Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole rechute après l'accord iranien

prix-du-petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont rechuté jeudi à New York et Londres après l'annonce d'un accord de principe sur le nucléaire iranien qui laisse craindre une aggravation de la surabondance de l'offre.
Le prix du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en mai a perdu 95 cents à 49,14 dollars à la clôture sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), au lendemain d'une envolée provisoire.

A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a chuté plus lourdement de 2,15 dollars à 54.95 dollars, sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

Le marché, qui avait les yeux braqués sur les négociations de Lausanne depuis plusieurs séances, a réagi comme il était prévisible, en faisant encore baisser les cours de peur que cet accord entraîne un afflux de brut iranien dans un marché déjà saturé.

L'Union européenne a annoncé que les sanctions américaines et européennes frappant l'Iran seraient levées en fonction du respect des engagements pris par la République islamique, ce qui devrait permettre de libérer les exportations.

Au début de la conférence de presse commune à l'Iran et aux grandes puissances à Lausanne, le prix du WTI, qui était déjà en baisse depuis l'ouverture, a plongé jusqu'à 48,11 dollars le baril, avant de se reprendre un peu.

De nombreux analystes ont en effet estimé que ce succès diplomatique avait déjà été pris en compte dans les cours du pétrole, ne justifiant pas un grand décrochage.

Reste que les échanges de jeudi représentent une rechute par rapport à l'envolée provisoire de mercredi, qui faisait suite à l'incendie d'une plateforme dans le Golfe du Mexique, et à une baisse, certes minime, de la production américaine de brut, la première depuis huit semaines.

Ce léger reflux de production, qui n'a pas empêché les réserves totales de brut américaines de battre un nouveau record, n'est pas suffisant pour faire oublier que nous sommes toujours dans un marché baissier, a déclaré Oliver Sloup chez iTrader.com.

Le marché croule sous l'offre, a-t-il dit, et en même temps, l'Iran, l'Opep, les Etats-Unis, tout le monde produit beaucoup de pétrole.

Si la demande se reprend, ce qu'elle devrait faire selon les cycles saisonniers habituels avec la remise en service de raffineries et le début des déplacements des beaux jours aux Etats-Unis, alors on va sortir du cycle de baisse, mais si elle n'est pas au rendez-vous la baisse risque de se prolonger, a prévenu M. Sloup, jugeant qu'il était trop tôt pour affirmer que le pétrole a atteint un niveau plancher.

- Surabondance persistante -

Les spécialistes de Commerzbank, citant des sources dans le milieu des armateurs, ont affirmé en début de semaine que l'Iran a au moins 30 millions de barils de pétrole à bord de superpétroliers. En d'autres termes, il peut mettre sur le marché un million de barils par jour supplémentaires pendant au moins un mois si les sanctions sont levées, sans même avoir besoin d'accroître sa production.

Un tel afflux de pétrole, dans un contexte où les cours sont déjà déprimés par la surabondance de l'offre, ne pourrait que pousser encore les cours à la baisse, alors qu'ils ont décliné de plus de moitié depuis juin.

Autre donnée surveillée jeudi par les investisseurs, le nombre de puits de pétrole en activité aux Etats-Unis, mesuré par la société Baker Hughes. Il y avait cette semaine 11 puits de moins en activité que la semaine dernière, un léger ralentissement qui porte néanmoins à plus de 50% la diminution du nombre de puits actifs depuis le mois d'octobre.

On a vu beaucoup de puits fermer, a souligné M. Sloup, signifiant que le léger recul de production annoncé mercredi pourrait être le début d'une tendance.

Kyle Cooper, chez IAF Advisors, était plus dubitatif.

Si (la réduction de production) se poursuit pendant deux ou trois semaines cela pourrait être un facteur, mais pour l'instant je crois que c'est juste une aberration ponctuelle a-t-il ajouté, se rappelant que l'année dernière on a vu la production ralentir pendant une ou deux semaines avant qu'elle remonte encore.

chr/jdy/az

INTERCONTINENTALEXCHANGE GROUP

BAKER HUGHES








Commenter Le pétrole rechute après l'accord iranien

Le pétrole en Iran


dimanche 14 janvier 2018

Le pétrolier iranien en flammes au large de la Chine a coulé…

pékin: Un pétrolier iranien en feu a coulé huit jours après sa collision au large de la Chine, ont rapporté dimanche les...

jeudi 11 janvier 2018

Chine: le pétrolier toujours en feu, début de polémique en I…

Pékin: La Chine tentait toujours jeudi d'éteindre le feu à bord d'un pétrolier iranien au large de ses côtes, tandis qu'en Iran...

lundi 27 novembre 2017

L'Irak veut développer ses champs pétroliers près de l'Iran …

Bagdad: L'Irak a appelé lundi les compagnies étrangères à explorer et exploiter huit champs pétroliers et gaziers sur sa frontière avec l'Iran...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 22 février 2018 à 17:35

USA: baisse surprise des stocks de pétrole brut au 16/02

New York: Les stocks de pétrole brut ont reculé aux Etats-Unis la semaine dernière selon des chiffres publiés jeudi par l'Agence américaine...

jeudi 22 février 2018 à 16:29

Le pétrole remonte un peu, le marché hésite avant les stocks…

Londres: Les cours du pétrole remontaient jeudi en cours d'échanges européens dans un marché hésitant alors que les Etats-Unis publieront jeudi leurs...

jeudi 22 février 2018 à 12:47

Le pétrole recule légèrement avant les stocks américains

Londres: Les prix du pétrole reculaient un peu jeudi en cours d'échanges européens dans un marché prudent alors que les Etats-Unis publieront...

jeudi 22 février 2018 à 09:09

TechnipFMC voit son bénéfice plonger en 2017, pénalisé par d…

Paris: Le groupe de services pétroliers TechnipFMC a vu son bénéfice net plonger de 70% l'année dernière et a même accusé une...

jeudi 22 février 2018 à 06:02

Le pétrole orienté à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, jeudi en Asie, en dépit d'estimations faisant état d'une baisse des réserves...

mercredi 21 février 2018 à 21:54

Le pétrole finit en ordre dispersé, le dollar pèse

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole cotés à Londres et à New York ont terminé en ordre dispersé mercredi, la hausse...

mercredi 21 février 2018 à 21:18

CGG a achevé sa restructuration financière

Paris: Le groupe parapétrolier CGG a achevé son plan de restructuration financière, ramenant sa dette à 1,2 milliard de dollars, a-t-il annoncé...

mercredi 21 février 2018 à 16:14

Le pétrole baisse, lesté par le renforcement du dollar

Londres: Les cours du pétrole baissaient mercredi à l'approche de la fin des échanges européens, le renforcement du dollar effaçant les effets...

mercredi 21 février 2018 à 12:16

Le pétrole baisse en raison de la fermeté du dollar

Londres: Les prix du pétrole reculaient en cours d'échanges européens, plombés par la hausse du dollar et malgré des commentaires encourageants de...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite

En octobre 2017, le prix du pétrole poursuit sa hausse

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,2 % après +5,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées diminuent (−1,1 % après −2,3 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En octobre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,2 % après +5,9 % en août), à 49 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu moins marquée (+3,8 % après +6,9 %), l'euro s'étant légèrement déprécié au cours du...

Lire la suite