Menu
A+ A A-

Trump ignore les critiques et salue l'aide de l'Arabie saoudite sur la baisse du prix du pétrole

prix du petrole WashingtonWashington: Donald Trump a balayé mercredi les critiques l'accusant de blanchir le pouvoir saoudien suspecté d'avoir orchestré le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, le président américain remerciant au contraire le royaume sunnite pour la baisse des prix du pétrole.
La veille, le président américain avait affirmé dans un communiqué qu'il ne remettrait pas en cause l'alliance stratégique entre les deux pays, malgré l'éventuelle responsabilité du prince héritier Mohammed ben Salmane dans l'assassinat du journaliste saoudien, très critique à l'égard de Ryad.

"Les prix du pétrole baissent. Génial!", s'est félicité sur Twitter le 45e président des États-Unis, qui passe le long pont de Thanksgiving dans sa résidence de Mar-a-Lago en Floride.

"54 dollars, c'était 82 dollars avant. Merci à l'Arabie saoudite, mais allons encore plus bas", a-t-il poursuivi, après avoir plusieurs fois reproché à l'Organisation de pays exportateurs de pétrole (OPEP) d'alimenter la hausse des prix du carburant à la pompe.

Le cours des barils cotés à New York et à Londres avaient atteint début octobre leur plus haut niveau en quatre ans, avant de chuter en raison d'une offre importante.

Mardi, il avait déjà salué le travail de l'Arabie saoudite, premier exportateur de pétrole, pour stabiliser les prix. "Ils m'ont aidé à les garder bas", a-t-il expliqué aux journalistes en quittant la Maison Blanche. "Si nous coupons les ponts (avec les Saoudiens) je pense que le prix de votre pétrole crèvera le plafond", a-t-il assuré.

Pétrole et armes


Le pétrole est l'un des arguments avancés par le président américain pour justifier son intention de ne pas rompre l'alliance avec Ryad même si Mohammed ben Salmane, dit "MBS", était derrière le meurtre de Jamal Khashoggi.

Le journaliste, réfugié aux États-Unis et qui allait se marier avec une jeune femme turque, a été tué le 2 octobre au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul. L'équipe chargée de l'assassinat comprenait des responsables proches du pouvoir saoudien et la plupart des observateurs estiment que MBS ne pouvait pas ignorer l'opération.

Une enquête officielle saoudienne a dédouané le prince héritier mais selon un rapport de la CIA cité par les médias américains, l'agence de renseignement n'a plus de doutes sur sa responsabilité.

Donald Trump a pour sa part estimé mardi que la CIA n'avait "rien trouvé d'absolument certain". "Il se pourrait très bien que le prince héritier ait eu connaissance de cet évènement tragique --peut-être, peut-être pas!", a-t-il dit.

Et il a semblé vouloir clore le sujet crucial des commanditaires en affirmant que Washington entendait "rester un partenaire inébranlable de l'Arabie saoudite".

Les 450 milliards de contrats, civils et militaires, sont un autre élément de la relation stratégique avec Ryad. "C'est tout simplement l'Amérique d'abord!", a assuré M. Trump mardi.

Un prince "fou"


Les propos du président ont provoqué un tollé au Congrès américain, jusque dans les rangs républicains.

L'influent sénateur Lindsey Graham, qui s'est rapproché récemment de M. Trump, a estimé sur Fox News que le prince héritier était "fou". "Ce n'est pas trop demander que de dire à un allié de ne pas massacrer quelqu'un dans un consulat", a-t-il dit.

Pour le sénateur Bob Corker, patron de la puissante Commission des Affaires étrangères, la Maison Blanche est devenue "une agence de relations publiques" pour l'homme fort de Ryad.

Au nom de la commission, il a demandé officiellement mardi soir que le président détermine clairement avant la fin février 2019 si le prince héritier est impliqué dans le meurtre. Un avis positif pourrait entraîner des sanctions au titre de la loi dite "Magnitsky" sur les violations des droits de l'homme.

Mais le secrétaire d'Etat Mike Pompeo a semblé écarter cette éventualité mercredi, tout en assurant que les États-Unis "protègeront toujours les droits de l'homme".

"En fait, nous avons vu les Saoudiens bouger dans cette direction depuis le début de mandat" de M. Trump, a-t-il affirmé dans un entretien à la radio. "Ce n'est pas un bilan parfait, mais il y eu sans aucun doute des pas en avant".


(c) AFP

Commenter Trump ignore les critiques et salue l'aide de l'Arabie saoudite sur la baisse du prix du pétrole


    Le pétrole en Arabie Saoudite

    - Toutes les actualités du pétrole en Arabie Saoudite

    jeudi 28 mars 2019

    Ryad peine à fidéliser Moscou sur la réduction de l'offre de…

    Ryad: Le ministre de l'energie russe alexandre novak a dit à son homologue saoudien khalid al-Falih, lors d'une rencontre à Bakou ce...

    jeudi 14 février 2019

    Total devient la première grande compagnie pétrolière à inve…

    Paris: Le groupe français Total est le premier grand groupe pétrolier international à investir sur le marché de la vente au détail...

    jeudi 24 janvier 2019

    Les États-Unis vont pomper plus de pétrole que la Russie et …

    Selon le rapport de Rystad, les États-Unis devraient produire plus de pétrole que la Russie et l'Arabie saoudite réunies d'ici 2025.

    Le pétrole aux Etats-Unis

    Voir toutes les nouvelles du pétrole aux Etats-Unis

    dimanche 14 avril 2019

    Au Texas, la vie au gré du prix du baril de pétrole

    Cotulla: Cotulla, l'autoproclamée "capitale hôtelière" du pétrole texan, avec ses 24 bâtiments pour 4.200 habitants, profite de la bonne santé des cours...

    samedi 13 avril 2019

    Le bassin permien américain, nouvel eldorado des majors pétr…

    New York: L'annonce du rachat d'Anadarko par Chevron vendredi est venue illustrer le poids prépondérant du bassin permien aux Etats-Unis, qui vient...

    vendredi 12 avril 2019

    La major Chevron rachète sa compatriote Anadarko pour 33 mil…

    New York: La major pétrolière américaine Chevron a cassé sa tirelire vendredi pour racheter sa compatriote Anadarko: pour 33 milliards de dollars...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 19 avril 2019 à 06:06

    Le pétrole continue de grimper en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, vendredi en Asie, dopés par des informations faisant état d'une baisse du...

    jeudi 18 avril 2019 à 22:21

    Les prix du pétrole montent avant un week-end prolongé

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont un peu avancé jeudi et affiché une nouvelle semaine de hausse à la veille...

    jeudi 18 avril 2019 à 16:32

    Les prix du pétrole divergent dans un marché indécis

    Londres: Les cours du pétrole divergeaient jeudi en cours d'échanges européens, à la veille du long week-end pascal vendredi et lundi.

    jeudi 18 avril 2019 à 12:15

    Le pétrole recule un peu avant un long week-end pascal

    Londres: Les prix du pétrole reculaient légèrement jeudi en cours d'échanges européens alors que le marché britannique sera fermé vendredi et lundi...

    jeudi 18 avril 2019 à 06:38

    Les cours du pétrole inertes en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole n'évoluaient guère jeudi en Asie en dépit de la baisse des réserves américaines de brut, les analystes...

    mercredi 17 avril 2019 à 22:24

    Le pétrole recule, privilégie la production russe aux stocks…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont légèrement baissé mercredi malgré un recul des stocks américains, les courtiers s'interrogeant sur l'avenir...

    mercredi 17 avril 2019 à 17:21

    Recul surprise des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis (EI…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont enregistré une baisse surprise la semaine dernière et les importations ont chuté...

    mercredi 17 avril 2019 à 12:14

    Le pétrole grimpe avant les données officielles sur les stoc…

    Londres: Le prix du pétrole de Brent bondissait mercredi en cours d'échanges européens à son plus haut niveau en cinq mois, galvanisés...

    mercredi 17 avril 2019 à 07:54

    Le pétrole orienté à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mercredi en Asie, après des estimations d'une baisse inattendue des réserves de...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 16 avril 2019 Pour la semaine achevée le 12 avril, les analystes tablent sur une hausse de 2 millions de barils des stocks de brut, sur une baisse de 2,55 millions de barils des stocks d'essence et sur une baisse d'un million de barils des stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole).

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite