Menu
A+ A A-

Le pétrole se montre hésitant, souffrant de craintes renouvelées sur le niveau élevé de l'offre

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole étaient proches de l'équilibre mercredi en fin d'échanges européens, dans un marché se détournant massivement du risque dans le sillage du Brexit et inquiet du niveau de l'offre, notamment américaine.
Vers 16H00 GMT (18H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 47,99 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 3 cents par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en août prenait 13 cents à 46,73 dollars.

Les cours du Brent et du WTI tentaient une timide percée dans le vert à la fin des échanges européens, après avoir toutefois passé la majeure partie de ceux-ci en baisse.

Deux facteurs pèsent actuellement défavorablement sur l'évolution des cours du baril de pétrole. Le premier, c'est l'accroissement du risque géopolitique dans la foulée du référendum britannique, expliquait à l'AFP Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

Le pétrole se retrouvait en effet miné par la déroute générale subie par les actifs à risque alors que les craintes pour l'économie mondiale entraînées par le vote du Royaume-Uni en faveur d'une sortie de l'Union européenne le 23 juin ont sapé les perspectives de croissance de la demande de pétrole, abondaient les analystes de PVM.

Bien que le marché pétrolier ait moins répercuté le Brexit que les marchés indices, actions et devises, on constate une certaine défiance de la part des investisseurs qui les poussent à se désengager du marché ces dernières séances, en particulier au profit de valeurs refuges comme les obligations d'État, le yen ou encore l'or, précisait M. Dembik.

Pour l'analyste néanmoins, cela ne constitue pas le principal moteur de la baisse des cours, qui ont surtout été lestés par une surabondance persistante d'offre aux États-Unis.

En effet, les stocks d'essence, notamment sur la côte Est, ne cessent d'augmenter, confirmant au passage que l'excès d'offre est encore bien présent à court et à moyen terme, estimait Christopher Dembik.

Ainsi pour Michael Hewson, analyste chez CMC Markets, les prix du pétrole se sont retrouvés sous pression après avoir échoué à consolider leurs mouvements au-dessus du niveau des 50 dollars sur fond de données économiques décevantes, ce qui suggère que l'excédent des stocks pourrait bien prendre plus de temps à résorber.

En outre, selon l'analyste, l'information selon laquelle la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) est ressortie en plus forte hausse que prévu en juin pesait également sur les prix du brut.

Cela soulève la possibilité que les données sur les réserves de brut américaines cette semaine puissent bien voir leur récente série de baisses se transformer en hausses, poursuivait M. Hewson.

Dans ce contexte, les investisseurs se préparaient à scruter les derniers chiffres hebdomadaires sur l'offre américaine que publiera jeudi le Département de l'Énergie (DoE), un jour plus tard que d'habitude. Auparavant, la fédération American Petroleum Institute (API) publiera ses estimations mercredi après la clôture aux États-Unis.

(c) AFP

Commenter Le pétrole se montre hésitant, souffrant de craintes renouvelées sur le niveau élevé de l'offre


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 19 novembre 2018 à 04:24

    Le pétrole en hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient en hausse lundi en Asie, portés par les espoirs que l'Opep et ses partenaires vont agir...

    dimanche 18 novembre 2018 à 17:54

    Bulgarie: blocage des routes contre la hausse du prix des ca…

    Sofia: Des milliers de Bulgares ont bloqué dimanche les principaux axes routiers et les postes-frontière entre la Bulgarie et la Turquie et...

    dimanche 18 novembre 2018 à 16:36

    Sulzer: le prix du pétrole n'inquiète pas le CEO, Vekselberg…

    Zurich: Le directeur général (CEO) de Sulzer, Greg Poux-Guillaume, affirme que malgré les récentes turbulences autour du prix du pétrole, son groupe...

    dimanche 18 novembre 2018 à 14:45

    Le gouvernement entend le "ras-le-bol fiscal", mai…

    Paris: Le gouvernement entend le "ras-le-bol fiscal" mais son "devoir" est de transformer l'économie pour la rendre moins dépendante du pétrole, a...

    samedi 17 novembre 2018 à 19:40

    Burkina: appel à une grève générale contre la hausse de l'es…

    Ouagadougou: Des syndicats et organisations de la société civile burkinabè ont appelé samedi à une grève générale et une journée de protestation...

    vendredi 16 novembre 2018 à 21:52

    Le pétrole chute pour la sixième semaine de suite

    NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé vendredi, n'empêchant toutefois pas une sixième chute hebdomadaire de suite...

    vendredi 16 novembre 2018 à 16:14

    Le pétrole monte sans effacer ses pertes sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens pour leur troisième séance d'affilée mais restaient en baisse sur la...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:45

    Bagdad et les Kurdes vont reprendre l'exportation en Turquie…

    Kirkouk (irak): Le gouvernement fédéral et le Kurdistan irakiens se sont mis d'accord pour reprendre l'exportation vers la Turquie du pétrole de...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:37

    Allemagne : les interdictions de diesel relèvent de l'"…

    Berlin: Les interdictions de circulation en Allemagne de véhicules diesel trop polluants, en particulier sur l'autoroute, relèvent de "l'autodestruction" de la prospérité...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite