Menu
RSS
A+ A A-

Total souffre au 2T mais juge prématuré d'évaluer l'impact de la Russie

prix-du-petrole ParisParis: Total a jugé prématuré mercredi d'évaluer l'impact sur son activité des nouvelles sanctions contre la Russie, mais le géant pétrolier français s'est dit confiant dans un rebond de sa production après la publication de résultats jugés décevants au deuxième trimestre.
D'avril à juin, le bénéfice net a reculé de 8% à 3,10 milliards de dollars, pour un chiffre d'affaires en légère hausse de 2% à 62,56 milliards.

Le résultat net ajusté, mesure très suivie par le marché et qui exclut des éléments volatils, a suivi le même mouvement, avec une baisse de 12% à 3,15 milliards de dollars.

Cette contre-performance pesait sur le titre, qui reculait de 2,47% à 50,93 euros à 12H45 à la Bourse de Paris.

Elle s'explique par l'effondrement des marges de raffinage en Europe et un repli de la production d'hydrocarbures en raison d'arrêts de maintenance, de l'expiration d'une licence d'exploitation à Abou Dhabi et de la dégradation des conditions de sécurité en Libye.

L'environnement du deuxième trimestre a été marqué par des tensions géopolitiques croissantes qui, malgré la stabilité du prix du Brent, nous confirment la sensibilité des grands équilibres des marchés pétroliers, a commenté le PDG de Total, Christophe de Margerie, dans un communiqué.

Son directeur financier a cependant jugé prématuré d'évaluer l'impact éventuel des sanctions économiques décidées mardi par les Etats-Unis et l'Union européenne contre la Russie, accusée de déstabiliser l'est de l'Ukraine.

Nous n'avons pas à ce stade stoppé nos opérations sur site sur le projet de Yamal, une usine géante de liquéfaction de gaz naturel qui doit être construite en Sibérie par Total (20%) et ses partenaires russe Novatek (60%) et chinois CNPC (20%), a indiqué Patrick de La Chevardière lors d'une conférence téléphonique.

Entre partenaires, nous avons convenu de refaire le point fin août, a-t-il poursuivi. Il nous faudra à ce moment-là analyser les conséquences de toutes les sanctions, mais honnêtement, aujourd'hui, on n'est pas en état de connaître l'impact de ces sanctions sur nous.

- La montée au capital de Novatek interrompue -

Le groupe français a déjà stoppé sa montée au capital de Novatek, où il est passé de 17% à un peu plus de 18% pour 270 millions de dollars, après le crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines, abattu le 17 juillet par un missile lors du survol d'une zone contrôlée par les rebelles pro-russes.

Le pétrolier britannique BP a lui prévenu mardi que de nouvelles sanctions contre la Russie ou la société Rosneft, dont il est actionnaire, pourraient affecter son activité et ses résultats.

Mais malgré cette crise, les géants mondiaux du pétrole n'ont nullement l'intention de couper les ponts avec la Russie, dans laquelle ils voient une nouvelle terre promise. Elle pourrait même devenir la première source de production d'hydrocarbures de Total d'ici à 2020.

Il nous faut plus de temps pour étudier les conséquences des sanctions. Si les sanctions nous interdisent de fait de travailler, on sera bien obligé de s'arrêter de travailler, mais on ne peut pas oublier que la Russie est un grand pays pétrolier, a souligné M. de La Chevardière.

Au deuxième trimestre, les marges de raffinage du pétrole brut en Europe ont chuté de 55% à 10,9 dollars la tonne. Elles se sont améliorées depuis, mais elles demeurent très volatiles, selon Total.

La production d'hydrocarbures a elle reculé de 10% à 2,054 millions de barils équivalent pétrole par jour, un point bas dans l'absolu pour Total, a commenté Patrick de La Chevardière.

Les choses devraient se normaliser au 3e trimestre, ont observé les analystes de Morgan Stanley.

Même si le titre Total pourrait connaître une période de faiblesse à court terme, les perspectives de croissance du flux de trésorerie sur les deux prochaines années demeurent élevées, estiment-ils.

Le lancement en juin du projet phare CLOV, au large de l'Angola, et les prochains démarrage de Laggan-Tormore (mer du Nord britannique) et d'Ofon (Nigeria) devraient également soutenir un rebond de la production.

Oui, je suis confiant, a assuré le directeur financier.

Désireux de réduire ses investissements, Total actualisera ses prévisions lors de la journée investisseurs du 22 septembre et détaillera un plan de réduction de coûts jusqu'en 2017.

mpa/fpo/lor

NOVATEK

TOTAL

BP








Commenter Total souffre au 2T mais juge prématuré d'évaluer l'impact de la Russie

Le pétrole en Russie


mardi 13 février 2018

La Russie veut aider Damas à relancer sa production d'hydroc…

Moscou: La Russie, principale alliée du régime syrien, compte aider Damas à relancer ses gisements d'hydrocarbures et à prospecter pour en exploiter...

mercredi 29 novembre 2017

Pétrole: volonté de poursuivre le plafonnement, suspense sur…

Vienne: La Russie et l'Arabie Saoudite, acteurs clés de l'accord de limitation de production de pétrole en vigueur depuis le début de...

vendredi 17 novembre 2017

Le pétrolier Rosneft, vecteur de la politique étrangère russ…

Moscou: De la Chine au Venezuela en passant par l'Irak, les affaires du pétrolier semi-public russe Rosneft ne sont jamais loin des...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole en Russie

La Compagnie pétrolière française Total

La demande mondiale de pétrole pourrait augmenter de 10% d'ici à 2040 (To…

lundi 19 février 2018

Paris: La demande mondiale de pétrole pourrait augmenter d'environ 10,8% d'ici à 2040, notamment du fait des transports, selon un scénario élaboré par Total et présenté lundi à la presse.


-Voir les actualités de la compagnie pétrolière Total

Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 22 février 2018 à 17:35

USA: baisse surprise des stocks de pétrole brut au 16/02

New York: Les stocks de pétrole brut ont reculé aux Etats-Unis la semaine dernière selon des chiffres publiés jeudi par l'Agence américaine...

jeudi 22 février 2018 à 16:29

Le pétrole remonte un peu, le marché hésite avant les stocks…

Londres: Les cours du pétrole remontaient jeudi en cours d'échanges européens dans un marché hésitant alors que les Etats-Unis publieront jeudi leurs...

jeudi 22 février 2018 à 12:47

Le pétrole recule légèrement avant les stocks américains

Londres: Les prix du pétrole reculaient un peu jeudi en cours d'échanges européens dans un marché prudent alors que les Etats-Unis publieront...

jeudi 22 février 2018 à 09:09

TechnipFMC voit son bénéfice plonger en 2017, pénalisé par d…

Paris: Le groupe de services pétroliers TechnipFMC a vu son bénéfice net plonger de 70% l'année dernière et a même accusé une...

jeudi 22 février 2018 à 06:02

Le pétrole orienté à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, jeudi en Asie, en dépit d'estimations faisant état d'une baisse des réserves...

mercredi 21 février 2018 à 21:54

Le pétrole finit en ordre dispersé, le dollar pèse

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole cotés à Londres et à New York ont terminé en ordre dispersé mercredi, la hausse...

mercredi 21 février 2018 à 21:18

CGG a achevé sa restructuration financière

Paris: Le groupe parapétrolier CGG a achevé son plan de restructuration financière, ramenant sa dette à 1,2 milliard de dollars, a-t-il annoncé...

mercredi 21 février 2018 à 16:14

Le pétrole baisse, lesté par le renforcement du dollar

Londres: Les cours du pétrole baissaient mercredi à l'approche de la fin des échanges européens, le renforcement du dollar effaçant les effets...

mercredi 21 février 2018 à 12:16

Le pétrole baisse en raison de la fermeté du dollar

Londres: Les prix du pétrole reculaient en cours d'échanges européens, plombés par la hausse du dollar et malgré des commentaires encourageants de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite

En octobre 2017, le prix du pétrole poursuit sa hausse

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,2 % après +5,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées diminuent (−1,1 % après −2,3 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En octobre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,2 % après +5,9 % en août), à 49 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu moins marquée (+3,8 % après +6,9 %), l'euro s'étant légèrement déprécié au cours du...

Lire la suite