Menu
A+ A A-

L'Opep prête à reconduire ses quotas pour neuf mois

prix du petrole vienneVienne: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), réunie jeudi à Vienne, s'oriente vers une prolongation jusqu'à fin 2018 de son accord de baisse de production, selon l'un des membres du cartel qui devra ensuite convaincre ses alliés, dont la Russie, de s'aligner sur son choix.
"Nous n'avons pas discuté d'une prolongation de six mois, seule l'option de neuf mois est sur la table", a affirmé Issam al-Marzooq, ministre koweïtien du Pétrole avant le début de la rencontre.

Pour renverser la vapeur sur un marché inondé de brut entre 2014 et 2016, et permettre aux cours de remonter, les pays de l'OPEP avaient réussi à s'entendre fin 2016 afin de limiter leur production. Ils avaient dans la foulée convaincu dix pays extérieurs au cartel de se joindre à eux.

Ils doivent décider, lors de cette réunion régulière dans la capitale autrichienne où l'OPEP a son siège, de la suite à donner à cet engagement historique qui court jusqu'à mars 2018.

Sous la houlette de deux des trois plus grands producteurs mondiaux, l'Arabie saoudite et la Russie, les 22 producteurs désormais associés ont réduit leur offre de centaines de milliers de barils par jour en 2017. Les cours sont remontés et les pays producteurs ont pu commencer à renflouer leurs caisses.

Le baril de Brent, qui fait référence en dehors des Etats-Unis, évolue désormais au-dessus des 60 dollars, après avoir plongé jusqu'à 26 dollars en février 2016.

Prolongation confirmée


L'accord avait déjà été renouvelé au printemps, et le Comité de suivi, qui s'est réuni mercredi, souhaite une nouvelle prolongation.

Le ministre russe de l'Energie, Alexandre Novak, s'est cependant montré moins enthousiaste que ses homologues de l'OPEP: Moscou craint que la hausse des cours du pétrole profite essentiellement aux entreprises américaines et pourrait souhaiter s'engager sur une durée plus courte.

L'approche de la sentence attise la nervosité des marchés du pétrole et les prix ont reculé depuis le début de la semaine.

L'OPEP joue une partie serrée face aux Etats-Unis: dopées par les gisements de pétrole de schiste, les extractions américaines ont atteint en novembre des niveaux hebdomadaires record. Elles pourraient être encore encouragées par une poursuite du redressement des prix.

D'autres enjeux géopolitiques se dessinent en toile de fond: le prince héritier Mohammed ben Salmane, nouvel homme fort de l'Arabie saoudite, ne peut se permettre de voir les cours flancher à nouveau s'il veut mener à bien ses projets de réforme, estiment les analystes.

L'Arabie saoudite veut ainsi "continuer à jouer un rôle moteur" dans la stratégie de plafonnement de production, a commenté jeudi le ministre saoudien de l'Energie, Khalid al-Falih, alors que son pays a abaissé ses extractions au-delà de l'objectif fixé pour compenser le manque de discipline d'autres pays.

Nouveaux pays engagés ?


"Il est plus que probable que l'OPEP arrive à étendre son accord. Mais le diable sera dans les détails", a prévenu Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.

Il n'est pas exclu que l'OPEP demande à la Libye et au Nigeria de se joindre à l'effort du groupe.

Les deux producteurs africains ont jusqu'ici été exemptés d'une limitation de leur production, déjà affectée par les conflits qui déchirent ces pays. Mais leurs extractions ont repris de la vigueur, jouant sur l'équilibre du marché.

"Nous nous sommes volontairement limités à une production de 1,8 million de barils par jour maximum. Il n'y aura pas de baisse, je préfère le terme d'objectif à celui de baisse", a prévenu le ministre nigérian du pétrole, Emmanuel Ibe Kachikwu.

A l'inverse, les difficultés de production de certains pays facilitent le rééquilibrage, comme au Venezuela, en proie à une grave crise économique et politique, "où la production fond de mois en mois", a commenté Alexandre Andlauer, analyste chez Alphavalue.

Caracas, qui accuse les Etats-Unis de mener une "persécution financière" contre le Venezuela, a de nouveau menacé jeudi, par la voix de son nouveau ministre du pétrole Manuel Quevedo, d'arrêter de vendre du pétrole à Washington.

"Nous avons arrêté 20 personnes dans les derniers jours qui étaient impliquées dans un plan de sabotage de la production. (...) cela participe à la baisse" de nos extractions, a ajouté le ministre sans donner plus de détails.


(c) AFP

Commenter L'Opep prête à reconduire ses quotas pour neuf mois


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 26 février 2021 à 11:51

    Le pétrole recule au lendemain de nouveaux records en plus d…

    Londres: Les cours du pétrole restaient gagnants sur la semaine mais cédaient du terrain vendredi, après les plus hauts depuis janvier 2020...

    jeudi 25 février 2021 à 22:07

    Le pétrole fait une pause, en attendant l'Opep+

    Cours de clôture: Après une marche en avant alimentée par un optimisme sur la reprise économique mondiale et la perturbation de la...

    jeudi 25 février 2021 à 15:21

    Le pétrolier Shell voit la demande en GNL doubler d'ici 2040

    Londres: La demande mondiale de gaz naturel liquéfié (GNL) devrait quasi doubler pour atteindre 700 millions de tonnes d'ici 2040, tirée par...

    jeudi 25 février 2021 à 12:22

    Le pétrole recherché, nouveaux records en plus d'un an

    Londres: Les cours du pétrole poursuivaient leur hausse, malgré des stocks de brut qui augmentent aux Etats-Unis et la perspective d'un retour...

    mercredi 24 février 2021 à 21:56

    Le pétrole au plus haut depuis début janvier 2020

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont atteint mercredi leur plus haut niveau depuis plus d'un an, poussés par un recul...

    mercredi 24 février 2021 à 18:21

    🛢️ USA: hausse surprise des stocks de pétrole brut, les cour…

    Washington: Les réserves de pétrole brut aux Etats-Unis ont augmenté la semaine dernière par rapport à la semaine d'avant, à la surprise...

    mercredi 24 février 2021 à 12:14

    BP veut utiliser les profits des hydrocarbures pour sa trans…

    Londres: Le géant pétrolier britannique BP, qui vise la neutralité carbone à horizon 2050, voit dans les hydrocarbures une source de profits...

    mercredi 24 février 2021 à 12:14

    Le pétrole bringuebalé par les stocks américains

    Londres: Les cours du pétrole tournaient autour de l'équilibre mercredi, les investisseurs se montrant attentifs à l'état des stocks de brut aux...

    mardi 23 février 2021 à 22:26

    Le pétrole stable après de nouveaux records en plus d'un an …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont battu en retraite après de niveaux records atteints mardi en matinée, pour terminer proches...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 12 février 2021 Les cours des deux principales références européenne et américaine du brut, qui ont passé une grande partie de la journée dans le rouge, sont repartis à la hausse et même au-delà de leurs précédents plus hauts, revenant à des prix plus vus depuis respectivement les 24 et 10 janvier 2020.

    En décembre 2020, le prix du pétrole accélère

    Le mardi 26 janvier 2021 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2020, le prix du pétrole en euros accélère (+13,9 % après +5,6 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +2,4 %), du fait de ceux des matières premières industrielles (+8,9 % après +3,9 %). En revanche, les prix des matières premières alimentaires se replient (−1,5 % après +0,7 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En décembre 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) accélère (+13,9 % après +5,6 % en novembre), s’établissant à 41,1 € en...

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2020

    Le mardi 12 janvier 2021 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2020.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite