Menu
A+ A A-

Aramco: intérêt limité pour l'IPO, malgré la campagne promotionnelle

prix du petrole RyadRyad: Entre approbations religieuses et exaltations nationalistes, l'Arabie saoudite a tout fait pour attirer les investisseurs avant l'introduction en Bourse à Ryad de son géant pétrolier Aramco, mais l'enthousiasme reste relativement limité et les résultats de l'opération pourraient décevoir.
L'entreprise qui présente le bénéfice le plus élevé au monde cherche à lever environ 25 milliards de dollars (à peine moins en francs) --le quart des 100 milliards jadis espérés-- grâce à son entrée en Bourse très retardée et essentiellement destinée aux investisseurs du royaume et du Golfe.

Aramco a annoncé la semaine dernière que le nombre d'actions souscrites par les investisseurs avait dépassé le nombre de titres proposés à la vente. Mais si le taux de sursouscription est de 1,7 fois l'offre initiale, il reste très loin de celui de l'introduction de la National Commerce Bank en 2014: le nombre d'actions souscrites avait alors atteint plus de 23 fois le nombre de titres proposés.

En 2006, 10 millions de Saoudiens (plus d'un tiers de la population) avaient souscrit des actions du géant de l'immobilier émirati Emaar, contre cinq millions pour Aramco.

"Les signes indiquent qu'il est peu probable qu'il s'agisse de la vente à grand succès que le royaume espérait", selon le centre d'analyse économique Capital Economics.

Si l'opération pourrait tout de même battre le record de 25 milliards de dollars levés par le géant chinois du commerce en ligne Alibaba, ces revenus "couvriront à peine le déficit budgétaire du royaume pendant un an", selon Capital Economics.

A moins d'un engouement de dernière minute des investisseurs institutionnels, l'intérêt pour la cotation d'Aramco semble relativement faible malgré les publicités tapageuses, la facilitation des prêts proposés par les banques pour permettre aux particuliers d'acheter des titres et les discours nationalistes qui ont érigé l'investissement en devoir patriotique.

"Nous sommes perdus"

Aramco a également fait miroiter aux investisseurs locaux des promesses de dividendes plus élevés et la possibilité d'obtenir gratuitement d'autres actions s'ils conservent leurs titres un certain temps.

Mais les particuliers sont tiraillés: le haut dignitaire religieux Abdallah al-Moutlaq a affirmé que l'opération était "halal" (autorisée par l'islam) à l'inverse de l'influent religieux Abdelaziz al-Fawzan, qui l'a qualifiée de "haram".

"Je veux souscrire (des actions) mais (...) nous sommes perdus entre les deux", s'est plaint un internaute sur Twitter.

Certaines des familles les plus riches d'Arabie saoudite ont été poussées à investir, notamment le prince milliardaire Al-Walid ben Talal, qui faisait partie des hommes d'affaires enfermés dans l'hôtel Ritz-Carlton de Ryad pendant une vague de répression "anticorruption" de 2017.

"Si je n'investis pas, les gens diront que je ne suis pas patriote", explique un homme d'affaires de Ryad à l'AFP. "Mais je ne peux pas oublier 2006", ajoute-t-il, affirmant avoir perdu à l'époque environ un million de riyals (environ 266'600 francs) dans le pire krach boursier de l'histoire du royaume.

"L'Arabie saoudite extrait le pétrole du sol pour à peine trois dollars le baril (...) Même si les prix du brut restent bas, cette entreprise restera extrêmement rentable longtemps", souligne pour sa part à l'AFP un haut responsable du gouvernement.

"Excès" du nationalisme

La valorisation visée par Aramco pourrait atteindre 1700 milliards de dollars. C'est moins que les 2000 milliards voulus par le prince héritier mais plus que ce que les institutions étrangères sont prêtes à investir, selon les analystes.

Aramco a déclaré vendredi que les investisseurs étrangers ne représentaient jusqu'à présent que 10,5% des 31,7 milliards de dollars d'offres reçues à ce jour de la part d'investisseurs institutionnels.

Petronas, la compagnie nationale d'énergie malaisienne, qui devait investir, a annoncé dans un communiqué "qu'après mûre réflexion, elle avait décidé de ne pas participer" à l'entrée en Bourse d'Aramco.

La période de souscriptions pour les investisseurs institutionnels court jusqu'au 4 décembre. Le prix final de l'action devrait être annoncé le lendemain tandis que la négociation des titres en Bourse devrait débuter une semaine plus tard.

Face à cette demande tiède, les dirigeants d'Aramco ont pour le moment annulé les plans d'introduction sur une place boursière aux États-Unis ou en Europe, se concentrant presque entièrement sur les investisseurs du Golfe.

"L'introduction en Bourse d'Aramco se présente comme une démonstration économique des forces et des faiblesses de la nouvelle dépendance de l'Arabie saoudite au nationalisme", explique à l'AFP Kristin Diwan, chercheuse à l'Arab Gulf States Institute basé à Washington.

"La population peut être mobilisée pour remplir des objectifs nationaux, mais le soutien international est affaibli par ses excès", ajoute-t-elle.

(c) AFP

Commenter Aramco: intérêt limité pour l'IPO, malgré la campagne promotionnelle


    Le pétrole en Arabie Saoudite

    - Toutes les actualités du pétrole en Arabie Saoudite

    lundi 13 janvier 2020

    Pétrole: l'Arabie saoudite promet de garantir la stabilité d…

    Ryad: Le ministre saoudien de l'Énergie, Abdel Aziz ben Salmane, a assuré lundi que son pays avait pris toutes les précautions pour...

    dimanche 05 janvier 2020

    Tensions USA/Iran: Saudi Aramco et les Bourses du Golfe chut…

    Dubaï: Le géant pétrolier saoudien Aramco a atteint dimanche son plus bas niveau depuis son entrée à la Bourse de Ryad, sur...

    lundi 23 décembre 2019

    Arabie Saoudite et Koweït vont reprendre la production dans …

    Koweït: L'Arabie Saoudite et le Koweït vont signer mardi un accord pour reprendre, après cinq ans d'interruption, la production de deux grands...

    La Compagnie pétrolière Saudi Aramco

    Tensions USA/Iran: Saudi Aramco et les Bourses du Golfe chutent

    dimanche 05 janvier 2020

    Dubaï: Le géant pétrolier saoudien Aramco a atteint dimanche son plus bas niveau depuis son entrée à la Bourse de Ryad, sur fond de chute générale des Bourses du Golfe après l'assassinat par les Etats-Unis d'un puissant général iranien ayant...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 21 février 2020 à 21:14

    Le pétrole en retrait sous l'effet de prises de bénéfices

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont baissé vendredi, les investisseurs empochant leurs gains après une dizaine de jours de convalescence...

    vendredi 21 février 2020 à 11:23

    Le pétrole en retrait sous l'effet de prises de bénéfices

    Londres: Les prix du pétrole étaient en baisse vendredi, les investisseurs empochant leurs gains après une dizaine de jours de convalescence pour...

    jeudi 20 février 2020 à 18:12

    Le pétrole poursuit sa reprise dans un marché plus optimiste

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont poursuivi jeudi leur remontée amorcée il y a une dizaine de jours, aidés par...

    jeudi 20 février 2020 à 17:52

    USA: les stocks de brut en hausse pour la quatrième semaine …

    New York: Les stocks de pétrole brut ont augmenté pour la quatrième semaine consécutive aux Etats-Unis, selon un rapport de l'Agence américaine...

    jeudi 20 février 2020 à 12:01

    Le pétrole stable, les investisseurs rassurés par la Chine e…

    Londres: Les prix du pétrole consolidaient jeudi leur remontée depuis leur plus bas atteints au début du mois, aidés par les mesures...

    mercredi 19 février 2020 à 21:14

    Le pétrole, aidé par les sanctions contre Rosneft, poursuit …

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en forte hausse mercredi, aidés par un ralentissement de la propagation du coronavirus...

    mercredi 19 février 2020 à 11:32

    Le pétrole convalescent bénéficie du ralentissement de l'épi…

    Londres: Les prix du pétrole étaient en hausse mercredi, poursuivant leur reprise amorcée depuis le 10 février, aidés par un ralentissement des...

    mercredi 19 février 2020 à 10:00

    Rosneft: le bénéfice net a bondi en 2019 malgré le pétrole p…

    Moscou: Le géant russe du pétrole Rosneft a annoncé mercredi une forte hausse de son bénéfice net en 2019, malgré un incident...

    mardi 18 février 2020 à 21:52

    Le pétrole fait du surplace, persistance des inquiétudes sur…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont fini quasiment inchangés mardi dans un marché toujours préoccupé par l'épidémie de coronavirus et...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 20 février 2020 Les stocks de pétrole brut ont augmenté pour la quatrième semaine de suite aux États-Unis de + 400.000 barils, s'établissant à 442,9 millions de barils.

    Les prix du pétrole pourraient-ils chuter en dessous de 50 $ suite au Coronavirus ?

    Le jeudi 30 janvier 2020 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: Une prévision plutôt logique en ce début d'année était que les prix du pétrole américains ne tomberaient probablement pas en dessous de 50 $ le baril. Mais depuis des paramètres ont changé.

    Lire la suite

    En décembre 2019, le prix du pétrole s’accroît

    Le jeudi 23 janvier 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2019, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,6 % après +5,9 %). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent (+2,5 % après +0,8 %) sous l’effet notamment des prix des matières premières industrielles qui se redressent (+3,0 % après −1,6 %). Les prix des matières premières alimentaires ralentissent (+2,1 % après +3,3 %). Le prix du pétrole poursuit sa progression En décembre 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros augmente presque autant qu’en novembre (+5,6 % après +5,9 %)...

    Lire la suite

    En novembre 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le dimanche 22 décembre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En novembre 2019, le prix du pétrole en euros rebondit (+5,9 % après −5,4 % en octobre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,8 % après −1,0 %) sous l’effet notamment des prix des matières premières alimentaires qui accélèrent (+3,3 % après +1,1 %). Les prix des matières premières industrielles diminuent moins fortement qu’au mois d’octobre (−1,6 % après −2,8 %). Le prix du pétrole se redresse En novembre 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit (+5,9 % après −5,4 %), à...

    Lire la suite