Menu
A+ A A-

Le pétrole rechute après l'accord iranien

prix-du-petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont rechuté jeudi à New York et Londres après l'annonce d'un accord de principe sur le nucléaire iranien qui laisse craindre une aggravation de la surabondance de l'offre.
Le prix du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en mai a perdu 95 cents à 49,14 dollars à la clôture sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), au lendemain d'une envolée provisoire.

A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a chuté plus lourdement de 2,15 dollars à 54.95 dollars, sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

Le marché, qui avait les yeux braqués sur les négociations de Lausanne depuis plusieurs séances, a réagi comme il était prévisible, en faisant encore baisser les cours de peur que cet accord entraîne un afflux de brut iranien dans un marché déjà saturé.

L'Union européenne a annoncé que les sanctions américaines et européennes frappant l'Iran seraient levées en fonction du respect des engagements pris par la République islamique, ce qui devrait permettre de libérer les exportations.

Au début de la conférence de presse commune à l'Iran et aux grandes puissances à Lausanne, le prix du WTI, qui était déjà en baisse depuis l'ouverture, a plongé jusqu'à 48,11 dollars le baril, avant de se reprendre un peu.

De nombreux analystes ont en effet estimé que ce succès diplomatique avait déjà été pris en compte dans les cours du pétrole, ne justifiant pas un grand décrochage.

Reste que les échanges de jeudi représentent une rechute par rapport à l'envolée provisoire de mercredi, qui faisait suite à l'incendie d'une plateforme dans le Golfe du Mexique, et à une baisse, certes minime, de la production américaine de brut, la première depuis huit semaines.

Ce léger reflux de production, qui n'a pas empêché les réserves totales de brut américaines de battre un nouveau record, n'est pas suffisant pour faire oublier que nous sommes toujours dans un marché baissier, a déclaré Oliver Sloup chez iTrader.com.

Le marché croule sous l'offre, a-t-il dit, et en même temps, l'Iran, l'Opep, les Etats-Unis, tout le monde produit beaucoup de pétrole.

Si la demande se reprend, ce qu'elle devrait faire selon les cycles saisonniers habituels avec la remise en service de raffineries et le début des déplacements des beaux jours aux Etats-Unis, alors on va sortir du cycle de baisse, mais si elle n'est pas au rendez-vous la baisse risque de se prolonger, a prévenu M. Sloup, jugeant qu'il était trop tôt pour affirmer que le pétrole a atteint un niveau plancher.

- Surabondance persistante -

Les spécialistes de Commerzbank, citant des sources dans le milieu des armateurs, ont affirmé en début de semaine que l'Iran a au moins 30 millions de barils de pétrole à bord de superpétroliers. En d'autres termes, il peut mettre sur le marché un million de barils par jour supplémentaires pendant au moins un mois si les sanctions sont levées, sans même avoir besoin d'accroître sa production.

Un tel afflux de pétrole, dans un contexte où les cours sont déjà déprimés par la surabondance de l'offre, ne pourrait que pousser encore les cours à la baisse, alors qu'ils ont décliné de plus de moitié depuis juin.

Autre donnée surveillée jeudi par les investisseurs, le nombre de puits de pétrole en activité aux Etats-Unis, mesuré par la société Baker Hughes. Il y avait cette semaine 11 puits de moins en activité que la semaine dernière, un léger ralentissement qui porte néanmoins à plus de 50% la diminution du nombre de puits actifs depuis le mois d'octobre.

On a vu beaucoup de puits fermer, a souligné M. Sloup, signifiant que le léger recul de production annoncé mercredi pourrait être le début d'une tendance.

Kyle Cooper, chez IAF Advisors, était plus dubitatif.

Si (la réduction de production) se poursuit pendant deux ou trois semaines cela pourrait être un facteur, mais pour l'instant je crois que c'est juste une aberration ponctuelle a-t-il ajouté, se rappelant que l'année dernière on a vu la production ralentir pendant une ou deux semaines avant qu'elle remonte encore.

chr/jdy/az

INTERCONTINENTALEXCHANGE GROUP

BAKER HUGHES







Commenter Le pétrole rechute après l'accord iranien


    Le pétrole en Iran

    -Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

    lundi 05 novembre 2018

    Sanctions américaines: Chine, Inde et Japon autorisés à ache…

    Washington: Les Etats-Unis ont autorisé huit pays, parmi lesquels la Chine, l'Inde, le Japon, la Corée du Sud et l'Italie, à continuer...

    dimanche 04 novembre 2018

    Sanctions contre l'Iran: le marché pétrolier sur le qui-vive…

    Londres: Avec ses sanctions contre les importateurs de pétrole iranien, Washington pourrait faire basculer un marché à l'équilibre précaire et provoquer une...

    vendredi 02 novembre 2018

    Pétrole iranien : la Turquie parmi les pays bénéficiant d'un…

    Ankara: La Turquie fait partie des pays bénéficiant d'une dérogation des Etats-Unis lui permettant de continuer à importer du pétrole iranien en...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 13 novembre 2018 à 22:18

    L'Opep s'inquiète d'un pétrole trop abondant et fait déraper…

    Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, entraînant une...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:50

    Venezuela: la production de pétrole poursuit sa chute en oct…

    Caracas: La production de brut au Venezuela a poursuivi sa chute en octobre, avec 1,17 million de barils par jour (mbj), soit...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:15

    Le prix du baril de brut new-yorkais accuse sa pire chute de…

    NYC/Cours de clôture: Les prix des barils de pétrole brut cotés à New York et Londres ont plongé mardi à la clôture...

    mardi 13 novembre 2018 à 16:22

    Le pétrole baisse, inquiété par Trump et les prévisions de l…

    Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens alors que Donald Trump a demandé à l'Opep de ne pas...

    mardi 13 novembre 2018 à 14:12

    Le marché du pétrole trop dépendant du schiste américain, se…

    Londres: Le marché de l'or noir va être de plus en plus dépendant de la production de schiste des Etats-Unis, faute d'investissements...

    mardi 13 novembre 2018 à 12:23

    L'Opep revoit la demande de pétrole en baisse, s'inquiète d…

    Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, alors que...

    mardi 13 novembre 2018 à 12:20

    Le pétrole en nette baisse après des propos de Trump contre …

    Londres: Les prix du pétrole baissaient nettement mardi en cours d'échanges européens, après que Donald Trump a demandé la veille de ne...

    mardi 13 novembre 2018 à 12:02

    Pour le Foll, le "gouvernement doit reculer" sur l…

    Paris: Le maire du Mans Stéphane Le Foll (PS) a appelé le gouvernement à "reculer" sur la taxation des carburants et à...

    mardi 13 novembre 2018 à 09:24

    Au large de l'Angola, un espoir pétrolier nommé Kaombo

    Au large de l'angola: La longue torchère qui s'échappe de sa proue éclaire la nuit à des milles nautiques à la ronde.Depuis...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur le pétrole, a-t-il un futur ?

    Le lundi 15 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite