Menu
RSS
A+ A A-

Pétrole contre vin: deux provinces canadiennes se déchirent

prix du petrole OttawaOttawa: Ce sera pétrole contre vin et électricité: une guerre commerciale fait rage entre deux provinces canadiennes voisines sur l'agrandissement d'un oléoduc vers le Pacifique, autorisé par le gouvernement du Premier ministre Justin Trudeau.
L'une de ces provinces de l'Ouest, l'Alberta, est connue pour ses réserves de pétrole des sables bitumineux, les troisièmes de la planète et importante source d'émissions de gaz à effet de serre (GES) au Canada. L'autre, la Colombie-Britannique, est réputée pour ses montagnes et paysages grandioses, et de plus en plus pour son vin.

Les deux sont dirigées par des gouvernements sociaux-démocrates qui s'opposent sur le triplement de la capacité de l'oléoduc Trans Mountain, pour écouler 890.000 barils de pétrole par jour sur 1.150 km entre l'Alberta et la banlieue de Vancouver pour l'exporter vers l'Asie.

La querelle couvait depuis des mois et s'est envenimée avec la décision de la Colombie-Britannique de s'opposer à l'augmentation du débit de l'oléoduc dans l'attente d'un nouvel examen des conséquences d'une hypothétique marée noire sur l'environnement.

Berceau de l'organisation Greenpeace, la province du Pacifique craint qu'avec la multiplication inévitable des super-pétroliers dans la baie de Vancouver, un accident vienne polluer ses côtes majestueuses. Une menace brandie par les pêcheurs, l'industrie du tourisme et les Amérindiens.

Cette décision a déclenché l'ire du gouvernement de l'Alberta, une province très largement dépendante de l'exploitation du pétrole et en manque d'oléoducs pour écouler sa production en augmentation constante.

L'industrie pétrolière "soutient des dizaines de milliers d'emplois dans tout le pays", a rappelé la Première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, qui en représailles a décrété un embargo sur le vin britanno-colombien.

Cette mesure symbolique s'est ajoutée à l'annulation sine die des négociations pour l'achat d'environ un demi-milliard de dollars (325 millions d'euros) d'électricité à la Colombie-Britannique.

La querelle a rebondi à Ottawa, où le chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, a parlé de "crise" en demandant cette semaine à Justin Trudeau d'interrompre un déplacement aux Etats-Unis et de rentrer au Canada pour "reprendre le contrôle de la situation".

Ironiquement, M. Trudeau était de l'autre côté de la frontière pour défendre l'Accord de libre-échange nord-américain (Aléna) que le président américain Donald Trump menace d'abroger.

Après avoir rejeté il y a un an et demi un autre oléoduc censé relier l'Alberta à la côte de Colombie-Britannique, M. Trudeau défend cette fois l'expansion du Trans Mountain et martèle que l'économie et la protection de l'environnement peuvent aller de pair.

"La décision que nous avons prise est dans l'intérêt national et nous allons la maintenir, c'est donc dire que nous allons agrandir l'oléoduc Trans Mountain", a assuré le Premier ministre libéral il y a quelques jours.

Cette position comporte des risques pour Justin Trudeau en prévision des élections de 2019, lui qui a été élu sur la promesse de réduire les émissions de GES, dont le quart provient de l'exploitation des sables bitumineux de l'Alberta.

Or la Colombie-Britannique est l'une des trois provinces avec l'Ontario et le Québec qui ont élu le plus de députés du parti de Justin Trudeau en 2015, tandis que l'Alberta n'en compte que trois sur les 183 libéraux à la Chambre.

La situation est plus périlleuse pour le Premier ministre de Colombie-Britannique, John Horgan, porté au pouvoir l'an dernier en faisant campagne contre l'oléoduc. La survie de son gouvernement minoritaire dépend du soutien des Verts, très hostiles au projet.

Des responsables du gouvernement canadien tentent de dénouer l'impasse entre les deux provinces qui restent pour l'instant à couteaux tirés, Rachel Notley abreuvant son compte Twitter de messages de soutien de Britanno-Colombiens.


(c) AFP

Le pétrole au Canada / Québec


mardi 29 mai 2018

Le Canada nationalise un oléoduc controversé pour l'agrandir

Ottawa: Le gouvernement canadien a nationalisé mardi un oléoduc contesté par la province de Colombie-Britannique (Ouest), les autochtones et les environnementalistes afin...

mercredi 16 mai 2018

Oléoduc controversé: le gouvernement canadien tente de passe…

Ottawa: Le gouvernement canadien a promis mercredi d'indemniser les pertes financières encourues par le promoteur d'un oléoduc contesté au niveau politique et...

dimanche 15 avril 2018

Justin Trudeau défend un projet d'oléoduc à l'origine d'une …

Paris: Le Premier ministre canadien Justin Trudeau, en visite officielle en France ces prochains jours, a défendu dimanche le projet d'agrandissement d'un...


-Voir toutes les nouvelles du pétrole au Canada / Québec

Les Compagnies pétrolières Canadiennes et Québécoises

Suncor accroit sa participation dans Syncrude (sables pétrolifères)

lundi 12 février 2018

Montréal: Le pétrolier canadien Suncor a acquis pour 920 millions de dollars canadiens (596 millions d'euros) les 5% de Mocal Energy dans la mine de sables bitumineux Syncrude, portant sa participation à 58,74% dans ce consortium.

Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 17 juillet 2018 à 12:37

Le pétrole en baisse, vers une nouvelle augmentation de la p…

Londres: Les prix du pétrole reculaient légèrement mardi en cours d'échanges européens après leurs pertes de la veille, alors que les Etats-Unis...

mardi 17 juillet 2018 à 05:12

Le pétrole rebondit en Asie

Singapour: Les cours du pétrole rebondissaient mardi sous l'effet d'achats à bon compte après avoir plongé à des plus bas de trois...

lundi 16 juillet 2018 à 22:15

Le pétrole chute, les craintes liées à la production s'estom…

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole ont fortement baissé lundi alors que les craintes liées à une potentielle insuffisance de l'offre...

lundi 16 juillet 2018 à 18:56

Poutine tend la main à Trump dans le domaine du pétrole et d…

Helsinki: Le président russe, Vladimir Poutine, a tendu la main à son homologue américain, Donald Trump, dans le domaine du pétrole et...

lundi 16 juillet 2018 à 12:30

Le pétrole recule dans un marché incertain

Londres: Les prix du pétrole reculaient lundi en cours d'échanges européens dans un marché volatil, alors que les sanctions américaines contre l'Iran...

lundi 16 juillet 2018 à 06:12

Le pétrole recule en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient lundi en Asie dans un contexte d'inquiétudes sur une augmentation de la production et un éventuel...

vendredi 13 juillet 2018 à 22:15

Le pétrole monte mais n'évite pas une lourde chute hebdomada…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont un peu avancé vendredi, tentant, en vain, de limiter le net recul hebdomadaire observé...

vendredi 13 juillet 2018 à 16:21

Le pétrole se stabilise, le marché hésite

Londres: Les cours du pétrole se stabilisaient vendredi dans un marché indécis entre tensions commerciales et risques de perturbation de l'offre, notamment...

vendredi 13 juillet 2018 à 12:29

Le pétrole recule, le marché s'inquiète de la demande mondia…

Londres: Les prix du pétrole baissaient vendredi alors que les investisseurs s'inquiètent de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite