Menu
A+ A A-

Pétrole: divorce entre Pemex et Repsol sur fond de mésentente croissante

prix-du-petrole madridmadrid: Après plus de 25 ans au capital de Repsol, assombris récemment par une mésentente croissante, le géant pétrolier mexicain Pemex a vendu mercredi presque toute sa part dans le groupe espagnol, une décision qui ne devrait pas affecter les relations entre Espagne et Mexique.
L'opération, lancée mardi soir via Citigroup Global Markets et Deutsche Bank, a été bouclée mercredi matin, la compagnie nationale pétrolière mexicaine cédant 7,86% de Repsol à des investisseurs qualifiés pour 2,092 milliards d'euros.

Cette transaction, qui solde la quasi-totalité des 9,3% de Pemex dans Repsol, faisait chuter le titre du groupe espagnol, qui perdait 3,55% à 20,125 euros (proche du prix de vente négocié, de 20,10 euros par action) à 14H45 GMT, dans un marché madrilène en recul de 0,39%.

La baisse s'explique notamment par le fait que la vente s'est faite sous la valeur de marché de ces 7,86%, proche de 2,2 milliards d'euros selon le cours de clôture mardi, de 20,865 euros.

Mais pour Repsol, c'est une bonne nouvelle, car les relations avec son actionnaire historique, qui réclamait plus de pouvoir de décision, s'étaient compliquées ces derniers mois.

Si l'on ne peut pas avoir la participation que l'on souhaite au sein des organes de direction, le mieux est de sortir de l'entreprise, a commenté à la radio le secrétaire d'Etat à l'Amérique Latine, Jesus Manuel Gracia Aldaz.

Je crois qu'ils sont arrivés à la conclusion que tant pour l'entreprise (Repsol) que pour Pemex, il valait mieux suivre des chemins différents car ils avaient des stratégies différentes, a-t-il ajouté.

Et alors que cette vente survient quelques jours seulement avant la première visite officielle en Espagne du président mexicain, Enrique Peña Nieto, le secrétaire d'Etat s'est montré rassurant sur ses conséquences sur les relations entre les deux pays.

Je peux vous assurer que cela ne pose aucun problème dans la relation bilatérale: il y a une relation excellente avec le Mexique, une relation de confiance et de soutien mutuel et cela pourra se voir dans la prochaine visite du président Peña Nieto, a-t-il dit.

- Un actionnaire très critique -

Même tonalité chez Pemex, qui a affirmé dans un communiqué que cette décision de marché n'est pas un thème de l'agenda bilatéral dans la relation Mexique-Espagne, qui est profonde et ample, et dont Pemex même est un exemple, avec ses récents investissements d'affaires dans ce pays.

En revanche, le groupe s'est montré très sévère envers Repsol, justifiant son retrait notamment par la faible rentabilité des actions obtenue par l'administration actuelle, par rapport à d'autres groupes pétroliers et nos différences avec leurs pratiques de direction.

Ni le Mexique ni Pemex ne font partie du plan d'affaires de Repsol, s'est plaint Pemex.

Selon une source proche du dossier, Pemex voulait avoir un pouvoir dans Repsol qui ne correspondait pas à sa part de 10% mais ne voulait pas non plus lancer d'offre publique d'achat pour en prendre le contrôle.

Son directeur, Emilio Lozoya, avait durement critiqué le président de Repsol, Antonio Brufau, sur sa gestion du conflit avec l'Argentine après la nationalisation en 2012 de 51% de ses actions d'YPF.

Mais Brufau, un temps menacé de destitution, a obtenu une belle revanche en négociant un accord de compensation qui a permis une sortie rapide du pays ces dernières semaines en échange de 6,3 milliards de dollars (4,6 milliards d'euros).

Je crois que personne ne s'attendait à ce que cela soit si facile pour Repsol de toucher l'indemnisation de l'Argentine et la gestion de Brufau a été très bonne, souligne Daniel Pingarron, analyste chez IG Markets.

Au final, Pemex, qui avait d'autres intentions pour gérer l'entreprise, a abandonné, explique-t-il. Face à un conseil d'administration très divisé jusque-là, son départ peut être positif à moyen terme.

La sortie de Pemex pourrait redonner la stabilité et la paix actionnariales à l'entreprise, donc cela nous semble positif, renchérit l'analyste Sonia Ruiz de Garibay, de Beka Finance, dans une note.

Le groupe espagnol garde comme principaux actionnaires la banque catalane La Caixa (11,8%), le constructeur Sacyr (9,2%), le fonds souverain singapourien Temasek (6,2%) et le fonds américain Blackrock (3%).

ka/cj

REPSOL

CITIGROUP

DEUTSCHE BANK

BANKINTER

CAIXABANK

SACYR

BLACKROCK




 



Commenter Pétrole: divorce entre Pemex et Repsol sur fond de mésentente croissante


    La Compagnie pétrolière Espagnole Repsol

    Le pétrole libyen, une manne exploitée en dents de scie

    mardi 26 juin 2018

    Paris: Les plus abondantes réserves d'Afrique, exploitées en dents de scie: alors que le bras de fer reprend entre autorités politiques rivales pour le contrôle de l'or noir, quelques éléments sur le pétrole libyen.


    -Toute l'actualité de la compagnie pétrolière Repsol

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite