Menu
A+ A A-

Aramco: une introduction en Bourse XXL et déjà des réserves

prix du petrole ParisParis: Valorisation moindre que prévu, seulement sur le marché local, risque géopolitique, accueil tiède à la Bourse de Ryad... De nombreuses réserves entourent déjà le gigantesque projet d'introduction en Bourse de Saudi Aramco, annoncé dimanche par la plus grande compagnie pétrolière du monde.
L'entreprise compte proposer d'ici la fin de l'année 2% de son capital sur le marché boursier saoudien, pour devenir la plus grosse capitalisation mondiale. Une énorme opération maintes fois repoussée et qui reste entourée de plusieurs zones d'ombre.

Sous les 2.000 milliards espérés

2.000 milliards de dollars: c'est la valorisation stratosphérique que visait initialement le prince héritier Mohammed ben Salmane (MBS) pour son joyau Aramco, selon plusieurs sources proches du dossier.

Mais à en croire les premières prévisions des grandes banques internationales impliquées dans l'introduction en Bourse, citées par Bloomberg, le résultat pourrait être en-deçà des espérances princières.

BNP Paribas, estime par exemple la valeur d'Aramco à 1.420 milliards de dollars. D'autres banques donnent une fourchette, à l'image de HSBC qui la valorise entre 1.590 et 2.100 milliards.

"MBS espère une valorisation entre 1.600 et 1.800 milliards de dollars, bien moins que les 2.000 milliards visés au départ. Et même cet objectif pourrait être difficile à atteindre (...) en raison de la conjoncture économique défavorable, du déclin de la demande mondiale et de la baisse des prix du pétrole", avertit Ipek Ozkardeskaya, analyste pour London Capital Group.

"Même si c'est en-dessous (de 2.000 milliards), cela ferait toujours d'Aramco la plus grosse capitalisation au monde, devant Apple et Microsoft qui pèsent toutes deux 1.000 milliards de dollars", nuance Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Avec un bénéfice net de 111,1 milliards de dollars en 2018, en hausse de 46% par rapport à l'année précédente, et un revenu annuel de 356 milliards de dollars, Aramco produit 10% du pétrole mondial et participe largement à la prospérité de l'Arabie saoudite.

Pas d'introduction à l'étranger... pour l'instant

Selon plusieurs experts, l'introduction d'Aramco doit se faire en deux temps: d'abord sur le marché saoudien d'ici la fin de l'année, puis sur une place financière internationale l'an prochain.

Londres et New York sont d'ailleurs régulièrement citées comme candidates.

Si la première partie de ce scénario a été validée dimanche, sans pour autant confirmer de date pour le lancement à la Bourse de Ryad, le président d'Aramco a écarté pour l'heure le deuxième volet.

"Pour la partie (internationale), nous vous le ferons savoir en temps utile", a déclaré Yasser al-Rumayyan dans un communiqué.

"Ce genre de cotation ne peut se faire que sur une place financière majeure. Est-ce que le marché pourra gérer l'incroyable quantité de liquidités que cette introduction demandera?", s'interroge Neil Wilson de Markets.

Le risque politique en repoussoir ?

"Il y a des risques et Aramco n'est clairement pas pour n'importe quel investisseur", mettent en garde d'emblée les analystes du cabinet Bernstein.

Le risque numéro 1 reste l'instabilité géopolitique de la région renforcée depuis mi-septembre et une attaque de drone revendiquée par des rebelles yéménites qui avait visé deux installations d'Aramco.

"Si ce genre d'évènements géopolitiques a tendance à soutenir les prix, c'est autre chose pour un investisseur quand il s'agit d'attaques directes visant des structures pétrolières", souligne Neil Wilson.

L'introduction dans un premier temps à la Bourse de Ryad servira à coup sûr de révélateur du potentiel d'attractivité d'Aramco à plus grande échelle.

Dimanche, la nouvelle a été accueillie avec tiédeur à la Bourse saoudienne qui a reculé de près de 2%.

L'avenir du pétrole en question

L'introduction en Bourse d'Aramco est un rouage essentiel du projet "Vision 2030" de MBS visant à diversifier l'économie saoudienne pour sortir de la dépendance au tout pétrole.

Mais cette opération nécessite d'aiguiser l'appétit des investisseurs pour des placements dans les énergies fossiles.

"Il est difficile d'évaluer une société qui génère tous ses bénéfices grâce aux carburants fossiles dont l'utilisation est en déclin face à la montée en puissance des renouvelables", pointe Michael Hewson.

"En terme de prévisions concernant les prix du pétrole, c'est difficile de voir une quelconque amélioration. La croissance de la demande ralentit, l'offre n'est pas un problème", renchérit Neil Wilson.

Avec un baril autour de 60 dollars, le pétrole est loin des niveaux record qu'il a pu atteindre en 2008, une période où il avait dépassé les 140 dollars.

(c) AwP

Commenter Aramco: une introduction en Bourse XXL et déjà des réserves


    Le pétrole en Arabie Saoudite

    - Toutes les actualités du pétrole en Arabie Saoudite

    lundi 16 novembre 2020

    Saudi Aramco va vendre des obligations internationales

    Ryad: Le géant pétrolier saoudien Saudi Aramco a annoncé lundi qu'il avait engagé des banques pour vendre des obligations libellées en dollars...

    lundi 09 novembre 2020

    L'Opep+ pourrait 'ajuster' les coupes de production de pétro…

    Dubaï: L'Opep+ pourrait "ajuster" l'accord sur la réduction de la production de pétrole qui vise à endiguer la baisse des prix due...

    mardi 03 novembre 2020

    Le bénéfice de Saudi Aramco plonge de 44,6% au 3e trimestre

    Ryad: Le bénéfice net d'Aramco a plongé de 44,6% au troisième trimestre 2020 par rapport à la même période l'année dernière en...

    La Compagnie pétrolière Saudi Aramco

    Saudi Aramco va vendre des obligations internationales

    lundi 16 novembre 2020

    Ryad: Le géant pétrolier saoudien Saudi Aramco a annoncé lundi qu'il avait engagé des banques pour vendre des obligations libellées en dollars, dans le but de stimuler ses finances affectées par la pandémie de Covid-19 et la faible demande mondiale...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 23 novembre 2020 à 21:44

    Le pétrole grimpe sur les espoirs de vaccins rapidement disp…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont grimpé à un plus haut en trois mois lundi, encouragés par les avancées autour...

    lundi 23 novembre 2020 à 17:55

    L'industrie pétrolière promet plus de transparence sur ses é…

    Paris: Des géants du secteur pétrolier et gazier se sont engagés lundi à plus de transparence sur leurs émissions de méthane afin...

    lundi 23 novembre 2020 à 13:30

    ⛽️ Les prix des carburants continuent leur hausse

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service en France poursuivaient leur hausse la semaine dernière, selon les données officielles diffusées ce jour. Les...

    lundi 23 novembre 2020 à 11:59

    Le pétrole attaque la semaine du bon pied

    Londres: Les cours du pétrole étaient au plus haut en deux mois et demi lundi, encouragés par les avancées autour de vaccins...

    vendredi 20 novembre 2020 à 21:51

    Le pétrole avance sur l'espoir de vaccins et avant la semain…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse vendredi, portés par l'espoir de vaccins contre le Covid-19 mais aussi...

    vendredi 20 novembre 2020 à 11:56

    Le pétrole avance, l'optimisme prévaut autour des vaccins et…

    Londres: Les cours du pétrole étaient en hausse vendredi, portés par les avancées des vaccins contre le Covid-19 et le retour des négociations...

    jeudi 19 novembre 2020 à 22:05

    Le pétrole en léger repli à cause de l'épidémie et de l'Opep

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en léger repli jeudi, face à l'aggravation de l'épidémie de Covid-19 mais aussi...

    jeudi 19 novembre 2020 à 12:01

    Le pétrole fait machine arrière après les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi, au lendemain de la publication par l'EIA de stocks de brut en légère hausse aux...

    mercredi 18 novembre 2020 à 21:27

    Le pétrole progresse après de bonnes nouvelles sur un vaccin

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en hausse mercredi après une séance relativement volatile où se mêlaient bonnes et...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 17 novembre 2020 Le prix du panier de référence de l’Opep (ORB), composé à partir des cours de référence de 13 pétroles bruts, s'établissait à 42.93 dollars le baril lundi, contre 42.05 dollars vendredi dernier.

    Il est constitué des bruts suivants: Saharan Blend (Algérie), Girassol (Angola), Arab Light (Arabie saoudite), Djeno (Congo), Murban (Emirats arabe unis), Rabi Light (Gabon), Zafiro (Guinée), Basra Light (Irak), Iran Heavy (Iran), Kuwait Export (Koweït), Es Sider (Libye), Bonny Light (Nigeria) et le Merey (Venezuela).

    En septembre 2020, le prix du pétrole est quasi stable

    Le mercredi 21 octobre 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2020, le prix du pétrole en euros se replie (−8,3 % après +0,3 %). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) augmentent de nouveau (+2,3 % après +2,1 %), du fait des matières premières industrielles dont les prix augmentent pour le cinquième mois consécutif (+1,9 % après +4,4 %) et des prix des matières premières alimentaires qui se redressent (+2,6 % après −0,4 %). Le prix du pétrole se replie En septembre 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) se replie (−8,3 % après +0,3 %)...

    Lire la suite

    'Peak oil'? Le secteur pétrolier se demande si le déclin est irréversible

    Le jeudi 02 juillet 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: La chute des cours du pétrole avec la crise du Covid-19 oblige les entreprises du secteur à revoir la valeur de leur actifs, alors que chefs d'entreprises et experts se demandent désormais si la demande n'a pas entamé un déclin irréversible.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite