Menu
A+ A A-

CS et UBS financeraient le controversé pétrole d'Amazonie

prix du petrole Genève (awp)Genève: Selon un rapport publié par plusieurs ONG, des banques helvétiques, dont Credit Suisse et UBS, jouent un rôle central dans le financement de l'extraction pétrolière dans l'Amazonie équatorienne. Marées noires, réchauffement climatique et violations des droits des peuples autochtones sont quelques-unes des conséquences d'une telle activité, avertissent les organisations non gouvernementales.
Des banques suisses financent l'or noir amazonien. C'est en tout cas ce qu'affirment les ONG américaines Stand.earth et Amazon Watch, épaulées par leurs homologues helvétiques Greenpeace Suisse et Extinction Rebellion, entre autres.

Dans leur rapport, il apparaît que sur les six banques concentrant 85% du financement de ce pétrole, quatre d'entre elles sont établies à Genève, parmi lesquelles Credit Suisse et UBS.

Credit Suisse, classée numéro deux dans cette liste, aurait financé à près de 1,8 milliard de dollars (1,6 milliard de francs) entre 2009 et mai 2020 l'extraction d'hydrocarbures dans la région communément appelée "source sacrée" en Equateur.

UBS, qui se positionne à la cinquième place, aurait elle contribué à hauteur de 853 millions de dollars au financement de cette extraction, ensuite raffinée par des compagnies américaines comme Chevron ou Valero. Un financement qui équivaut à près de 15 millions de barils.

D'autres banques étrangères ayant des filiales suisses à Genève apparaissent dans ce top six parmi lesquelles ING Belgium, qui caracole en tête de classement avec plus de deux milliards de dollars de financement. A noter également la présence de BNP Paribas Suisse, qui a alloué près de 1,7 milliard de dollars à ces activités d'extraction dans la période sous revue.

La Suisse est ainsi le premier pays représenté à travers les localisations de ces banques à hauteur de 47%. C'est bien plus que les Pays-Bas ou la France, qui la suivent de loin à 21% et 11% respectivement.


Graves conséquences sur l'environnement

Pour Amazon Watch et Stand.earth, ces financements mettent en danger des millions d'hectares de cette partie de l'Amazonie équatorienne, qui abrite l'une des biodiversités les plus riches du monde. Elles rappellent notamment la marée noire de juillet dernier survenue dans la région où près de 16'000 barils de pétrole se sont déversées.

En pleine pandémie, ce sont plus de 120'000 personnes qui ont été affectées par cette catastrophe, estime le rapport, dont des milliers d'indigènes. Les ONG précisent d'ailleurs que certains d'entre eux ont souffert de la contamination de leurs ressources naturelles voire de maladies de peau dues à l'épanchement de pétrole dans ces eaux.

Ces communautés ont tenté à plusieurs reprises d'alerter la communauté internationale sur ce qu'ils estiment être une menace pour leur survie.

La réponse des banques

Du côté des banques, c'est surtout le double langage que dénonce le rapport. Sur les 19 institutions évaluées, "presque toutes (...) soutiennent le développement durable ou ont signé des engagements" allant dans ce sens et pourtant, selon les ONG, ces mêmes banques continuent de financer des activités ayant un coût environnemental et sociétal important.

Elles prennent pour exemple Credit Suisse et sa nouvelle initiative dévoilée il y a quelques jours pour "accroître la prise en compte de la biodiversité" et "effectuer une transition concernant nos affaires entreprises en lien avec le pétrole et le gaz en réduisant l'exposition aux affaires traditionnelles". Un projet qui semble s'opposer à leurs activités financières du côté de l'Amazonie équatorienne, dénoncent les ONG.

Interrogé par AWP, la banque aux deux voiles estime que le rapport des ONG fait référence à sa politique sur le pétrole et le gaz et "à des exigences qui ne s'appliquent pas aux services financiers" qu'elles offrent.

UBS n'a voulu confirmer ni les montants ni l'existence même de tels financements à AWP. Un des porte-parole de la banque aux trois clés a toutefois admis que celle-ci conduit ce genre d'activités, sans plus de précision.

Depuis 2009, Stand.earth et Amazon Watch estiment que ces banques et d'autres établissements financiers privés ont fourni un total de 10 milliards de dollars en financements commerciaux pour environ 155 millions de barils de pétrole en provenance d'Equateur.

(c) AwP

Commenter CS et UBS financeraient le controversé pétrole d'Amazonie


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 19 janvier 2022 à 21:44

    Le pétrole frôle les 90 dollars, avant de consolider

    Cours de clôture: Le baril de Brent de mer du Nord a frôlé mercredi les 90 dollars, porté par son élan ainsi...

    mercredi 19 janvier 2022 à 12:20

    Le pétrole grimpe, dopé par la demande et les risques sur l…

    Londres: Les cours du pétrole continuaient leur envolée mercredi, la forte demande et les risques géopolitiques exerçant une pression à la hausse...

    mercredi 19 janvier 2022 à 10:33

    L'AIE met en garde sur une possible "nouvelle année de …

    Paris: L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a revu en hausse ses prévisions de la demande de pétrole cette année et prévenu que...

    mardi 18 janvier 2022 à 22:39

    Le pétrole s'installe en haute altitude, l'attaque sur Abou …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé mardi proches des sommets de 7 ans atteints plus tôt, une attaque sur...

    mardi 18 janvier 2022 à 13:09

    Le pétrole au plus haut depuis 2014, des risques géopolitiqu…

    Londres: Les cours du pétrole s'envolaient mardi, les risques géopolitiques faisant craindre de nouvelles perturbations d'une offre déjà tendue, hissant les prix...

    mardi 18 janvier 2022 à 11:00

    Goldman Sachs voit le baril de Brent à 100 dollars au T3

    Paris: Goldman Sachs s'attend à ce que le prix du baril de Brent atteigne 100 dollars au second semestre de cette année...

    mardi 18 janvier 2022 à 09:43

    Le pétrole Brent et le WTI au plus haut depuis 2014

    Tokyo: Les prix du Brent et du WTI évoluaient mardi à leur plus haut niveau depuis plus de sept ans, dopés par...

    mardi 18 janvier 2022 à 06:28

    Pétrole: le Brent au plus haut depuis 2014, dopé par des ten…

    Tokyo: Le prix du pétrole de Brent a atteint mardi un plus haut en sept ans, dopé par les perturbations de l'offre...

    lundi 17 janvier 2022 à 15:20

    ⛽️ Forte hausse des prix des carburants en ce début d'année …

    Paris: Les prix des carburants routiers vendus dans les stations-service en France poursuivaient leur hausse la semaine passée. Pour sa part, la moyenne des cours du pétrole...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    📈 Les prix du pétrole pourraient atteindre 125$ en 2022 et 150$ en 2023

    Le mercredi 01 décembre 2021 - L'actualité des prix du pétrole

    New York: Le prix du pétrole brut pourrait s'envoler à 125 dollars le baril l'année prochaine et à 150 dollars en 2023 en raison de la capacité limitée de l'OPEP à augmenter sa production, estiment les analystes de JP Morgan dans leur nouveau rapport.

    Lire la suite

    📉 En novembre 2021, le prix du pétrole diminue un peu

    Le vendredi 17 décembre 2021 - Analyses des prix du pétrole

    En novembre 2021, le prix du pétrole en euros se replie (-1,4 % après +13,8 % en octobre).Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) baissent légèrement (-0,6 % après +3,3 %) sous l'effet du recul de ceux des matières premières industrielles (-4,7 % après +4,5 %). Les prix des matières premières alimentaires, pour leur part, restent orientés à la hausse (+2,4 % après +2,5 %). Le prix du pétrole se replie En novembre 2021, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) recule (-3,0 % après +12,1 %)...

    Lire la suite

    Puiser dans les réserves stratégiques de pétrole, mesure rare et temporaire

    Le mardi 23 novembre 2021 - Analyses des prix du pétrole

    Washington: En butte à l'accélération de l'inflation qui mécontente les Américains, le président Joe Biden a annoncé mardi que les Etats-Unis allaient puiser dans leurs réserves stratégiques de pétrole pour tenter de faire baisser les prix de l'essence à la pompe, une initiative rarement utilisée.Cinquante millions de barils de brut américain vont être déversés sur le marché, accompagnés d'une contribution de la Chine, de l'Inde, du Japon, de la Corée du Sud et du Royaume-Uni. L'Inde a précisé qu'elle participerait à hauteur de 5 millions de barils.

    Lire la suite