Menu
A+ A A-

Nigeria: nouveau scandale au sein de la compagnie pétrolière nationale

petrole NigeriaLagos: Après avoir promis de mener "la guerre contre la corruption", le président nigérian Muhammadu Buhari est éclaboussé par un scandale visant l'un de ses proches, après la fuite d'une lettre du secrétaire d'Etat au Pétrole dénonçant des malversations au sein de la compagnie pétrolière d'Etat.
Dans une lettre adressée personnellement au président Buhari mais qui a été dévoilée dans la presse locale, Emmanuel Ibe Kachikwu, dresse une liste de cinq contrats d'une valeur de 25 milliards de dollars "signés sans aucune connaissance ni approbation du conseil d'administration de la NNPC (Nigerian National Petroleum Corporation)".

"Et il y en a beaucoup d'autres votre Excellence", tranche l'auteur de la lettre, disant regretter, le "climat de peur", "la non-transparence", "l'humiliation", le tribalisme et les soupçons de corruption qui règnent au sein de la NNPC.

La compagnie pétrolière nationale est historiquement réputée pour être la caisse noire de tous les gouvernements démocratiques ou militaires qui se sont succédé à la tête du premier producteur de pétrole d'Afrique. Une caisse colossale.

Selon Benjamin Augé, chercheur associé à l'Institut français des relations internationales, "le volume vendu par la NNPC représente plus de 50% du volume total - d'environ 2 millions de barils/jour - produit dans le pays", à travers ses joint-ventures avec les grandes compagnies internationales (Shell, Total, ExxonMobil, Chevron, ENI,..).

Le 'cancer' de la corruption


En 2014, le gouverneur de la Banque Centrale, Lamido Sanusi, avait mis à jour l'un des plus gros scandales de corruption du pays, dénonçant la disparition de 18 milliards de dollars des caisses de l'Etat, entre 2012 et 2013.

M. Sanusi a été évincé par le pouvoir, mais c'est sûrement ce même scandale, et les accusations de pillages à grande échelle, qui ont fait perdre Goodluck Jonathan à la présidentielle de 2015, face à Muhammadu Buhari, réputé pour sa droiture.

Le président Buhari avait assuré vouloir mettre fin au "cancer de la corruption". Quasiment toutes les semaines, des comptes sont gelés, des immeubles soupçonnés avoir été mal acquis sont saisis.

Mais ses détracteurs l'accusent de ne viser que des membres du parti adverse en menant "une chasse aux sorcières".

Ce nouveau scandale leur donne un argument de poids. Le secrétaire d'Etat au Pétrole dit avoir tenté en vain de "rencontrer à plusieurs reprises" le président, qui s'est également arrogé le poste de ministre du Pétrole, pour mieux surveiller ce secteur avait-il expliqué à l'époque.

Pourtant, la lettre explosive de M. Kachikwu, datée de la fin août, n'a donné lieu à aucune réaction apparante du président nigérian. Le pays n'a eu connaissance des problèmes au sein de la compagnie qu'après sa fuite dans un journal local cette semaine.

Directement visé par les accusations, le président de la NNPC, Maikanti Kacalla Baru, continue d'assumer ses fonctions.

"Depuis que Baru a été nommé (par M. Buhari) à la tête de la NNPC (en 2016, en remplacement de M. Kachikwu qui assumait cette fonction en plus de sa charge de secrétaire d'Etat au pétrole), il n'a eu qu'un objectif: isoler Kachikwu", explique à l'AFP le chercheur Benjamin Augé.

Les deux hommes n'ont rien en commun. Le Dr Baru, 58 ans, fait partie de la vieille garde musulmane du Nord, tout comme le président Buhari. Sa carrière au sein de la NNPC lui a permis de développer un réseau politique très puissant.

Tout le contraire d'Ibe Kachikwu, originaire du Sud et du secteur privé (diplômé d'Harvard, il était le numéro 2 d'ExxonMobil pour l'Afrique).

Ses efforts pour assainir le secteur ont été salués par les financiers et investisseurs. Mais depuis la nomination de M. Bahu, un ancien du système, à la tête du NNPC en 2016 tout est bloqué, selon les experts.

"Buhari a placé Baru à la tête de la NNPC uniquement parce qu'il vient du Nord, comme lui", tranche un analyste financier nigérian.

Le PDP (Parti Démocratique Populaire, opposition) a demandé jeudi le limogeage de M. Baru, et dénoncé "le silence pesant du président Buhari sur les accusations de malversations au sein de la vache à lait qu'est la NNPC".

Le secrétaire d'Etat Ibe Kachikwu a finalement été reçu vendredi par le président Buhari. A sa sortie, il a lancé un "pas de commentaire" lapidaire à la presse.

"Il est peu probable qu'il (M. Kachikwu) soit évincé du gouvernement, cela donnerait une trop mauvaise image aux investisseurs", a commenté l'analyste financier.

"Mais il est sur un siège éjectable pour le prochain remaniement ministériel de 2018. Dans le fond, on reste avec le même système corrompu dont Buhari a hérité. Rien n'a changé."

(c) AFP

Commenter Nigeria: nouveau scandale au sein de la compagnie pétrolière nationale


    Le pétrole au Nigéria

    -Toutes les nouvelles du pétrole au Nigéria

    jeudi 14 mai 2020

    Les producteurs de pétrole d'Afrique subsaharienne subissent…

    Libreville: Les producteurs de pétrole d'Afrique subsaharienne, qui avaient promis de réformer leurs économies lors des précédents plongeons des cours du brut...

    mercredi 28 août 2019

    Eni annonce une importante découverte pétrolière dans le Del…

    Lagos: Le géant italien Eni a annoncé mercredi la découverte par sa filiale nigériane Agip d'un important gisement pétrolier et gazier dans...

    samedi 06 juillet 2019

    La justice ordonne au Nigeria de libérer un pétrolier battan…

    Genève: Le Tribunal international du droit de la mer a ordonné samedi au Nigeria de libérer un pétrolier battant pavillon suisse immobilisé...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 10 juillet 2020 à 21:55

    Les cours du pétrole se redressent en fin de semaine

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont retrouvé de l'allant vendredi, aidés par les espoirs d'un vaccin contre le Covid-19, un...

    vendredi 10 juillet 2020 à 17:48

    Les cours du pétrole relèvent la tête en fin de semaine

    Londres: Les prix du pétrole retrouvaient de l'allant vendredi, aidés par les espoirs d'un vaccin contre le Covid-19, un léger recul du...

    vendredi 10 juillet 2020 à 13:17

    Les cours du pétrole plombés par la recrudescence des contam…

    Londres: Les prix du pétrole étaient de nouveau orientés à la baisse vendredi, les investisseurs étant préoccupés par la progression du virus...

    vendredi 10 juillet 2020 à 12:45

    Libye: reprise de la production de pétrole après des mois de…

    Tripoli: La Compagnie libyenne nationale de pétrole (NOC) a annoncé vendredi la reprise de la production et des exportations de pétrole en...

    vendredi 10 juillet 2020 à 12:00

    Pétrole: l'AIE voit la production mondiale repartir à la hau…

    Paris: Après avoir atteint son plus bas en neuf ans, la production mondiale de pétrole devrait repartir à la hausse dès juillet...

    jeudi 09 juillet 2020 à 21:28

    Le pétrole flanche face au Covid-19 et une offre amenée à au…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en baisse jeudi devant l'évolution de la pandémie de Covid-19, qui menace la...

    jeudi 09 juillet 2020 à 17:24

    Le pétrole flanche face au Covid-19 et à une offre amenée à …

    Londres: Les prix du pétrole, après s'être maintenus à l'équilibre au cours de la séance européenne, reculaient jeudi devant l'évolution de la...

    jeudi 09 juillet 2020 à 12:01

    Le pétrole plafonne face au Covid-19 et à une offre amenée à…

    Londres: Les prix du pétrole étaient toujours bloqués autour de 40 dollars le baril jeudi, contraints par l'évolution de la pandémie, qui...

    mercredi 08 juillet 2020 à 21:20

    Le pétrole monte à la faveur d'une baisse des stocks américa…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en légère hausse mercredi, soutenus par une baisse marquée des stocks d'essence aux...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 2 juillet 2020 Le panier de référence de l’Opep (ORB), constitué des cours de référence de 13 pétroles bruts, a augmenté significativement mercredi 1 juillet pour atteindre 42,66 dollars.
    Il est constitué des bruts suivants: Saharan Blend (Algérie), Girassol (Angola), Arab Light (Arabie saoudite), Djeno (Congo), Murban (Emirats arabe unis), Rabi Light (Gabon), Zafiro (Guinée), Basra Light (Irak), Iran Heavy (Iran), Kuwait Export (Koweït), Es Sider (Libye), Bonny Light (Nigeria) et le Merey (Venezuela).

    'Peak oil'? Le secteur pétrolier se demande si le déclin est irréversible

    Le jeudi 02 juillet 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: La chute des cours du pétrole avec la crise du Covid-19 oblige les entreprises du secteur à revoir la valeur de leur actifs, alors que chefs d'entreprises et experts se demandent désormais si la demande n'a pas entamé un déclin irréversible.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite

    Le prix du pétrole peut-il rester bas pour longtemps ?

    Le jeudi 30 avril 2020 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du pétrole a beaucoup reculé à cause du coronavirus, alors que les efforts des producteurs pour stabiliser le marché sont restés vains. Le cours du pétrole peut-il rester bas longtemps ?

    Lire la suite