Menu
A+ A A-

Nouvelle perte nette pour Eni qui table sur une hausse de sa production annuelle

prix du petrole milanmilan: Le géant italien de l'énergie Eni, qui mise sur l'exploration de nouveaux gisements, prévoit une croissance moyenne de sa production annuelle de 3% d'ici 2021, alors que sa rentabilité a été affectée ces dernières années par la faiblesse des cours du pétrole.
Le groupe a ainsi annoncé mercredi avoir enregistré en 2016 une perte nette de 1,46 milliard d'euros, en fort recul par rapport à l'année précédente (8,77 milliards), mais néanmoins supérieure aux attentes, les analystes tablant sur -467 millions selon le consensus Factset Estimates.

Sur le seul quatrième trimestre, le groupe a enregistré un bénéfice net de 340 millions d'euros.

Du côté du résultat net ajusté, indicateur très suivi par le marché qui exclut des éléments volatils comme l'effet stock, Eni a publié une perte annuelle de 340 millions d'euros.

Comme prévu par le groupe, la production d'hydrocarbures a atteint 1,76 million de barils par jour l'an passé, soit l'équivalent de 2015. Et ceci malgré l'arrêt pendant un temps de la production d'un important site italien, celui de Val d'Agri, en raison de la mise sous séquestre d'infrastructures dans le cadre d'une enquête sur le non-respect de règles environnementales pour la gestion des déchets -- accusations contestées par le groupe italien.

Sur le seul quatrième trimestre, la production s'élève à 1,86 million b/j, en recul de 1,5%.

Le groupe italien entend concentrer de plus en plus son "business model" sur l'exploration et la découverte de nouveaux gisements. Il a souligné avoir découvert en 2016 1,1 milliard de barils d'équivalent pétrole, et depuis trois ans 3,4 milliards.

Il doit présenter dans la journée son plan stratégique 2017-2020.

"Les résultats 2016 marquent la conclusion réussie d'un processus de transformation radicale. Ces trois dernières années, Eni s'est restructurée afin de faire face à l'un des environnements les plus complexes de l'histoire de l'industrie pétrolière, tout en renforçant ses perspectives de croissance et en préservant un bilan solide", a affirmé son patron depuis 2014, Claudio Descalzi.

Procès pour corruption?

Le secteur a été confronté ces dernières années à la dégringolade spectaculaire des prix du pétrole. Il est aussi touché par la baisse de la consommation de gaz et de pétrole en Europe, et par celle des marges de raffinage.

Pour les quatre prochaines années, M. Descalzi a dit s'attendre à une croissance moyenne de la production de 3%. En décembre, Eni avait souligné qu'il tablait sur une production record en 2017, à 1,84 million b/j.

Parallèlement, pour améliorer sa rentabilité, Eni mise sur une réduction de ses investissements, de ses coûts via notamment la renégociation de contrats, et sur la cession d'actifs.

En mars, Eni a ainsi dit prévoir des cessions pour sept milliards d'euros d'ici 2019, "essentiellement par le biais de la dilution de participations dans des découvertes récentes importantes".

Il a cédé l'an passé 30% de l'immense gisement de gaz offshore de Shorouk, en Egypte, au russe Rosneft et 10% au britannique BP. Le groupe doit aussi vendre des parts de son champ gazier du Mozambique et dans des gisements pétroliers au Congo.

La publication de ces résultats intervient alors que M. Descalzi semble quelque peu fragilisé, le procureur de Milan ayant demandé récemment son renvoi devant la justice pour des faits de corruption présumés en 2011 au Nigeria dans le cadre de l'attribution d'un bloc pétrolier offshore.

Au total, le parquet de Milan a requis le renvoi de 11 personnes de même que des entreprises Eni et Royal Dutch Shell. Les deux groupes ont nié toute responsabilité dans ce dossier.

"Eni n'a rien fait de mal. A chaque étape, nous avons agi de manière conforme à la loi (...) Eni et Shell ont payé le gouvernement du Nigeria et n'étaient pas impliqués dans la décision du gouvernement sur la manière d'utiliser cet argent", a affirmé M. Descalzi dans une interview au Financial Times, mardi.

Le conseil d'administration d'Eni a réaffirmé mardi soir sa "confiance totale dans le fait que ni la compagnie ni Claudio Descalzi n'ont été impliqués dans de prétendues pratiques de corruption".

Le gouvernement italien doit décider dans les prochaines semaines le renouvellement ou non de M. Descalzi à la tête d'Eni, groupe dont il contrôle quelque 30%.

(c) AFP


Commenter Nouvelle perte nette pour Eni qui table sur une hausse de sa production annuelle


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 26 avril 2019 à 06:01

    Le pétrole recule en Asie sur des prises de bénéfice

    Singapour: Les cours du pétrole observaient une pause, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfices après avoir touché leurs plus...

    jeudi 25 avril 2019 à 22:07

    Le pétrole londonien échoue à clore au-dessus de 75 dollars

    Londres: Le pétrole a dépassé les 75 dollars le baril en séance en Europe jeudi pour la première fois en six mois...

    jeudi 25 avril 2019 à 15:48

    L'Irak deviendrait le 3e exportateur de pétrole du monde en …

    Bagdad: L'Irak devrait produire près de six millions de barils par jour (mbj) en 2030, a estimé jeudi l'Agence internationale de l'énergie...

    jeudi 25 avril 2019 à 10:47

    Le pétrole brent dépasse 75 dollars pour la première fois de…

    Londres: Le baril de Brent a dépassé jeudi les 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre, dopé par le durcissement...

    jeudi 25 avril 2019 à 06:34

    Le pétrole recule en Asie après la hausse des réserves améri…

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer, jeudi en Asie, les investisseurs réagissant toujours à la hausse de la production et...

    mercredi 24 avril 2019 à 22:09

    Le pétrole hésite à la clôture, entre stocks américains et s…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini en ordre dispersé mercredi, hésitant entre une hausse des stocks américains de brut...

    mercredi 24 avril 2019 à 18:40

    Les stocks de pétrole brut montent plus que prévu aux USA (E…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont enregistré une hausse plus forte que prévu la semaine dernière tandis que...

    mercredi 24 avril 2019 à 12:21

    Le pétrole recule un peu avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient légèrement mercredi en cours d'échanges européens avant la publication des données officielles sur les stocks américains...

    mercredi 24 avril 2019 à 07:54

    Le pétrole se replie en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi en Asie, les investisseurs attendant de savoir si l'Organisation des pays...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 16 avril 2019 Pour la semaine achevée le 12 avril, les analystes tablent sur une hausse de 2 millions de barils des stocks de brut, sur une baisse de 2,55 millions de barils des stocks d'essence et sur une baisse d'un million de barils des stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole).

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite