Menu
RSS
A+ A A-

L'Irak, deuxième producteur de pétrole de l'OPEP

prix-du-petrole bagdadbagdad: Deuxième producteur de pétrole de l'OPEP, l'Irak produit plus de 3 millions de barils par jour (mbj) et détient plus de 11% des réserves prouvées dans le monde mais reste entravé par les violences et menacé par l'offensive jihadiste en cours dans le nord.
Après trois guerres et douze ans d'embargo en trente ans, l'Irak est aujourd'hui le deuxième producteur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP, dont il est membre fondateur) derrière l'Arabie saoudite et devant l'Iran et le Koweit.

En mai, l'Irak a produit 3,37 mbj après 3,32 mbj en avril, selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE). La production provient surtout du Sud chiite grâce aux champs géants de Roumaïla ainsi que du nord autour de Kirkouk.

Il détient des réserves prouvées de 140,3 milliards de barils de pétrole et de 3.158 milliards de mètres cubes pour le gaz naturel.

Les exportations, selon les chiffres officiels irakiens, ont représenté en mai 80,04 millions de baril soit 2,58 mbj en moyenne, et rapporté 8,68 milliards de dollars. Elles sont toutefois restées moindres qu'en février lorsqu'elles avaient grimpé avec 2,8 mbj au plus haut depuis l'invasion du Koweit en 1990. Officiellement, l'Irak table sur 3 mbj d'exportations d'ici la fin 2014.

Les ventes de brut représentent plus de 75% du PIB et plus de 90% des revenus de l'Etat, selon le Fonds monétaire international (FMI). Mais l'Irak est actuellement privé d'une voie d'exportation essentielle, l'oléoduc reliant Kirkouk au port turc de Ceyhan, et exporte via ses terminaux du sud sur le Golfe, notamment à Bassora.

L'oléoduc, qui date de 1976 et peut transporter 500.000 barils/jour, est fermé depuis le 2 mars après une nouvelle attaque. Il traverse le Nord du pays aujourd'hui touché par l'offensive jihadiste.

Dans le Nord également, un conflit entre Bagdad et la région autonome du Kurdistan irakien pèse aussi sur les exportations. En mai, la Turquie a annoncé avoir commencé à livrer sur les marchés internationaux du pétrole en provenance du Kurdistan irakien.

Bagdad, en conflit depuis des années avec les autorités d'Erbil à ce sujet, a déposé le 23 mai une plainte contre la Turquie devant la Chambre de commerce internationale (ICC) basée à Paris.

Parallèlement, à la faveur de l'offensive jihadiste, les autorités du Kurdistan irakien ont pris le contrôle pour la première fois de la ville pétrolière de Kirkouk, disputée avec le gouvernement central. C'est là que fut foré le premier puits de pétrole du pays en 1927.








Commenter L'Irak, deuxième producteur de pétrole de l'OPEP

Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 21 février 2018 à 21:54

Le pétrole finit en ordre dispersé, le dollar pèse

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole cotés à Londres et à New York ont terminé en ordre dispersé mercredi, la hausse...

mercredi 21 février 2018 à 21:18

CGG a achevé sa restructuration financière

Paris: Le groupe parapétrolier CGG a achevé son plan de restructuration financière, ramenant sa dette à 1,2 milliard de dollars, a-t-il annoncé...

mercredi 21 février 2018 à 16:14

Le pétrole baisse, lesté par le renforcement du dollar

Londres: Les cours du pétrole baissaient mercredi à l'approche de la fin des échanges européens, le renforcement du dollar effaçant les effets...

mercredi 21 février 2018 à 12:16

Le pétrole baisse en raison de la fermeté du dollar

Londres: Les prix du pétrole reculaient en cours d'échanges européens, plombés par la hausse du dollar et malgré des commentaires encourageants de...

mercredi 21 février 2018 à 09:30

Pétrole: la Norvège produit moins que prévu en janvier

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a augmenté moins que prévu en janvier, selon des...

mercredi 21 février 2018 à 05:08

Le pétrole à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse mercredi en Asie, plombés par le renforcement du dollar et la hausse...

mardi 20 février 2018 à 21:59

Le pétrole, scrutant toujours l'Opep, en ordre dispersé

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole coté à New York et à Londres ont terminé en ordre dispersé mardi dans un...

mardi 20 février 2018 à 18:44

Chevron a repris ses activités au Kurdistan irakien

New York: Le géant pétrolier américain Chevron a confirmé mardi avoir relancé ses opérations dans la région du Kurdistan irakien, après les...

mardi 20 février 2018 à 16:12

Le pétrole recule un peu dans un marché calme

Londres: Les cours du pétrole reculaient légèrement mardi en cours d'échanges européens dans un marché calme qui surveillait tout de même la...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite

En novembre 2017, le prix du pétrole augmente de nouveau

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En novembre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+9,0 % sur un mois, après +5,2 %). Les prix en euros des autres matières premières importées augmentent également (+1,0 % après −1,1 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En novembre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros continue d'augmenter (+9,0 % après +5,2 % en août), à 53 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est comparable (+8,9 % après +3,8 %), le taux de change étant resté quasi...

Lire la suite