Menu
A+ A A-

Sanctions contre l'Iran: le marché pétrolier sur le qui-vive, Ryad attentive

prix du petrole LondresLondres: Avec ses sanctions contre les importateurs de pétrole iranien, Washington pourrait faire basculer un marché à l'équilibre précaire et provoquer une flambée des prix du brut, le tout sous l'oeil attentif de l'Arabie saoudite.
"Dans les prochaines semaines, le marché va être complètement focalisé sur les exportations de l'Iran, sur le fait de savoir si le pays triche ou si la production chute", a commenté Riccardo Fabiani, analyste pour Energy Aspects, interrogé par l'AFP.

A partir de lundi, les États-Unis vont viser les acheteurs de pétrole iranien afin de priver Téhéran de sa principale source de revenus.

Mais si l'or noir est crucial pour la trésorerie iranienne, le pays, troisième producteur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), est également un des piliers du marché mondial.

En avril, l'Iran a exporté l'équivalent de 2,5 millions de barils par jour, avant que les acheteurs ne se détournent du pays en raison de l'annonce des sanctions.

"Même si les États-Unis accordent des exemptions, Washington demandera que le volume importé d'Iran baisse nettement", a noté Giovanni Staunovo, analyste chez UBS, qui mise donc sur une hausse des cours.

Pourtant, les prix du pétrole ont perdu près de 15 dollars en moins d'un mois, après avoir culminé début octobre à leur plus haut niveau depuis deux ans et demi, avec un baril de Brent à plus de 85 dollars.

Une partie de l'explication se situe dans la position ambigüe des États-Unis qui, après avoir martelé que l'objectif des sanctions était de réduire les exportations iraniennes à zéro baril, ont adouci leur position.

L'administration américaine a octroyé des exemptions pour huit pays, a annoncé vendredi le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo, sans nommer ces Etats.

La Turquie a indiqué être l'un d'eux et les analystes jugeaient que l'Inde, un des premiers importateurs mondiaux, serait également sur la liste, qui sera connue lundi.

"L'Inde a expliqué aux États-Unis qu'elle ne pouvait pas arrêter ses importations avant mars, alors qu'elle fait face à une crise monétaire grave" qui pèse sur le pouvoir d'achat, a commenté Joel Hancock, analyste chez Natixis. Le pétrole iranien est en effet bon marché et adapté aux raffineries indiennes.

Par ailleurs, la hausse du prix du baril, et donc de l'essence, pèse aussi sur le moral des Américains.

"Si les prix recommencent à grimper ou qu'un autre grand producteur a des difficultés, cela pourrait mettre les États-Unis sous pression et faire émettre de nouvelles exemptions", a jugé Riccardo Fabiani, d'Energy Aspects.

Les grands pays du pétrole, hormis l'Iran, devraient faire un effort pour produire davantage afin de compenser la baisse attendue d'or noir de Téhéran. Mais ce faisant, ils pourraient bien diminuer leur capacité de réaction à l'avenir, au cas où éclaterait une nouvelle crise.

L'Arabie saoudite, premier exportateur mondial, a ainsi affirmé pouvoir répondre à la baisse iranienne, mais certains acteurs du marché se demandent si le Royaume n'épuise pas ses capacités de réserve.

"L'Arabie saoudite peut produire 12 millions de barils par jour, mais à condition d'investir", estime M. Hancock, alors que le pays produit actuellement un peu moins de 11 millions de barils par jour. Selon lui, Ryad ne peut toutefois compter pour l'instant que sur 300.000 barils par jour de capacité de réserve, c'est-à-dire dont l'extraction peut être lancée en moins de 30 jours.

"Tout le monde parle de l'Arabie saoudite, mais les exportations du pays sont stables, autour de 10 millions de barils par jour", a pour sa part estimé Samir Madani, analyste chez Tanker Trackers, spécialisé dans le suivi de tankers par satellite.

"La vraie hausse, c'est l'Irak, qui exporte 4,2 millions de barils par jour, un volume que je n'avais jamais vu", a-t-il ajouté.

Selon lui, les États-Unis, qui sont en phase de devenir le premier producteur mondial avec leurs exploitations de pétrole de schiste, pourraient répondre à une partie de la demande, mais manquent de capacités d'exportation.


(c) AFP

Commenter Sanctions contre l'Iran: le marché pétrolier sur le qui-vive, Ryad attentive


    Le pétrole en Iran

    -Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

    lundi 05 novembre 2018

    Sanctions américaines: Chine, Inde et Japon autorisés à ache…

    Washington: Les Etats-Unis ont autorisé huit pays, parmi lesquels la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud et l'Italie, à continuer...

    vendredi 02 novembre 2018

    Pétrole iranien : la Turquie parmi les pays bénéficiant d'un…

    Ankara: La Turquie fait partie des pays bénéficiant d'une dérogation des Etats-Unis lui permettant de continuer à importer du pétrole iranien en...

    vendredi 02 novembre 2018

    Iran: Washington confirme le retour des sanctions, 8 pays au…

    Washington: Les Etats-Unis ont formellement confirmé vendredi qu'ils rétabliraient lundi toutes "les sanctions levées dans le cadre de l'accord sur nucléaire iranien...

    Le pétrole en Arabie Saoudite

    - Toutes les actualités du pétrole en Arabie Saoudite

    mardi 13 novembre 2018

    Les économies du Golfe se redressent mais restent sujettes à…

    Dubaï: La croissance dans le Golfe se redressera en 2018 après une contraction l'an dernier, mais restera vulnérable en raison de la...

    lundi 12 novembre 2018

    Ryad réclame une baisse de production de pétrole d'un millio…

    Abou Dhabi (Emirats arabes unis): L'Arabie saoudite a estimé lundi indispensable de réduire la production mondiale de pétrole d'un million de barils...

    lundi 12 novembre 2018

    La production mondiale de pétrole doit être réduite d'un mil…

    Abou Dhabi (Emirats arabes unis): Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a déclaré lundi qu'une analyse technique montrait la nécessité de...

    Le pétrole aux Etats-Unis

    Voir toutes les nouvelles du pétrole aux Etats-Unis

    mardi 13 novembre 2018

    Le marché du pétrole trop dépendant du schiste américain, se…

    Londres: Le marché de l'or noir va être de plus en plus dépendant de la production de schiste des Etats-Unis, faute d'investissements...

    vendredi 09 novembre 2018

    Pétrole: la justice américaine suspend l'oléoduc Keystone XL…

    Washington: Un juge fédéral du Montana a suspendu jeudi la construction de l'oléoduc géant Keystone XL, un sérieux revers pour Donald Trump...

    lundi 05 novembre 2018

    Sanctions américaines: Chine, Inde et Japon autorisés à ache…

    Washington: Les Etats-Unis ont autorisé huit pays, parmi lesquels la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud et l'Italie, à continuer...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 18 novembre 2018 à 17:54

    Bulgarie: blocage des routes contre la hausse du prix des ca…

    Sofia: Des milliers de Bulgares ont bloqué dimanche les principaux axes routiers et les postes-frontière entre la Bulgarie et la Turquie et...

    dimanche 18 novembre 2018 à 16:36

    Sulzer: le prix du pétrole n'inquiète pas le CEO, Vekselberg…

    Zurich: Le directeur général (CEO) de Sulzer, Greg Poux-Guillaume, affirme que malgré les récentes turbulences autour du prix du pétrole, son groupe...

    dimanche 18 novembre 2018 à 14:45

    Le gouvernement entend le "ras-le-bol fiscal", mai…

    Paris: Le gouvernement entend le "ras-le-bol fiscal" mais son "devoir" est de transformer l'économie pour la rendre moins dépendante du pétrole, a...

    samedi 17 novembre 2018 à 19:40

    Burkina: appel à une grève générale contre la hausse de l'es…

    Ouagadougou: Des syndicats et organisations de la société civile burkinabè ont appelé samedi à une grève générale et une journée de protestation...

    vendredi 16 novembre 2018 à 21:52

    Le pétrole chute pour la sixième semaine de suite

    NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé vendredi, n'empêchant toutefois pas une sixième chute hebdomadaire de suite...

    vendredi 16 novembre 2018 à 16:14

    Le pétrole monte sans effacer ses pertes sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens pour leur troisième séance d'affilée mais restaient en baisse sur la...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:45

    Bagdad et les Kurdes vont reprendre l'exportation en Turquie…

    Kirkouk (irak): Le gouvernement fédéral et le Kurdistan irakiens se sont mis d'accord pour reprendre l'exportation vers la Turquie du pétrole de...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:37

    Allemagne : les interdictions de diesel relèvent de l'"…

    Berlin: Les interdictions de circulation en Allemagne de véhicules diesel trop polluants, en particulier sur l'autoroute, relèvent de "l'autodestruction" de la prospérité...

    vendredi 16 novembre 2018 à 12:32

    Le pétrole monte encore mais reste en baisse sur la semaine

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens pour leur troisième séance d'affilée mais restaient en baisse sur la...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite