Menu
RSS
A+ A A-

ExxonMobil dégage son plus bas bénéfice depuis 1999, Chevron dans le rouge

prix du petrole New YorkNew York: Le plongeon des prix du pétrole tourne au cauchemar pour les majors américaines: les bénéfices trimestriels d'ExxonMobil ont chuté de 63%, tandis que Chevron a perdu de l'argent.
Première compagnie pétrolière américaine, ExxonMobil a dégagé un bénéfice net de 1,81 milliard de dollars au premier trimestre, soit le plus bas depuis 1999, année de la fusion à 80 milliards de dollars avec Mobil.

Pis, environ 78% de ce bénéfice proviennent non pas de l'activité d'exploration et de production pétrolière en perte de 76 millions de dollars sur le trimestre mais des activités chimiques.

Le groupe texan, dont le chiffre d'affaires a fondu de 28% à 48,7 milliards de dollars, a en effet un modèle économique qui le place à tous les échelons de l'industrie pétrolière: de l'exploration à la vente au consommateur via les stations à essence notamment.

Si l'ère des gros bénéfices semble révolue, ExxonMobil, qui a perdu cette semaine son triple A auprès de l'agence de notation Standard & Poor's - une première depuis les années 30 - veut coûte que coûte préserver les apparences, en continuant de choyer ses actionnaires. Il va leur verser un dividende de 73 cents par titre, en hausse de 5,8%.

Peu présent dans la chimie, Chevron a accusé une perte nette trimestrielle de 725 millions de dollars pour des revenus en déclin de 32% à 23,55 milliards, des résultats confirmant la forte dépendance du groupe aux cours des hydrocarbures.

- Stabilisation des prix

La major californienne est plus sensible aux fluctuations des cours de l'or noir que son rival ExxonMobil parce que 67% de sa production est constituée de pétrole.

En conséquence, l'activité de production et d'exploration pétrolière a essuyé une perte de 1,46 milliard de dollars, contre un bénéfice net de 1,56 milliard au premier trimestre 2015.

Chevron a vendu son pétrole et son gaz à 26 dollars le baril en moyenne aux Etats-Unis et à 29 dollars dans le reste du monde lors des premiers mois de l'année, contre 43 et 46 dollars à la même période en 2015.

En réponse à cette dégradation de la situation, nous allons continuer à réduire notre structure de coûts (...) et adapter la taille de notre organisation aux niveaux d'activités prévues dans l'avenir, promet le PDG John Watson.

Le groupe agit sur différents leviers: il a déjà annoncé la suppression de 10% (7.200 emplois) de ses effectifs, une réduction de 24% à 26,6 milliards de dollars de ses investissements et prévoit de céder jusqu'à 10 milliards de dollars d'actifs d'ici fin 2017.

S'il n'a pas encore procédé à des suppressions d'emplois, ExxonMobil taille également dans ses coûts pour préserver sa rentabilité.

L'enveloppe affectée au développement des activités de forage, de plateformes, de terminaux et de gisements pétroliers et gaziers a diminué de 33,4% sur la période à 5,13 milliards de dollars.

C'est davantage que ce qui avait été annoncé précédemment: En mars, il disait n'envisager réduire ces ressources que de 25% cette année à 23 milliards de dollars, un plus bas depuis 2007.

L'entreprise continue de répondre efficacement à des conditions de marché difficiles pour l'industrie et à améliorer sa performance opérationnelle et à trouver une amélioration améliorant ses marges, défend le PDG Rex Tillerson.

Depuis le Printemps 2014, les cours de l'or noir ont dévissé de plus de 60% et ont même évolué aux alentours de 27 dollars le baril en février, avant de remonter pour se stabiliser actuellement à 46 dollars en moyenne. Des espoirs d'un gel de la production des principaux pays exportateurs d'or noir et un léger coup de mou du dollar font espérer qu'ils vont rester à ce niveau pendant quelque temps.

A ce prix, les majors pétrolières pourraient arrêter l'hémorragie mais ne renoueraient pas dans l'immédiat avec des bénéfices record, s'accordent les analystes.

En dépit de ce contexte morose, ExxonMobil et Chevron continuent de produire.

La production de pétrole et de gaz du premier a augmenté de 1,8%, à 4,3 millions de barils équivalent pétrole par jour (mbj), grâce à de nouveaux puits.

Celle de Chevron s'élève, elle, à 2,67 mbj, quasi stable, avec une montée en puissance de projets au Nigeria et aux Etats-Unis.

(c) AFP

La Compagnie pétrolière américaine ExxonMobil

USA: enquête sur les pratiques comptables d'ExxonMobil classée sans suite

vendredi 03 août 2018

New York: Le gendarme américain de la Bourse, la SEC, a classé sans suite une enquête ouverte sur les pratiques comptables d'ExxonMobil après la chute des prix du pétrole au printemps 2014.

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 17 août 2018 à 21:52

Le pétrole regagne du terrain mais finit la semaine en retra…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole, aidés par deux dossiers commerciaux impliquant les Etats-Unis, la Chine et le Mexique, ont progressé...

vendredi 17 août 2018 à 16:19

Le pétrole regagne du terrain mais reste en repli hebdomadai…

Londres: Les cours du pétrole montaient encore vendredi en cours d'échanges européens sans parvenir à effacer les baisses marquées du début de...

vendredi 17 août 2018 à 12:13

Le pétrole monte encore mais reste en baisse sur la semaine

Londres: Les prix du pétrole montaient encore vendredi en cours d'échanges européens sans parvenir à effacer les baisses marquées du début de...

vendredi 17 août 2018 à 07:57

Le pétrole à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère baisse, vendredi en Asie, les investisseurs demeurant prudents quant à la perspective de...

jeudi 16 août 2018 à 22:05

Le pétrole se remet modestement d'une lourde chute

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole sont un peu remontés jeudi, dans un marché peinant à se ressaisir après des pertes...

jeudi 16 août 2018 à 16:08

Le pétrole efface une partie de ses pertes dues aux réserves…

Londres: Les cours du pétrole remontaient jeudi en cours d'échanges européens dans un marché peinant à se ressaisir après les pertes marquées...

jeudi 16 août 2018 à 12:12

Le pétrole remonte, le marché digère la hausse des stocks am…

Londres: Les prix du pétrole rebondissaient légèrement jeudi en cours d'échanges européens dans un marché peinant à se ressaisir après les pertes...

jeudi 16 août 2018 à 11:59

Norvège: la production pétrolière augmente moins qu'attendu …

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'Ouest, a augmenté en juillet, sans toutefois combler les attentes...

jeudi 16 août 2018 à 06:25

Le pétrole remonte en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, jeudi en Asie, après le plongeon enregistré la veille en raison du...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite