Menu
A+ A A-

Le pétrolier Rosneft, vecteur de la politique étrangère russe

prix du petrole MoscouMoscou: De la Chine au Venezuela en passant par l'Irak, les affaires du pétrolier semi-public russe Rosneft ne sont jamais loin des intérêts géopolitiques de la Russie, dont il contribue activement à étendre l'influence quitte parfois à investir dans des pays instables.
Le groupe dirigé par le très influent Igor Setchine, proche de Vladimir Poutine depuis les années 1990, a grandi sur les ruines de Ioukos, la société de Mikhaïl Khodorkovski démantelée pour des accusations de fraude fiscale dénoncées par l'oligarque comme un moyen de couper court à ses ambitions politiques.

Devenu un géant mondial des hydrocarbures représentant plus de 5 millions de barils équivalent pétrole d'or noir et de gaz par jour et pesant près de 50 milliards de dollars en Bourse, Rosneft a suivi de près l'évolution de la politique russe ces dernières années, s'éloignant des Occidentaux au profit des grands pays émergents.

"Setchine n'est pas seulement un leader économique", estime Nikolaï Petrov, professeur à la Haute école d'Economie de Moscou. Selon lui, ce proche du président veut "démontrer que Rosneft est important et nécessaire non seulement comme l'un des piliers de l'économie russe, mais aussi comme un outil puissant de la politique étrangère"

Alors qu'il était entré en Bourse en fanfare à Londres en 2006 et qu'il avait noué des partenariats avec des géants occidentaux comme l'américain ExxonMobil ou le norvégien Statoil, Rosneft s'est illustré plus récemment en arrachant un contrat mirobolant pour vendre du pétrole à la Chine, en rachetant le raffineur indien Essar ou en attirant le Qatar à son capital.

Visé directement par les sanctions imposées par les Occidentaux à Moscou à cause de la crise ukrainienne, il n'hésite pas à faire affaire avec des pays qui traversent des turbulences de nature à effrayer les investisseurs étrangers.

Effet sanctions


Rosneft a révélé cette semaine avoir versé une avance de 1,3 milliard de dollars aux autorités du Kurdistan irakien dans le cadre d'un accord signé récemment pour exploiter ses vastes ressources en hydrocarbures.

Le gouvernement irakien a vivement critiqué cet accord, le qualifiant d'"ingérence flagrante dans les affaires intérieures irakiennes", alors que les autorités irakiennes et la région autonome du Kurdistan sont en crise ouverte depuis le référendum du 25 septembre sur l'indépendance kurde.

"Comme (le groupe gazier, ndlr) Gazprom, qui exerce un véritable rôle de politique étrangère envers l'Europe et la Chine, Rosneft est responsable de certaines orientations de politique étrangère en Amérique latine, par exemple", constate Nikolai Petrov.

Le groupe se retrouve un acteur majeur des difficultés du Venezuela, dont le fleuron pétrolier PDVSA lui doit environ six milliards de dollars.

Officiellement, il s'agit d'avance pour des contrats de livraisons de pétrole et carburants prévues d'ici à 2019 mais de nombreux experts y ont vu un soutien financier déguisé à Caracas, allié de Moscou qui vient de rééchelonner un crédit vénézuélien de 2011.

Rosneft a également signé des accords avec les compagnies publiques de la Libye et de l'Iran, respectivement en février et en novembre, en vue d'investissements ou de projets communs dans ces deux pays. Ces contrats permettent à la Russie de renforcer ses liens --et son influence-- avec des pays parfois ostracisés par Washington, avec qui ses relations rappellent la Guerre froide.

Des ambitions politiques tempérées par Alexeï Gromov, spécialiste de l'énergie à l'Institut de l'énergie et des finances, pour qui il s'agit surtout "d'une politique expansionniste agressive d'acquisition d'actifs en Russie et à l'étranger".

"Dans le monde, il est assez difficile de trouver des actifs très intéressants à un prix abordable", estime-t-il, affirmant que Rosneft a été invité au Kurdistan avec "des conditions attrayantes". "Il ne faut pas oublier que Rosneft est sous sanctions, donc l'entreprise accorde une attention particulière aux marchés des pays qui n'ont pas adhéré aux sanctions", ajoute-t-il.

"Rosneft s'est engagé au Venezuela quand le pays possédait d'énormes ressources pétrolières potentielles. Qui savait alors que les prix s'effondreraient en 2014 et qu'il y aurait une telle crise politique?", estime-t-il.

En dévoilant ses résultats financiers du troisième trimestre mardi --et un doublement de son bénéfice net--, le groupe a assuré que des avances supplémentaires à PDVSA "n'étaient pas prévues".


(c) AFP

Commenter Le pétrolier Rosneft, vecteur de la politique étrangère russe


    Le pétrole en Russie

    -Voir toutes les nouvelles du pétrole en Russie

    jeudi 28 mars 2019

    Ryad peine à fidéliser Moscou sur la réduction de l'offre de…

    Ryad: Le ministre de l'energie russe alexandre novak a dit à son homologue saoudien khalid al-Falih, lors d'une rencontre à Bakou ce...

    lundi 18 mars 2019

    L'Opep et ses partenaires font le point sur leur stratégie

    Bakou: Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et dix Etats alliés menés par la Russie se réunissent lundi...

    mercredi 13 mars 2019

    L'Opep et la Russie: une alliance efficace à l'avenir incert…

    Moscou: C'est une alliance qui a fait ses preuves: ensemble, Russie et Opep sont parvenus à reprendre le contrôle d'un marché du...

    La Compagnie pétrolière russe Rosneft

    Rosneft chercher à rassurer sur ses affaires au Venezuela

    mardi 05 février 2019

    Moscou: Le géant pétrolier russe semi-public Rosneft a cherché à rassurer sur ses investissements très politiques au Venezuela, empêtré dans une crise au sommet de l'Etat, source d'incertitude pour un groupe en bonne santé financière.

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 25 avril 2019 à 10:47

    Le pétrole brent dépasse 75 dollars pour la première fois de…

    Londres: Le baril de Brent a dépassé jeudi les 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre, dopé par le durcissement...

    jeudi 25 avril 2019 à 06:34

    Le pétrole recule en Asie après la hausse des réserves améri…

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer, jeudi en Asie, les investisseurs réagissant toujours à la hausse de la production et...

    mercredi 24 avril 2019 à 22:09

    Le pétrole hésite à la clôture, entre stocks américains et s…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini en ordre dispersé mercredi, hésitant entre une hausse des stocks américains de brut...

    mercredi 24 avril 2019 à 18:40

    Les stocks de pétrole brut montent plus que prévu aux USA (E…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont enregistré une hausse plus forte que prévu la semaine dernière tandis que...

    mercredi 24 avril 2019 à 12:21

    Le pétrole recule un peu avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient légèrement mercredi en cours d'échanges européens avant la publication des données officielles sur les stocks américains...

    mercredi 24 avril 2019 à 07:54

    Le pétrole se replie en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi en Asie, les investisseurs attendant de savoir si l'Organisation des pays...

    mardi 23 avril 2019 à 21:52

    Le pétrole continue à monter avec les sanctions américaines …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont poursuivi leur hausse mardi au lendemain d'une décision américaine de stopper les exemptions aux...

    mardi 23 avril 2019 à 12:58

    Le pétrole repousse ses sommets avec le durcissement des san…

    Londres: Les prix du pétrole grimpaient à leur plus hauts en près de six mois mardi en cours d'échanges européens, dopés par...

    mardi 23 avril 2019 à 06:54

    Le pétrole continue de grimper en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mardi en Asie, portés par la perspective d'une contraction de l'offre du...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 16 avril 2019 Pour la semaine achevée le 12 avril, les analystes tablent sur une hausse de 2 millions de barils des stocks de brut, sur une baisse de 2,55 millions de barils des stocks d'essence et sur une baisse d'un million de barils des stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole).

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite