Menu
A+ A A-

🇺🇸 Washington impuissant à contraindre ses propres producteurs de pétrole

prix du petrole New YorkNew York: Face au plongeon des cours du pétrole, Donald Trump presse la Russie et l'Arabie saoudite de réduire drastiquement leur production, une demande difficile à faire aux Etats-Unis, pays qui pompe le plus mais où il est difficile d'intervenir directement pour fermer les robinets.
Le locataire de la Maison Blanche avait surpris jeudi dernier en expliquant via Twitter "espérer et s'attendre" à ce que Ryad et Moscou diminuent leurs extractions "d'environ 10 millions de barils, et peut-être nettement plus".

Il ne peut exiger la même chose des producteurs dans son propre pays car les règles sur la concurrence empêchent les entreprises de se coordonner.

"Je pense que les coupes sont automatiques si vous croyez aux forces du marché", a toutefois souligné lundi M. Trump lors d'une conférence de presse.

Les États-Unis extraient environ 13 millions de barils par jour (mbj). Soit bien plus que la Russie ou l'Arabie saoudite, dont la production s'élevait en février à respectivement 10,7 mbjj et 9,8 mbj selon l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

Imaginer une solution

L'Opep et ses alliés, dont la Russie, doivent se réunir par visioconférence jeudi pour discuter d'une éventuelle réduction de leur production d'or noir.

Les États-Unis ont été invités mais n'ont pas donné leur réponse, a indiqué mardi l'agence russe TASS. Moscou a laissé entendre que tout le monde devait unir ses efforts. Grosso modo, Washington doit aussi songer à réduire sa production.

"Il faudrait que l'administration américaine imagine une solution permettant d'offrir une réduction de la production sans que cela soit officiel", remarque Andrew Lebow, spécialiste du marché pétrolier pour Commodity Research Group.

L'administration a par exemple évoqué, selon lui, l'hypothèse d'une "évacuation des plateformes pétrolières dans le Golfe du Mexique en raison du coronavirus".

La commission régulant l'industrie pétrolière au Texas, zone pétrolière importante, aurait aussi le pouvoir de réduire les niveaux de production dans l'Etat et un de ses responsables a, dans une interview à CNBC, dit être prêt à éventuellement intervenir si un accord international était conclu.

Mais "elle espère probablement que les producteurs vont s'ajuster d'eux-mêmes en raison de la détérioration des conditions économiques, sans intervention des autorités fédérales ou de l'Etat", remarque Andy Lipow du cabinet Lipow Oil Associates basé à Houston.

Le prix du baril de pétrole de référence aux États-Unis, le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie., a de fait baissé d'environ 60% depuis le début de l'année, tombant la semaine dernière jusqu'à 20 dollars.

Avec les mesures de confinement imposées pour enrayer la propagation du Covid-19, les transports comme les usines se sont figés un peu partout dans le monde et la demande en énergie s'est effondrée.

Ryad et Moscou ont accentué le plongeon des cours en s'engageant dans une guerre des prix.

Au niveau actuel des cours, continuer à pomper n'est pas rentable pour de nombreuses entreprises américaines.

Plusieurs grandes majors pétrolières ont déjà drastiquement révisé à la baisse leurs dépenses, comme ExxonMobil qui a annoncé mardi une réduction de 30% de son budget dédié aux investissements.

L'ensemble du secteur aux États-Unis "réduit les forages à une vitesse record", estime le cabinet Rystad Energy. Selon ses calculs, le nombre de forages de puits horizontaux, ceux souvent associés à l'exploitation du pétrole et gaz de schiste, ont déjà baissé de 19% par rapport à mi-mars et pourrait au total plonger de 65%.

Les observateurs du marché prédisent également une vague de faillites parmi les entreprises américaines du secteur, lourdement endettées. Whiting Petroleum Corporation, spécialisée dans les gisements de schiste dans le Dakota du Nord et dans le Colorado (ouest), a déjà déposé le bilan la semaine dernière.

L'agence américaine d'information sur l'énergie a révisé mardi à la baisse ses prévisions de production sur l'ensemble de l'année, de 13 mbjj à 11,8 mbjj.

Mais à très court terme, "on ne peut pas juste pousser un bouton pour arrêter la production", remarque Andrew Lebow.

"Il faudra attendre mai, et sans doute même juin, pour voir une réduction significative de la production", estime l'expert.


(c) Awp

Commenter 🇺🇸 Washington impuissant à contraindre ses propres producteurs de pétrole


    La Production de pétrole dans le monde

    -Voir toutes les actualités de la production de pétrole

    mercredi 23 novembre 2022

    Les États-Unis sont prêts à autoriser Chevron à augmenter la…

    Washington: Chevron pourrait obtenir l'approbation des États-Unis pour étendre considérablement ses opérations au Venezuela dès samedi, une fois que le gouvernement vénézuélien...

    lundi 21 novembre 2022

    Ryad dément des discussions à l'Opep+ pour augmenter la prod…

    Ryad: L'Arabie saoudite a démenti lundi des informations du Wall Street Journal faisant état de discussions entre les pays producteurs de pétrole...

    lundi 21 novembre 2022

    L'Arabie saoudite envisage une hausse de la production de l…

    Ryad: L'Arabie saoudite et d'autres Etats membres de l'Opep discutent d'une augmentation de la production de pétrole, rapporte lundi le Wall Street...

    lundi 14 novembre 2022

    L'Opep révise encore à la baisse sa prévision de demande de …

    Paris: L'Opep a revu une nouvelle fois en légère baisse ses prévisions de croissance de la demande de pétrole pour cette année...

    mercredi 09 novembre 2022

    Selon l'AIE, l'OPEP+ devra repenser sa décision de réduire s…

    Charm el-Cheikh: Le groupe OPEP+ pourrait devoir "repenser" sa décision de réduire son objectif collectif de production de pétrole de 2 millions...

    jeudi 13 octobre 2022

    Pétrole/Opep+: Ryad rejette "totalement" les criti…

    Ryad: L'Arabie saoudite a rejeté "totalement" jeudi les accusations américaines selon lesquelles la décision de l'Opep et de ses alliés, dont la...

    Le pétrole aux Etats-Unis

    Voir toutes les nouvelles du pétrole aux Etats-Unis

    mercredi 23 novembre 2022

    Les États-Unis sont prêts à autoriser Chevron à augmenter la…

    Washington: Chevron pourrait obtenir l'approbation des États-Unis pour étendre considérablement ses opérations au Venezuela dès samedi, une fois que le gouvernement vénézuélien...

    mardi 25 octobre 2022

    L'Arabie saoudite fustige l'utilisation de réserves par les …

    Ryad: Le ministre saoudien de l'Energie a dénoncé mardi le déblocage de réserves pétrolières d'urgence qui vise selon lui à "manipuler les...

    mercredi 19 octobre 2022

    Les prix de l'essence aux États-Unis baissent à nouveau

    Washington: Les prix de l'essence aux États-Unis ont augmenté au début du mois, mais ils baissent à nouveau après que les pannes...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 02 décembre 2022 à 12:50

    Le pétrole stable avant la réunion de l'Opep+

    Londres: Les prix du pétrole stagnaient vendredi, l'incertitude autour des conséquences de l'embargo européen imminent sur le pétrole russe et le plafonnement...

    vendredi 02 décembre 2022 à 08:40

    L'Opep+ dans l'incertitude, entre prix en berne et sanctions

    Londres: Nouvelle coupe des quotas de production ou statu quo? L'Opep+ se réunit dimanche dans un contexte délicat, marqué par la chute...

    jeudi 01 décembre 2022 à 21:15

    Le pétrole finit en ordre dispersé dans un climat d'incertit…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini sur une note contrastée jeudi, en proie au suspense qui entoure la décision...

    jeudi 01 décembre 2022 à 16:05

    Accord provisoire de l'UE pour plafonner le pétrole russe à …

    Bruxelles: Les membres de l'Union européenne, à l'exception de la Pologne, se sont provisoirement mis d'accord jeudi sur un plafonnement du prix...

    jeudi 01 décembre 2022 à 13:45

    L'UE cherche à plafonner le prix du pétrole russe à 60 dolla…

    Bruxelles: L'Union européenne a demandé à ses 27 États membres de soutenir un plafonnement du prix du baril de pétrole russe à...

    jeudi 01 décembre 2022 à 12:20

    Le pétrole en petite hausse avec les espoirs de réouverture …

    Londres: Les prix du pétrole montaient légèrement jeudi, toujours encouragés par les espoirs d'allègement de la politique sanitaire chinoise, avant une réunion...

    mercredi 30 novembre 2022 à 21:29

    Le pétrole poursuit son ascension, possible contraction de l…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont poursuivi leur progression mercredi, toujours encouragés par la possibilité d'une réduction de production de...

    mercredi 30 novembre 2022 à 21:21

    Venezuela: Maduro plaide pour une levée complète des sanctio…

    Caracas: Le président vénézuélien Nicolas Maduro a salué mercredi comme un pas dans la "bonne direction" l'autorisation donnée par les Etats-Unis au...

    mercredi 30 novembre 2022 à 17:32

    🛢️ USA: baisse massive des stocks de pétrole, les raffinerie…

    NYC / Stocks aux USA: Les réserves commerciales de pétrole brut ont chuté brutalement la semaine dernière aux Etats-Unis, selon des chiffres...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le mercredi 16 novembre 2022

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite

    📈 En octobre 2022, le cours du pétrole rebondit

    Le jeudi 24 novembre 2022

    En octobre 2022, le prix en euros du pétrole rebondit (+4,8 % après ‑8,8 % en septembre). Le prix du pétrole rebondit En octobre 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) repart à la hausse (+4,0 % après ‑10,8 % en septembre), s’établissant en moyenne à 93,3 dollars.En euros, la hausse est un peu plus marquée (+4,8 % après ‑8,8 %), s’établissant en moyenne à 95 €, en raison de la dépréciation en octobre de l’euro vis-à-vis du dollar. Cours du pétrole Brent - octobre 2022

    Lire la suite

    Les prix du pétrole sont prêts à s'envoler cet hiver

    Le mardi 08 novembre 2022

    Paris: Dans moins d'un mois (le 5 décembre), un embargo sur les exportations maritimes de pétrole brut russe vers l'Union européenne entrera en vigueur. En conséquence, l'offre mondiale de pétrole devrait se resserrer considérablement, la Russie étant le plus grand exportateur de pétrole et de carburants au monde. Le marché pétrolier s'y prépare.

    Lire la suite