Menu
A+ A A-

Le pétrole, une arme à double tranchant pour l'Arabie saoudite

prix du petrole LondresLondres: Face aux critiques américaines sur la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, l'Arabie saoudite a menacé de déséquilibrer le marché de l'or noir quitte à faire flamber les cours.
Mais d'après plusieurs analystes, le premier exportateur mondial de pétrole prendrait des risques aussi bien économiques que géopolitiques en brandissant l'arme de l'or noir.

En septembre, l'Arabie saoudite a extrait 10,52 millions de barils de brut par jour, selon l'Agence internationale de l'Energie (AIE), de quoi jouer un rôle crucial dans un marché mondial qui consomme près de 100 millions de barils par jour.

D'autant plus que si l'Arabie saoudite produit actuellement un peu moins que la Russie et les États-Unis, contrairement à eux, le Royaume exporte l'essentiel de ses extractions.

Résultat, la famille royale saoudienne, qui contrôle le géant national Saudi Aramco, peut se permettre d'augmenter ou non son débit, pour resserrer ou apaiser le marché et faire bouger le cours du baril en fonction de ses besoins de trésorerie.

L'AIE juge ainsi que le pays pourrait produire plus de 12 millions de barils par jour en ouvrant grand ses vannes, mais l'Arabie saoudite préfère garder cette fonction de clé de voûte du marché et évite d'inonder le marché du brut.

En revanche, l'Arabie saoudite "essaye historiquement d'éviter de mélanger politique et économie, ce qui lui vaut une réputation d'acteur raisonnable en ce qui concerne le pétrole", a expliqué à l'AFP Caroline Bain, analyste matières premières chez Capital Economics.

Mais la chaîne à capitaux saoudiens Al-Arabiya a évoqué le risque d'un "baril à 200 dollars", au lieu de 80 aujourd'hui.

Par ailleurs, les importateurs d'or noir s'inquiétaient déjà de l'approche des sanctions américaines sur le secteur pétrolier iranien, qui s'appliqueront début novembre et ont déjà conduit à une chute des exportations iraniennes et à une montée des cours.

"Le marché du pétrole, qui se prépare à une dégringolade de la production iranienne, comptait sur l'Arabie saoudite pour compenser cette perte", a commenté Mme Bain, pour qui "si les Saoudiens arrêtent d'augmenter leur production, les prix vont grimper".

Une tension suffisante pour rappeler aux observateurs du marché le choc pétrolier de 1973, quand l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), dont l'Arabie saoudite est la figure de proue, avait refusé d'exporter ses barils vers les pays soutenant Israël.

Cette crise avait eu des effets bien réels sur l'économie mondiale, aussi bien sur la production industrielle que sur la politique monétaire, en Europe ou aux États-Unis.

Mais si le marché surveille attentivement la situation, les prix n'ont pas non plus flambé lors des dernières séances.

"Les Saoudiens et les États-Unis ont une relation stratégique et sont interdépendants", a rappelé Mme Bain.

Si l'effet d'une baisse de la production saoudienne se ferait sentir immédiatement sur le marché mondial, l'Arabie saoudite aurait du mal à se passer de son allié américain, surtout que le Royaume cherche à attirer les investissements étrangers pour diversifier son économie.

En cas de conflit avec les États-Unis, "l'Arabie saoudite devrait se tourner vers la Chine et la Russie, un rééquilibrage total", avait écrit Bjarne Schieldrop, analyste chez SEB dans une note lundi.

"Il semblerait que la situation se soit légèrement calmée", a depuis affirmé à l'AFP M. Schieldrop.


(c) AFP

Commenter Le pétrole, une arme à double tranchant pour l'Arabie saoudite


    Le pétrole en Arabie Saoudite

    - Toutes les actualités du pétrole en Arabie Saoudite

    lundi 12 août 2019

    Le bénéfice semestriel d'Aramco recule à 46,9 milliards de d…

    Ryad: Le géant pétrolier public saoudien Saudi Aramco a dévoilé lundi un bénéfice semestriel en baisse de 12% par rapport à l'an...

    dimanche 30 juin 2019

    Poutine et Ben Salman d'accord pour prolonger l'accord Opep+…

    Osaka (Japon): La Russie et l'Arabie saoudite se sont accordées sur une prolongation de six à neuf mois de l'accord de réduction de la production de...

    dimanche 16 juin 2019

    Saudi Aramco: l'Arabie maintient sa volonté de vendre une pa…

    Ryad: L'Arabie saoudite reste engagée à vendre sur le marché jusqu'à 5% du géant pétrolier national Saudi Aramco lors de son introduction...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 16 août 2019 à 21:39

    Le pétrole en légère hausse, mais le marché inquiet d'une fa…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont légèrement progressé vendredi mais les investisseurs restaient prudents, dans un marché toujours préoccupé par...

    vendredi 16 août 2019 à 16:11

    Le pétrole efface une partie de ses gains après le rapport m…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi dans les échanges européens, mais effaçaient une partie de leurs gains après la publication par...

    vendredi 16 août 2019 à 14:51

    Norvège: la production de pétrole rebondit en juillet par ra…

    Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'Ouest, a nettement augmenté (+37%) en juillet par rapport à...

    vendredi 16 août 2019 à 14:08

    Nouvelle baisse de la production de pétrole en juillet (Opep…

    Paris: La production de pétrole des pays de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a de nouveau baissé en juillet, en...

    vendredi 16 août 2019 à 11:10

    Le pétrole monte dans un climat d'incertitude

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi dans les échanges européens, alors qu'un climat d'incertitude a vu les cours faire le yo-yo...

    jeudi 15 août 2019 à 21:04

    Le pétrole baisse, toujours miné par l'inquiétude économique

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont reculé jeudi, toujours plombés par les inquiétudes sur l'économie mondiale et la hausse des...

    jeudi 15 août 2019 à 13:36

    Le pétrole baisse, toujours miné par l'inquiétude économique

    Londres: Les prix du pétrole baissaient jeudi en cours d'échanges européens, toujours sous l'effet des craintes sur l'économie mondiale, renforcées par les...

    mercredi 14 août 2019 à 22:04

    Le pétrole dégringole, miné par les stocks américains et les…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont fortement reculé mercredi, lestés par la hausse des stocks de brut aux États-Unis et...

    mercredi 14 août 2019 à 17:56

    Le pétrole chute, miné par les craintes économiques

    Londres: Les prix du pétrole chutaient mercredi en cours d'échanges européens, après l'annonce des stocks américains et alors que les marchés mondiaux souffraient...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 30 juillet 2019 La chute des exportations de pétrole de l'Iran sont tombées en juillet à un plus bas de 100.000 barils par jour.
    L'Iran, l'un des membres fondateurs de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), a accentué la baisse de l'offre du cartel mais les cours du brut n'en ont pas moins reculé à environ 64 dollars actuellement contre un plus haut de 2019 à 75 dollars, sur fond d'inquiétudes sur la croissance mondiale et la demande.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite