Menu
A+ A A-

Le baril de pétrole canadien sous la barre des 0 $

prix du petrole MontrealMontreal: Le prix du baril de pétrole canadien, le Western Canadian Select (WCS), est brièvement passé sous la barre des 0 $ lors de transactions effectuées au cours des dernières heures.
Cette situation hors du commun signifie que des producteurs paient des acheteurs pour qu’ils prennent leurs produits afin de désengorger le système.

Agir autrement pourrait contraindre des producteurs à arrêter leurs opérations, ce qui s'avérerait encore plus coûteux.

L'or noir canadien chute dans le sillage des cours mondiaux du pétrole, déprimés par les inquiétudes sur la saturation des capacités de stockage aux États-Unis et la baisse de la demande.

"Le Western Canadian Select s'échange à des prix négatifs", a déploré le premier ministre albertain dans une série de tweets publiés avant minuit dimanche.

"Tuer et retarder des pipelines nous a enclavés. La COVID-19 a fait chuter la demande. La guerre des prix Russie-Arabie-saoudite a fait augmenter l'offre, remplissant les inventaires", a-t-il ajouté pour résumer la situation.

L'avenir de centaines de milliers d'emplois est en jeu. Le secteur pétrolier et gazier est le plus important sous-secteur de l'économie canadienne. Ce sont nos principales exportations, de loin.Jason Kenney, premier ministre de l'Alberta
M. Kenney dit apprécier que le gouvernement Trudeau ait annoncé diverses mesures pour venir en aide aux travailleurs du secteur la semaine dernière.

"Mais de nouvelles mesures sont urgemment nécessaires pour assurer l'avenir d'une partie énorme de l'économie canadienne", ajoute-t-il.

Il souligne par exemple ce que le Canada a fait pour le secteur de l'automobile en Ontario, dans la foulée de la crise financière de 2008.

Le gouvernement avait alors offert d'importants prêts aux grands constructeurs automobiles pour éviter qu'ils ne fassent faillite. Il était même allé jusqu'à acheter des actions de General Motors.
Un effondrement du secteur énergétique canadien sera dévastateur pour l'économie de tout le pays, qu'il s'agisse des banques, des fonds de pension, des manufacturiers, des revenus du gouvernement.Jason Kenney, premier ministre de l'Alberta

Les cours mondiaux en forte baisse


Le prix du baril de pétrole américain poursuit aussi sa chute libre lundi perdant plus de 30 % sous 13 $US le baril, son plus bas depuis plus de deux décennies, face à une chute vertigineuse de la demande et des réserves américaines près de la saturation.

Le baril américain de West Texas Intermediate (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mai, dont c'est le dernier jour de cotation, dégringolait d'environ 38 % à 11,04 $US vers 7 h 55 (HAE), soit son plus bas niveau depuis 1998. À titre de comparaison, il valait environ 114 $US en 2011.

De son côté, le baril de Brent de la mer du Nord, référence européenne, était moins affecté. Il cédait 6,05 %, à 26,38 $US vers 8 h 05 (HAE).

Les marchés du pétrole n'en finissent pas de plonger depuis des semaines alors que les restrictions de déplacements dans de nombreux pays et la paralysie de nombreuses économies à cause de la crise du coronavirus ont fait fondre la demande, d'autant qu'une profonde récession s'annonce dans le monde.

Côté offre, le marché a été inondé de pétrole à bas coût après que l'Arabie saoudite, membre éminent de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), a lancé une guerre des prix avec la Russie pour obtenir un maximum de parts de marché.

Les deux pays ont mis un terme à leur différend au début du mois en acceptant, avec d'autres pays, de réduire leur production de près de 10 millions de barils par jour pour stimuler les marchés touchés par le virus.

Mais les prix ont continué à dégringoler quand il est devenu clair que les réductions promises ne suffiraient pas à compenser la chute massive de la demande. La plupart des analystes estiment à 30 millions de barils par jour, soit quelque 30 % de la consommation mondiale.

Le contrat sur le baril de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour livraison en mai expirant lundi soir, ceux qui en détiennent doivent trouver des acheteurs physiques au plus vite. Mais les stocks ayant déjà énormément gonflé aux États-Unis ces dernières semaines, ils sont contraints de brader leurs prix.
Comme la production reste relativement peu touchée, les stocks augmentent de jour en jour. Le monde consomme de moins en moins de pétrole et les producteurs réalisent désormais que cela doit se traduire dans les cours.Bjornar Tonhaugen, responsable des marchés pétroliers au cabinet d'études spécialisé Rystad

Le WTI et le Brent maintenant "découplés"


Michael McCarthy, responsable stratégie pour CMC Markets, note que la chute du WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. traduit un excès de stocks de brut au sein du terminal de Cushing, en Oklahoma.

L'indice de référence américain est maintenant découplé de celui de Brent, référence du pétrole européen, et "l'écart entre les deux a atteint son plus haut niveau en une décennie", a-t-il souligné dans une note.
Les États-Unis, en tant que marché enclavé, ont les plus importants problèmes de stockages. La demande est tellement inférieure à l'offre que les réserves pourraient déjà avoir atteint 70 % à 80 % de leurs capacités.Jasper Lawler, analyste pour London Capital Group

L'agence américaine de l'information sur l'énergie a indiqué la semaine dernière que les stocks de brut de la plus grande économie mondiale avaient augmenté de 19,25 millions de barils la semaine précédente, ajoutant aux malheurs d'un marché mondial qui était déjà sur-approvisionné avant même la pandémie de covid-19.

Sukrit Vijayakar, analyste pour Trifecta Consultants, souligne que les raffineries américaines ne parviennent pas à transformer le pétrole brut assez vite, ce qui explique qu'il y ait moins d'acheteurs et des réserves qui se remplissent.

Il y a un afflux de livraisons du Moyen-Orient et personne pour les acheter parce que les coûts de transport sont élevés, explique-t-il.

Malgré cette chute, une lueur d'espoir pour la référence américaine : le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour livraison en juin, qui deviendra le contrat de référence mardi, résistait un peu mieux, ne perdant que 11,07 % à 22,26 $US. Une telle différence entre deux échéances aussi rapprochées est extrêmement rare, voire inédite.

Cela signifie que "personne ne veut ce que tu vends aujourd'hui, mais (que certains) pourraient en vouloir dans le futur", a souligné Jeffrey Halley, analyste pour Oanda.

La baisse de plus de 60 % du prix du baril depuis janvier compromet la rentabilité de nombreuses compagnies pétrolières, notamment dans le pétrole de schiste en Amérique du Nord, ce qui se traduit par des fermetures de puits et des coupes dans les investissements.

Ce mouvement se répercute sur l'ensemble du secteur: le géant américain des services parapétroliers Halliburton a annoncé lundi une perte d'un milliard de dollars et dit s'attendre à une poursuite de la baisse de son chiffre d'affaires et de sa rentabilité.

🎬 L'Alberta en crise:
la géopolitique du pétrole

(c) Radio Canada

Commenter Le baril de pétrole canadien sous la barre des 0 $



    Communauté prix du baril


    Les Compagnies pétrolières Canadiennes et Québécoises

    TransCanada relance Keystone

    mercredi 20 février 2019

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut dans le Missouri au début du mois, a rapporté Reuters, citant le porte-parole de TransCanada, Terry Cunha.

    Le pétrole au Canada / Québec

    mercredi 30 mars 2022

    Les importations canadiennes de brut 2021 ont chuté à leur p…

    Montreal.: Les importations de pétrole brut au Canada en 2021 ont chuté à leur plus bas niveau en plus de trois décennies...

    jeudi 24 mars 2022

    Le Canada va augmenter ses exportations de pétrole

    Ottawa: Le Canada, quatrième producteur mondial de pétrole, a annoncé jeudi une augmentation d'environ 5% de ses exportations de pétrole pour répondre...

    samedi 25 septembre 2021

    La Caisse de dépôt et placement du Québec se retire de la pr…

    Montréal: La Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), deuxième plus important fonds de pension canadien, va retirer ses investissements dans...

    -Toutes les nouvelles du pétrole au Canada
    -Toutes les nouvelles du pétrole au Québec

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 12 avril 2024 à 21:40

    Le pétrole à un sommet de plus de cinq mois, le Moyen-Orient…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole sont montés vendredi à un sommet de plus de cinq mois, dopés par la perspective...

    vendredi 12 avril 2024 à 16:57

    Le pétrole au plus haut depuis octobre, le marché scrute les…

    Londres: Les prix du pétrole grimpaient vendredi, soutenus par le risque géopolitique, les investisseurs craignant des perturbations de l'approvisionnement mondial si le...

    vendredi 12 avril 2024 à 12:47

    Le pétrole soutenu par le risque géopolitique, le marché scr…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi, soutenus par le risque géopolitique, les investisseurs craignant des perturbations de l'approvisionnement mondial si le conflit...

    vendredi 12 avril 2024 à 11:21

    La croissance de la demande de pétrole continue de "s'e…

    Paris: L'appétit du monde pour le pétrole "continue de s'essouffler" sous l'effet de l'électrification du parc automobile et de la fin du...

    jeudi 11 avril 2024 à 16:10

    L'Opep maintient ses prévisions de progression de la demande…

    Vienne: L'appétit pour les transports, notamment aériens, devrait continuer à soutenir la demande mondiale d'or noir en 2024, indique jeudi l'Opep dans...

    jeudi 11 avril 2024 à 15:00

    Le pétrole oscille, entre le risque géopolitique et les stoc…

    New York: Les prix du pétrole hésitaient jeudi, pris entre les feux croisés de facteurs baissiers, comme la hausse des stocks hebdomadaires...

    jeudi 11 avril 2024 à 12:05

    Le pétrole grimpe avec le risque géopolitique malgré les sto…

    Londres: Les prix du pétrole progressaient jeudi, les investisseurs ayant les yeux rivés sur les possibles perturbations de l'approvisionnement en raison de...

    jeudi 11 avril 2024 à 10:35

    ExxonMobil réduit ses activités en France et supprime 677 em…

    Paris: Le géant pétrolier américain ExxonMobil a annoncé jeudi une réduction de ses activités à Port-Jérôme (Normandie), qui "devrait entraîner la suppression...

    mercredi 10 avril 2024 à 20:55

    Le pétrole en hausse malgré le bond des stocks et l'inflatio…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont enregistré un gain, mercredi, la menace d'une escalade entre Iran et Israël l'emportant sur...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 28 mars 2024 La banque internationale Standard Chartered estime que le resserrement des marchés pétroliers continuera à alimenter la hausse des prix du pétrole et prévoit que le Brent atteindra une moyenne de 94 dollars le baril au cours du deuxième trimestre 2024.

    📈 L'Opep+ garde son cap pour soutenir les prix du pétrole

    Le mercredi 04 octobre 2023

    Vienne: Un panel de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et de leurs alliés (Opep+) a recommandé mercredi de maintenir la stratégie actuelle de baisse de production, renforcée par les coupes saoudiennes et russes, dans le but de soutenir les cours.

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite

    La course aux 100 dollars le baril de pétrole Brent est lancée

    Le jeudi 28 septembre 2023

    Paris: Alors que la hausse des prix du pétrole se poursuivait jeudi après l'envol affiché la veille au soir, le baril de Brent de la mer du Nord a désormais lancé la course vers les 100 dollars. L'or noir se négocie actuellement à ses plus hauts niveaux depuis près d'un an.

    Lire la suite