Menu
RSS
A+ A A-

Pétrole: l'Iran crie victoire après l'accord de l'Opep

prix du petrole TéhéranTéhéran: L'Iran sort gagnant de l'accord de mercredi à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'Arabie saoudite ayant dû accepter que son grand rival régional augmente sa production tout en baissant la sienne.
Victoire pétrolière de l'Iran à l'OPEP, Echec de la diplomatie pétrolière de Ryad, titraient les journaux iraniens après cet accord visant à réduire la production du cartel de 1,2 million de barils par jour (mb/j).

Tous les pays du cartel, à l'exception de l'Iran, du Nigeria et de la Libye, doivent baisser leur niveau de production.

L'Iran a même été autorisé à augmenter sa production de 90.000 barils par jour au cours des six premiers mois de l'année 2017. Il y a encore neuf mois, des pays de l'OPEP voulaient que l'Iran gèle sa production à un niveau de 3,6 mb/j, mais ils ont finalement accepté (...) un niveau de production de 3,9 mb/j, se réjouit le quotidien gouvernemental Iran.

L'Iran chiite et l'Arabie saoudite sunnite, qui devra baisser sa production de près de 500.000 barils/jour, sont les principaux pays de l'OPEP, mais aussi deux rivaux qui n'ont plus de relations diplomatiques depuis janvier et se livrent des guerres par procuration dans la région, en Syrie et au Yémen.

Ces dernières années, ils se sont aussi livrés à un bras de fer sur leurs parts de marché, faisant douter de la possibilité d'un accord sur la baisse de la production pour faire remonter les prix.

L'Iran, qui possède les quatrièmes réserves mondiales de pétrole, refusait de geler sa production pour retrouver son niveau d'avant les sanctions, en partie levées en janvier après un accord avec les grandes puissances sur son programme nucléaire.

Téhéran demandait également à l'Arabie saoudite de baisser sa propre production en arguant que le royaume avait profité des sanctions anti-iraniennes pour l'augmenter.

Depuis l'entrée en vigueur de l'accord nucléaire, Téhéran a progressivement augmenté sa production: 3,76 mb/j en octobre et exportation de 2,8 mb/j de pétrole et de condensat de gaz.


- Pas de 'perdant'

L'attitude de l'Arabie saoudite a été guidée par ses problèmes économiques internes. personne ne voulait coopérer avec l'Iran mais la situation économique du pays ne cessait de se dégrader, a déclaré à l'AFP une source du secteur pétrolier à Ryad.

La baisse de la production saoudienne est faible par rapport à son niveau actuel très élevé. Si l'accord permet de faire augmenter les prix, ça aidera le royaume, a ajouté cette source, sous couvert d'anonymat.

L'Arabie saoudite, premier exportateur mondial, est frappée de plein fouet par la chute des cours à moins de 50 dollars le baril. Très dépendante du pétrole, elle prévoit un déficit budgétaire de 87 milliards de dollars (80 milliards d'euros) cette année.

Selon des chiffres officiels, les réserves saoudiennes sont également tombées à 562 milliards de dollars en août, contre 732 milliards à la fin de 2014. Ce qui peut expliquer le fléchissement de Ryad face à Téhéran.

Mais, affirme à l'AFP l'expert koweïtien Kamel al-Harami, il n'y a pas de perdant (...) chacun a gagné 3 à 4 dollars (par baril) au cours des dernières 24 heures puisque les cours se sont envolés de 10% après l'annonce de l'accord.

L'Arabie saoudite et ses partenaires du Golfe, les Emirats arabes unis et le Koweït, avaient augmenté leur production de 3 millions de barils lorsque l'Iran était sous sanctions. La réduction de leur production n'est pas une grosse perte, ajoute Kamal al-Harami. Selon lui, un chef doit toujours faire des compromis et l'Arabie saoudite est le chef de l'OPEP.

Le président iranien, Hassan Rohani, a pointé du doigt les difficultés de Ryad. Il y a deux ans, un grand complot (pour faire baisser les prix) avait été fomenté pour mettre en difficulté l'Iran, alors engagé dans de difficiles négociations avec les grandes puissances sur son programme nucléaire, a-t-il déclaré jeudi selon la télévision d'Etat.

Ce complot a échoué, selon lui, car l'Arabie saoudite a été obligée d'utiliser l'année dernière 100 milliards de dollars de ses réserves en devises (...) alors que nous avons augmenté nos réserves.

(c) AFP

Le pétrole en Iran


lundi 13 août 2018

L'Iran va baisser ses prix du pétrole pour ses clients asiat…

Téhéran: L'Iran va baisser le prix de ses hydrocarbures à destination de ses clients asiatiques en prévision du rétablissement des sanctions américaines...

vendredi 10 août 2018

Les sanctions contre l'Iran, un risque pour l'offre pétroliè…

Paris: Malgré l'accalmie actuelle sur le marché pétrolier, le retour des sanctions américaines contre l'Iran menace l'approvisionnement en brut de l'économie mondiale...

mardi 03 juillet 2018

L'Iran qualifie de "pure imagination" la menace am…

Genève: Le président iranien Hassan Rohani a qualifié mardi de "pure imagination" l'annonce par les Etats-Unis qu'ils allaient empêcher l'Iran d'exporter son...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 16 août 2018 à 06:25

Le pétrole remonte en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, jeudi en Asie, après le plongeon enregistré la veille en raison du...

mercredi 15 août 2018 à 21:56

Le pétrole sous la pression de stocks abondants et d'un doll…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole, déjà sous la pression d'une hausse du dollar depuis plusieurs séances, ont plongé mercredi après...

mercredi 15 août 2018 à 18:17

USA: les stocks de brut bondissent, le cours chute

New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont bondi la semaine dernière à la surprise des analystes, selon les chiffres...

mercredi 15 août 2018 à 16:21

Le pétrole recule avant les stocks américains

Londres: Les cours du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens avant la publication des données officielles sur les réserves américaines, alors...

mercredi 15 août 2018 à 13:24

Le pétrole baisse, pénalisé par les stocks américains et la …

Londres: Les prix du pétrole baissaient mercredi en cours d'échanges européens, après la hausse surprise des stocks américains, selon la fédération professionnelle...

mardi 14 août 2018 à 22:04

Le pétrole, affecté par la flambée du dollar, recule

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont légèrement baissé mardi dans un marché influencé par un dollar au plus haut depuis...

mardi 14 août 2018 à 16:10

Le pétrole remonte dans un marché plus confiant

Londres: Les cours du pétrole rebondissaient mardi en cours d'échanges européens alors qu'une accalmie de la crise turque redonnait le goût du...

mardi 14 août 2018 à 12:55

Le pétrole profite d'une accalmie de la crise turque

Londres: Les prix du pétrole rebondissaient mardi en cours d'échanges européens alors qu'une accalmie de la crise turque redonnait le goût du...

mardi 14 août 2018 à 07:52

Le pétrole orienté à la hausse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mardi, du fait d'achats à bon compte, mais les investisseurs demeuraient globalement...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite