Menu
RSS
A+ A A-

Face au casse-tête du schiste américain, l'Opep déçoit les marchés

prix du petrole vienneVienne: Des cours du brut qui flanchent et des analystes réservés: la reconduction des limitations de production décidée par l'Opep et ses partenaires a déçu les marchés qui ont sanctionné l'absence de mesures plus ambitieuses pour doper le prix de l'or noir.
En maintenant les réductions de production au niveau en vigueur depuis le début de l'année, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), qui s'est réunie jeudi à Vienne avec des producteurs non membres du cartel, a validé un scénario largement attendu par les marchés.

Les 24 pays parties prenantes à cet accord passé fin 2016 vont prolonger jusqu'à fin mars 2018 la baisse de production, d'un total de 1,8 million barils par jour (mbj), initiée pour réduire l'excédent d'offre au niveau mondial et faire remonter les prix en chute libre depuis 2014.

Lors de son annonce, ce pacte historique avait fait grimper le cours du baril, les investisseurs voyant avec soulagement s'arrêter la course aux extractions que l'OPEP menait avec les producteurs américains de pétrole de schiste d'un côté et avec la Russie de l'autre, l'un des poids lourds du secteur qui a finalement rallié la politique des quotas.

Mais après six mois d'efforts, l'OPEP et ses partenaires ne peuvent pas vraiment se targuer d'une réussite éblouissante, les réserves mondiales de brut restant à des niveaux élevés.

L'Arabie saoudite et la Russie, leaders de cet accord et premiers producteurs mondiaux, se sont félicités jeudi du renouvellement de l'accord, estimant qu'il permettra un rééquilibrage progressif.

La menace du schiste américain


Mais les marchés sont dubitatifs. La prolongation a été accueillie par une perte de plus de 2 dollars des prix du baril, qui s'est légèrement stabilisé et s'échangeait à 51,62 dollars pour le Brent et 48,99 dollars pour le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. vers 09H00 GMT (11H00 à Paris).

Le ministre saoudien de l'Energie, Khaled Al-Faleh "a bien dû reconnaître qu'il y avait trop de variables que l'OPEP ne contrôlait pas", dont la production de pétrole non-conventionnel, ont souligné les analystes de Barclays dans une note.

Jusqu'au développement des technologies de production de pétrole de schiste, les décisions de l'OPEP jouaient un rôle déterminant dans l'équilibre du marché. Avec l'appui de ses compagnies nationales et des coûts d'extractions très bas, le cartel pouvait se permettre d'inonder le marché pour faire chuter les prix ou de "fermer le robinet" pour les faire grimper.

Mais le pétrole de schiste possède des cycles de production très courts, de moins d'un an, et les volumes peuvent s'adapter avec souplesse au gré des évolutions des prix.

"Le schiste américain pourrait profiter de cette extension de neuf mois pour pomper sans retenue et prendre encore plus de parts de marché à l'OPEP", a prévenu Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

D'ailleurs, alors que l'objectif officiel de l'OPEP est de ramener les réserves des pays de l'OCDE à leur moyenne sur les cinq dernières années, cette cible omniprésente dans le communiqué de novembre a disparu dans celui de jeudi, même si les ministres continuent de le mentionner dans leurs interventions, a noté Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.

"On parle toujours de rééquilibrage, mais désormais, cela signifie +abaisser légèrement les réserves mondiales, en espérant vaguement que cela joue sur les prix+", a-t-il tranché.

Pas de bonne surprise


Dans ce contexte, même le respect de leurs engagements de baisse de production par les signataires de l'accord, dont la Russie, n'a pas suffi à consoler les investisseurs.

Pour ajouter à la déception, l'Arabie saoudite avait laissé entendre que, si l'OPEP n'adoptait pas de quotas plus restrictifs, d'autres pays pourraient se joindre à l'accord.

Mais au final, l'accord se fera entre les mêmes 24 pays, même si la Guinée Equatoriale passe du statut de partenaire de l'OPEP à celui de membre du cartel, désormais au nombre de 14.

Enfin, les marchés se posent la question de l'équilibre des marchés quand l'accord prendra fin, après le premier trimestre 2018.

"De nouveaux projets, dans le pétrole de schiste mais également des forages en eaux profondes, sont en voie d'achèvement de tous les côtés", ont prévenu les analystes de JBC.

"A court terme, l'OPEP pourrait faire baisser l'offre mondiale, mais retrouver la moyenne des réserves mondiales sur les cinq dernières années paraît difficile à croire", ont-ils prévenu, s'attendant à ce que "les discussions sur un nouveau renouvellement de l'accord se multiplient..."

(c) AFP


Commenter Face au casse-tête du schiste américain, l'Opep déçoit les marchés

La Production de pétrole dans le monde


mercredi 21 février 2018

Pétrole: la Norvège produit moins que prévu en janvier

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a augmenté moins que prévu en janvier, selon des...

mardi 13 février 2018

L'Irak veut augmenter ses capacités de production de pétrole…

Koweït: L'Irak, pays membre de l'Opep, prévoit de porter sa capacité de production de pétrole à sept millions de barils par jour...

mardi 13 février 2018

Pétrole: l'offre augmentera "probablement" plus vi…

Paris: L'offre de pétrole, tirée principalement par les Etats-Unis, "progressera probablement plus vite que la demande" en 2018, a estimé mardi l'Agence...

lundi 12 février 2018

Opep: la hausse de la production aux Etats-Unis "demeur…

Paris: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a une nouvelle fois revu à la hausse ses prévisions de l'offre américaine cette...

vendredi 02 février 2018

Washington conforte sa place dans la cour des grands du pétr…

New York: Les Etats-Unis, en dépassant pour la première fois depuis 1970 le cap symbolique des 10 millions de barils de pétrole...

jeudi 01 février 2018

Pétrole: les USA produisent plus de 10 millions de barils pa…

New York: Les Etats-Unis ont pour la première fois depuis 1970 dépassé en novembre le cap symbolique des 10 millions de barils...

mercredi 31 janvier 2018

La production de pétrole du Brésil en hausse de 4% en 2017

Rio de janeiro: La production de pétrole du Brésil a augmenté de 4% en 2017 par rapport à 2016, les gisements pré-salifères...

lundi 29 janvier 2018

La production de pétrole à Fort Hills (Canada) maintenant en…

Paris: La production de pétrole des mines de sables bitumineux de Fort Hills en Alberta (Ouest du Canada) va atteindre dans l'année...

mardi 23 janvier 2018

Pétrole: la Norvège a produit moins que prévu en 2017

Oslo: La Norvège, plus gros producteur d'hydrocarbures d'Europe de l'ouest, a produit moins de pétrole que prévu en 2017, selon des chiffres...


-Voir toutes les actualités de la production de pétrole

Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 21 février 2018 à 16:14

Le pétrole baisse, lesté par le renforcement du dollar

Londres: Les cours du pétrole baissaient mercredi à l'approche de la fin des échanges européens, le renforcement du dollar effaçant les effets...

mercredi 21 février 2018 à 12:16

Le pétrole baisse en raison de la fermeté du dollar

Londres: Les prix du pétrole reculaient en cours d'échanges européens, plombés par la hausse du dollar et malgré des commentaires encourageants de...

mercredi 21 février 2018 à 09:30

Pétrole: la Norvège produit moins que prévu en janvier

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a augmenté moins que prévu en janvier, selon des...

mercredi 21 février 2018 à 05:08

Le pétrole à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse mercredi en Asie, plombés par le renforcement du dollar et la hausse...

mardi 20 février 2018 à 21:59

Le pétrole, scrutant toujours l'Opep, en ordre dispersé

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole coté à New York et à Londres ont terminé en ordre dispersé mardi dans un...

mardi 20 février 2018 à 18:44

Chevron a repris ses activités au Kurdistan irakien

New York: Le géant pétrolier américain Chevron a confirmé mardi avoir relancé ses opérations dans la région du Kurdistan irakien, après les...

mardi 20 février 2018 à 16:12

Le pétrole recule un peu dans un marché calme

Londres: Les cours du pétrole reculaient légèrement mardi en cours d'échanges européens dans un marché calme qui surveillait tout de même la...

mardi 20 février 2018 à 12:24

Le pétrole cherche une direction

Londres: Les prix du pétrole cherchaient une direction mardi en cours d'échanges européens, dans un marché encore sans grande volatilité au lendemain...

mardi 20 février 2018 à 09:23

Le pétrole en ordre dispersé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole divergeaient mardi en Asie dans un marché troublé par les tensions au Moyen-Orient et les craintes de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite

En octobre 2017, le prix du pétrole poursuit sa hausse

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,2 % après +5,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées diminuent (−1,1 % après −2,3 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En octobre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,2 % après +5,9 % en août), à 49 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu moins marquée (+3,8 % après +6,9 %), l'euro s'étant légèrement déprécié au cours du...

Lire la suite

En novembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En novembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+9,0 % sur un mois, après +5,2 %). Les prix en euros des autres matières premières importées augmentent également (+1,0 % après −1,1 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En novembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros continue d'augmenter (+9,0 % après +5,2 % en août), à 53 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est comparable (+8,9 % après +3,8 %), le taux de change étant resté quasi...

Lire la suite