres: Les cours du pétrole baissaient mercredi à l'approche de la fin des échanges européens, le renforcement du dollar effaçant les effets...

mercredi 21 février 2018 à 12:16

Le pétrole baisse en raison de la fermeté du dollar

Londres: Les prix du pétrole reculaient en cours d'échanges européens, plombés par la hausse du dollar et malgré des commentaires encourageants de...

mercredi 21 février 2018 à 09:30

Pétrole: la Norvège produit moins que prévu en janvier

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a augmenté moins que prévu en janvier, selon des...

mercredi 21 février 2018 à 05:08

Le pétrole à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse mercredi en Asie, plombés par le renforcement du dollar et la hausse...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite

En octobre 2017, le prix du pétrole poursuit sa hausse

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,2 % après +5,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées diminuent (−1,1 % après −2,3 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En octobre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,2 % après +5,9 % en août), à 49 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu moins marquée (+3,8 % après +6,9 %), l'euro s'étant légèrement déprécié au cours du...

Lire la suite