Menu
A+ A A-

BP promet la neutralité carbone d'ici 2050 mais reste flou sur la méthode

prix du petrole LondresLondres: Le géant pétrolier britannique BP, sous pression pour réduire son impact environnemental face à l'urgence climatique, s'engage à atteindre la neutralité carbone d'ici 2050, tout en restant très flou sur la manière d'y parvenir.
Cet objectif, dévoilé mercredi par le groupe, est porté par le nouveau directeur général Bernard Looney, en poste depuis une semaine et qui promet dans un communiqué de "réinventer BP".

Les groupes pétroliers, l'une des industries les plus polluantes de la planète, sont attendus au tournant par la société et les mouvements écologistes mais aussi par de plus en plus d'investisseurs sur la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre.

BP explique que son engagement porte sur les émissions polluantes de ses propres activités, ainsi que celles liées au pétrole et au gaz qu'il produit.

Il donne très peu d'éléments sur les mesures qu'il compte mettre en place, si ce n'est qu'il veut augmenter la proportion, encore très limitée, de ses investissements dans des activités plus vertes, actuellement autour de 5%, sans toutefois donner de chiffres sur la part dorénavant visée.

BP veut en outre réduire de 50% l'intensité carbone, d'ici 2050, des produits qu'il vend à ses clients, et réduire les émissions de méthane (un gaz à effet de serre beaucoup plus puissant que le CO2), sur toutes ses opérations de production d'hydrocarbures.

"Nous avons besoin d'une transition rapide vers la neutralité carbone. Ce sera certainement un défi mais également une fabuleuse occasion", déclare M. Looney, qui doit s'exprimer pour la première fois en tant que patron de BP mercredi après-midi à Londres.

Greenpeace n'a pas caché ses doutes. L'ONG demandait au groupe de réduire ou de renoncer à son programme d'investissement de dizaines de milliards de dollars dans l'exploration de pétrole et de gaz.

"Des questions pressantes restent sans réponse. Comment vont-ils atteindre la neutralité carbone ? Est-ce que ce sera grâce à la compensation carbone?", s'interroge Charlie Kronick, un responsable de l'ONG pour le Royaume-Uni, regrettant le peu d'informations disponibles sur les ambitions du groupe dans les énergies renouvelables.

La compensation consiste à financer des projets dits "verts" (comme la reforestation) qui permettent d'absorber du CO2, face aux émissions carbone des industriels.

BP va devoir convaincre en outre ses actionnaires, puisqu'il réalise l'essentiel de ses confortables bénéfices grâce aux hydrocarbures, ce qui lui permet de verser d'importants dividendes.

"Nous ne pouvons repenser l'énergie que si nous sommes solides, capables de payer des dividendes à nos actionnaires et de générer assez de trésorerie pour investir dans des activités à faible émission carbone", souligne M. Looney.

Malgré des prix du pétrole moins favorables, BP a dégagé encore 4 milliards de dollars de profit net en 2019.

Le dirigeant va entreprendre une réorganisation du groupe, en mettant fin à la séparation de ses activités entre l'amont (exploration et production) et l'aval (raffinage). Il propose à la place un groupe plus intégré composé de 11 équipes dont une dédiée au gaz et à l'énergie verte.

Les objectifs climatiques dévoilés par BP restent toutefois parmi les plus ambitieux de l'industrie pétrolière.

Son grand concurrent, le groupe anglo-néerlandais Royal Dutch Shell, se contente de vouloir réduire de 50% son empreinte carbone d'ici 2050 et entend devenir la plus grande compagnie d'électricité au monde au début des années 2030.

Le français Total, assigné en justice en France pour "inaction" climatique, assure lui développer des énergies moins polluantes, investir et faire des efforts pour limiter ses fuites de méthane.

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) avait estimé le mois dernier que le secteur pétrolier et gazier pouvait "faire beaucoup plus" pour répondre à la crise climatique et respecter les accords de Paris.

Dans un rapport publié mercredi, l'ONG WWF a prévenu que l'inaction climatique pourrait coûter 479 milliards de dollars chaque année à l'économie mondiale d'ici 2050, en raison de la perte de zones agricoles et de l'érosion des côtes.

Signe d'un enthousiasme modéré du marché, le titre de BP prenait 0,66% à 472,80 pence à 12H35 GMT dans un marché londonien en hausse de 0,33%. Il a perdu environ 20% de sa valeur depuis un plus haut fin septembre 2018.

(c) AFP

Commenter BP promet la neutralité carbone d'ici 2050 mais reste flou sur la méthode


    La Compagnie pétrolière britannique BP

    Greenpeace bloque le siège de BP pour l'arrivée de son nouveau patron

    mercredi 05 février 2020

    Londres: Des militants de l'ONG Greenpeace ont bloqué mercredi matin le siège de BP à Londres à l'aide de panneaux solaires et de barils de brut pour marquer l'entrée en fonction du nouveau patron du géant pétrolier.

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 17 février 2020 à 12:05

    Le pétrole commence la semaine à l'équilibre

    Londres: Les prix du pétrole étaient stables lundi, conservant leurs gains de la semaine précédente, dans un marché toujours sensible à la...

    vendredi 14 février 2020 à 21:39

    Le pétrole termine la semaine en hausse pour la 1e fois depu…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en hausse vendredi, enregistrant au passage leur première progression hebdomadaire depuis le début...

    vendredi 14 février 2020 à 11:56

    Le pétrole bien orienté malgré le flou sur la demande et la …

    Londres: Les prix du pétrole étaient en hausse vendredi en dépit des incertitudes qui pèsent sur la demande mondiale et le flou...

    jeudi 13 février 2020 à 21:45

    Le pétrole, surveillant le coronavirus et l'Opep, monte

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont de nouveau terminé en hausse jeudi, rassérénés par l'espoir d'une réduction de la production...

    jeudi 13 février 2020 à 16:47

    Le pétrole se reprend malgré les craintes sur la demande mon…

    Londres: Les prix du pétrole se ressaisissaient jeudi, dans la lignée de deux jours consécutifs de hausse mais après un début de...

    jeudi 13 février 2020 à 11:34

    Le pétrole lesté par des prévisions de consommation en berne

    Londres: Les prix du pétrole fléchissaient jeudi, après que l'Opep puis l'AIE ont révisé à la baisse leurs prévisions de consommation d'or...

    jeudi 13 février 2020 à 10:28

    Coronavirus: conséquences 'significatives' sur la demande de…

    Paris: Le nouveau coronavirus aura des conséquences "significatives" sur la demande de pétrole, dont la prévision de croissance cette année a été...

    mercredi 12 février 2020 à 21:55

    Le pétrole, misant sur une réduction de la production de l'O…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en forte hausse mercredi, les courtiers espérant une nouvelle réduction de la production...

    mercredi 12 février 2020 à 17:10

    Le pétrole poursuit sa hausse après la réunion Kazakhstan-Ru…

    Londres: Les prix du pétrole étaient toujours en hausse mercredi après la réunion entre les ministres de l'Energie russe et kazakh et...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 12 février 2020 Les stocks de pétrole commerciaux des États-Unis ont augmenté d'environ +7,5 millions de barils, s'établissant ainsi à 442,5 millions de barils.

    Les prix du pétrole pourraient-ils chuter en dessous de 50 $ suite au Coronavirus ?

    Le jeudi 30 janvier 2020 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: Une prévision plutôt logique en ce début d'année était que les prix du pétrole américains ne tomberaient probablement pas en dessous de 50 $ le baril. Mais depuis des paramètres ont changé.

    Lire la suite

    En décembre 2019, le prix du pétrole s’accroît

    Le jeudi 23 janvier 2020 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2019, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,6 % après +5,9 %). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent (+2,5 % après +0,8 %) sous l’effet notamment des prix des matières premières industrielles qui se redressent (+3,0 % après −1,6 %). Les prix des matières premières alimentaires ralentissent (+2,1 % après +3,3 %). Le prix du pétrole poursuit sa progression En décembre 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros augmente presque autant qu’en novembre (+5,6 % après +5,9 %)...

    Lire la suite

    En novembre 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le dimanche 22 décembre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En novembre 2019, le prix du pétrole en euros rebondit (+5,9 % après −5,4 % en octobre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,8 % après −1,0 %) sous l’effet notamment des prix des matières premières alimentaires qui accélèrent (+3,3 % après +1,1 %). Les prix des matières premières industrielles diminuent moins fortement qu’au mois d’octobre (−1,6 % après −2,8 %). Le prix du pétrole se redresse En novembre 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit (+5,9 % après −5,4 %), à...

    Lire la suite