Menu
A+ A A-

Aramco: intérêt limité pour l'IPO, malgré la campagne promotionnelle

prix du petrole RyadRyad: Entre approbations religieuses et exaltations nationalistes, l'Arabie saoudite a tout fait pour attirer les investisseurs avant l'introduction en Bourse à Ryad de son géant pétrolier Aramco, mais l'enthousiasme reste relativement limité et les résultats de l'opération pourraient décevoir.
L'entreprise qui présente le bénéfice le plus élevé au monde cherche à lever environ 25 milliards de dollars (à peine moins en francs) --le quart des 100 milliards jadis espérés-- grâce à son entrée en Bourse très retardée et essentiellement destinée aux investisseurs du royaume et du Golfe.

Aramco a annoncé la semaine dernière que le nombre d'actions souscrites par les investisseurs avait dépassé le nombre de titres proposés à la vente. Mais si le taux de sursouscription est de 1,7 fois l'offre initiale, il reste très loin de celui de l'introduction de la National Commerce Bank en 2014: le nombre d'actions souscrites avait alors atteint plus de 23 fois le nombre de titres proposés.

En 2006, 10 millions de Saoudiens (plus d'un tiers de la population) avaient souscrit des actions du géant de l'immobilier émirati Emaar, contre cinq millions pour Aramco.

"Les signes indiquent qu'il est peu probable qu'il s'agisse de la vente à grand succès que le royaume espérait", selon le centre d'analyse économique Capital Economics.

Si l'opération pourrait tout de même battre le record de 25 milliards de dollars levés par le géant chinois du commerce en ligne Alibaba, ces revenus "couvriront à peine le déficit budgétaire du royaume pendant un an", selon Capital Economics.

A moins d'un engouement de dernière minute des investisseurs institutionnels, l'intérêt pour la cotation d'Aramco semble relativement faible malgré les publicités tapageuses, la facilitation des prêts proposés par les banques pour permettre aux particuliers d'acheter des titres et les discours nationalistes qui ont érigé l'investissement en devoir patriotique.

"Nous sommes perdus"

Aramco a également fait miroiter aux investisseurs locaux des promesses de dividendes plus élevés et la possibilité d'obtenir gratuitement d'autres actions s'ils conservent leurs titres un certain temps.

Mais les particuliers sont tiraillés: le haut dignitaire religieux Abdallah al-Moutlaq a affirmé que l'opération était "halal" (autorisée par l'islam) à l'inverse de l'influent religieux Abdelaziz al-Fawzan, qui l'a qualifiée de "haram".

"Je veux souscrire (des actions) mais (...) nous sommes perdus entre les deux", s'est plaint un internaute sur Twitter.

Certaines des familles les plus riches d'Arabie saoudite ont été poussées à investir, notamment le prince milliardaire Al-Walid ben Talal, qui faisait partie des hommes d'affaires enfermés dans l'hôtel Ritz-Carlton de Ryad pendant une vague de répression "anticorruption" de 2017.

"Si je n'investis pas, les gens diront que je ne suis pas patriote", explique un homme d'affaires de Ryad à l'AFP. "Mais je ne peux pas oublier 2006", ajoute-t-il, affirmant avoir perdu à l'époque environ un million de riyals (environ 266'600 francs) dans le pire krach boursier de l'histoire du royaume.

"L'Arabie saoudite extrait le pétrole du sol pour à peine trois dollars le baril (...) Même si les prix du brut restent bas, cette entreprise restera extrêmement rentable longtemps", souligne pour sa part à l'AFP un haut responsable du gouvernement.

"Excès" du nationalisme

La valorisation visée par Aramco pourrait atteindre 1700 milliards de dollars. C'est moins que les 2000 milliards voulus par le prince héritier mais plus que ce que les institutions étrangères sont prêtes à investir, selon les analystes.

Aramco a déclaré vendredi que les investisseurs étrangers ne représentaient jusqu'à présent que 10,5% des 31,7 milliards de dollars d'offres reçues à ce jour de la part d'investisseurs institutionnels.

Petronas, la compagnie nationale d'énergie malaisienne, qui devait investir, a annoncé dans un communiqué "qu'après mûre réflexion, elle avait décidé de ne pas participer" à l'entrée en Bourse d'Aramco.

La période de souscriptions pour les investisseurs institutionnels court jusqu'au 4 décembre. Le prix final de l'action devrait être annoncé le lendemain tandis que la négociation des titres en Bourse devrait débuter une semaine plus tard.

Face à cette demande tiède, les dirigeants d'Aramco ont pour le moment annulé les plans d'introduction sur une place boursière aux États-Unis ou en Europe, se concentrant presque entièrement sur les investisseurs du Golfe.

"L'introduction en Bourse d'Aramco se présente comme une démonstration économique des forces et des faiblesses de la nouvelle dépendance de l'Arabie saoudite au nationalisme", explique à l'AFP Kristin Diwan, chercheuse à l'Arab Gulf States Institute basé à Washington.

"La population peut être mobilisée pour remplir des objectifs nationaux, mais le soutien international est affaibli par ses excès", ajoute-t-elle.

(c) AFP

Commenter Aramco: intérêt limité pour l'IPO, malgré la campagne promotionnelle


    Le pétrole en Arabie Saoudite

    - Toutes les actualités du pétrole en Arabie Saoudite

    mercredi 19 août 2020

    Opep+: Russie et Arabie insistent sur un strict respect des …

    Londres: Les ministres saoudien et russe du pétrole ont insisté mercredi à l'orée de la réunion mensuelle de suivi de l'Opep+ sur...

    lundi 10 août 2020

    Aramco optimiste sur une reprise de la demande en dépit de l…

    Ryad: Le patron de Saudi Aramco, un géant du secteur énergétique dans le monde, s'est dit lundi optimiste quant à la croissance...

    lundi 08 juin 2020

    L'Arabie saoudite met fin à l'accord de limitation de la pro…

    Ryad: L'Arabie saoudite va augmenter sa production du brut au mois de juillet afin d'atteindre son quota fixé par l'OPEP tout en...

    La Compagnie pétrolière Saudi Aramco

    Aramco optimiste sur une reprise de la demande en dépit de la pandémie

    lundi 10 août 2020

    Ryad: Le patron de Saudi Aramco, un géant du secteur énergétique dans le monde, s'est dit lundi optimiste quant à la croissance de la demande mondiale sur le pétrole, malgré la pandémie du nouveau coronavirus.

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 25 septembre 2020 à 23:41

    Le pétrole à peine à l'équilibre, face à une demande déprimé…

    New York: Les cours du pétrole ont manqué de direction vendredi pour terminer un peu en-dessous de l'équilibre, coincés par les perspectives...

    vendredi 25 septembre 2020 à 20:03

    A la raffinerie de Grandpuits, la CGT appelle à la grève le …

    Grandpuits:BAILLY-CARROIS (awp/afp) - La syndicat CGT de la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) a appelé vendredi à la grève le 6 octobre au...

    vendredi 25 septembre 2020 à 16:24

    Le pétrole pique du nez, le Covid-19 menace toujours la dema…

    Londres: Après une séance asiatique et des débuts européens en hausse, les cours du brut repartaient vers le bas vendredi, coincés par...

    vendredi 25 septembre 2020 à 11:47

    Le pétrole amorce la fin de la semaine en petite hausse

    Londres: Les prix du pétrole connaissaient une légère hausse vendredi, dans la lignée de la veille, aidés par un timide regain d'optimisme...

    jeudi 24 septembre 2020 à 22:46

    Total vise le top 5 de la production d'énergie renouvelable

    Paris: Total se donne pour ambition de long terme de faire partie des cinq plus grands producteurs mondiaux d'énergies renouvelables face au...

    jeudi 24 septembre 2020 à 22:39

    Hésitant en séance, le pétrole termine en modeste hausse

    Cours de clôture: Les prix du pétrole, qui avaient démarré en légère baisse à Londres, se sont redressés jeudi mais restent toujours...

    jeudi 24 septembre 2020 à 13:28

    Total: Arrêt du raffinage et projet de reconversion à Grandp…

    Paris: Total a annoncé jeudi un projet de transformation de sa raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne) en une plate-forme "zéro pétrole", le groupe...

    jeudi 24 septembre 2020 à 12:41

    Le pétrole cale après la publication des stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole étaient en légère baisse jeudi, malgré une baisse des stocks américains la veille, les préoccupations qui entourent...

    mercredi 23 septembre 2020 à 22:04

    Modeste hausse du pétrole après une nouvelle baisse des stoc…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont modéré leur progression mercredi après une petite envolée en séance, à la suite du...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 14 septembre 2020 L'OPEP table désormais sur une chute de 9,46 millions de barils par jour (bpj) cette année soit 400.000 bpj de moins que prévu le mois dernier, montre son nouveau rapport mensuel.

    En juillet 2020, le prix du pétrole augmente moins qu’en juin

    Le dimanche 16 août 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En juillet 2020, le prix du pétrole en euros  ralentit (+5,6 % après +30,2 % en juin).Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent légèrement (+0,4 % après −2,5 %), notamment du fait des matières premières industrielles dont les prix augmentent de nouveau (+2,8 % après +3,5 %). En revanche, les prix des matières premières alimentaires diminuent encore (−2,0 % après −7,9 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En juillet 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros augmente moins qu’en juin (+5,6 % après +30,2...

    Lire la suite

    'Peak oil'? Le secteur pétrolier se demande si le déclin est irréversible

    Le jeudi 02 juillet 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: La chute des cours du pétrole avec la crise du Covid-19 oblige les entreprises du secteur à revoir la valeur de leur actifs, alors que chefs d'entreprises et experts se demandent désormais si la demande n'a pas entamé un déclin irréversible.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite