Menu
A+ A A-

Trump ignore les critiques et salue l'aide de l'Arabie saoudite sur la baisse du prix du pétrole

prix du petrole WashingtonWashington: Donald Trump a balayé mercredi les critiques l'accusant de blanchir le pouvoir saoudien suspecté d'avoir orchestré le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, le président américain remerciant au contraire le royaume sunnite pour la baisse des prix du pétrole.
La veille, le président américain avait affirmé dans un communiqué qu'il ne remettrait pas en cause l'alliance stratégique entre les deux pays, malgré l'éventuelle responsabilité du prince héritier Mohammed ben Salmane dans l'assassinat du journaliste saoudien, très critique à l'égard de Ryad.

"Les prix du pétrole baissent. Génial!", s'est félicité sur Twitter le 45e président des États-Unis, qui passe le long pont de Thanksgiving dans sa résidence de Mar-a-Lago en Floride.

"54 dollars, c'était 82 dollars avant. Merci à l'Arabie saoudite, mais allons encore plus bas", a-t-il poursuivi, après avoir plusieurs fois reproché à l'Organisation de pays exportateurs de pétrole (OPEP) d'alimenter la hausse des prix du carburant à la pompe.

Le cours des barils cotés à New York et à Londres avaient atteint début octobre leur plus haut niveau en quatre ans, avant de chuter en raison d'une offre importante.

Mardi, il avait déjà salué le travail de l'Arabie saoudite, premier exportateur de pétrole, pour stabiliser les prix. "Ils m'ont aidé à les garder bas", a-t-il expliqué aux journalistes en quittant la Maison Blanche. "Si nous coupons les ponts (avec les Saoudiens) je pense que le prix de votre pétrole crèvera le plafond", a-t-il assuré.

Pétrole et armes


Le pétrole est l'un des arguments avancés par le président américain pour justifier son intention de ne pas rompre l'alliance avec Ryad même si Mohammed ben Salmane, dit "MBS", était derrière le meurtre de Jamal Khashoggi.

Le journaliste, réfugié aux États-Unis et qui allait se marier avec une jeune femme turque, a été tué le 2 octobre au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul. L'équipe chargée de l'assassinat comprenait des responsables proches du pouvoir saoudien et la plupart des observateurs estiment que MBS ne pouvait pas ignorer l'opération.

Une enquête officielle saoudienne a dédouané le prince héritier mais selon un rapport de la CIA cité par les médias américains, l'agence de renseignement n'a plus de doutes sur sa responsabilité.

Donald Trump a pour sa part estimé mardi que la CIA n'avait "rien trouvé d'absolument certain". "Il se pourrait très bien que le prince héritier ait eu connaissance de cet évènement tragique --peut-être, peut-être pas!", a-t-il dit.

Et il a semblé vouloir clore le sujet crucial des commanditaires en affirmant que Washington entendait "rester un partenaire inébranlable de l'Arabie saoudite".

Les 450 milliards de contrats, civils et militaires, sont un autre élément de la relation stratégique avec Ryad. "C'est tout simplement l'Amérique d'abord!", a assuré M. Trump mardi.

Un prince "fou"


Les propos du président ont provoqué un tollé au Congrès américain, jusque dans les rangs républicains.

L'influent sénateur Lindsey Graham, qui s'est rapproché récemment de M. Trump, a estimé sur Fox News que le prince héritier était "fou". "Ce n'est pas trop demander que de dire à un allié de ne pas massacrer quelqu'un dans un consulat", a-t-il dit.

Pour le sénateur Bob Corker, patron de la puissante Commission des Affaires étrangères, la Maison Blanche est devenue "une agence de relations publiques" pour l'homme fort de Ryad.

Au nom de la commission, il a demandé officiellement mardi soir que le président détermine clairement avant la fin février 2019 si le prince héritier est impliqué dans le meurtre. Un avis positif pourrait entraîner des sanctions au titre de la loi dite "Magnitsky" sur les violations des droits de l'homme.

Mais le secrétaire d'Etat Mike Pompeo a semblé écarter cette éventualité mercredi, tout en assurant que les États-Unis "protègeront toujours les droits de l'homme".

"En fait, nous avons vu les Saoudiens bouger dans cette direction depuis le début de mandat" de M. Trump, a-t-il affirmé dans un entretien à la radio. "Ce n'est pas un bilan parfait, mais il y eu sans aucun doute des pas en avant".


(c) AFP

Commenter Trump ignore les critiques et salue l'aide de l'Arabie saoudite sur la baisse du prix du pétrole


    Le pétrole en Arabie Saoudite

    - Toutes les actualités du pétrole en Arabie Saoudite

    jeudi 14 février 2019

    Total devient la première grande compagnie pétrolière à inve…

    Paris: Le groupe français Total est le premier grand groupe pétrolier international à investir sur le marché de la vente au détail...

    jeudi 24 janvier 2019

    Les États-Unis vont pomper plus de pétrole que la Russie et …

    Selon le rapport de Rystad, les États-Unis devraient produire plus de pétrole que la Russie et l'Arabie saoudite réunies d'ici 2025.

    jeudi 24 janvier 2019

    Arabie Saoudite: "Nous pomperons le dernier baril de pé…

    Ryad: L’Arabie saoudite n’achète pas le récit du pic de la demande maximale de pétrole. Le plus gros producteur de l’OPEP continue...

    Le pétrole aux Etats-Unis

    Voir toutes les nouvelles du pétrole aux Etats-Unis

    mardi 29 janvier 2019

    Washington songe à puiser dans ses réserves de pétrole

    Washington: L'administration Trump envisage de puiser dans les réserves stratégiques de pétrole des Etats-Unis pour atténuer l'impact sur les cours des nouvelles...

    mardi 29 janvier 2019

    Les raffineurs américains se préparent au resserrement de l…

    Washington: L’administration de Trump a annoncé de nouvelles sanctions à l’égard de la compagnie pétrolière nationale vénézuélienne PDVSA, ce qui réduira considérablement...

    jeudi 24 janvier 2019

    Les États-Unis vont pomper plus de pétrole que la Russie et …

    Selon le rapport de Rystad, les États-Unis devraient produire plus de pétrole que la Russie et l'Arabie saoudite réunies d'ici 2025.

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 15 février 2019 à 20:52

    Le pétrole au plus haut depuis trois mois, entre efforts de …

    Cours de clôture: Les prix du pétrole se sont hissés vendredi à leur sommet depuis novembre alors que la production de l'Organisation...

    vendredi 15 février 2019 à 13:51

    Total va déplacer des activités de Londres à Paris et Genève

    Paris: Le géant pétrolier Total va déplacer certaines de ses activités de Londres vers Paris et Genève, mais a insisté dans un...

    vendredi 15 février 2019 à 12:27

    Le pétrole a dépassé 65 dollars, entre efforts de l'Opep et …

    Londres: Le prix du pétrole de Brent, référence internationale du brut, a dépassé son plus haut de l'année avec les baisses de...

    vendredi 15 février 2019 à 10:12

    Eni: bénéfice net ajusté presque doublé en 2018

    Rome: Le géant pétrolier et gazier italien Eni, porté par la hausse du prix du brut, a annoncé vendredi un bond de...

    vendredi 15 février 2019 à 05:01

    Le pétrole poursuit sa hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de grimper vendredi en Asie, aidés par la réduction de la production de l'Opep, les espoirs...

    jeudi 14 février 2019 à 21:55

    Le pétrole monte, scrutant toujours les négociations sino-am…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse pour la troisième séance de suite jeudi, profitant de l'optimisme des...

    jeudi 14 février 2019 à 20:05

    Total devient la première grande compagnie pétrolière à inve…

    Paris: Le groupe français Total est le premier grand groupe pétrolier international à investir sur le marché de la vente au détail...

    jeudi 14 février 2019 à 12:17

    Le pétrole profite des négociations sino-américaines et effo…

    Londres: Les prix du pétrole continuaient leur hausse jeudi alors que les négociations se poursuivent entre Pékin et Washington et que l'accord...

    jeudi 14 février 2019 à 01:37

    Le pétrole termine en hausse à New York

    New york: Les cours du brut ont terminé en hausse mercredi sur le Nymex, portés par les coupes dans les exportations et...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 15 février 2019 Le cours du baril de Brent a franchi le seuil des 65 dollars pour culminer à 65,10 dollars, son plus haut depuis presque 3 mois.

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite