Menu
A+ A A-

Le brut hésite, tiraillé entre les tensions sur l'Iran et l'Italie

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole limitaient sévèrement leurs gains mardi en fin d'échanges européens, tiraillés entre le regain de tensions sur l'Iran avant un rapport crucial sur le secteur nucléaire du pays, et les incertitudes persistantes sur la situation politique en Italie.

Vers 17H00 GMT/18h00 HEC, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre s'échangeait à 114,86 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, progressant de 30 cents par rapport à la clôture de lundi.

Sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance gagnait 51 cents à 96,03 dollars.

Le cours du Brent s'était hissé vers 14H00 GMT jusqu'à 116,48 dollars (+1,92 dollar), un nouveau plus haut depuis début septembre, tandis qu'à New York, le WTI grimpait à un sommet depuis le 1er août, à 96,87 dollars (+1,35 dollar), avant que tous deux ne limitent nettement leur hausse.

Les cours restaient soutenus par un regain de tensions géopolitiques, avant la publication, attendue mardi ou mercredi, d'un rapport de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) sur l'Iran, qui devrait étayer, selon des sources diplomatiques occidentales, les soupçons sur les ambitions militaires du programme nucléaire iranien.

"Ce qui a filtré jusqu'à présent suggère que le pays a fait des avancées importantes dans son programme d'enrichissement d'uranium, plus que nécessaire pour des visées pacifiques", et le rapport de l'AIEA est susceptible de renforcer la pression internationale sur Téhéran, expliquait Andrey Kryuchenkov, analyste de VTB Capital.

La presse israélienne évoque depuis une semaine un débat au sein du gouvernement sur l'opportunité de frappes préventives contre les installations nucléaires iraniennes, et Washington ne cache pas son intention de durcir encore les sanctions occidentales contre l'Iran.

L'Iran est le deuxième producteur au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et contrôle le détroit d'Ormuz, passage maritime stratégique par lequel transite 40% du trafic maritime pétrolier mondial.

Ces tensions géopolitiques "ont momentanément détourné l'attention du marché des problèmes de la dette dans la zone euro", observait Myrto Sokou, analyste du courtier Sucden.

"Des signes rassurants" en Grèce, où les deux grands partis ont décidé dimanche soir de former un gouvernement d'union nationale, et en Italie, où les investisseurs s'attendaient à un éclaircissement de la situation politique mardi, "ont tiré vers le haut les places boursières et dans leur sillage les prix du pétrole" jusqu'en milieu d'échange européens, notait Mme Sokou.

Mais l'accalmie a été de courte durée: le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a finalement remporté mardi un vote-test à la Chambre des députés grâce à l'abstention de l'opposition, mais a perdu la majorité absolue, un revers qui risque de lui être fatal.

Pour Myrto Sokou, "désormais, l'attention des opérateurs est focalisée sur M. Berlusconi", dont l'éventuelle démission pourrait ouvrir une période de turbulences politiques dans le pays, alors que la confiance des investisseurs à l'égard de celui-ci ne cesse de s'éroder.

"Les taux des obligations italiennes continuent de s'envoler, ce qui suggère que l'Italie entre dans une phase critique où la Grèce et le Portugal ont plongé avant elle. Il est désormais clair que les pare-feux" mis en place par les dirigeants européens pour limiter la contagion de la crise des dettes souveraines "ne sont pas suffisants", commentait Olivier Jakob, analyste de la société suisse Petromatrix.

rp



(AWP / 08.11.2011 18h32)


Commenter Le brut hésite, tiraillé entre les tensions sur l'Iran et l'Italie


    Le pétrole en Iran

    -Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

    mardi 20 novembre 2018

    Contre la contrebande, l'Iran veut limiter l'essence à la po…

    Téhéran: L'Iran est en train de réintroduire des cartes limitant la quantité de carburant pouvant être achetée dans les pompes à essence...

    lundi 19 novembre 2018

    Iran: un ex-ministre à tête de la société nationale pétroliè…

    Téhéran: L'ancien ministre iranien de l'Économie Massoud Karbassian, limogé en août par le Parlement, a été nommé à la tête de la...

    lundi 05 novembre 2018

    Sanctions américaines: Chine, Inde et Japon autorisés à ache…

    Washington: Les Etats-Unis ont autorisé huit pays, parmi lesquels la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud et l'Italie, à continuer...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 20 novembre 2018 à 22:54

    Canada: pas de marée noire après un accident sur une platefo…

    Montréal: Le pétrole ne fuit plus au large de Terre-Neuve et aucune marée noire n'est attendue après le rejet accidentel dans l'océan...

    mardi 20 novembre 2018 à 20:20

    Frappés par la crainte d'un pétrole trop abondant, les cours…

    NYC/Cours de clôture: Les prix du baril de pétrole ont plongé mardi à leur plus bas niveau depuis fin 2017, touchés de...

    mardi 20 novembre 2018 à 16:15

    Le pétrole en baisse, pénalisé par les niveaux de production

    Londres: Les cours du pétrole baissaient nettement mardi en cours d'échanges européens, approchant de leurs plus bas en plusieurs mois, alors que...

    mardi 20 novembre 2018 à 12:19

    Contre la contrebande, l'Iran veut limiter l'essence à la po…

    Téhéran: L'Iran est en train de réintroduire des cartes limitant la quantité de carburant pouvant être achetée dans les pompes à essence...

    mardi 20 novembre 2018 à 12:16

    Le pétrole repart à la baisse dans un marché incertain

    Londres: Les prix du pétrole baissaient de nouveau mardi en cours d'échanges européens, après avoir légèrement progressé la veille, dans un marché...

    mardi 20 novembre 2018 à 10:07

    Norvège: la production de pétrole rebondit en octobre

    Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'Ouest, a rebondi en octobre mais est restée inférieure aux...

    mardi 20 novembre 2018 à 10:05

    Carburants: Mme Wargon dénonce les contradictions des "…

    Paris: La secrétaire d'Etat à l'Ecologie Emmanuelle Wargon a dénoncé mardi en pleine mobilisation des "gilets jaunes" ceux qui réclament une annulation...

    mardi 20 novembre 2018 à 04:34

    Le pétrole en baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole sont repartis à la baisse mardi en Asie, le marché restant plombé par les inquiétudes sur la...

    lundi 19 novembre 2018 à 22:12

    Canada: déversement accidentel en mer de 250.000 litres de p…

    Montréal: Un avion de surveillance et six navires ont été dépêchés lundi au large de la côte Est du Canada après le...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit

    Le mardi 20 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit. Le prix du pétrole décélère En octobre 2018, la hausse du prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros est moins vive qu'en septembre (+4,3 % après +7,8 % en septembre), à 70,6 € en moyenne par baril de Brent. Le ralentissement est un peu plus marqué en dollars (+2,7 % après +8,8 %), l'euro s'étant déprécié au mois d'octobre. La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est établie à 81 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - octobre 2018

    Lire la suite

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite