Menu
A+ A A-

Le brut se replie, les investisseurs s'interrogent sur l'Arabie saoudite

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole se repliaient mercredi en cours d'échanges européens, alors que le marché s'interrogeait sur les intentions de l'Arabie saoudite, après des informations de presse rappelant que le pays se tenait prêt à produire davantage d'or noir pour enrayer la hausse des cours.

Vers 10H30 GMT (12H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 111,53 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, perdant 50 cents par rapport à la clôture de mardi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en octobre cédait 21 cents, à 95,08 dollars.

Les cours n'arrivaient toujours pas à se ressaisir après leur plongeon éclair de 4 dollars lundi, jugé "mystérieux" par les analystes. Les autorités de régulation américaine et britannique ont ouvert mardi une enquête sur ce mouvement, pointant un possible dérèglement de courtage à haute fréquence (ordinateurs générant de façon autonome des ordres au millionième de seconde).

Mais alors que cette chute aurait pu entraîner des achats à bon compte et un rééquilibrage, les prix du baril ont au contraire creusé leurs pertes mardi et continuaient de fléchir mercredi, dans un marché sans entrain.

Cet affaiblissement des cours "s'explique peut-être par les informations de presse indiquant depuis mardi que l'Arabie saoudite (1er exportateur de la planète) est prête à pomper à nouveau plus de 10 millions de barils de brut par jour (mbj) pour avoir davantage à offrir aux raffineurs du monde entier", expliquait David Hufton, analyste du courtier PVM.

Le royaume produisait 9,90 mbj en août, selon l'Agence internationale de l'Energie (AIE).

"Les Saoudiens sont désireux de voir les prix (du Brent) redescendre vers 100 dollars le baril" afin de pas miner encore davantage la croissance économique des pays consommateurs, "et ils montrent clairement que si les prix restent élevés, ce n'est pas en raison d'une offre insuffisante sur le marché", ajoutait M. Hufton.

Le ministre saoudien du Pétrole Ali al-Nouaïmi avait déjà estimé le 10 septembre que les prix élevés du brut ne reflétaient pas "les fondamentaux du marché", mais que le pays était prêt à "prendre les décisions nécessaires pour ajuster offre et demande" et "répondre aux besoins de tous ses clients".

Les signaux envoyés par Ryad "diminuent la probabilité d'un recours des Etats-Unis à leurs stocks pétroliers stratégiques" pour approvisionner le marché, "un scénario qui plomberait les prix du brut beaucoup plus que les engagements saoudiens à augmenter leur production", observait Olivier Jakob, analyste du cabinet suisse Petromatrix.

"Le problème (pour l'Arabie saoudite) est que si les Etats-Unis évoquent trop bruyamment leur volonté de puiser dans les stocks stratégiques, cela n'incite pas les raffineurs occidentaux à acheter davantage de pétrole saoudien" car ils attendent de voir si le gouvernement américain va agir, expliquait M. Jakob.

Alors que la montée des violences au Moyen-Orient a alimenté ces dernières semaines la montée des cours du baril, tout afflux de production sur le marché mondial pèserait en tout cas sévèrement sur les cours, d'autant que les stocks américains de pétrole restent à un niveau élevé.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, le département américain de l'Energie (DoE) devrait faire état mercredi d'une hausse de 500'000 barils des stocks de brut aux Etats-Unis lors de la semaine achevée le 14 septembre. Ces stocks avaient atteint en juillet leur plus haut niveau en 22 ans.

Les stocks d'essence sont attendus en hausse de 700'000 barils, et ceux de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage) en hausse de 1,1 million de barils.

rp



(AWP / 19.09.2012 13h24)


Commenter Le brut se replie, les investisseurs s'interrogent sur l'Arabie saoudite


    Le pétrole en Arabie Saoudite

    - Toutes les actualités du pétrole en Arabie Saoudite

    jeudi 14 février 2019

    Total devient la première grande compagnie pétrolière à inve…

    Paris: Le groupe français Total est le premier grand groupe pétrolier international à investir sur le marché de la vente au détail...

    jeudi 24 janvier 2019

    Les États-Unis vont pomper plus de pétrole que la Russie et …

    Selon le rapport de Rystad, les États-Unis devraient produire plus de pétrole que la Russie et l'Arabie saoudite réunies d'ici 2025.

    jeudi 24 janvier 2019

    Arabie Saoudite: "Nous pomperons le dernier baril de pé…

    Ryad: L’Arabie saoudite n’achète pas le récit du pic de la demande maximale de pétrole. Le plus gros producteur de l’OPEP continue...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:37

    Le pétrole monte après une chute brutale des stocks américai…

    Londres: Les cours du pétrole approchaient mercredi de leurs plus hauts en quatre mois en cours d'échanges européens après une baisse inattendue...

    mercredi 20 mars 2019 à 16:15

    USA: les stocks de brut plongent, les exportations bondissen…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont chuté de manière inattendue la semaine dernière, selon les chiffres publiés mercredi...

    mercredi 20 mars 2019 à 12:23

    Le pétrole recule avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens alors que le marché peine à prendre de l'élan, à quelques...

    mercredi 20 mars 2019 à 05:14

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi en Asie, en raison des incertitudes qui se prolongent quant à...

    mardi 19 mars 2019 à 20:19

    Le pétrole finit sans direction, les réductions de l'Opep en…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé sans direction mardi alors que les investisseurs ont continué à évaluer les conséquences...

    mardi 19 mars 2019 à 16:14

    Le pétrole recule mais reste proche de ses plus hauts en qua…

    Londres: Les cours du pétrole perdaient un peu de terrain mardi en cours d'échanges européens après avoir atteint leurs plus hauts en...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 18 mars 2019 En février 2019, la production de pétrole en Russie a augmenté de 3,5% et celle de gaz naturel de 4.7% sur un an.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite