Menu
A+ A A-

Etape symbolique, les Etats-Unis exportent plus de pétrole qu'ils n'en importent

prix du petrole New YorkNew York: Les Etats-Unis ont, pour la première fois depuis plusieurs décennies, exporté la semaine dernière plus de produits pétroliers qu'ils n'en ont importé, confortant ainsi leur influence grandissante sur le marché mondial.
Ce renversement, dont a fait état l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) dans un rapport hebdomadaire diffusé jeudi, marque aussi une avancée vers "la domination" énergétique prônée par Donald Trump.

Les États-Unis tentent depuis le choc pétrolier de 1973 de réduire leur dépendance aux importations de pétrole étranger, interdisant par exemple en 1975 d'exporter du brut américain.

Mais c'est le boom du pétrole de schiste qui a changé la donne.

Le pays profite en effet allègrement depuis les années 2000 des nouvelles techniques de fracturation hydraulique et de forage horizontal pour exploiter de nouveaux bassins, et les puits se sont multipliés au Texas, au Nouveau Mexique, dans le Dakota du Nord ou en Pennsylvanie.

Le pays extrait désormais en moyenne 11,7 millions de barils par jour (mbj).

Les États-Unis rivalisent ainsi aisément avec la Russie, qui selon l'Agence internationale de l'Energie a produit 11,4 mbj en octobre, et l'Arabie saoudite, qui en a extrait 10,75 mbj.

Raffineries performantes


Selon le rapport de l'EIA diffusé jeudi, les exportations de brut ont grimpé lors de la semaine se terminant le 30 novembre à 3,2 millions de barils par jour et celles de produits raffinés à 5,85 mbj.

Dans le même temps, les importations de brut ont reculé à 7,22 mbj et celles de produits raffinés de 1,62 mbj.

C'est la première fois depuis que l'agence publie des données officielles sur le sujet, soit 1973, que les exportations de produits pétroliers américains dépassent les importations.

Selon plusieurs analystes interrogés par l'AFP, ces statistiques, très mouvantes d'une semaine à l'autre, ne devraient pas à court terme reproduire régulièrement le même schéma.

Mais la tendance est là.

"Entre la hausse continue de la production américaine de brut et celle des exportations de produits raffinés, on savait que ça allait finir par arriver", remarque Kyle Cooper du cabinet IAF Advisors.

Au-delà de l'exploitation grandissante du pétrole de schiste, les entreprises américaines ont en effet développé un réseau de raffineries particulièrement efficaces.

"Elles continuent de fonctionner à un rythme extrêmement élevé grâce aux milliards de dollars investis il y a plusieurs années dans des unités spécialisées très performantes", remarque M. Cooper.

Parallèlement, elles profitent d'un prix du baril, le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. aux États-Unis, généralement plus bas que le prix du Brent, la référence sur le marché mondial.

Et leurs coûts opérationnels sont moins élevés que d'autres raffineries dans le monde grâce aux bas tarifs de l'électricité et du gaz naturel.

"Les marges des raffineries américaines sont tout simplement meilleures que celles des autres raffineries sur le marché mondial", estime M. Cooper.

De quoi ravir le président Trump, qui avait assuré en 2017 vouloir non seulement atteindre l'indépendance énergétique mais aboutir à la "domination américaine en matière d'énergie".

Exportateur de gaz


Grâce à l'exploitation massive du gaz de schiste, Washington est déjà redevenu en 2017 un exportateur net de gaz naturel pour la première fois en 60 ans.

L'afflux de brut américain sur le marché mondial rend en tout cas la situation plus compliquée pour les autres géants de l'or noir, qui tentent eux de contenir l'offre de brut disponible sur le marché mondial pour enrayer la récente chute des cours.

Réunis à Vienne jeudi et vendredi, les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et leurs alliés, Ryad et Moscou en tête, tentent en effet de se mettre d'accord pour abaisser leurs extractions.

Mais à l'issue d'une journée de discussions, les membres du cartel peinaient jeudi à trouver un compromis sur les modalités d'une telle baisse.

Le président américain avait exhorté mercredi, dans un tweet, l'OPEP à "maintenir sa production en l'état" afin de ne pas mécontenter les consommateurs.

Washington "n'est pas en position de nous dire ce que nous devons faire", a rétorqué jeudi le ministre saoudien de l'Energie, Khaled al-Faleh.


(c) AFP

Commenter Etape symbolique, les Etats-Unis exportent plus de pétrole qu'ils n'en importent


    Le pétrole aux Etats-Unis

    Voir toutes les nouvelles du pétrole aux Etats-Unis

    mercredi 25 septembre 2019

    USA: Des entités chinoises sanctionnées pour le transport de…

    New York: Les Etats-Unis ont sanctionné plusieurs entités chinoises pour avoir sciemment transporté du pétrole iranien, a annoncé mercredi le secrétaire d'Etat...

    lundi 16 septembre 2019

    Quantité substantielle de pétrole disponible (ministre US)

    Washington: Le ministre américain de l'Energie, Rick Perry a tenté de freiner la flambée des prix du pétrole lundi déclenchée par une...

    lundi 16 septembre 2019

    Attaques contre Aramco: Trump autorise l'utilisation des rés…

    Washington: Donald Trump a autorisé dimanche l'utilisation des réserves stratégiques américaines de pétrole après des attaques de drones qui ont réduit de...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 11 décembre 2019 à 21:17

    Le pétrole baisse après les stocks américains

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont clôturé en baisse mercredi après une hausse surprise des stocks de brut aux Etats-Unis...

    mercredi 11 décembre 2019 à 17:26

    USA: les stocks de pétrole brut repartent à la hausse

    New York: Les stocks de pétrole brut sont remontés la semaine dernière aux Etats-Unis et ceux d'essence et d'autres produits distillés (fioul...

    mercredi 11 décembre 2019 à 16:59

    Le pétrole creuse ses pertes après les stocks américains

    Londres:  Les prix du pétrole ont creusé leurs pertes mercredi en cours d'échanges européens, après une hausse surprise des stocks de brut...

    mercredi 11 décembre 2019 à 14:31

    Pétrole: les pays de l'Opep ont moins pompé en novembre, Ara…

    Paris: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui vient de décider de nouvelles baisses de sa production, a pompé un peu...

    mercredi 11 décembre 2019 à 11:55

    Aramco, la plus grosse introduction en Bourse, longtemps att…

    Ryad: Le géant pétrolier saoudien Aramco a réalisé mercredi à Ryad la plus grosse entrée en Bourse de l'histoire après quatre ans...

    mercredi 11 décembre 2019 à 11:54

    Le pétrole sous pression, inquiétudes sur le commerce

    Londres: Les prix du pétrole baissaient légèrement mercredi en cours d'échanges européens, pénalisés par les inquiétudes du marché concernant les tensions sino-américaines...

    mercredi 11 décembre 2019 à 09:52

    Aramco s'envole de 10% pour ses débuts historiques en Bourse

    Ryad: L'action du géant pétrolier saoudien Aramco s'est envolée de 10% pour ses débuts en Bourse mercredi sur la place financière de...

    mercredi 11 décembre 2019 à 09:01

    L'action Saudi Aramco bondit pour ses débuts, après la plus …

    Dubai: L'action Saudi Aramco a bondi mercredi de 10% pour ses débuts à la Bourse de Ryad, la plus importante introduction en...

    mercredi 11 décembre 2019 à 06:56

    Chevron dévalue ses gisements face à l'abondance de pétrole

    New York: Le géant pétrolier américain Chevron a annoncé mardi une dépréciation de la valeur de ses actifs, notamment dans le gaz...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 4 décembre 2019 Les stocks commerciaux de pétrole des États-Unis ont baissé d'environ -4,9 millions de barils, selon des données publiées par l'EIA.
    Les analystes tablaient, eux, sur une baisse plus modeste, de l'ordre de -1,7 million de barils.

    Les stocks de pétrole s'établissent ainsi à 447,1 millions de barils.

    En octobre 2019, le prix du pétrole se replie

    Le lundi 25 novembre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En octobre 2019, le prix du pétrole en euros se replie (-5,4 % après +7,6 % en septembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) diminuent également (−1,0 % après +0,4 %) sous l’effet notamment des matières premières industrielles (−2,8 % après +1,8 %). Le prix du pétrole se redresse En octobre 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se replie (-5,4 % après +7,6 %), à 54 € en moyenne par baril.En dollars, la baisse des prix est moins ample (-5,0 % après +6,4 %)...

    Lire la suite

    En septembre 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le mardi 22 octobre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+7,6 % après -6,9 % en août). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,4 % après −6,4 %) à l’instar des matières premières industrielles (+1,8 % après −10,8 %). Le prix du pétrole se redresse En septembre 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+7,6 % après -6,9 %), à 57,1 € en moyenne par baril, après les attaques visant deux sites pétroliers saoudiens.La hausse est moins marquée...

    Lire la suite

    Un nouveau choc pétrolier est-il envisageable ?

    Le samedi 21 septembre 2019 - Analyses des prix du pétrole

    New York: La soudaine flambée des prix du baril de pétrole cette semaine a fait vaguement resurgir le spectre de la pénurie d'or noir. La probabilité d'un nouveau choc pétrolier forçant les automobilistes à faire la queue aux stations-essence reste toutefois ténue, selon plusieurs analystes.

    Lire la suite