Menu
A+ A A-

Pétrole et banques visés par les sanctions américaines contre l'Iran

prix du petrole WashingtonWashington: Les exportations de pétrole iranien et les transactions financières avec l'Iran seront à partir de lundi dans le collimateur des États-Unis, qui auront ainsi rétabli toutes leurs sanctions levées dans le cadre de l'accord sur le nucléaire iranien, dont ils se sont retirés en mai.
Les mesures punitives américaines visent toute personne ou entreprise étrangère qui ferait affaire avec la République islamique dans un grand nombre de secteurs. Si bien que ces entreprises sont sommées de choisir entre leurs investissements iraniens et leur accès au marché américain.

Un choix vite fait, la plupart des sociétés européennes ayant d'ores et déjà décidé de se désengager d'Iran.

Les sanctions déjà rétablies


- l'achat de dollars par le gouvernement iranien, et l'achat ou la vente pour des montants "importants" de rials, la monnaie iranienne;

- l'achat de bons du Trésor iranien;

- les échanges d'or, de métaux précieux, d'aluminium ou d'acier, de charbon ou de graphite;

- le secteur automobile et l'aviation commerciale;

- l'importation aux États-Unis de tapis ou de denrées alimentaires iraniens.


Les sanctions qui entrent en vigueur lundi


Il s'agit des mesures les plus draconiennes, instaurées sous l'administration démocrate de Barack Obama pour forcer Téhéran à négocier un accord censé l'empêcher de se doter de la bombe atomique, et levées après la signature de ce texte en 2015.

- Le pétrole et le secteur énergétique:

L'administration de Donald Trump veut faire en sorte que les exportations de pétrole iranien soient "aussi proches que possible de zéro", un objectif qu'elle dit pouvoir atteindre dès 2019. Selon ses estimations, elles ont déjà chuté de plus d'un million de barils par jour depuis mai, quand elles s'établissaient à 2,5 mbj.

Les condensats, un type de pétrole léger qui échappaient par le passé aux sanctions, seront cette fois comptabilisés. "C'est une grande victoire", estime Behnam Ben Taleblu de l'organisation Foundation for Defense of Democracies, qui milite pour une application stricte des sanctions.

Mais la plupart des observateurs estiment que Téhéran continuera à exporter une partie plus ou moins importante de son brut.

Washington va en effet accorder des dérogations à huit pays pendant six mois pour qu'ils puissent continuer à acheter du pétrole iranien tout en s'engageant à réduire ces importations. Deux de ces pays ont promis de cesser tout achat d'ici quelques semaines, selon le gouvernement américain.

La Turquie a dit faire partie de la liste des huit pays, qui sera dévoilée lundi. Parmi les autres figurent probablement la Corée du Sud, le Japon, l'Inde et peut-être la Chine.

Les revenus des ventes de pétrole autorisées iront sur des comptes bloqués et sont censés être utilisés uniquement pour l'achat de biens humanitaires par l'Iran.


Téhéran pourrait trouver d'autres moyens d'écouler son brut en contournant les sanctions: par exemple en le mélangeant avec du pétrole irakien ou en passant par un système de troc imaginé par les Européens qui, en désaccord avec les Américains, tentent de tout faire pour que l'Iran reste dans l'accord sur le nucléaire et continue donc de tirer des retombées économiques de son adhésion.

Alors qu'une montée en flèche des prix du pétrole menacerait l'économie mondiale en général et américaine en particulier, les États-Unis ont assuré que leur stratégie a permis jusqu'ici de les maintenir stables, grâce à l'Arabie saoudite qui a compensé la moindre production iranienne.

- Les transactions financières:

Dès lundi, les établissements financiers étrangers qui engageront des échanges avec la Banque centrale iranienne et toute une série d'autres banques de Téhéran s'exposeront à des sanctions et ne pourront plus avoir accès au système financier américain.

L'administration Trump veut notamment que le circuit bancaire international Swift, maillon essentiel du système financier par lequel passent les virements dans le monde, déconnecte les banques iraniennes frappées par les sanctions. Mais il n'est pas clair si elle prête à aller jusqu'à menacer les dirigeants de cette société de droit belge de sanctions individuelles.

- La construction navale et les transports maritimes sont aussi ciblés par les sanctions.


(c) AFP

Commenter Pétrole et banques visés par les sanctions américaines contre l'Iran


    Le pétrole en Iran

    -Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

    jeudi 07 mars 2019

    Netanyahu: la contrebande pétrolière iranienne doit cesser

    Israël: "L'Iran continue sa contrebande de pétrole brut en violation des sanctions américaines et cela doit cesser", a déclaré le premier ministre israélien Benjamin...

    mardi 04 décembre 2018

    Sanctions: l'Iran peut bloquer les exportations de pétrole d…

    Téhéran: Le président iranien Hassan Rohani a de nouveau menacé mardi de bloquer les exportations de pétrole dans le Golfe, en réaction...

    samedi 01 décembre 2018

    L'Iran a élaboré un "mécanisme" pour vendre son pé…

    Téhéran: L'Iran a finalisé un "mécanisme" permettant l'achat de pétrole iranien par Séoul après le rétablissement de sanctions américaines contre son secteur...

    Le pétrole aux Etats-Unis

    Voir toutes les nouvelles du pétrole aux Etats-Unis

    dimanche 14 avril 2019

    Au Texas, la vie au gré du prix du baril de pétrole

    Cotulla: Cotulla, l'autoproclamée "capitale hôtelière" du pétrole texan, avec ses 24 bâtiments pour 4.200 habitants, profite de la bonne santé des cours...

    samedi 13 avril 2019

    Le bassin permien américain, nouvel eldorado des majors pétr…

    New York: L'annonce du rachat d'Anadarko par Chevron vendredi est venue illustrer le poids prépondérant du bassin permien aux Etats-Unis, qui vient...

    vendredi 12 avril 2019

    La major Chevron rachète sa compatriote Anadarko pour 33 mil…

    New York: La major pétrolière américaine Chevron a cassé sa tirelire vendredi pour racheter sa compatriote Anadarko: pour 33 milliards de dollars...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 18 avril 2019 à 12:15

    Le pétrole recule un peu avant un long week-end pascal

    Londres: Les prix du pétrole reculaient légèrement jeudi en cours d'échanges européens alors que le marché britannique sera fermé vendredi et lundi...

    jeudi 18 avril 2019 à 06:38

    Les cours du pétrole inertes en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole n'évoluaient guère jeudi en Asie en dépit de la baisse des réserves américaines de brut, les analystes...

    mercredi 17 avril 2019 à 22:24

    Le pétrole recule, privilégie la production russe aux stocks…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont légèrement baissé mercredi malgré un recul des stocks américains, les courtiers s'interrogeant sur l'avenir...

    mercredi 17 avril 2019 à 17:21

    Recul surprise des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis (EI…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont enregistré une baisse surprise la semaine dernière et les importations ont chuté...

    mercredi 17 avril 2019 à 12:14

    Le pétrole grimpe avant les données officielles sur les stoc…

    Londres: Le prix du pétrole de Brent bondissait mercredi en cours d'échanges européens à son plus haut niveau en cinq mois, galvanisés...

    mercredi 17 avril 2019 à 07:54

    Le pétrole orienté à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mercredi en Asie, après des estimations d'une baisse inattendue des réserves de...

    mardi 16 avril 2019 à 22:05

    Le pétrole monte à la veille d'un rapport sur les stocks amé…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont un peu avancé mardi dans un marché sans direction claire, à la veille de...

    mardi 16 avril 2019 à 12:11

    Le pétrole stable dans un marché atone

    Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient mardi en cours d'échanges européens dans un marché sans direction forte après les prises de...

    lundi 15 avril 2019 à 21:13

    Le pétrole recule, faisant une pause après plusieurs semaine…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en baisse lundi, les investisseurs décidant d'encaisser quelques bénéfices après plusieurs semaines consécutives...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 16 avril 2019 Pour la semaine achevée le 12 avril, les analystes tablent sur une hausse de 2 millions de barils des stocks de brut, sur une baisse de 2,55 millions de barils des stocks d'essence et sur une baisse d'un million de barils des stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole).

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite