Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole finit quasi stable à New York, malgré l'Irak et l'Ukraine

prix-du-petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole coté à New York ont fini la séance quasiment à l'équilibre lundi, les investisseurs surveillant de près l'évolution de la situation en Irak et en Ukraine, dans un marché aux prix jugés déjà élevés.
Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en juillet, a lâché 1 cent sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) et s'est établi à 106,90 dollars, après une ouverture également proche de l'équilibre.

Les cours du brut américain s'étaient hissés vendredi à leur plus haut niveau depuis septembre, le marché observant avec nervosité l'avancée fulgurante d'insurgés islamistes dans le nord-ouest de l'Irak.

Les jihadistes de l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL) ont en effet conquis en l'espace d'une semaine, de vastes zones dans le nord et le centre de l'Irak, dont la deuxième ville du pays, Mossoul, avant de s'emparer lundi de certains secteurs d'une ville stratégique du nord-ouest de l'Irak, Tal Afar.

Les forces de sécurité irakiennes avaient pourtant affirmé dimanche avoir repris l'initiative, assurant avoir tué 279 insurgés et repris samedi deux villes.

On a désormais intégré l'attaque des rebelles dans les prix du brut, selon Bart Melek de TD Securities. Tant que l'armée parvient à contenir leur avancée et que l'insurrection ne se propage pas au sud du pays où sont basées l'essentiel des infrastructures pétrolières de l'Irak, il n'y a pas a priori de menace imminente sur la production de brut de l'ordre de 3,3 millions de barils par jour du pays, a-t-il expliqué.

On attend également de savoir ce que les Etats-Unis vont faire, a-t-il ajouté.

Washington envisage des frappes de drones pour aider le gouvernement irakien.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a par ailleurs indiqué que Washington était disposé à parler avec Téhéran de la crise en Irak, alors que des représentants des deux capitales négocient lundi à Vienne sur le dossier du nucléaire iranien.

Les investisseurs tournaient aussi leur attention vers l'Ukraine, autre source d'éventuelles tensions sur le marché mondial de l'énergie.

La Russie a mis sa menace à exécution lundi et coupé le gaz à l'Ukraine après l'échec de leurs négociations, Kiev refusant de rembourser ses dettes tant que la Russie n'aura pas baissé le prix du gaz.

Mais l'entreprise Gazprom va tout de même laisser entrer les volumes destinés aux pays européens et transitant par l'Ukraine.

Là aussi, ce risque avait été anticipé par le marché, et, selon certains analystes, la capacité de hausse du marché est limitée.

Au vu des prix déjà très élevés du marché, nous estimons que les possibilités de recul des cours sur les marchés pétroliers mondiaux sont importantes, a estimé Tim Evans, de Citi Futures. Selon lui, toute hausse des réserves du terminal pétrolier de Cushing dans l'Oklahoma (centre-sud) qui servent de référence au WTI, dans le rapport hebdomadaire du départment de l'Energie (DoE) à paraître mercredi, pourrait notamment déclencher un mouvement de baisse.

jum-ppa/sl/rhl

GAZPROM

CITIGROUP







Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 20 avril 2018 à 21:39

Le pétrole avance, les déclarations de l'Opep éclipsant cell…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé vendredi, davantage influencés par les déclarations à l'occasion d'une réunion de l'Opep que...

vendredi 20 avril 2018 à 16:48

Ryad veut un pétrole plus cher, Donald Trump s'y oppose

Djeddah (arabie saoudite): Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a estimé vendredi que le marché avait la capacité de supporter des...

vendredi 20 avril 2018 à 16:42

Le pétrole en berne, Trump voit les efforts de l'Opep d'un m…

Londres: Les cours du pétrole reculaient vendredi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a suscité de vives...

vendredi 20 avril 2018 à 14:18

Trump dénonce le cours "artificiellement" élevé du…

Washington: Le président américain Donald Trump s'en est pris vendredi aux membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), estimant que...

vendredi 20 avril 2018 à 13:39

Le marché peut absorber des prix du pétrole plus élevés (min…

Djeddah (arabie saoudite): Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a estimé vendredi que le marché avait la capacité de supporter des...

vendredi 20 avril 2018 à 13:38

Le pétrole hésite, l'accord de l'Opep dans le viseur de Dona…

Londres: Les prix du pétrole hésitaient vendredi en cours d'échanges européens alors que l'Opep et ses partenaires tenaient une réunion de suivi...

vendredi 20 avril 2018 à 11:57

Pétrole: la Russie voit des bases solides pour prolonger l'a…

Djeddah (arabie saoudite): La Russie a affirmé qu'il y avait "des bases très solides" pour prolonger la coopération entre les membres de...

vendredi 20 avril 2018 à 06:23

Le pétrole recule en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient légèrement vendredi en Asie dans un marché volatil, en attendant une réunion de l'Opep dans un...

vendredi 20 avril 2018 à 06:03

Au-delà du pétrole: les majors en quête de diversification

Paris: Le rachat de Direct Energie par Total annoncé cette semaine illustre la volonté des groupes pétroliers de se diversifier face à...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En février 2018, le prix du pétrole diminue

Le mercredi 21 mars 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En février 2018, le prix du pétrole en euros se replie (−6,6 % après +4,1 % en janvier). Les prix en euros des autres matières premières importées augmentent légèrement (+0,3 % après +0,2 %). Le prix du pétrole diminue En février 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros diminue après sept mois de hausse (−6,6 % après +4,1 % en janvier), à 53 € en moyenne par baril. La baisse de février est un peu moins marquée en dollars (−5,4 % après +7,3 %). Cours du pétrole février 2018...

Lire la suite

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite