Menu
RSS
A+ A A-

Le brut recule, le marché surveille la zone euro et l'Iran

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole reculaient légèrement lundi en cours d'échanges européens, après avoir approché à nouveau le seuil des 100 dollars le baril à New York, dans un marché renouant avec l'attentisme face aux incertitudes en zone euro et au regain de tensions autour de l'Iran.

Vers 11H15 GMT (12H15 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre, dont c'est l'avant-dernier jour de cotation, s'échangeait à 114,07 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, cédant 9 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 36 cents à 98,63 dollars. Il s'est hissé à 99,69 dollars en début d'échanges asiatiques, son plus haut niveau depuis fin juillet, avant de battre en retraite.

Le marché restait dominé par la prudence après la nomination dimanche de l'ancien commissaire européen Mario Monti à la tête du gouvernement italien, une nouvelle largement anticipée par les investisseurs.

"Pour les marchés, les changements de gouvernements (en Grèce puis en Italie) peuvent être être bénéfiques à la zone euro, ils peuvent contribuer à faire s'entendre (les responsables européens, ndlr) sur une solution" à la crise des dettes souveraines, notait David Hufton, analyste du courtier PVM.

"Mais les changements de dirigeants ne changent rien aux problèmes énormes auxquels ces pays font face, avec notamment un profond manque de compétitivité" et un endettement massif, tempérait M. Hufton.

Et "l'espoir d'un soutien en dernier ressort de la Banque centrale européenne (BCE) pour racheter davantage d'obligations des pays en difficultés" pourrait s'avérer "excessif", prévenait également l'analyste.

Les prix du pétrole restaient néanmoins soutenus par les inquiétudes sur l'offre, alors que les tensions géopolitiques restaient vives au Moyen-Orient, autour de la Syrie, dont la participation à la Ligue arabe a été suspendue samedi, et autour de l'Iran.

L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a exprimé de "sérieuses inquiétudes" sur les ambitions militaires du programme nucléaire de Téhéran, dans un rapport publié mardi dernier, alors que des responsables israéliens agitaient depuis plusieurs jours la menace d'une attaque préventive contre l'Iran.

L'Iran, qui pourrait faire l'objet de sanctions occidentales accrues, est le deuxième producteur au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et contrôle le détroit d'Ormuz, passage maritime stratégique par lequel transite 40% du trafic maritime pétrolier mondial.

Par ailleurs, "la demande accrue de produits distillés", notamment le fioul de chauffage à l'approche de la saison hivernale, et "l'érosion des réserves de ces produits distillés aux Etats-Unis sont aussi parmi les facteurs de soutien au marché", ajoutait David Hufton.

Les réserves américaines de distillats sont désormais 15% plus faibles qu'il y a un an, selon les derniers chiffres du gouvernement américain.

Le Brent coté à Londres, moins dépendant du marché nord-américain, ne profitait pourtant pas autant des tensions sur l'offre, alors que les problèmes techniques rencontrés depuis l'été par les plateformes en mer du Nord tendent à se résorber et que la production libyenne, paralysée entre mars et août, redémarre progressivement.

La production de pétrole en Libye a atteint 600'000 barils par jour (bj) et devrait s'élever à 800'000 bj à la fin de l'année, a déclaré dimanche la Compagnie pétrolière nationale libyenne (NOC). Avant l'éclatement du conflit en mars, la production libyenne était estimée à 1,6 millions de barils par jour.

tt



(AWP / 14.11.2011 12h46)


Le pétrole en Iran


mercredi 13 juin 2018

Pétrole: l'AIE met en garde sur le déclin de la production e…

Paris: L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a mis en garde mercredi sur le déclin prévisible des productions pétrolières de l'Iran et du...

jeudi 17 mai 2018

Pétrole et gaz iraniens: la Chine aux aguets, face au retrai…

Pékin: La Chine, assoiffée d'hydrocarbures et premier partenaire commercial de Téhéran, pourrait ignorer les sanctions américaines et muscler ses investissements en Iran...

jeudi 26 avril 2018

L'Irak autorise l'exploration pétrolière près des frontières…

Bagdad: Le ministère irakien du Pétrole a accordé jeudi trois permis d'exploration pétrolière près de sa frontière avec l'Iran, pour la première...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

Les dernières actualités des prix du pétrole

lundi 18 juin 2018 à 12:28

Les prix du pétrole divergent, entre guerre commerciale et O…

Londres: Les prix du pétrole divergeaient lundi en cours d'échanges européens alors que le WTI américain subissait les menaces de sanctions chinoises...

lundi 18 juin 2018 à 07:34

Le pétrole continue de plonger en Asie

Singapour: Les cours du pétrole continuaient de plonger en Asie lundi, les marchés s'attendant à une hausse des quotas de production lors...

vendredi 15 juin 2018 à 21:32

Le pétrole chute, redoutant une escalade des sanctions comme…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement reculé vendredi, après une nouvelle brusque escalade des tensions commerciales entre Washington et...

vendredi 15 juin 2018 à 16:12

Le pétrole recule, l'Opep se divise

Londres: Les cours du pétrole creusaient leurs pertes sur la semaine vendredi en cours d'échanges européens alors que les désaccords entre membres...

vendredi 15 juin 2018 à 12:31

Le pétrole recule à une semaine de l'Opep

Londres: Les prix du pétrole reculaient vendredi en cours d'échanges européens à une semaine de la réunion de l'Organisation des pays exportateurs...

vendredi 15 juin 2018 à 05:43

Le pétrole mitigé en Asie

Singapour: Les cours du pétrole évoluaient dans des directions opposées vendredi en Asie, des combats autour de deux sites pétroliers libyens le...

jeudi 14 juin 2018 à 21:31

Le pétrole recule à Londres, une hausse de la production de …

NYC/Cours de clôture: Les pétrole coté à Londres a reculé jeudi alors que la Russie a affirmé qu'une hausse marquée de la...

jeudi 14 juin 2018 à 20:19

Nouveaux combats autour de sites pétroliers en Libye

Benghazi: Des combats ont éclaté jeudi entre forces rivales autour de deux importants sites pétroliers dans l'est de la Libye, perturbant de...

jeudi 14 juin 2018 à 17:57

Le pétrole recule, la Russie réclame une hausse de productio…

Londres: Les cours du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens alors que la Russie a affirmé qu'une hausse de production marquée...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite