Menu
A+ A A-

Les revenus pétroliers russes pourraient résister à l'interdiction de l'UE et au plafonnement des prix du G7

Pétrole en RussieMoscou: La production de pétrole russe pourrait chuter de 500 000 à 1 million de barils par jour (bpj) au début de 2023 après que l'Union européenne ait imposé une interdiction des importations maritimes à partir de lundi, ont déclaré deux sources chez les principaux producteurs russes.

Cette estimation se situe dans la partie inférieure des prévisions des analystes du marché quant à l'impact combiné de l'interdiction et d'une proposition de plafonnement des prix sur le pétrole russe, bien que les sources aient déclaré que le niveau réel dépendrait de plusieurs facteurs encore à régler.

Elles ont requis l'anonymat pour discuter de la dynamique sensible du marché liée au conflit en Ukraine que la Russie appelle une "opération militaire spéciale".

Alexei Kokin, de la maison de courtage Otkritie, a largement approuvé leur évaluation de l'impact probable des mesures occidentales sur la production russe.

"C'est à peu près le même volume que celui des livraisons maritimes à l'UE ces dernières semaines", a-t-il déclaré. "Je ne pense pas qu'ils (les producteurs russes) seront en mesure de détourner cela ailleurs".

L'Occident veut comprimer les finances de la Russie pour réduire sa capacité à financer le conflit.

Les exportations de brut, de gaz et de produits pétroliers représentent la majorité des revenus de la Russie, qui sont restés élevés car les perturbations de la production et des ventes suite aux sanctions occidentales ont été plus que compensées par les prix élevés sur les marchés internationaux.

Les recettes budgétaires de la Russie provenant du pétrole et du gaz ont bondi de plus d'un tiers au cours des 10 premiers mois de l'année.

Avant le début du conflit en Ukraine le 24 février, la Russie exportait environ 8 millions de bpj de pétrole et de produits pétroliers.

L'UE, son principal acheteur, a réduit ses achats en réponse au conflit, mais Moscou a réussi à détourner l'approvisionnement vers l'Asie et les exportations n'ont que légèrement glissé à 7,6 millions de bpj.

À l'horizon 2023, l'une des principales variables sera le plafond sur lequel les pays du G7 et l'UE s'accorderont pour importer du pétrole russe.

Ils cherchent à trouver un équilibre difficile pour limiter les revenus pétroliers de Moscou tout en évitant les chocs des prix du pétrole sur les marchés internationaux qui ont bondi au moment de l'invasion de la Russie mais se sont refroidis plus récemment.

Certains des plus grands importateurs de pétrole russe, dont la Chine et l'Inde, ne font pas partie de l'initiative. Moscou a déclaré qu'elle ne fournirait pas de pétrole à ceux qui participent.

On ne sait pas non plus si les compagnies de transport maritime et d'assurance seront en mesure de déplacer dans le monde entier le pétrole russe acheté à un prix supérieur au plafond convenu.

Naviguer sur cet obstacle pourrait prendre du temps et provoquer des perturbations, selon certains analystes, bien que la banque américaine JPMorgan considère que l'impact du plafond est modéré, la Russie étant capable d'utiliser ses propres navires et de mobiliser la Chine et l'Inde.

D'autres voient un impact plus profond.

Kirill Melnikov, analyste au Centre for Energy Development, prévoit une baisse de la production russe de 1,0 à 1,5 million de bpj en janvier par rapport aux niveaux de novembre.

L'Agence internationale de l'énergie s'attend à ce que la production russe de brut chute de 2 millions de bpj d'ici la fin du premier trimestre, bien que ce chiffre tienne également compte d'une interdiction de l'UE sur les produits pétroliers russes qui entrera en vigueur le 5 février.


⤵ CAP A 60 $ ?

Plus la quantité de pétrole russe perdue sur les marchés mondiaux est importante, plus l'impact probable sur les prix est grand. Cela pourrait profiter à Moscou et aux autres grands exportateurs et pénaliser les consommateurs occidentaux qui sont déjà confrontés à l'inflation la plus élevée depuis des décennies, en grande partie à cause des coûts énergétiques.

"Même si la baisse des exportations est plus importante que prévu, l'impact sur le budget est compensé par la hausse des prix, donc les recettes budgétaires ne devraient pas souffrir de manière significative", a déclaré Igor Galaktionov de la maison de courtage BCS Mir Investitsiy.

Jeudi, les gouvernements de l'UE ont provisoirement convenu d'un plafond de 60 dollars par baril de brut russe, assorti d'un mécanisme d'ajustement visant à maintenir le plafond à 5 % en dessous des valeurs du marché.

Les pays du G7 avaient auparavant proposé un plafond de 65 à 70 dollars par baril, soit environ le prix actuel du principal mélange d'exportation russe, l'Oural, tandis que la Pologne souhaitait un plafond bien plus bas, à 30 dollars.

L'Urals, qui était vendu en grande partie à des acheteurs européens, est tombé à une décote d'environ 23,50 $ par baril par rapport au Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. daté, la référence sur le marché hors cote, contre une décote de 2 à 3 $ par baril au début de l'année.

Le prix du Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. daté s'établit à environ 87 dollars, soit un niveau proche de celui des contrats à terme sur le Brent international.

"Je pense que le plafond discuté par l'UE sera proche du niveau de prix auquel la Russie vend actuellement son pétrole, a déclaré Alexei Gromov, de l'Institut pour l'énergie et la fondation financière basé à Moscou.

"Si le plafond de prix se situe autour de 60 dollars le baril, la Russie continuera à exporter son pétrole de manière confortable."

À condition que les acheteurs refusent de payer plus que le prix plafond, une limite de 60 $ signifierait que la Russie ne bénéficierait pas d'une hausse des prix internationaux.

Déjà, les revenus de la Russie - et ceux d'autres producteurs de pétrole - ont chuté depuis que le plafond de prix a été proposé pour la première fois par les États-Unis et d'autres pays du G7 en juin, ajoutant une pression de vente sur les marchés pétroliers internationaux affaiblis par les perspectives économiques mondiales.

Si le prix du pétrole russe devait tomber à 45-50 dollars le baril en 2023, Evgueni Suvorov, économiste à la Centrocredit Bank, a déclaré que le budget de la Russie serait confronté à un manque à gagner de l'ordre de 2 000 milliards de roubles (32 milliards de dollars).

La banque centrale s'attend à ce que les revenus totaux du pétrole et du gaz s'élèvent à 8,9 trillions de roubles l'année prochaine.

Les revenus sont déterminés non seulement par le prix du brut russe, mais aussi par le taux de change au moment de la vente.

Si le rouble est relativement fort, comme c'est le cas actuellement, les recettes budgétaires en monnaie locale baissent, ce qui complique la tâche du ministère des finances pour équilibrer les comptes.

Les hypothèses du ministère pour le budget de l'année prochaine prévoient un prix moyen du pétrole russe de 70,1 dollars le baril et un taux de change moyen de 68,3 roubles par dollar. Ces chiffres sont à comparer aux niveaux actuels d'environ 65 $ et 61-62 roubles respectivement.

Bien que le rouble ait baissé récemment, il est toujours bien au-dessus de la fourchette de 70-80 pour un dollar privilégiée par le gouvernement, et les entreprises russes ont exhorté la banque centrale à constituer des réserves de yuan chinois et à affaiblir la monnaie locale.


Au-delà du plafonnement des prix et de l'interdiction d'importation européenne, le secteur pétrolier russe pourrait également être affecté par les restrictions COVID-19 en Chine, un acheteur de plus en plus important de son brut.

La Chine a acheté environ 2 millions de bpj de pétrole russe au cours des derniers mois, contre 1,6 à 1,8 million de bpj au début de l'année.

"Les marchés pétroliers vont continuer à être secoués par les nouvelles en provenance de Chine, étant donné l'impact des blocages en cours sur la demande de pétrole dans le deuxième plus grand consommateur du monde", a déclaré Matt Smith, analyste principal du pétrole chez Kpler.

(c) Reuters

Commenter Les revenus pétroliers russes pourraient résister à l'interdiction de l'UE et au plafonnement des prix du G7


    Le pétrole en Russie

    -Voir toutes les nouvelles du pétrole en Russie

    samedi 21 janvier 2023

    Les plafonds de prix sur les produits pétroliers raffinés ru…

    Moscou: La secrétaire au Trésor Janet Yellen a déclaré que les pays occidentaux cherchent à mettre en place des plafonds de prix...

    vendredi 13 janvier 2023

    Le pétrole russe en roubles atteint son plus bas niveau depu…

    Moscou: Le prix en roubles du pétrole phare de l'Oural russe a atteint son plus bas niveau depuis novembre 2020, montrent les...

    mercredi 28 décembre 2022

    Pétrole russe : l'interdiction de vente n'aura pas de "…

    Berlin: L'interdiction par Moscou de vendre le pétrole russe à compter du 1er février aux pays étrangers plafonnant son prix n'aura pas...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 31 janvier 2023 à 14:42

    Opep+: Arkab prendra part mercredi par visioconférence aux t…

    ALGER: Le ministre de l'Energie et des Mines, Mohamed Arkab, prendra part, mercredi, par visioconférence, aux travaux de la 47ème réunion du...

    mardi 31 janvier 2023 à 13:50

    ExxonMobil : profit record de 55,7 milliards de dollars en 2…

    New York: La major pétrolière américain ExxonMobil a dégagé un profit record de 55,7 milliards de dollars (presque autant en francs suisses)...

    mardi 31 janvier 2023 à 13:05

    Le pétrole baisse, les exportations russes résistent

    Londres: Les prix du pétrole poursuivent leur déclin mardi, lestés par des exportations russes résilientes, tandis que les investisseurs désertent les actifs...

    lundi 30 janvier 2023 à 21:55

    En baisse, le pétrole attend toujours des signes du rebond d…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé lundi pour la troisième séance d'affilée, dans un marché qui s'essouffle à force...

    lundi 30 janvier 2023 à 18:00

    Le pétrole baisse mais une attaque en Iran inquiète

    Londres: Les cours du pétrole baissaient lundi, mais une attaque sur un site militaire Iranien ainsi que l'approche de l'embargo sur l'or...

    lundi 30 janvier 2023 à 17:25

    Guerre en Ukraine : BP revoit en baisse ses prévisions de de…

    Londres: Le géant énergétique britannique BP a revu en baisse ses prévisions de consommation d'énergie mondiale à long terme à cause de...

    lundi 30 janvier 2023 à 13:00

    ⛽️ Augmentation des prix des carburants: Le SP98 frôle les 2…

    Paris: Les tarifs des carburants continuent de grimper depuis le début de l'année en raison de la fin des subventions de l'État...

    lundi 30 janvier 2023 à 12:00

    Le pétrole hésite, une attaque en Iran inquiète

    Londres: Les cours du pétrole évoluaient sans direction forte lundi, mais une attaque sur un site militaire iranien ainsi que l'approche de...

    vendredi 27 janvier 2023 à 23:00

    Le pétrole en repli, sur des prises de profits avant la fin …

    New York: Les prix du pétrole, en hausse en première partie de séance, se sont finalement repliés vendredi, les investisseurs étant tentés...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 31 janvier 2022 Depuis vendredi, les cours du pétrole ont perdu plus de 2%.

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite

    📊 Qui sont les plus grands producteurs de pétrole ? 

    Le mercredi 14 septembre 2022

    Dans le secteur économique, le pétrole constitue la matière première incontournable puisqu’il assure le bon fonctionnement de l’agriculture, des transports, des industries et bien d’autres. C’est pour cette raison qu’il est très échangé partout dans le monde avec ses dérivés tels que l’essence, le gazole, le fioul… Les principaux pays producteurs de pétrole proviennent généralement du Moyen-Orient et de l’Amérique du nord. Découvrez ci-dessous le classement mondial des plus grands producteurs de pétrole, basé sur les dernières données statistiques de BP en 2022, l’une des plus grandes compagnies pétrolières au monde.

    Lire la suite

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le jeudi 24 novembre 2022

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite