Menu
A+ A A-

Pétrole: les solutions de l'Iran face aux sanctions américaines

prix du petrole TéhéranTéhéran: L'Iran risque de voir ses exportations de pétrole chuter avec le retour de sanctions américaines contre son secteur énergétique en novembre, mais son expérience dans le contournement d'embargos pourrait lui permettre d'atténuer leurs effets.
Entre 2012 et 2015, au plus dur des sanctions internationales, la République islamique est parvenue à écouler une partie de son brut à l'étranger, notamment en maquillant ses pétroliers, et ces méthodes n'ont jamais vraiment cessé, notent certains analystes.

"Assez souvent, nous voyons des pétroliers qui entrent en Iran ou en sortent secrètement", dit à l'AFP Samir Madani, cofondateur du site TankerTrackers.com, moniteur du commerce pétrolier mondial.

"Nous les repérons à l'aide de satellites. Plusieurs navires par mois", ajoute-t-il.

Leur nombre pourrait augmenter après le 5 novembre, date du rétablissement de sanctions américaines contre l'industrie pétrolière iranienne.

Le retour de ces sanctions extraterritoriales procède de la décision annoncée en mai par la Maison Blanche de se retirer unilatéralement de l'accord international sur le nucléaire iranien conclu en 2015 à Vienne.

Promettant "une pression financière sans précédent" sur l'Iran, Washington dit être déterminé à réduire "à zéro" ses exportations de brut et menace les entreprises ou pays qui continueraient de lui acheter du pétrole.

Ces pressions ont déjà fait chuter de 24% les ventes de pétrole de l'Iran entre mai et août, selon l'agence d'information financière Bloomberg.

"Nous avons sous-estimé à quel point New Delhi et Pékin pourraient se plier aux exigences américaines", écrit le cabinet de conseil Eurasia Group dans une note, s'étonnant de la baisse brutale des achats de brut iranien par l'Inde et la Chine (respectivement 49% et 35% en trois mois selon eux).

Eurasia Group prévoit que les ventes de brut iranien devraient tomber autour de 900.000 à 1,2 million de barils par jour (mbj) d'ici à novembre, contre 2,7 mbj en mai.

"Chat et souris"


Mais, pour plusieurs analystes, l'objectif "zéro" du gouvernement américain paraît irréaliste.

L'Iran détient les quatrièmes réserves mondiales prouvées de pétrole et nombre de pays, en Asie particulièrement, ont besoin de se fournir en brut iranien, d'autant que leurs raffineries sont spécialement conçues pour traiter cette variété de pétrole-là et pas une autre.

Selon un analyste du cabinet de conseil Wood Mackenzie, spécialisé dans le domaine de l'énergie, l'Iran a déjà commencé à accorder des réductions supplémentaires, de l'ordre de 10 à 15 millions de dollars par mois, à certains gros importateurs comme l'Inde et la Chine.

Afin de retarder ou contourner les sanctions, "les acheteurs peuvent payer en nature, en une autre monnaie (que le dollar), ou payer à crédit, voire régler sur un compte sous séquestre en Suisse et attendre que les sanctions soient levées. L'Inde a fait comme ça" de 2012 à 2015, dit M. Madani, de TankerTrackers.com.

Ou encore, si l'Iran parvient à faire parvenir son pétrole dans un port ami, celui-ci peut alors être mélangé à du brut d'une autre provenance et être revendu ainsi, indique Thijs Van de Graaf, professeur de politique internationale à l'Université de Gand (Belgique).

"L'Iran a joué au chat et à la souris la dernière fois (...) et recommencera probablement cette fois-ci", dit-il à l'AFP.

L'Iran a aussi ressorti récemment la menace de bloquer le détroit d'Ormuz, point de passage stratégique pour le commerce mondial de pétrole.

Mais une telle mesure handicaperait aussi Téhéran puisque la majorité de ses exportations de pétrole transite par ce secteur commandant l'entrée du Golfe.

Pressions sur l'Europe


Fermement opposée au retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien, l'Union européenne a réaffirmé son attachement à ce texte et promis un ensemble de mesures censées garantir les intérêts économiques de la République islamique pour permettre à l'Iran de continuer de respecter ce pacte.

L'accord est présenté par ses partisans en Occident comme la meilleure garantie pour empêcher l'Iran de se doter de l'arme atomique.

Vu la force dissuasive des sanctions américaines, certains doutent cependant de la capacité de l'Europe à accoucher d'une proposition acceptable pour l'Iran.

"Si nous ne pouvons maintenir" des ventes de pétrole supérieures à 2 millions de barils par jour "après la mise en oeuvre des mesures européennes, alors ce sera une ligne rouge", a averti début septembre Abbas Araghchi, vice-ministre des Affaires étrangères iranien.

Téhéran a déjà prévenu qu'il se retirerait de l'accord de Vienne si celui-ci ne "préserve plus (ses) intérêts nationaux".

Si elle se poursuit, la tendance de hausse des prix du pétrole observée depuis 2016, pourrait néanmoins faire le jeu de l'Iran.

"En théorie, il est parfaitement possible d'avoir une hausse (...) qui vienne compenser parfaitement la baisse (du volume) des exportations" iraniennes, estime M. Van der Graaf.


(c) AFP


Commenter Pétrole: les solutions de l'Iran face aux sanctions américaines


    Le pétrole en Iran

    -Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

    jeudi 07 mars 2019

    Netanyahu: la contrebande pétrolière iranienne doit cesser

    Israël: "L'Iran continue sa contrebande de pétrole brut en violation des sanctions américaines et cela doit cesser", a déclaré le premier ministre israélien Benjamin...

    mardi 04 décembre 2018

    Sanctions: l'Iran peut bloquer les exportations de pétrole d…

    Téhéran: Le président iranien Hassan Rohani a de nouveau menacé mardi de bloquer les exportations de pétrole dans le Golfe, en réaction...

    samedi 01 décembre 2018

    L'Iran a élaboré un "mécanisme" pour vendre son pé…

    Téhéran: L'Iran a finalisé un "mécanisme" permettant l'achat de pétrole iranien par Séoul après le rétablissement de sanctions américaines contre son secteur...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 18 avril 2019 à 16:32

    Les prix du pétrole divergent dans un marché indécis

    Londres: Les cours du pétrole divergeaient jeudi en cours d'échanges européens, à la veille du long week-end pascal vendredi et lundi.

    jeudi 18 avril 2019 à 12:15

    Le pétrole recule un peu avant un long week-end pascal

    Londres: Les prix du pétrole reculaient légèrement jeudi en cours d'échanges européens alors que le marché britannique sera fermé vendredi et lundi...

    jeudi 18 avril 2019 à 06:38

    Les cours du pétrole inertes en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole n'évoluaient guère jeudi en Asie en dépit de la baisse des réserves américaines de brut, les analystes...

    mercredi 17 avril 2019 à 22:24

    Le pétrole recule, privilégie la production russe aux stocks…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont légèrement baissé mercredi malgré un recul des stocks américains, les courtiers s'interrogeant sur l'avenir...

    mercredi 17 avril 2019 à 17:21

    Recul surprise des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis (EI…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont enregistré une baisse surprise la semaine dernière et les importations ont chuté...

    mercredi 17 avril 2019 à 12:14

    Le pétrole grimpe avant les données officielles sur les stoc…

    Londres: Le prix du pétrole de Brent bondissait mercredi en cours d'échanges européens à son plus haut niveau en cinq mois, galvanisés...

    mercredi 17 avril 2019 à 07:54

    Le pétrole orienté à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mercredi en Asie, après des estimations d'une baisse inattendue des réserves de...

    mardi 16 avril 2019 à 22:05

    Le pétrole monte à la veille d'un rapport sur les stocks amé…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont un peu avancé mardi dans un marché sans direction claire, à la veille de...

    mardi 16 avril 2019 à 12:11

    Le pétrole stable dans un marché atone

    Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient mardi en cours d'échanges européens dans un marché sans direction forte après les prises de...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 16 avril 2019 Pour la semaine achevée le 12 avril, les analystes tablent sur une hausse de 2 millions de barils des stocks de brut, sur une baisse de 2,55 millions de barils des stocks d'essence et sur une baisse d'un million de barils des stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole).

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite