Menu
A+ A A-

Le krach pétrolier, une menace pour les producteurs de schiste aux Etats-Unis

prix du petrole New YorkNew York: L'effondrement des cours du brut représente un coup de massue pour le pétrole de schiste aux Etats-Unis. Déjà lourdement endettés, de nombreux opérateurs pourraient ne pas s'en relever.
Le baril de brut échangé à New York, le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie., a connu lundi sa pire chute depuis la première guerre du Golfe en 1991, plongeant de plus de 30% en début de journée, jusqu'à 27 dollars.

En cause: la décision de l'Arabie saoudite de baisser drastiquement, et unilatéralement, le prix de son or noir, après l'échec de négociations en fin de semaine dernière avec la Russie. Moscou avait alors refusé de baisser de nouveau sa production de brut, ne souhaitant pas perdre du terrain face aux États-Unis, qui inonde le marché mondial avec leur pétrole de schiste.

Les producteurs américains ont profité de nouvelles techniques de fracturation hydraulique et de forage horizontal, souvent décriées par les défenseurs de l'environnement, pour multiplier depuis une dizaine d'années les puits au Texas, au Nouveau-Mexique, dans le Dakota du Nord ou en Pennsylvanie.

Le secteur "ne va pas disparaître" avec la dernière dégringolade des prix, prédit Andrew Lebow, spécialiste du marché de l'énergie pour Commoditiy Research Group. "Mais il est certain qu'on se dirige vers une période difficile", ajoute-t-il. "Si on reste autour des 30 dollars le baril, certaines entreprises risquent l'extinction."

Les majors pétrolières, qui sont arrivés plus tard dans l'exploitation du schiste mais y ont récemment pris de l'ampleur, pourront résister, estime l'expert.

Elles dégringolaient en tout cas lundi à la Bourse de New York, ExxonMobil chutant de 8%, Chevron de 13% et ConocoPhillips de 23% vers 16H00 GMT.

Les compagnies américaines plus spécialisée dans le schiste, Chesapeake Energy (-19%) et Whiting Petroleum (-33%) étaient aussi punies lourdement.

"Conversations enflammées avec les banques"


Le boom du schiste, qui a permis aux États-Unis de devenir le premier producteur mondial d'or noir devant la Russie et l'Arabie saoudite, a aussi nécessité des milliards de dollars que banques et investisseurs, avec des taux d'intérêt particulièrement bas, ont généreusement accordé.

Résultat: les sociétés d'exploration et de production aux États-Unis et au Canada ont environ 86 milliards de dollars de dette à rembourser entre 2020 et 2024, selon un rapport de l'agence Moody's dévoilé mi-février. Et 62% de cette dette est considérée comme spéculative, ajoute Moody's.

"Il doit sûrement y avoir beaucoup de conversations enflammées actuellement entre les producteurs et les banques, des négociations sur un possible prolongement de leur dette", avance M. Lebow.

Il est difficile selon lui de fixer un seuil moyen en-dessous duquel le baril n'est plus rentable, chaque entreprise fonctionnant différemment. "Mais il est clair que plus l'entreprise est grande, plus ce seuil est bas dans la mesure où elle a un accès à un crédit moins cher et qu'elle peut faire des économies d'échelle", explique-t-il.

Le prix de revient dépend par ailleurs de la localisation des puits, soulignent les analystes de JPMorgan Chase. Selon leurs calculs, ils se situe à environ 45 dollars le baril dans le bassin Midland au Texas, ou à environ 55 dollars dans le bassin du Delaware.

Si le baril reste en-dessous de 45 dollars, cela devrait ralentir la croissance de la production.

Et "contrairement à ce qui avait pu se passer lors de précédentes périodes aux bas prix, comme quand le baril évoluait sous les 30 dollars début 2016, les sociétés devraient (cette fois-ci) plutôt utiliser leurs liquidités pour rémunérer leurs actionnaires plutôt que de défendre des niveaux spécifiques de dépenses d'investissement par rapport aux volumes".

En 2016, la demande paraissait encore très solide, contrairement à la forte baisse attendue en 2020 à cause de l'épidémie de Covid-19, et la marge de progression était encore grande.

Quand les cours ont de nouveau fléchi fin 2018, les compagnies pétrolières ont répondu par des fortes mesures d'économies pour répondre aux inquiétudes des investisseurs.

Leur situation financière est aujourd'hui plus précaire.

Pour Andy Lipow, du cabinet Lipow Oil Associates, il ne faut pas non plus oublier la situation fragile de "toutes les entreprises de sous-traitance ou de services" associées au secteur, souvent encore plus petites.

(c) AFP

Commenter Le krach pétrolier, une menace pour les producteurs de schiste aux Etats-Unis


    Le pétrole aux Etats-Unis

    Voir toutes les nouvelles du pétrole aux Etats-Unis

    mercredi 22 juin 2022

    USA: Biden veut suspendre la taxe fédérale sur l'essence

    Washington: Le président américain, Joe Biden, va demander ce mercredi au Congrès de suspendre pour trois mois la taxe fédérale sur les...

    mercredi 15 juin 2022

    🛢️ Hausse des stocks commerciaux, les réserves stratégiques …

    NYC / Stocks aux USA: Les réserves commerciales de pétrole brut aux États-Unis ont augmenté la semaine dernière, selon les chiffres publiés...

    mardi 10 mai 2022

    Les États-Unis ont demandé à la société brésilienne Petrobra…

    Rio de Janeiro: En mars, des responsables du gouvernement américain ont demandé à la compagnie pétrolière publique brésilienne Petrobras si elle pouvait...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 30 juin 2022 à 23:33

    Le pétrole finit son premier mois en baisse depuis novembre

    New York: Les cours du pétrole ont terminé en baisse jeudi, signant leur premier repli mensuel depuis novembre, sur un marché de...

    jeudi 30 juin 2022 à 15:53

    Plafonner le prix du pétrole russe entraînera un déficit sur…

    Moscou: Plafonner le prix du pétrole russe, comme l'envisagent les pays occidentaux pour punir l'offensive de Moscou en Ukraine, provoquerait un "déficit...

    jeudi 30 juin 2022 à 14:58

    L'Opep+ pompe plus mais pas assez pour freiner l'envolée des…

    Vienne: Les pays producteurs de pétrole de l'Opep+ ont reconduit jeudi leur objectif d'ouverture des vannes légèrement plus importante pour cet été...

    jeudi 30 juin 2022 à 06:40

    Sommée de pomper plus, l'Opep+ ne devrait cette fois pas sur…

    Vienne: Pomper plus, encore et toujours: après avoir accepté début juin d'ouvrir davantage les vannes sous la pression occidentale, les pays producteurs...

    mercredi 29 juin 2022 à 22:10

    Le pétrole baisse, essoufflement de la demande d'essence aux…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé mercredi sur un marché que le ralentissement de la consommation d'essence aux États-Unis...

    mercredi 29 juin 2022 à 17:22

    🛢️ USA: baisse marquée des stocks de pétrole, la consommatio…

    NYC / Stocks aux USA: Les réserves commerciales de pétrole brut aux États-Unis ont baissé nettement plus que prévu la semaine dernière...

    mercredi 29 juin 2022 à 15:46

    Pétrole: vers un retour en grâce de l'Iran et du Venezuela?

    Londres: La Russie mise au ban, deux membres de l'alliance des producteurs de pétrole Opep+ pourraient tirer leur épingle du jeu, estiment...

    mercredi 29 juin 2022 à 12:57

    Le pétrole en légère hausse avant l'Opep+

    Londres: Le pétrole s'orientait en petite hausse avant la réunion des pays exportateurs de pétrole de l'Opep+ jeudi, dans un contexte de...

    mercredi 29 juin 2022 à 12:50

    L'Opep+ va entamer ses discussions, pressions sur les capaci…

    Londres: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés (Opep+) entament mercredi une série de réunions de deux jours qui, selon...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    📈 En mai 2022, le prix du pétrole rebondit

    Le mercredi 22 juin 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En mai 2022, le prix du pétrole en euros repart à la hausse (+10,6 % après −9,2 % en avril).Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient pour la première fois depuis novembre 2021 (−3,7 % après +1,7 %), sous l'effet du net recul de ceux des matières premières industrielles (−9,1 % après −1,7 %). Les prix des matières premières alimentaires, pour leur part, ralentissent (+1,1 % après +5,1 %). Le augmente à nouveau très fortement En mai 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord...

    Lire la suite

    📊 Historique des prix du pétrole

    Le vendredi 17 juin 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le prix du pétrole, corrigé de l'inflation, a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. La Russie est l'un des plus grands producteurs de pétrole brut au monde, et de nombreux pays ont annoncé une interdiction des importations de pétrole russe dans le cadre de la guerre. Cela a entraîné des incertitudes en matière d'approvisionnement et, par conséquent, une hausse des prix. Comment la hausse des prix se compare-t-elle aux événements politiques et économiques précédents ? Examinons les prix historiques...

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite