Menu
A+ A A-

L'Opep se réunit à Vienne, tiraillée entre la crise économique et l'Iran

prix-du-petrole (reprise de samedi, avant(reprise de samedi, avant:papier)

Londres - L'Opep, qui se réunit mercredi et jeudi à Vienne, devrait laisser inchangé son plafond de production malgré la récente chute des cours, faisant face à la fois à une demande en berne et à de vives tensions sur le dossier iranien.

Après une rencontre mercredi avec des dirigeants de grandes compagnies pétrolières, les ministres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) examineront jeudi l'état du marché mondial.

L'Opep s'était engagée fin décembre à maintenir la production conjuguée de ses douze membres à 30 millions de barils par jour (mbj), le niveau où elle se situait alors, mais sans redéfinir de quotas individuels.

Depuis, les prix du brut ont joué les montagnes russes, d'abord dopés par le durcissement des sanctions internationales contre l'Iran, avant d'être refroidis par la crise en zone euro et une salve d'indicateurs économiques moroses aux Etats-Unis et en Chine.

PRESSIONS ACCRUES SUR L'ARABIE SAOUDITE

Après s'être hissé début mars jusqu'à 128 dollars, un sommet depuis juillet 2008, le cours du baril de Brent coté à Londres a dégringolé de 25%, sombrant début juin sous 100 dollars, au plus bas depuis près d'un an et demi.

"Il faut s'attendre à voir s'accroître les pressions pour que l'Arabie saoudite réduise sa production" afin d'enrayer le repli des prix, a estimé Carsten Fritsch, analyste de Commerzbank.

De fait, l'Arabie saoudite a fortement gonflé son offre depuis décembre, passant de 9,45 millions de barils par jour (mbj) à plus de 10 mbj en avril, un niveau historique, avec pour objectif de compenser l'offre iranienne, qui a dans le même temps diminué de 300'000 barils par jour.

Mais la Libye et l'Irak ont également fortement augmenté leur production, et suffisent à eux deux à compenser la perte de brut iranien sans l'Arabie saoudite.

Conséquence: la production du cartel dépasse largement le plafond qu'il s'était imparti en décembre, se hissant en avril à 31,85 millions de barils par jour selon l'Agence internationale de l'Energie (AIE) et provoquant un gonflement important des stocks mondiaux face à une demande au ralenti.

L'ATTENTISME DEVRAIT DOMINER

"D'elle-même, la baisse des prix sous 100 dollars ne semble pas suffisante pour provoquer une baisse de production" de la part de l'Arabie, a toutefois estimé Paul Horsnell, analyste de Barclays Capital.

Selon lui, "il est donc probable que l'attentisme domine jusqu'à ce que la situation s'éclaircisse un peu, tant dans la zone euro que dans le dossier iranien".

De fait, la réunion de Vienne intervient à quelques jours d'un scrutin législatif décisif en Grèce et de la reprise des négociations de l'Iran avec les puissances du groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Chine, Russie et Allemagne) sur son programme nucléaire.

Dans ce contexte, certains ministres de l'Opep "pourraient se réjouir d'un niveau de prix plus bas, crucial pour l'économie mondiale alors que s'avivent les inquiétudes sur la demande énergétique", a observé Gary Hornby, expert du cabinet britannique Inenco.

Sur ce terrain, l'Arabie saoudite risque cependant de se heurter vivement aux faucons du cartel, menés par l'Iran, qui a déjà vivement accusé la production saoudienne de "déstabiliser le marché du brut".

"Téhéran va évidemment demander aux Saoudiens de diminuer leur offre, mais il ne faut pas s'attendre à une querelle trop voyante: l'Iran aura sans doute à coeur d'afficher un profil conciliant avant la reprise des négociations" sur le nucléaire, a estimé Philip Wiper du courtier londonien PVM.

Iraniens et Saoudiens devraient également s'opposer à Vienne sur la question du prochain secrétaire général du cartel, lequel doit prendre ses fonctions à la fin de l'année. Les deux principaux Etats producteurs de l'Opep ont déjà désigné leur candidat respectif.

rp



(AWP / 11.06.2012 06h23)


Commenter L'Opep se réunit à Vienne, tiraillée entre la crise économique et l'Iran


    Le pétrole en Iran

    -Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

    lundi 05 novembre 2018

    Sanctions américaines: Chine, Inde et Japon autorisés à ache…

    Washington: Les Etats-Unis ont autorisé huit pays, parmi lesquels la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud et l'Italie, à continuer...

    dimanche 04 novembre 2018

    Sanctions contre l'Iran: le marché pétrolier sur le qui-vive…

    Londres: Avec ses sanctions contre les importateurs de pétrole iranien, Washington pourrait faire basculer un marché à l'équilibre précaire et provoquer une...

    vendredi 02 novembre 2018

    Pétrole iranien : la Turquie parmi les pays bénéficiant d'un…

    Ankara: La Turquie fait partie des pays bénéficiant d'une dérogation des Etats-Unis lui permettant de continuer à importer du pétrole iranien en...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 14 novembre 2018 à 16:17

    Le pétrole remonte mais les prévisions d'une offre abondante…

    Londres: Les cours du pétrole rebondissaient mercredi en cours d'échanges européens après leur chute de la veille, alors que l'offre abondante a...

    mercredi 14 novembre 2018 à 12:26

    Le pétrole en légère hausse, la surabondance de l'offre inqu…

    Londres: Les prix du pétrole remontaient légèrement mercredi en cours d'échanges européens mais les investisseurs se focalisaient sur le déséquilibre du marché...

    mercredi 14 novembre 2018 à 11:42

    Pétrole: l'AIE voit la progression des stocks d'un bon oeil …

    Paris: L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a confirmé mercredi ses prévisions de croissance de la demande de pétrole et jugé favorablement la...

    mercredi 14 novembre 2018 à 11:30

    Prix des carburants: hausse de taxe maintenue, mais des mesu…

    Paris: Elargissement du chèque énergie, super prime à la conversion pour les ménages modestes, le Premier ministre Edouard Philippe a dévoilé mercredi...

    mercredi 14 novembre 2018 à 04:30

    Le pétrole poursuit sa chute en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de dégringoler en Asie mercredi du fait des inquiétudes sur un trop plein d'offre sur le...

    mardi 13 novembre 2018 à 22:18

    L'Opep s'inquiète d'un pétrole trop abondant et fait déraper…

    Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, entraînant une...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:50

    Venezuela: la production de pétrole poursuit sa chute en oct…

    Caracas: La production de brut au Venezuela a poursuivi sa chute en octobre, avec 1,17 million de barils par jour (mbj), soit...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:15

    Le prix du baril de brut new-yorkais accuse sa pire chute de…

    NYC/Cours de clôture: Les prix des barils de pétrole brut cotés à New York et Londres ont plongé mardi à la clôture...

    mardi 13 novembre 2018 à 16:22

    Le pétrole baisse, inquiété par Trump et les prévisions de l…

    Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens alors que Donald Trump a demandé à l'Opep de ne pas...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur le pétrole, a-t-il un futur ?

    Le lundi 15 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite