Menu
A+ A A-

Le brut remonte et approche de 100 dollars à Londres, soutenu par l'Iran

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole remontaient mardi en cours d'échanges européens, se rapprochant du seuil de 100 dollars à Londres, dans un marché soutenu par les menaces par l'Iran de fermer le détroit d'Ormuz en réponse au durcissement des sanctions occidentales sur le brut iranien.

Vers 10H30 GMT (12H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août, échangé sur l'IntercontinentalExchange (ICE) de Londres, valait 99,12 dollars, en hausse de 1,78 dollar par rapport à la clôture de lundi.

Il a atteint 99,24 dollars vers 09H45 GMT, au plus haut depuis deux semaines, se rapprochant du seuil de 100 dollars, sous lequel il reste cantonné depuis le 11 juin.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance gagnait 1,39 dollar à 85,14 dollars.

"L'Iran recommence à faire des déclarations alimentant les inquiétudes sur le détroit d'Ormuz et à attirer l'attention sur ses exercices militaires", exactement les mêmes facteurs qui "avaient fait bondir les prix au premier trimestre", une hausse qui était cependant restée momentanée, soulignait Olivier Jakob, analyste de la société suisse Petromatrix.

Quelque 100 députés du Parlement iranien ont ainsi signé lundi une proposition de loi visant à interdire le passage du détroit d'Ormuz aux pétroliers se rendant vers les pays de l'Union européenne (UE), qui impose depuis dimanche un embargo total contre le pétrole iranien.

Environ 35% du trafic maritime pétrolier mondial, notamment en provenance des pays du Golfe, transite par ce détroit stratégique.

Cependant, Téhéran avait déjà menacé au début de l'année de fermer le détroit d'Ormuz, en réponse au durcissement des sanctions internationales contre le pays, soupçonné par les occidentaux de développer un programme nucléaire à visée militaire.

"Mais les inquiétudes suscitées au début de l'année par ces menaces", qui n'avaient pas été mises à l'oeuvre, "se sont estompées, notamment en raison d'une augmentation plus forte que prévu de l'offre de l'Arabie saoudite (premier pays exportateur mondial, ndlr) qui a facilité un grossissement des stocks dans les pays consommateurs", ajoutait M. Jakob.

Par ailleurs, une réunion de suivi technique entre l'Iran et les puissances du groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne) a débuté mardi à huis clos à Istanbul, visant à reprendre les négociations sur le programme nucléaire de Téhéran.

Le prix du Brent échangé à Londres "était de surcroît dopé par la poursuite de la grève dans le secteur pétrolier norvégien", indiquait Tamas Varga, analyste du courtier PVM.

Cette grève, entamée depuis huit jours par quelque 700 employés sur deux champs de la mer du Nord, perturbe fortement la production du pays, huitième exportateur d'or noir de la planète.

Ainsi, "un cargo qui devait prendre en cargaison du pétrole d'un de ces deux champs sur les trois premiers jours de juillet n'a pas pu être chargé", notait M. Varga.

Les investisseurs restaient par ailleurs sur leurs gardes avant une réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) prévue jeudi, à l'issue de laquelle elle pourrait décider de baisser son principal taux directeur mais aussi prendre de nouvelles mesures de soutien à l'économie.

cha



(AWP / 03.07.2012 13h00)


Commenter Le brut remonte et approche de 100 dollars à Londres, soutenu par l'Iran


    Le pétrole en Iran

    -Voir toutes les nouvelles du pétrole en Iran

    mardi 04 décembre 2018

    Sanctions: l'Iran peut bloquer les exportations de pétrole d…

    Téhéran: Le président iranien Hassan Rohani a de nouveau menacé mardi de bloquer les exportations de pétrole dans le Golfe, en réaction...

    samedi 01 décembre 2018

    L'Iran a élaboré un "mécanisme" pour vendre son pé…

    Téhéran: L'Iran a finalisé un "mécanisme" permettant l'achat de pétrole iranien par Séoul après le rétablissement de sanctions américaines contre son secteur...

    mardi 20 novembre 2018

    Contre la contrebande, l'Iran veut limiter l'essence à la po…

    Téhéran: L'Iran est en train de réintroduire des cartes limitant la quantité de carburant pouvant être achetée dans les pompes à essence...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 20 février 2019 à 21:40

    Le pétrole grimpe avec la perspective d'une baisse de l'offr…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont atteint un nouveau plus haut en trois mois mercredi au moment où l'offre mondiale...

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    mercredi 20 février 2019 à 12:24

    Le pétrole recule, le risque d'une demande affaiblie persist…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens mais restaient à des niveaux élevés alors que l'affaiblissement de l'économie...

    mercredi 20 février 2019 à 04:38

    Le pétrole en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, mercredi en Asie, mais les gains étaient limités par les inquiétudes persistantes...

    mardi 19 février 2019 à 21:50

    Le pétrole finit en ordre dispersé, entre baisse de l'offre …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont divergé mardi à la réouverture du marché américain après un week-end prolongé, tout en...

    mardi 19 février 2019 à 15:41

    Les prix des carburants au plus haut depuis deux mois en Fra…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter dans leur ensemble la semaine dernière, dans le sillage des...

    mardi 19 février 2019 à 12:12

    Le pétrole diverge après des plus hauts en trois mois

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient mardi en cours d'échanges européens, mais restaient proches de leurs plus hauts depuis trois mois atteints...

    mardi 19 février 2019 à 04:28

    Le pétrole en ordre dispersé en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole divergeaient mardi en Asie alors que les investisseurs marquent une pause après les récentes hausse et un...

    lundi 18 février 2019 à 17:22

    Frets maritimes: les frets secs rebondissent, les pétroliers…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont remonté la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers de produits...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite