Menu
A+ A A-

Washington peut-il imposer un embargo sur le pétrole vénézuélien ?

prix du petrole CaracasCaracas: C'est une menace brandie par Washington: un possible embargo sur le pétrole du Venezuela, dont les Etats-Unis sont le premier acheteur.Mais peut-elle être mise à exécution, alors que la population locale est exsangue sous l'effet de la crise ?
L'option a été avancée par le secrétaire d'Etat Rex Tillerson, avec la promesse de "mitiger" l'effet d'un tel embargo, qui, selon les analystes, porterait un coup terrible à l'économie du Venezuela sans pour autant garantir des changements politiques.

Le pays subit déjà des sanctions financières américaines visant notamment le président Nicolas Maduro, ainsi qu'une interdiction pour les citoyens et entreprises des Etats-Unis d'acheter de la dette publique vénézuélienne.

Mais couper le flux de pétrole vers le voisin du nord, principal client du Venezuela, c'est toucher le nerf de la guerre: le brut apporte 96% des recettes de l'Etat.

Selon l'Agence américaine de l'énergie, Washington a reçu 600.000 barils par jour de Caracas en 2017, soit un tiers des ventes de pétrole et surtout 75% des liquidités du Venezuela, explique l'économiste César Aristimuño, pour qui un embargo américain serait "le pire" scénario.

Un tiers de la production - 1,6 million de barils - sert à rembourser la dette contractée auprès de Pékin et Moscou, ainsi qu'à des accords de coopération avec les petits pays des Caraïbes, ajoute l'analyste.

Le reste alimente le marché intérieur, fortement subventionné, un dollar au marché noir permettant d'acheter 214.000 litres d'essence.

Malgré ses immenses réserves - les plus importantes au monde -, Caracas importe des Etats-Unis 160.000 barils quotidiens de brut léger, indispensable pour traiter son pétrole, lourd. En cas d'embargo, l'Algérie ou le Nigéria pourraient l'approvisionner, mais plus cher, selon l'expert Orlando Ochoa.

Alors que le production pétrolière vénézuélienne a fondu, faute d'investissements suffisants, "son flux de liquidités se détériorera encore" en cas de nouvelles sanctions, prévient le cabinet Eurasia.

En récession depuis 2014, le pays accumule une dette extérieure estimée autour de 150 milliards de dollars, dont 30% correspondent à son fleuron pétrolier PDVSA.

Le Venezuela fournit 8% des achats de brut des Etats-Unis.

Pour compenser, Washington pourrait compter sur le Mexique et le Canada comme "principaux" remplaçants, estime James Williams, du cabinet WRTG Economics. Les importations en provenance de Caracas ont déjà baissé, à 100.000 barils quotidiens en janvier.

Mais en restreignant l'achat de pétrole, des raffineries comme Citgo - filiale de PDVSA -, Valero Energy Corp, PBF ou Philips seraient affectées et "cela signifierait des hausses de prix du carburant", met en garde le consultant.

Valero a déjà annoncé des mesures pour réduire sa dépendance au pétrole vénézuélien, mais pour Orlando Ochoa, l'approvisionnement des raffineries américaines près du Golfe du Mexique "ne peut être remplacé si facilement".

Le département du Trésor peut adopter cet embargo s'il a le feu vert du Congrès et ajouter des mesures de pression sur les pays continuant à se fournir en pétrole vénézuélien.

Mais même des gouvernements hostiles à celui de Nicolas Maduro rejettent cette option.

"Le Mexique ne va pas imposer de sanctions pétrolières", a affirmé le secrétaire mexicain à l'Energie, Pedro Joaquin Coldwell, inquiet des "répercussions que cela pourrait avoir (...) sur la population vénézuélienne" et les pays des Caraïbes, dépendants du pétrole de Caracas.

La crise humanitaire est déjà forte au Venezuela, où les habitants souffrent de l'hyperinflation (13.000% en 2018 selon le FMI) et des pénuries. Des centaines de milliers d'entre eux ont fui le pays.

Les analystes doutent de l'efficacité politique d'une telle mesure.

"Ceux qui croient que l'isolement et les sanctions affecteront seulement le gouvernement se trompent", avertit Luis Vicente Leon, directeur de l'institut de sondages Datanalisis. Car "l'impact attendu est dévastateur pour l'économie et nous le vivrons tous (...) sans garantie de changement politique".

Orlando Ochoa s'interroge: "Les sanctions devraient mener le gouvernement à négocier, mais va-t-il céder? Il a montré jusqu'à présent une parfaite indifférence face à à la rapide détérioration socio-économique".

Nicolas Maduro, bien parti pour être réélu jusqu'en 2025 lors du scrutin du 22 avril, se dit prêt à affronter d'éventuelles sanctions.

Et si 75% des habitants désapprouvent sa gestion, selon Datanalisis, près de 90% sont derrière lui pour rejeter l'embargo.


(c) AFP

Commenter Washington peut-il imposer un embargo sur le pétrole vénézuélien ?


    Le pétrole au Vénézuela

    Voir toutes les nouvelles du pétrole au Vénézuela

    jeudi 13 décembre 2018

    L'ancien ministre du Pétrole du Venezuela meurt incarcéré

    Caracas: Un ancien ministre du Pétrole du Venezuela incarcéré pour une affaire de corruption est mort mercredi, a indiqué le parquet.

    mardi 13 novembre 2018

    Venezuela: la production de pétrole poursuit sa chute en oct…

    Caracas: La production de brut au Venezuela a poursuivi sa chute en octobre, avec 1,17 million de barils par jour (mbj), soit...

    lundi 15 octobre 2018

    Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur l…

    Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 22 janvier 2019 à 05:03

    Le pétrole recule en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole reculaient mardi en Asie, plombés par l'annonce d'un taux de croissance en Chine, la deuxième économie mondiale...

    lundi 21 janvier 2019 à 17:45

    Les prix des carburants poursuivent leur hausse en France

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont poursuivi leur hausse la semaine dernière, selon des chiffres officiels publiés...

    lundi 21 janvier 2019 à 12:46

    Frets maritimes: les frets secs et les pétroliers brut recul…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches comme ceux des pétroliers chargés de brut ont baissé la semaine dernière, tandis...

    lundi 21 janvier 2019 à 12:13

    Le pétrole hésite, la croissance chinoise s'essouffle

    Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient lundi en cours d'échanges européens, le rebond enregistré depuis le début de l'année s'essoufflant avec...

    lundi 21 janvier 2019 à 04:56

    Le pétrole à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, lundi en Asie, profitant de l'embellie boursière, mais les gains demeuraient limités...

    vendredi 18 janvier 2019 à 21:55

    Le pétrole aidé par l'espoir d'avancées dans les négociation…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse vendredi, profitant de l'optimisme des marchés sur une possible résolution...

    vendredi 18 janvier 2019 à 12:07

    Le pétrole remonte, le marché optimiste sur les négociations…

    Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens, profitant de l'optimisme des marchés sur une possible résolution du conflit...

    vendredi 18 janvier 2019 à 10:38

    Pétrole: l'équilibrage du marché risque de prendre du temps …

    Paris: L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a prévenu vendredi que le rééquilibrage du marché du pétrole risquait de s'apparenter à un "marathon...

    vendredi 18 janvier 2019 à 04:25

    Le pétrole rebondit en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole rebondissaient vendredi en Asie, portés par une réduction de la production de l'Opep et des informations sur...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 18 janvier 2019 AIE L'AIE table sur un cours du baril de Brent à 61 dollars en moyenne pour 2019, après 71 dollars en 2018, soit une baisse de 14%.

    En novembre 2018, le prix du pétrole chute

    Le jeudi 20 décembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En novembre 2018, le prix du pétrole en euros chute (−19,3 % après +4,3 % en octobre) tandis que les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) sont stables (+0,0% après +4,9%). Le prix du pétrole chute En novembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros chute (−19,3 % après +4,3 %), à 57 € en moyenne par baril. La baisse est presque de la même ampleur en dollars (−20,1 % après +2,7 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est établie à 64,7...

    Lire la suite

    Coup de poker sur l'essence

    Le mercredi 19 décembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Comment et pourquoi le cours du baril de brut s'est effondré entre 2014 et 2016, contre (presque) toute attente. Entre économie et géopolitique, une vertigineuse enquête dans le monde très fermé des rois du pétrole pour comprendre les fluctuations des prix du pétrole. Genre: Documentaire | Date: 12/2018 | Durée: 59 mn | Pays: France

    Lire la suite

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit

    Le mardi 20 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En octobre 2018, le prix du pétrole ralentit. Le prix du pétrole décélère En octobre 2018, la hausse du prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros est moins vive qu'en septembre (+4,3 % après +7,8 % en septembre), à 70,6 € en moyenne par baril de Brent. Le ralentissement est un peu plus marqué en dollars (+2,7 % après +8,8 %), l'euro s'étant déprécié au mois d'octobre. La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est établie à 81 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - octobre 2018

    Lire la suite