Menu
A+ A A-

Pétrole: suspension de toutes les exportations depuis l'est libyen

prix du petrole TripoliTripoli: La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC), basée à Tripoli, a annoncé lundi la suspension des exportations dans les deux ports restants de l'est du pays, ce qui doit aboutir à une perte de production de 850.000 barils/jour au total.
Cette décision intervient sur fond d'un bras de fer entre autorités politiques rivales, autour du contrôle des terminaux pétroliers et de la gestion des revenus des hydrocarbures.

Selon la NOC, les pertes de production s'élèvent désormais à 850.000 b/j, sur un total d'un peu plus d'un million de b/j, soit un manque à gagner quotidien estimé à 67,4 millions de dollars.

Après les terminaux d'al-Sedra et Ras Lanouf, pour lesquels les exportations sont gelées depuis le 14 juin, la NOC a annoncé dans un communiqué qu'elle arrêtait à partir de lundi ses opérations pour ceux de Zoueitina et d'al-Hariga.

La compagnie loyale au gouvernement d'union nationale (GNA) basé dans la capitale a déclaré ainsi "l'état de force majeure" sur Zoueitina et al-Hariga à partir de lundi à 11H00 (09H00 GMT).

Invoqué dans des circonstances exceptionnelles, l'état de "force majeure" permet une exonération de la responsabilité de la NOC en cas de non-respect des contrats de livraison de pétrole.

Selon la NOC, les autorités parallèles basées dans l'est du pays ont empêché deux chargements de brut depuis les ports de Zoueitina et al-Hariga durant le week-end.

Après que ses forces ont chassé des groupes rivaux des terminaux de Ras Lanouf et al-Sedra, dans le Croissant pétrolier, l'homme fort de l'est libyen Khalifa Haftar a annoncé qu'il livrait la gestion des installations pétrolières sous son contrôle aux autorités parallèles.

Cette décision a ulcéré le GNA, alors que des résolutions de l'ONU stipulent que le pétrole doit rester sous le contrôle exclusif de la NOC légitimement reconnue, et sous la seule supervision du GNA.

Les pays occidentaux, l'ONU et l'Union européenne ont eux aussi confirmé "les droits exclusifs" de la NOC de Tripoli à exporter le pétrole.

"Malgré les mises en gardes de la NOC sur les graves conséquences de la poursuite du blocage, le Commandement général (des forces de Haftar) n'est pas revenu sur sa décision d'interdire les navires pétroliers d'entrer dans les ports pour charger leurs cargaisons", a déploré le patron de la NOC, Mustafa Sanallah.

"Les réservoirs de stockage sont pleins, et de ce fait la production va s'arrêter", a-t-il ajouté.


(c) AFP

Commenter Pétrole: suspension de toutes les exportations depuis l'est libyen


    Le pétrole en Libye

    Voir toutes les nouvelles du pétrole en Libye

    mardi 18 décembre 2018

    Poursuite en Libye du blocage d'un des plus grands sites pét…

    Tripoli: La production dans l'un des plus grands champs pétroliers en Libye est à l'arrêt depuis plus d'une semaine en raison du...

    lundi 10 décembre 2018

    Blocage d'un des plus grands sites pétroliers en Libye

    Tripoli: La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé lundi le blocage par un groupe armé de l'un des plus grands...

    mardi 11 septembre 2018

    Libye: l'EI revendique l'attaque contre la compagnie de pétr…

    Tripoli: Le groupe Etat islamique (EI) a revendiqué mardi l'attaque suicide contre le siège de la Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC)...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 25 juin 2019 à 21:44

    Le pétrole hésite entre les tensions au Moyen-Orient et la p…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé mardi, entre les craintes liées aux tensions élevées au Moyen-Orient...

    mardi 25 juin 2019 à 12:27

    Le pétrole fait du surplace avant le G20 et l'Opep

    Londres: Les prix du pétrole reculaient à nouveau mardi sans effacer les gains de la semaine précédente dans un marché attentiste face...

    mardi 25 juin 2019 à 06:35

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse en raison de prises de bénéfice après la forte hausse des derniers...

    lundi 24 juin 2019 à 21:27

    Les prix du pétrole divergent: tensions dans le Golfe, inter…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé lundi, hésitant entre les tensions entre les Etats-Unis et l'Iran...

    lundi 24 juin 2019 à 16:30

    Les prix du pétrole divergent, hésitations russes et tension…

    Londres: Les cours du pétrole divergeaient lundi en cours d'échanges européens, hésitant entre la prudence du ministre russe de l'Energie sur l'avenir...

    lundi 24 juin 2019 à 12:14

    Le pétrole monte, de nouvelles sanctions américaines contre …

    Londres: Les prix du pétrole montaient légèrement lundi en cours d'échanges européens, continuant d'être soutenus par les tensions dans le Golfe alors...

    lundi 24 juin 2019 à 12:02

    Frets maritimes: les frets secs et les pétroliers montent

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches et les taux des pétroliers ont grimpé la semaine dernière.

    lundi 24 juin 2019 à 05:42

    Le pétrole continue de grimper en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, lundi en Asie, subissant toujours les effets de l'instabilité dans le Golfe...

    samedi 22 juin 2019 à 10:14

    En Angola, grand ménage dans le pétrole pour relancer la pro…

    Luanda: La production de pétrole en Angola a chuté en 2018 à son plus bas niveau en dix ans. Mais le président...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 21 juin 2019 Les cours du pétrole montaient encore vendredi alors que le président américain Donald Trump a affirmé avoir annulé au dernier moment des frappes contre l'Iran. Vers 14h00 GMT le baril de Brent était en hausse de un dollar tandis que le WTI gagnait 27 cents.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite