Menu
A+ A A-

Le Canada nationalise un oléoduc controversé pour l'agrandir

prix du petrole OttawaOttawa: Le gouvernement canadien a nationalisé mardi un oléoduc contesté par la province de Colombie-Britannique (Ouest), les autochtones et les environnementalistes afin d'assurer l'expansion de sa capacité que son actuel propriétaire américain menaçait d'abandonner.
Le gouvernement fédéral va acheter pour 4,5 milliards de dollars canadiens (3 milliards d'euros) l'oléoduc Trans Mountain de la société américaine Kinder Morgan, reliant les sables bitumineux de l'Alberta au port de Vancouver, en Colombie-Britannique, a annoncé le ministre des Finances, Bill Morneau.

Kinder Morgan menaçait d'abandonner le 31 mai son projet de triplement de la capacité de cet oléoduc à près de 900.000 barils par jour, en raison de l'opposition du gouvernement social-démocrate de la Colombie-Britannique, des écologistes et d'Amérindiens.

Le Premier ministre libéral Justin Trudeau avait approuvé le projet estimé là 7,4 milliards de dollars canadiens en 2016 et répété ces dernières jours qu'il était prêt à indemniser les pertes encourues par la société Kinder Morgan, en raison de la suspension des travaux.

Les actionnaires de Kinder Morgan devront approuver la vente de l'oléoduc, qui doit être bouclée au mois d'août, mais l'accord va permettre une reprise immédiate des travaux, a assuré Bill Morneau lors d'une conférence de presse.

"Cet investissement comporte un prix équitable pour les Canadiens et les actionnaires de l'entreprise et permettra" la réalisation du projet "à titre de propriété d'une société d'État", a-t-il précisé.

"Le gouvernement du Canada n'a toutefois pas l'intention d'être le propriétaire à long terme de ce projet", a-t-il dit en assurant qu'Ottawa le céderait à de nouveaux investisseurs "au moment opportun".

Depuis son élection il y a un an, le Premier ministre de la Colombie-Britannique menait une guerre de tranchées pour faire annuler le projet en pointant les risques environnementaux avec la multiplication de tankers géants aux abords de Vancouver où débouche l'oléoduc en provenance des sables bitumineux de l'Alberta voisin, troisième réserve de pétrole de la planète.

"Scandaleux, inacceptable"


Le Canada extrait près de 4 millions de barils de pétrole par jour et 99% de sa production est écoulée à rabais aux États-Unis, faute d'accès à d'autres marchés, notamment ceux de l'Asie.

Le gouvernement libéral de M. Trudeau avait accepté l'agrandissement de l'oléoduc en échange de la collaboration du gouvernement de la province de l'Alberta dans la lutte contre les gaz à effet de serre (GES).

Les sables bitumineux de cette province contribuent pour plus du quart aux émissions totales du Canada. Dans le cadre de l'accord de Paris sur le climat en décembre 2015, Justin Trudeau s'est engagé à réduire de 30% les émissions de GES d'ici 2030 par rapport aux volumes de 2005.

Berceau de l'organisation Greenpeace, la Colombie-Britannique menait depuis plusieurs mois une guérilla juridique contre l'agrandissement de l'oléoduc en service depuis 1953 et reliant sur un millier de kilomètres Edmonton, la capitale de l'Alberta, et Burnaby, dans la proche banlieue de Vancouver, sur l'océan Pacifique.

La polémique entourant le projet avait mené à une guerre commerciale entre les gouvernements de ces deux provinces, pourtant de même obédience sociale-démocrate.

L'acquisition "va permettre d'acheminer en toute sécurité le pétrole canadien vers les marchés mondiaux où nous pourrons obtenir un meilleur prix", a assuré le ministre des Finances.

"Et elle va rassurer les investisseurs que le Canada est un pays qui respecte la règle de droit et s'assure (que de grands projets, ndlr) puissent être réalisés".

Le projet dispose du soutien d'une faible majorité de Canadiens, qui étaient cependant réticents à voir leurs deniers utilisés pour assurer sa réalisation, selon de récents sondages.

"C'est totalement scandaleux, inacceptable, incompatible avec la réconciliation avec les Premières nations et nos engagements climatiques", a critiqué Patrick Bonin, porte-parole de Greenpeace Canada.

A un an et demi des élections législatives, cette nationalisation représente un risque politique pour Justin Trudeau, la Colombie-Britannique étant l'une des trois provinces, avec l'Ontario et le Québec, ayant élu le plus de députés de son parti en 2015, tandis que l'Alberta n'en compte que trois sur les 183 libéraux à la Chambre.


(c) AFP

Commenter Le Canada nationalise un oléoduc controversé pour l'agrandir


    Le pétrole au Canada / Québec

    vendredi 06 novembre 2020

    Enbridge: bénéfice en hausse au 3e trimestre mais moins qu'a…

    Montréal: Le groupe canadien Enbridge, premier opérateur d'oléoducs et de gazoducs d'Amérique du Nord, a annoncé vendredi une hausse de 4% de...

    dimanche 25 octobre 2020

    Pétrole: le canadien Cenovus rachète son concurrent Husky po…

    Montréal: Le producteur canadien de pétrole et de gaz Cenovus Energy va racheter son concurrent Husky Energy pour 23,6 milliards de dollars...

    jeudi 22 octobre 2020

    ExxonMobil prépare des suppressions de poste en Amérique du …

    New York: La major pétrolière américaine ExxonMobil, après avoir déjà réduit ses effectifs en Europe et en Australie, va "très bientôt" annoncer...

    -Toutes les nouvelles du pétrole au Canada
    -Toutes les nouvelles du pétrole au Québec

    Les Compagnies pétrolières Canadiennes et Québécoises

    TransCanada relance Keystone

    mercredi 20 février 2019

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut dans le Missouri au début du mois, a rapporté Reuters, citant le porte-parole de TransCanada, Terry Cunha.

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 24 novembre 2020 à 22:18

    Le pétrole au plus haut depuis mars, espoirs sur des vaccins

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en forte hausse mardi, le Brent et le WTI retrouvant même leur niveau...

    mardi 24 novembre 2020 à 17:07

    Le pétrole au plus haut depuis début mars grâce aux vaccins

    Londres: Les cours du pétrole accéléraient en cours de séance européenne mardi, le Brent et le WTI atteignant même des plus haut...

    mardi 24 novembre 2020 à 14:04

    Loukoïl renoue avec les bénéfices au 3e trimestre mais reste…

    Moscou: Le numéro deux russe du pétrole Loukoïl a indiqué mardi avoir renoué avec les bénéfices au troisième trimestre, après un deuxième...

    mardi 24 novembre 2020 à 12:23

    Le pétrole continue sur sa lancée rassuré par les perspectiv…

    Londres: Les cours du pétrole gagnaient de nouveau du terrain mardi, le Brent touchant même un plus haut depuis huit mois et...

    lundi 23 novembre 2020 à 21:44

    Le pétrole grimpe sur les espoirs de vaccins rapidement disp…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont grimpé à un plus haut en trois mois lundi, encouragés par les avancées autour...

    lundi 23 novembre 2020 à 17:55

    L'industrie pétrolière promet plus de transparence sur ses é…

    Paris: Des géants du secteur pétrolier et gazier se sont engagés lundi à plus de transparence sur leurs émissions de méthane afin...

    lundi 23 novembre 2020 à 13:30

    ⛽️ Les prix des carburants continuent leur hausse

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service en France poursuivaient leur hausse la semaine dernière, selon les données officielles diffusées ce jour. Les...

    lundi 23 novembre 2020 à 11:59

    Le pétrole attaque la semaine du bon pied

    Londres: Les cours du pétrole étaient au plus haut en deux mois et demi lundi, encouragés par les avancées autour de vaccins...

    vendredi 20 novembre 2020 à 21:51

    Le pétrole avance sur l'espoir de vaccins et avant la semain…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse vendredi, portés par l'espoir de vaccins contre le Covid-19 mais aussi...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 24 novembre 2020 Stimulés par les espoirs suscités par le vaccin, les cours du pétrole ont atteint des niveaux inégalés depuis que la COVID-19 a commencé à se propager en mars et a fait dégringolé la demande de pétrole. Vers 16h00 à Paris, les prix évoluaient à la hausse de plus de 3%.

    En septembre 2020, le prix du pétrole est quasi stable

    Le mercredi 21 octobre 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2020, le prix du pétrole en euros se replie (−8,3 % après +0,3 %). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) augmentent de nouveau (+2,3 % après +2,1 %), du fait des matières premières industrielles dont les prix augmentent pour le cinquième mois consécutif (+1,9 % après +4,4 %) et des prix des matières premières alimentaires qui se redressent (+2,6 % après −0,4 %). Le prix du pétrole se replie En septembre 2020, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) se replie (−8,3 % après +0,3 %)...

    Lire la suite

    'Peak oil'? Le secteur pétrolier se demande si le déclin est irréversible

    Le jeudi 02 juillet 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: La chute des cours du pétrole avec la crise du Covid-19 oblige les entreprises du secteur à revoir la valeur de leur actifs, alors que chefs d'entreprises et experts se demandent désormais si la demande n'a pas entamé un déclin irréversible.

    Lire la suite

    Cours du pétrole: le pire est-il passé?

    Le mercredi 20 mai 2020 - L'actualité des prix du pétrole

    Londres: Le pire est-il passé pour le marché pétrolier? Les cours s'étaient effondrés en mars et avril, la pandémie de coronavirus minant la demande d'or noir alors que l'offre surabondante faisait presque déborder les réserves à travers la planète.

    Lire la suite