Menu
A+ A A-

L'augmentation du pétrole russe vers l'est réduit les ventes de brut iranien à la Chine

Pétrole en IranTéhéran: Les exportations de brut iranien vers la Chine ont fortement chuté depuis le début de la guerre en Ukraine, Pékin privilégiant les barils russes à forte décote, laissant près de 40 millions de barils de pétrole iranien stockés sur des pétroliers en mer en Asie et cherchant des acheteurs.
Les sanctions américaines et européennes imposées à la suite de l'invasion de l'Ukraine par Moscou le 24 février ont poussé davantage de brut russe vers l'est, où la Chine s'en est emparée, réduisant ainsi la demande de pétrole en provenance d'Iran et du Venezuela, qui sont également soumis à des sanctions occidentales.

Environ 20 navires transportant du pétrole iranien étaient au mouillage près de Singapour à la mi-mai, selon les données des expéditeurs.

Certains pétroliers sont à l'ancre depuis février, mais le nombre de navires stockant du pétrole iranien a rapidement augmenté depuis avril, selon des sources commerciales et maritimes, alors que davantage de pétrole russe se dirigeait vers l'est.

La société de données et d'analyse Kpler a déclaré qu'elle estimait que la quantité de pétrole iranien en stockage flottant près de Singapour avait atteint 37 millions de barils à la mi-mai, contre 22 millions de barils début avril.

Les États-Unis ont interdit les importations de pétrole russe peu après l'invasion de Moscou, tandis que l'Union européenne envisage un embargo progressif, poussant davantage de cargaisons de pétrole russe vers l'Asie.

"La Russie peut orienter près de la moitié de ses exportations vers l'Asie du Sud-Est, en particulier vers la Chine ... et c'est une énorme menace potentielle pour les exportations de brut iranien", a déclaré à Reuters Hamid Hosseini, membre du conseil d'administration du syndicat iranien des exportateurs de pétrole, de gaz et de produits pétrochimiques à Téhéran.

L'Iran, dont l'industrie pétrolière se débat depuis des années sous les sanctions américaines imposées en raison des travaux nucléaires de Téhéran, a longtemps compté sur les achats de pétrole chinois pour maintenir l'économie à flot.

Les exportations de l'Iran vers la Chine étaient estimées entre 700 000 et 900 000 barils par jour (bpj) en mars, selon les données et les calculs des cabinets de conseil.

Mais en avril, ces exportations ont été estimées avoir chuté de 200 000 à 250 000 bpj, selon Iman Nasseri, directeur général pour le Moyen-Orient de la société de conseil FGE, ce qui suggère une baisse d'environ un quart ou un tiers.

Kpler a déclaré que l'Iran avait exporté en moyenne 930 000 bpj vers la Chine au cours du premier trimestre, tandis que son estimation préliminaire pour avril était de 645 000 bpj, tout en précisant que cette estimation pourrait être révisée en raison de la difficulté de suivre les ventes iraniennes.

LE COMMERCE SOUS LES SANCTIONS

"La Chine achète désormais clairement plus de cargaisons d'Oural. Les exportations d'Oural vers la Chine ont plus que triplé. Et ce, malgré un affaiblissement des importations chinoises", a déclaré Homayoun Falakshahi, analyste principal chez Kpler.

La Chine, où les importations totales de pétrole ont récemment chuté en raison des restrictions COVID-19, est également le plus grand acheteur de brut russe ESPO Blend.

L'Iran et la Russie ont été en contact étroit ces dernières semaines pour discuter de la manière d'échanger du pétrole dans le cadre des sanctions, ont déclaré trois sources à Reuters. Une source a déclaré que la partie russe voulait apprendre comment l'Iran avait navigué dans les transports, le commerce et la banque, tandis que les deux parties ont également discuté de la création de sociétés, de banques et de fonds communs.

Une autre des sources a déclaré que d'autres entretiens étaient prévus lorsque le vice-premier ministre russe Alexander Novak se rendra en Iran la semaine prochaine.

Mais les pourparlers n'ont pas atténué la concurrence pour trouver des acheteurs pour les bruts russes de l'Oural et iraniens, qui sont généralement plus lourds avec une teneur en soufre plus élevée, ce qui tend à les rendre plus chers à traiter que le pétrole russe.

"Plus personne ne s'intéresse au brut iranien car les qualités russes sont de bien meilleure qualité et à des prix plus bas. Les vendeurs de pétrole iranien subissent une forte pression", a déclaré un négociant auprès d'un raffineur chinois.

Il a déclaré que l'Urals livré à la Chine se vendait avec des remises de 9 dollars par baril par rapport au Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. pour la livraison de juin, de sorte que les barils iraniens devaient être proposés avec des remises de 12 à 15 dollars pour être compétitifs.

"Vous pouvez légalement acheter du pétrole russe à prix réduit, mais le pétrole iranien continue de faire l'objet de sanctions, alors naturellement les gens optent pour l'option la plus facile", a déclaré un négociant européen, faisant référence au durcissement des sanctions américaines sur les exportations iraniennes.

Le pétrole et les produits raffinés russes affluent également sur d'autres marchés, notamment en Inde et aux Émirats arabes unis.

Les arrivées de fioul russe dans le centre de stockage émirati de Fujairah devraient grimper à environ 2,5 millions de barils en mai, soit environ 125 % de plus que les niveaux d'avril.

L'Inde, quant à elle, a augmenté ses achats de brut russe. Début juin, l'Inde aura importé plus de 30 millions de barils au cours des trois derniers mois, selon Kpler, soit plus du double du volume importé sur l'ensemble de l'année 2021.

(c) Reuters

Commenter L'augmentation du pétrole russe vers l'est réduit les ventes de brut iranien à la Chine


    Le pétrole en Chine

    Voir toutes les nouvelles du pétrole en Chine

    mardi 22 novembre 2022

    Chine: Des analystes abaissent leurs prévisions de demande d…

    Singapour: Les analystes abaissent leurs prévisions concernant la demande pétrolière de la Chine en fin d'année avec la reprise épidémique de COVID-19...

    lundi 24 octobre 2022

    Les importations de pétrole brut de la Chine en septembre ch…

    Pékin: Les importations de pétrole brut de la Chine en septembre ont été inférieures de 2 % à leur niveau de l'année...

    mardi 06 septembre 2022

    La Russie va exporter davantage vers l'Asie en cas de plafon…

    Vladivostok: La Russie va répondre au plafond sur le prix de son pétrole en exportant davantage de brut vers l'Asie, a déclaré...

    Le pétrole en Iran

    -Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

    mercredi 24 août 2022

    L'Iran propose d'aider l'Europe avec des livraisons de pétro…

    Téhéran: L'Iran a offert son aide à l'Europe sous la forme de livraisons de pétrole et de gaz pour l'hiver, selon une...

    mardi 19 juillet 2022

    La Russie et l'Iran vont renforcer leur coopération sur le g…

    Téhéran: L'Iran et la Russie deux pays sous le coup de sanctions occidentales se sont engagés à renforcer leur coopération sur le...

    mercredi 29 juin 2022

    Pétrole: vers un retour en grâce de l'Iran et du Venezuela?

    Londres: La Russie mise au ban, deux membres de l'alliance des producteurs de pétrole Opep+ pourraient tirer leur épingle du jeu, estiment...

    Le pétrole en Russie

    -Voir toutes les nouvelles du pétrole en Russie

    samedi 26 novembre 2022

    L'Ukraine veut plafonner le pétrole russe entre 30 et 40 dol…

    Kiev: Le président ukrainien Volodimir Zelensky a déclaré samedi que le prix du pétrole russe transporté par voie maritime devrait être plafonné...

    jeudi 24 novembre 2022

    Un plafonnement du prix du pétrole russe à 65 / 70 dollars p…

    Moscou: Le plafonnement prévu du prix du baril de pétrole russe entre 65 et 70 dollars ne devrait pas réduire immédiatement les...

    mercredi 23 novembre 2022

    Le G7 envisage de plafonner le prix du pétrole russe entre 6…

    Bruxelles: Le Groupe des sept (G7) envisage de plafonner le prix du pétrole russe transporté par voie maritime entre 65 et 70...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    samedi 26 novembre 2022 à 20:43

    L'Ukraine veut plafonner le pétrole russe entre 30 et 40 dol…

    Kiev: Le président ukrainien Volodimir Zelensky a déclaré samedi que le prix du pétrole russe transporté par voie maritime devrait être plafonné...

    vendredi 25 novembre 2022 à 21:00

    Le pétrole en baisse, l'incertitude pèse sur le marché

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse vendredi, orientés par l'incertitude qui pèse sur le marché, quant au...

    vendredi 25 novembre 2022 à 12:50

    Le pétrole remonte, les débats sur un plafond des prix russe…

    Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi alors que les débats se poursuivent au sein de la coalition qui veut plafonner le...

    jeudi 24 novembre 2022 à 18:50

    Un plafonnement du prix du pétrole russe à 65 / 70 dollars p…

    Moscou: Le plafonnement prévu du prix du baril de pétrole russe entre 65 et 70 dollars ne devrait pas réduire immédiatement les...

    jeudi 24 novembre 2022 à 18:25

    Le pétrole se stabilise, faible impact du plafond des prix d…

    Londres: Les prix du pétrole stagnaient jeudi, encore freinés par la perspective d'un plafonnement du prix du pétrole russe peu restrictif et...

    jeudi 24 novembre 2022 à 12:27

    Le pétrole baisse, faible impact du plafond des prix du brut…

    Londres: Les prix du pétrole fléchissaient encore jeudi, lestés par la perspective d'un plafonnement du prix du pétrole russe peu restrictive et...

    jeudi 24 novembre 2022 à 09:00

    Les prix du pétrole poursuivent leur glissade

    Paris: Les prix du pétrole poursuivaient leur repli jeudi, après avoir nettement fléchi la veille au soir, la variété d'or noir de...

    mercredi 23 novembre 2022 à 21:55

    Le pétrole glisse encore, peu d'effet attendu du plafonnemen…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont encore reculé nettement mercredi, toujours orientés par la résurgence de la pandémie de Covid-19...

    mercredi 23 novembre 2022 à 18:55

    Les États-Unis sont prêts à autoriser Chevron à augmenter la…

    Washington: Chevron pourrait obtenir l'approbation des États-Unis pour étendre considérablement ses opérations au Venezuela dès samedi, une fois que le gouvernement vénézuélien...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le mercredi 16 novembre 2022 - Analyses des prix du pétrole

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite

    📉 En octobre 2022, le cours du pétrole rebondit

    Le jeudi 24 novembre 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En octobre 2022, le prix en euros du pétrole rebondit (+4,8 % après ‑8,8 % en septembre). Le prix du pétrole rebondit En octobre 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) repart à la hausse (+4,0 % après ‑10,8 % en septembre), s’établissant en moyenne à 93,3 dollars.En euros, la hausse est un peu plus marquée (+4,8 % après ‑8,8 %), s’établissant en moyenne à 95 €, en raison de la dépréciation en octobre de l’euro vis-à-vis du dollar. Cours du pétrole Brent - octobre 2022

    Lire la suite

    Les prix du pétrole sont prêts à s'envoler cet hiver

    Le mardi 08 novembre 2022 - L'actualité des prix du pétrole

    Paris: Dans moins d'un mois (le 5 décembre), un embargo sur les exportations maritimes de pétrole brut russe vers l'Union européenne entrera en vigueur. En conséquence, l'offre mondiale de pétrole devrait se resserrer considérablement, la Russie étant le plus grand exportateur de pétrole et de carburants au monde. Le marché pétrolier s'y prépare.

    Lire la suite