Menu
A+ A A-

Face au casse-tête du schiste américain, l'Opep déçoit les marchés

prix du petrole vienneVienne: Des cours du brut qui flanchent et des analystes réservés: la reconduction des limitations de production décidée par l'Opep et ses partenaires a déçu les marchés qui ont sanctionné l'absence de mesures plus ambitieuses pour doper le prix de l'or noir.
En maintenant les réductions de production au niveau en vigueur depuis le début de l'année, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), qui s'est réunie jeudi à Vienne avec des producteurs non membres du cartel, a validé un scénario largement attendu par les marchés.

Les 24 pays parties prenantes à cet accord passé fin 2016 vont prolonger jusqu'à fin mars 2018 la baisse de production, d'un total de 1,8 million barils par jour (mbj), initiée pour réduire l'excédent d'offre au niveau mondial et faire remonter les prix en chute libre depuis 2014.

Lors de son annonce, ce pacte historique avait fait grimper le cours du baril, les investisseurs voyant avec soulagement s'arrêter la course aux extractions que l'OPEP menait avec les producteurs américains de pétrole de schiste d'un côté et avec la Russie de l'autre, l'un des poids lourds du secteur qui a finalement rallié la politique des quotas.

Mais après six mois d'efforts, l'OPEP et ses partenaires ne peuvent pas vraiment se targuer d'une réussite éblouissante, les réserves mondiales de brut restant à des niveaux élevés.

L'Arabie saoudite et la Russie, leaders de cet accord et premiers producteurs mondiaux, se sont félicités jeudi du renouvellement de l'accord, estimant qu'il permettra un rééquilibrage progressif.

La menace du schiste américain


Mais les marchés sont dubitatifs. La prolongation a été accueillie par une perte de plus de 2 dollars des prix du baril, qui s'est légèrement stabilisé et s'échangeait à 51,62 dollars pour le Brent et 48,99 dollars pour le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. vers 09H00 GMT (11H00 à Paris).

Le ministre saoudien de l'Energie, Khaled Al-Faleh "a bien dû reconnaître qu'il y avait trop de variables que l'OPEP ne contrôlait pas", dont la production de pétrole non-conventionnel, ont souligné les analystes de Barclays dans une note.

Jusqu'au développement des technologies de production de pétrole de schiste, les décisions de l'OPEP jouaient un rôle déterminant dans l'équilibre du marché. Avec l'appui de ses compagnies nationales et des coûts d'extractions très bas, le cartel pouvait se permettre d'inonder le marché pour faire chuter les prix ou de "fermer le robinet" pour les faire grimper.

Mais le pétrole de schiste possède des cycles de production très courts, de moins d'un an, et les volumes peuvent s'adapter avec souplesse au gré des évolutions des prix.

"Le schiste américain pourrait profiter de cette extension de neuf mois pour pomper sans retenue et prendre encore plus de parts de marché à l'OPEP", a prévenu Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

D'ailleurs, alors que l'objectif officiel de l'OPEP est de ramener les réserves des pays de l'OCDE à leur moyenne sur les cinq dernières années, cette cible omniprésente dans le communiqué de novembre a disparu dans celui de jeudi, même si les ministres continuent de le mentionner dans leurs interventions, a noté Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.

"On parle toujours de rééquilibrage, mais désormais, cela signifie +abaisser légèrement les réserves mondiales, en espérant vaguement que cela joue sur les prix+", a-t-il tranché.

Pas de bonne surprise


Dans ce contexte, même le respect de leurs engagements de baisse de production par les signataires de l'accord, dont la Russie, n'a pas suffi à consoler les investisseurs.

Pour ajouter à la déception, l'Arabie saoudite avait laissé entendre que, si l'OPEP n'adoptait pas de quotas plus restrictifs, d'autres pays pourraient se joindre à l'accord.

Mais au final, l'accord se fera entre les mêmes 24 pays, même si la Guinée Equatoriale passe du statut de partenaire de l'OPEP à celui de membre du cartel, désormais au nombre de 14.

Enfin, les marchés se posent la question de l'équilibre des marchés quand l'accord prendra fin, après le premier trimestre 2018.

"De nouveaux projets, dans le pétrole de schiste mais également des forages en eaux profondes, sont en voie d'achèvement de tous les côtés", ont prévenu les analystes de JBC.

"A court terme, l'OPEP pourrait faire baisser l'offre mondiale, mais retrouver la moyenne des réserves mondiales sur les cinq dernières années paraît difficile à croire", ont-ils prévenu, s'attendant à ce que "les discussions sur un nouveau renouvellement de l'accord se multiplient..."

(c) AFP

Commenter Face au casse-tête du schiste américain, l'Opep déçoit les marchés


    Le pétrole aux Etats-Unis

    Voir toutes les nouvelles du pétrole aux Etats-Unis

    dimanche 14 avril 2019

    Au Texas, la vie au gré du prix du baril de pétrole

    Cotulla: Cotulla, l'autoproclamée "capitale hôtelière" du pétrole texan, avec ses 24 bâtiments pour 4.200 habitants, profite de la bonne santé des cours...

    samedi 13 avril 2019

    Le bassin permien américain, nouvel eldorado des majors pétr…

    New York: L'annonce du rachat d'Anadarko par Chevron vendredi est venue illustrer le poids prépondérant du bassin permien aux Etats-Unis, qui vient...

    vendredi 12 avril 2019

    La major Chevron rachète sa compatriote Anadarko pour 33 mil…

    New York: La major pétrolière américaine Chevron a cassé sa tirelire vendredi pour racheter sa compatriote Anadarko: pour 33 milliards de dollars...

    La Production de pétrole dans le monde

    -Voir toutes les actualités de la production de pétrole

    samedi 13 avril 2019

    Le bassin permien américain, nouvel eldorado des majors pétr…

    New York: L'annonce du rachat d'Anadarko par Chevron vendredi est venue illustrer le poids prépondérant du bassin permien aux Etats-Unis, qui vient...

    mercredi 10 avril 2019

    La production de pétrole du Venezuela et de l'Arabie Saoudit…

    Paris: La production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a spectaculairement chuté en mars, avec une très forte baisse dans...

    mercredi 10 avril 2019

    Baisse de l'offre de l'Opep en mars, avec le Venezuela

    OPEP: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a fait état mercredi d'une baisse de son offre en mars, avec notamment un...

    lundi 01 avril 2019

    La production pétrolière de l'OPEP diminue, au plus bas depu…

    Londres: La production pétrolière de l’OPEP en mars 2019 a chuté à son plus bas niveau depuis février 2015, comme l’Arabie saoudite...

    jeudi 28 mars 2019

    Ryad peine à fidéliser Moscou sur la réduction de l'offre de…

    Ryad: Le ministre de l'energie russe alexandre novak a dit à son homologue saoudien khalid al-Falih, lors d'une rencontre à Bakou ce...

    jeudi 28 mars 2019

    Pétrole: Donald Trump tance l'Opep pour des prix du pétrole …

    New York: Donald Trump a appelé jeudi l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) à augmenter sa production, un nouvel appel du...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 19 avril 2019 à 16:37

    BP et des partenaires investissent 6 milliards de dollars en…

    Londres: Le géant pétrolier britannique BP va investir, avec des partenaires, 6 milliards de dollars (5,33 milliards d'euros) en Azerbaïdjan, notamment pour...

    vendredi 19 avril 2019 à 06:06

    Le pétrole continue de grimper en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, vendredi en Asie, dopés par des informations faisant état d'une baisse du...

    jeudi 18 avril 2019 à 22:21

    Les prix du pétrole montent avant un week-end prolongé

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont un peu avancé jeudi et affiché une nouvelle semaine de hausse à la veille...

    jeudi 18 avril 2019 à 16:32

    Les prix du pétrole divergent dans un marché indécis

    Londres: Les cours du pétrole divergeaient jeudi en cours d'échanges européens, à la veille du long week-end pascal vendredi et lundi.

    jeudi 18 avril 2019 à 12:15

    Le pétrole recule un peu avant un long week-end pascal

    Londres: Les prix du pétrole reculaient légèrement jeudi en cours d'échanges européens alors que le marché britannique sera fermé vendredi et lundi...

    jeudi 18 avril 2019 à 06:38

    Les cours du pétrole inertes en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole n'évoluaient guère jeudi en Asie en dépit de la baisse des réserves américaines de brut, les analystes...

    mercredi 17 avril 2019 à 22:24

    Le pétrole recule, privilégie la production russe aux stocks…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont légèrement baissé mercredi malgré un recul des stocks américains, les courtiers s'interrogeant sur l'avenir...

    mercredi 17 avril 2019 à 17:21

    Recul surprise des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis (EI…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont enregistré une baisse surprise la semaine dernière et les importations ont chuté...

    mercredi 17 avril 2019 à 12:14

    Le pétrole grimpe avant les données officielles sur les stoc…

    Londres: Le prix du pétrole de Brent bondissait mercredi en cours d'échanges européens à son plus haut niveau en cinq mois, galvanisés...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 16 avril 2019 Pour la semaine achevée le 12 avril, les analystes tablent sur une hausse de 2 millions de barils des stocks de brut, sur une baisse de 2,55 millions de barils des stocks d'essence et sur une baisse d'un million de barils des stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole).

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite