Menu
A+ A A-

Les pays du G20 essaient de boucler un accord sur une baisse de l'offre de pétrole

prix du petrole RyadRyad: Les ministres de l'Energie des pays du G20 tiennent vendredi une réunion virtuelle, sur fond de tractations ardues pour obtenir une baisse massive de la production pétrolière, et l'annonce du Mexique sur un accord avec Washington pourrait mettre fin à l'impasse.
En raison du confinement de la moitié de la population mondiale pour limiter la propagation du nouveau coronavirus, la demande de pétrole est en chute libre, alors même que l'offre était déjà en excédent.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) avait évoqué, vendredi matin dans un communiqué, une entente préalable sur une diminution de l'offre mondiale - de 10 millions de baril de brut par jour (mbj) en mai et juin - lors d'une réunion des principaux pays producteurs de pétrole, dont la Russie non membre du cartel mais deuxième producteur mondial et chef de file des partenaires du cartel.

Mais le Mexique, pays non-membre de l'OPEP, n'a pas donné son approbation, indispensable pour entériner cette décision, à la hauteur de la crise qui frappe le secteur.

"Stabilité nécessaire"


Or le président mexicain, Andrés Manuel Lopez Obrador, a indiqué lors d'une conférence de presse être parvenu à un accord avec son homologue américain, Donald Trump, pour réduire la production de pétrole de son pays.

Il a précisé que le Mexique allait réduire ses pompages de 100.000 barils par jour (bj) et que les États-Unis allaient de leur côté diminuer les leurs de 250.000 bj supplémentaires par rapport à leurs engagements précédents pour compenser la part mexicaine. La Maison Blanche n'a pas confirmé cette annonce dans l'immédiat.

"On nous demandait une réduction équivalente à celle de l'Arabie saoudite ou de la Russie, de l'ordre de 23% de la production", a fait valoir le président mexicain. "On a maintenu notre position jusqu'à la fin car cela nous a demandé beaucoup d'efforts d'augmenter notre production", a-t-il ajouté.

Premier exportateur mondial de pétrole et membre de l'OPEP, l'Arabie saoudite a donné le coup d'envoi vendredi d'une réunion virtuelle des ministres de l'Energie du G20, dont elle assure la présidence tournante, dans le but affiché d'élargir l'accord de réduction de la production aux non-membres de l'OPEP, comme les États-Unis et le Mexique.

Le directeur exécutif de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), Fatih Birol, a dit espérer que cette réunion puisse donner lieu à une "stabilité si nécessaire aux marchés pétroliers".

"L'extrême volatilité observée sur les marchés porte préjudice à l'économie mondiale au moment où nous pouvons le moins nous le permettre".

Le retrait de 10 mbj en mai et juin, puis de 8 mbj de juillet à décembre, serait pour l'essentiel supporté par l'Arabie saoudite et la Russie, mais au moins une vingtaine d'autres pays devraient participer à l'effort, d'après Bloomberg.

Alors qu'ils tournaient encore autour de 60 dollars il y a quelques mois, les cours du baril ont atteint en début de semaine dernière des niveaux plus vus depuis 2002. Le prix du baril selon le panier de l'OPEP est juste au-dessus de 21 dollars.

Et les 13 pays de l'OPEP et leurs 10 partenaires, avec lesquels ils forment l'alliance OPEP+, tentent de réagir.

Pour organiser la réunion extraordinaire des principaux pays producteurs, Ryad et Moscou avaient mis fin à la guerre des prix et des parts de marché qu'ils avaient déclenchée après leur dernière conférence, le 6 mars à Vienne. Moscou avait claqué la porte de l'OPEP+ et Ryad avait ouvert les vannes et bradé son pétrole à destination de l'Europe.

Mais les deux pays ont été surpris par la rapidité de la propagation du virus qui a pénalisé la demande au moment où l'offre de brut est excédentaire.

Scepticisme

Même en cas d'accord, plusieurs analystes disent douter de la capacité des producteurs à soutenir les cours.

"Une réduction de 10 millions de barils par jour en mai et juin empêchera d'atteindre les limites de stockage et évitera aux prix de tomber dans un abîme, mais elle ne permettra toujours pas de rétablir l'équilibre souhaité du marché", selon les analystes de Rystad Energy.

Désireuse de forger la coalition la plus large possible, l'OPEP+ a, pour la première fois, invité des pays producteurs extérieurs à son alliance. Le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak, a salué jeudi la présence de neuf pays supplémentaires, dont le Canada et la Norvège.

Les États-Unis, quoique conviés, ne peuvent pas participer directement en raison de leur sévère réglementation antimonopole. Le pays, qui n'est pas non plus membre de l'OPEP+, souhaite une réduction de l'offre pour stabiliser les prix et redonner de l'air à son industrie de pétrole de schiste, en grande difficulté.

Une réunion de l'OPEP est programmée le 10 juin.

(c) AFP

Commenter Les pays du G20 essaient de boucler un accord sur une baisse de l'offre de pétrole


    Le pétrole en Arabie Saoudite

    - Toutes les actualités du pétrole en Arabie Saoudite

    lundi 13 décembre 2021

    Résultante de la hausse du pétrole, L'Arabie saoudite va enr…

    Ryad: L'Arabie saoudite prévoit de dégager au cours du prochain exercice son premier excédent budgétaire depuis près de dix ans, 90 milliards...

    samedi 23 octobre 2021

    L'Arabie saoudite vise la neutralité carbone d'ici à 2060

    Ryad: L'Arabie saoudite, premier exportateur de pétrole brut au monde, vise la neutralité carbone d'ici 2060, a annoncé samedi le prince héritier...

    mercredi 13 octobre 2021

    L'Opep revoit en baisse la demande de pétrole pour 2021

    Paris: L'organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a revu en baisse son estimation pour 2021 de la demande pétrolière mondiale, qui...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 19 janvier 2022 à 21:44

    Le pétrole frôle les 90 dollars, avant de consolider

    Cours de clôture: Le baril de Brent de mer du Nord a frôlé mercredi les 90 dollars, porté par son élan ainsi...

    mercredi 19 janvier 2022 à 12:20

    Le pétrole grimpe, dopé par la demande et les risques sur l…

    Londres: Les cours du pétrole continuaient leur envolée mercredi, la forte demande et les risques géopolitiques exerçant une pression à la hausse...

    mercredi 19 janvier 2022 à 10:33

    L'AIE met en garde sur une possible "nouvelle année de …

    Paris: L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a revu en hausse ses prévisions de la demande de pétrole cette année et prévenu que...

    mardi 18 janvier 2022 à 22:39

    Le pétrole s'installe en haute altitude, l'attaque sur Abou …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé mardi proches des sommets de 7 ans atteints plus tôt, une attaque sur...

    mardi 18 janvier 2022 à 13:09

    Le pétrole au plus haut depuis 2014, des risques géopolitiqu…

    Londres: Les cours du pétrole s'envolaient mardi, les risques géopolitiques faisant craindre de nouvelles perturbations d'une offre déjà tendue, hissant les prix...

    mardi 18 janvier 2022 à 11:00

    Goldman Sachs voit le baril de Brent à 100 dollars au T3

    Paris: Goldman Sachs s'attend à ce que le prix du baril de Brent atteigne 100 dollars au second semestre de cette année...

    mardi 18 janvier 2022 à 09:43

    Le pétrole Brent et le WTI au plus haut depuis 2014

    Tokyo: Les prix du Brent et du WTI évoluaient mardi à leur plus haut niveau depuis plus de sept ans, dopés par...

    mardi 18 janvier 2022 à 06:28

    Pétrole: le Brent au plus haut depuis 2014, dopé par des ten…

    Tokyo: Le prix du pétrole de Brent a atteint mardi un plus haut en sept ans, dopé par les perturbations de l'offre...

    lundi 17 janvier 2022 à 15:20

    ⛽️ Forte hausse des prix des carburants en ce début d'année …

    Paris: Les prix des carburants routiers vendus dans les stations-service en France poursuivaient leur hausse la semaine passée. Pour sa part, la moyenne des cours du pétrole...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    📈 Les prix du pétrole pourraient atteindre 125$ en 2022 et 150$ en 2023

    Le mercredi 01 décembre 2021 - L'actualité des prix du pétrole

    New York: Le prix du pétrole brut pourrait s'envoler à 125 dollars le baril l'année prochaine et à 150 dollars en 2023 en raison de la capacité limitée de l'OPEP à augmenter sa production, estiment les analystes de JP Morgan dans leur nouveau rapport.

    Lire la suite

    📉 En novembre 2021, le prix du pétrole diminue un peu

    Le vendredi 17 décembre 2021 - Analyses des prix du pétrole

    En novembre 2021, le prix du pétrole en euros se replie (-1,4 % après +13,8 % en octobre).Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) baissent légèrement (-0,6 % après +3,3 %) sous l'effet du recul de ceux des matières premières industrielles (-4,7 % après +4,5 %). Les prix des matières premières alimentaires, pour leur part, restent orientés à la hausse (+2,4 % après +2,5 %). Le prix du pétrole se replie En novembre 2021, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) recule (-3,0 % après +12,1 %)...

    Lire la suite

    Puiser dans les réserves stratégiques de pétrole, mesure rare et temporaire

    Le mardi 23 novembre 2021 - Analyses des prix du pétrole

    Washington: En butte à l'accélération de l'inflation qui mécontente les Américains, le président Joe Biden a annoncé mardi que les Etats-Unis allaient puiser dans leurs réserves stratégiques de pétrole pour tenter de faire baisser les prix de l'essence à la pompe, une initiative rarement utilisée.Cinquante millions de barils de brut américain vont être déversés sur le marché, accompagnés d'une contribution de la Chine, de l'Inde, du Japon, de la Corée du Sud et du Royaume-Uni. L'Inde a précisé qu'elle participerait à hauteur de 5 millions de barils.

    Lire la suite