Menu
A+ A A-

Aramco: une introduction en Bourse XXL et déjà des réserves

prix du petrole ParisParis: Valorisation moindre que prévu, seulement sur le marché local, risque géopolitique, accueil tiède à la Bourse de Ryad... De nombreuses réserves entourent déjà le gigantesque projet d'introduction en Bourse de Saudi Aramco, annoncé dimanche par la plus grande compagnie pétrolière du monde.
L'entreprise compte proposer d'ici la fin de l'année 2% de son capital sur le marché boursier saoudien, pour devenir la plus grosse capitalisation mondiale. Une énorme opération maintes fois repoussée et qui reste entourée de plusieurs zones d'ombre.

Sous les 2.000 milliards espérés

2.000 milliards de dollars: c'est la valorisation stratosphérique que visait initialement le prince héritier Mohammed ben Salmane (MBS) pour son joyau Aramco, selon plusieurs sources proches du dossier.

Mais à en croire les premières prévisions des grandes banques internationales impliquées dans l'introduction en Bourse, citées par Bloomberg, le résultat pourrait être en-deçà des espérances princières.

BNP Paribas, estime par exemple la valeur d'Aramco à 1.420 milliards de dollars. D'autres banques donnent une fourchette, à l'image de HSBC qui la valorise entre 1.590 et 2.100 milliards.

"MBS espère une valorisation entre 1.600 et 1.800 milliards de dollars, bien moins que les 2.000 milliards visés au départ. Et même cet objectif pourrait être difficile à atteindre (...) en raison de la conjoncture économique défavorable, du déclin de la demande mondiale et de la baisse des prix du pétrole", avertit Ipek Ozkardeskaya, analyste pour London Capital Group.

"Même si c'est en-dessous (de 2.000 milliards), cela ferait toujours d'Aramco la plus grosse capitalisation au monde, devant Apple et Microsoft qui pèsent toutes deux 1.000 milliards de dollars", nuance Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Avec un bénéfice net de 111,1 milliards de dollars en 2018, en hausse de 46% par rapport à l'année précédente, et un revenu annuel de 356 milliards de dollars, Aramco produit 10% du pétrole mondial et participe largement à la prospérité de l'Arabie saoudite.

Pas d'introduction à l'étranger... pour l'instant

Selon plusieurs experts, l'introduction d'Aramco doit se faire en deux temps: d'abord sur le marché saoudien d'ici la fin de l'année, puis sur une place financière internationale l'an prochain.

Londres et New York sont d'ailleurs régulièrement citées comme candidates.

Si la première partie de ce scénario a été validée dimanche, sans pour autant confirmer de date pour le lancement à la Bourse de Ryad, le président d'Aramco a écarté pour l'heure le deuxième volet.

"Pour la partie (internationale), nous vous le ferons savoir en temps utile", a déclaré Yasser al-Rumayyan dans un communiqué.

"Ce genre de cotation ne peut se faire que sur une place financière majeure. Est-ce que le marché pourra gérer l'incroyable quantité de liquidités que cette introduction demandera?", s'interroge Neil Wilson de Markets.

Le risque politique en repoussoir ?

"Il y a des risques et Aramco n'est clairement pas pour n'importe quel investisseur", mettent en garde d'emblée les analystes du cabinet Bernstein.

Le risque numéro 1 reste l'instabilité géopolitique de la région renforcée depuis mi-septembre et une attaque de drone revendiquée par des rebelles yéménites qui avait visé deux installations d'Aramco.

"Si ce genre d'évènements géopolitiques a tendance à soutenir les prix, c'est autre chose pour un investisseur quand il s'agit d'attaques directes visant des structures pétrolières", souligne Neil Wilson.

L'introduction dans un premier temps à la Bourse de Ryad servira à coup sûr de révélateur du potentiel d'attractivité d'Aramco à plus grande échelle.

Dimanche, la nouvelle a été accueillie avec tiédeur à la Bourse saoudienne qui a reculé de près de 2%.

L'avenir du pétrole en question

L'introduction en Bourse d'Aramco est un rouage essentiel du projet "Vision 2030" de MBS visant à diversifier l'économie saoudienne pour sortir de la dépendance au tout pétrole.

Mais cette opération nécessite d'aiguiser l'appétit des investisseurs pour des placements dans les énergies fossiles.

"Il est difficile d'évaluer une société qui génère tous ses bénéfices grâce aux carburants fossiles dont l'utilisation est en déclin face à la montée en puissance des renouvelables", pointe Michael Hewson.

"En terme de prévisions concernant les prix du pétrole, c'est difficile de voir une quelconque amélioration. La croissance de la demande ralentit, l'offre n'est pas un problème", renchérit Neil Wilson.

Avec un baril autour de 60 dollars, le pétrole est loin des niveaux record qu'il a pu atteindre en 2008, une période où il avait dépassé les 140 dollars.

(c) AwP

Commenter Aramco: une introduction en Bourse XXL et déjà des réserves


    La Compagnie pétrolière Saudi Aramco

    Aramco voit son bénéfice net décoller de 39% au 3e trimestre

    mardi 01 novembre 2022

    Ryad: Le géant pétrolier saoudien Aramco a enregistré une hausse de 39% de son bénéfice net au troisième trimestre de 2022 par rapport à la même période l'année dernière, a annoncé mardi l'entreprise publique qui profite des prix élevés du...

    Le pétrole en Arabie Saoudite

    - Toutes les actualités du pétrole en Arabie Saoudite

    lundi 21 novembre 2022

    Ryad dément des discussions à l'Opep+ pour augmenter la prod…

    Ryad: L'Arabie saoudite a démenti lundi des informations du Wall Street Journal faisant état de discussions entre les pays producteurs de pétrole...

    lundi 21 novembre 2022

    L'Arabie saoudite envisage une hausse de la production de l…

    Ryad: L'Arabie saoudite et d'autres Etats membres de l'Opep discutent d'une augmentation de la production de pétrole, rapporte lundi le Wall Street...

    mardi 25 octobre 2022

    L'Arabie saoudite fustige l'utilisation de réserves par les …

    Ryad: Le ministre saoudien de l'Energie a dénoncé mardi le déblocage de réserves pétrolières d'urgence qui vise selon lui à "manipuler les...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 06 décembre 2022 à 21:55

    Le pétrole WTI au plus bas de l'année, risques pour la deman…

    Cours de clôture: Le prix du baril de West Texas Intermediate (WTI), variété de référence américaine, a fini mardi en forte baisse...

    mardi 06 décembre 2022 à 21:17

    Pétrole: le WTI finit à son plus bas niveau de l'année en cl…

    Cours de clôture: Le prix du baril de West Texas Intermediate (WTI), variété de référence américaine, a fini mardi en forte baisse...

    mardi 06 décembre 2022 à 18:11

    Le pétrole Brent passe sous 80 dollars, une première depuis …

    Londres: Le pétrole Brent a brièvement glissé mardi sous la barre symbolique des 80 dollars le baril, lesté par une potentielle salve...

    mardi 06 décembre 2022 à 12:05

    Le pétrole recule à cause de possibles nouvelles hausses des…

    Londres: Les prix du pétrole étaient lestés mardi par la possibilité d'une nouvelle salve de hausse de taux des différentes grandes banques...

    mardi 06 décembre 2022 à 11:55

    La réponse de la Russie au plafonnement du prix du pétrole p…

    Moscou: Le mécanisme mis en place par la Russie pour interdire les ventes de pétrole soumises à un plafonnement de prix imposé...

    lundi 05 décembre 2022 à 21:39

    La crainte de la Fed lamine le pétrole, malgré embargo et pl…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont joué aux montagnes russes lundi, la peur d'un nouveau durcissement de la politique monétaire...

    lundi 05 décembre 2022 à 19:00

    La Russie vendra son pétrole au Pakistan à prix réduit

    Moscou: La Russie a accepté de fournir du pétrole brut, du diesel et de l'essence au Pakistan à des prix réduits, a...

    lundi 05 décembre 2022 à 16:20

    Prix d’énergie : manne de Chine

    Paris: Le baril de pétrole, vous le savez peut-être, a chuté à près de 80 $ au prix du Brent fin novembre...

    lundi 05 décembre 2022 à 15:15

    ⛽️ Les prix des carburants poursuivent leur baisse

    Paris: Les prix des carburants Français ont continué de baisser légèrement la semaine passée. La moyenne du cours du pétrole Brent daté sur la semaine s'établissait à 84,4...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 5 décembre 2022 Le plafonnement du prix du brut russe est entré en vigueur ce jour, couplé à l'embargo Européen sur le pétrole russe acheminé par voie maritime qui supprimera les deux tiers de ses achats de brut.

    📈 En octobre 2022, le cours du pétrole rebondit

    Le jeudi 24 novembre 2022

    En octobre 2022, le prix en euros du pétrole rebondit (+4,8 % après ‑8,8 % en septembre). Le prix du pétrole rebondit En octobre 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) repart à la hausse (+4,0 % après ‑10,8 % en septembre), s’établissant en moyenne à 93,3 dollars.En euros, la hausse est un peu plus marquée (+4,8 % après ‑8,8 %), s’établissant en moyenne à 95 €, en raison de la dépréciation en octobre de l’euro vis-à-vis du dollar. Cours du pétrole Brent - octobre 2022

    Lire la suite

    📊 Historique des prix du pétrole

    Le vendredi 17 juin 2022

    Dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le prix du pétrole, corrigé de l'inflation, a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. La Russie est l'un des plus grands producteurs de pétrole brut au monde, et de nombreux pays ont annoncé une interdiction des importations de pétrole russe dans le cadre de la guerre. Cela a entraîné des incertitudes en matière d'approvisionnement et, par conséquent, une hausse des prix. Comment la hausse des prix se compare-t-elle aux événements politiques et économiques précédents ? Examinons les prix historiques...

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite