Menu
A+ A A-

Le brut à New York ne profite pas des tensions géopolitiques

prix-du-petroleNew York : Les prix du pétrole ont reculé lundi à New York, alors même qu'ils ont bondi à Londres où le brut s'échangeait avec une prime d'environ 18 dollars face aux risques de propagation des mouvements de contestation au Proche-Orient.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en mars a terminé à 84,81 dollars, en recul de 77 cents par rapport à vendredi.

Mais à Londres, sur l'IntercontinentalExchange, le baril de Brent de la mer du Nord à échéance en avril a gagné 1,65 dollar à 103,08 dollars.

Le marché a surtout été marqué par l'élargissement du différentiel de prix entre le baril de "WTI", le brut échangé à New York, et celui du Brent échangé à Londres, qui évolue à des niveaux record depuis une semaine et se rapproche de 20 dollars.

Alors que les tensions en Egypte, où le président Hosni Moubarak a fini par quitter le pouvoir sous la pression populaire, ont dans un premier temps affecté les deux marchés, elles dynamisaient désormais principalement les cours du Brent.

"Si quelque chose arrive, cela affectera le Brent plus directement que le WTI", a expliqué Rich Ilczyszyn, de Lind-Waldock. "Une façon de réduire (...) la prise de risque est d'acheter l'un, et de vendre l'autre".

"C'est une façon de participer sans s'exposer unilatéralement", a-t-il ajouté.

Le marché restait ainsi focalisé sur le développement de la situation au Proche-Orient, dans le sillage de la contestation égyptienne.

L'importance stratégique du canal de Suez pour la région expliquait l'attention portée au Brent et aux barils de pétrole asiatique plus qu'au pétrole extrait en Amérique du nord.

Le marché du Brent était aussi soutenu par le fait que la production en mer du Nord a connu des difficultés après d'importantes tempêtes, tandis que le marché américain restait bien approvisionné, les réserves s'accumulant à Cushing, principal terminal situé dans l'Oklahoma (sud).

"La transition en Egypte sera difficile, mais ce sont les informations sur des troubles latents en Iran, exportateur clé, et sur des manifestations régulières en Algérie, au Bahreïn et au Yémen qui sont un souci plus direct pour le marché pétrolier", ont précisé les analystes de JPMorgan Global Commodities Research.

Des milliers d'étudiants et d'avocats ont manifesté lundi au Yémen, où des protestataires ont été légèrement blessés lors de heurts. En Iran, plusieurs milliers de personnes ont affronté la police dans les rues de Téhéran et à Bahreïn, plusieurs dizaines de personnes ont tenté de manifester à Nouidrat.

"Si ces tensions accrues dans les économies émergentes sont difficiles à quantifier, elles doivent toutefois être prises au sérieux. Les économies en développement sont prépondérantes aussi bien pour la croissance de l'offre que pour celle de la demande de pétrole", ont souligné les analystes de JPMorgan.

La séance n'a toutefois pas été linéaire pour le WTI, le contrat de référence montant à un moment jusqu'à 86,52 dollars. Les chiffres sur la demande de la Chine se sont révélés particulièrement robustes malgré des mesures de resserrement de politique monétaire.

Le géant asiatique a ainsi importé 5,13 millions de barils par jour en janvier, ce qui représente une hausse de 27% sur un an et le troisième plus haut niveau jamais enregistré par les importations chinoises, selon les experts de Commerzbank.

rp

(AWP/15 février 2011 06h21)

Commenter Le brut à New York ne profite pas des tensions géopolitiques


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite