Menu
A+ A A-

La Chine et l'arme du pétrole contre la Corée du Nord

prix du petrole pékinPékin: Après un nouveau tir de missile intercontinental par Pyongyang mercredi, Washington a appelé la Chine à cesser toute livraison de pétrole à la Corée du Nord pour intensifier la pression sur le pays --un embargo auquel se refuse cependant Pékin.
Une résolution de l'ONU en septembre avait déjà imposé une limitation de la livraison de produits raffinés au régime de Kim Jong-Un. Mais le président américain Donald Trump a désormais demandé à son homologue chinois Xi Jinping de cesser complètement les approvisionnements pétroliers.

De fait, la Chine reste le principal soutien économique de la Corée du Nord et son quasi-unique fournisseur de pétrole.

Un embargo "serait une étape décisive dans les efforts mondiaux pour stopper cet Etat paria", a insisté l'ambassadrice américaine aux Nations Unies, Nikki Haley, notant par ailleurs que Pyongyang continue "d'obtenir des produits dérivés du pétrole grâce à des transferts de navire à navire en mer".

La Chine reste néanmoins réticente à tout embargo pétrolier intégral contre son turbulent voisin.

De quels volumes parle-t-on?


Les estimations varient et la Chine n'a pas publié depuis au moins 2014 de chiffres sur ses exportations pétrolières vers son voisin.

L'Agence d'information sur l'énergie (EIA) des États-Unis estime que la Corée du Nord a consommé l'an dernier 15.000 barils de brut par jour, soit environ le centième d'un pays comme la France. L'essentiel de ce pétrole provient de Chine, qui alimente l'unique raffinerie nord-coréenne.

Où va le pétrole?


Les livraisons chinoises passent par "l'oléoduc sino-coréen de l'Amitié", une conduite de 30 km partant de la ville frontalière de Dandong. Le géant énergétique chinois CNPC avait indiqué en 2015 que l'oléoduc était capable d'acheminer 520.000 tonnes par an.

Une grande partie est utilisée et stockée par l'armée nord-coréenne, notamment pour les besoins de son programme nucléaire et balistique, estime Wang Peng, expert de l'université Fudan à Shanghai.

"Une fois que l'armée et les organes gouvernementaux se sont servis, je ne pense pas que les gens en profitent beaucoup", indique-t-il à l'AFP.

Quel effet aurait l'embargo?


"À court terme, un arrêt total des livraisons de pétrole n'affecterait guère les programmes nucléaire et balistique, l'armée ayant ses propres réserves stratégiques", observait en septembre Yuan Jingdong, de l'Université de Sydney.

Le régime "ne s'effondrerait donc pas soudainement", mais la pression s'intensifierait sur les civils et la situation se compliquerait avec le temps, faute de carburants alternatifs pour les opérations militaires (camions, lanceurs de missiles, avions...).

Pourquoi les réticences de Pékin?


La Chine est horrifiée à l'idée d'un effondrement de son voisin, qui pourrait déboucher sur un afflux de réfugiés ou une intervention militaire américaine à sa frontière.

Mais Pékin redoute également la réaction des Nord-Coréens, explique Daniel Russel, chercheur à l'Asia Society Policy Institute. "Il est impossible, pour les Chinois de fermer les vannes, ils le disent clairement", indique-t-il à l'AFP.

Selon lui, "la priorité de Xi Jinping est d'éviter le chaos, pas d'empêcher (Pyongyang) d'avoir des missiles nucléaires intercontinentaux".

Le lien entre les deux régimes est déjà très détérioré. Dans ce contexte de "spirale négative", une interruption des approvisionnements pétroliers "serait la goutte d'eau, cela détruirait la relation entre les deux pays", assure Wang Peng jeudi à l'AFP.

La Chine "ne peut se résoudre à (l'embargo) car il n'est pas sûr qu'elle serait capable d'affronter les conséquences et la réaction en chaîne causée par une rupture des liens avec la Corée du Nord", explique-t-il, estimant que Pékin va "probablement renvoyer désormais la balle aux Etats-Unis".

Un facteur technique?


Autre considération pouvant expliquer la prudence de Pékin: si le flux de pétrole devait être stoppé, "l'oléoduc sino-nord-coréen" --une infrastructure datant de 1975-- s'encrasserait et pourrait difficilement être redémarré, selon M. Wang.


(c) AFP

Commenter La Chine et l'arme du pétrole contre la Corée du Nord


    Le pétrole en Chine

    Voir toutes les nouvelles du pétrole en Chine

    mardi 30 avril 2019

    Les importations asiatiques de pétrole iranien ont bondi en …

    Singapour: Les importations en Asie de pétrole brut iranien ont atteint en mars leur niveau le plus élevé en huit mois, les...

    lundi 22 avril 2019

    Washington va mettre fin aux dérogations sur l'achat de pétr…

    Washington: Les Etats-Unis s'apprêtent à annoncer lundi la fin des exemptions temporaires de sanctions accordées à huit pays importateurs de pétrole iranien...

    lundi 05 novembre 2018

    Sanctions américaines: Chine, Inde et Japon autorisés à ache…

    Washington: Les Etats-Unis ont autorisé huit pays, parmi lesquels la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud et l'Italie, à continuer...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 19 juillet 2019 à 11:40

    Le pétrole en hausse après que Washington a annoncé la destr…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens, aidés par l'accroissement des tensions entre les États-Unis et l'Iran dans...

    jeudi 18 juillet 2019 à 21:27

    Le pétrole baisse face au surplus d'offre et aux tensions co…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont reculé pour la sixième séance de suite jeudi, réagissant à la crainte d'une offre...

    jeudi 18 juillet 2019 à 12:09

    Le pétrole morose au lendemain des stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole remontaient sans entrain jeudi en cours d'échanges européens, après avoir souffert la veille, notamment du fait d'un...

    mercredi 17 juillet 2019 à 21:37

    Le pétrole recule avec la baisse de la demande américaine d…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont baissé pour la troisième journée de suite mercredi, lestés par l'annonce d'une hausse surprise...

    mercredi 17 juillet 2019 à 17:14

    USA: les stocks de pétrole brut baissent pour la cinquième s…

    New York: Les stocks de pétrole brut ont reculé conformément aux attentes la semaine dernière aux Etats-Unis, baissant pour la cinquième semaine...

    mercredi 17 juillet 2019 à 10:36

    Le pétrole remonte un peu après sa chute de mardi et avant l…

    Londres: Les prix du pétrole remontaient légèrement mercredi au début des échanges européens après leur chute de mardi sur fond de signaux...

    mardi 16 juillet 2019 à 22:35

    L'Iran dit avoir porté secours à un pétrolier dans le Golfe

    Dubai: Plusieurs bâtiments de la marine iranienne sont venus porter assistance à un pétrolier étranger en panne dans le Golfe, a déclaré...

    mardi 16 juillet 2019 à 21:29

    Le pétrole en net recul avec l'espoir d'une détente entre Et…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en forte baisse mardi, reculant après des signaux d'apaisement entre les Etats-Unis et...

    mardi 16 juillet 2019 à 12:30

    Léger rebond du pétrole après sa baisse de la veille

    Londres: Les prix du pétrole rebondissaient légèrement mardi après leur baisse de la veille et alors que la production dans le Golfe...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 10 juillet 2019 Lors de la semaine achevée le 5 juillet, les réserves commerciales de brut ont baissé de 9,5 millions de barils pour s'établir à 459,00 millions, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient un repli de 2,9 millions de barils.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite