Menu
RSS
A+ A A-

Pétrole: Total va racheter Maersk Oil pour 7,45 milliards de dollars

prix du petrole ParisParis: Total va racheter la société d'exploration-production pétrolière danoise Maersk Oil pour 7,45 milliards de dollars, une opération majeure qui va lui permettre de se renforcer en mer du Nord.
"L'intégration des activités de Maersk Oil fera de Total le second opérateur en mer du Nord, bénéficiant de positions majeures au Royaume-Uni, en Norvège et au Danemark", a souligné Patrick Pouyanné, président-directeur général de Total, dans un communiqué publié lundi matin.

Le groupe français, déjà présent dans la région depuis les années 60, va en effet y devenir le deuxième opérateur derrière le norvégien Statoil avec plus de 500.000 barils de pétrole par jour.

La mer du Nord représente 80% des activités de Maersk Oil, qui dispose d'une solide compétence technique dans cette zone. Ses autres activités internationales (Golfe du Mexique aux Etats-Unis, Algérie, Afrique de l'Est, Kazakhstan, Angola) sont aussi jugées très complémentaires par Total.

Le rachat, en actions et en dette, se fera auprès du groupe danois A.P. Møller-Mærsk, qui cherche à se recentrer sur le transport et la logistique en se débarrassant de ses actifs dans l'énergie. Les conseils d'administration des deux entreprises ont approuvé l'opération.

Dans le détail, Total apportera 4,95 milliards de dollars de ses propres actions à A.P. Møller-Mærsk et reprendra à son compte 2,5 milliards de dollars de dette de Maersk Oil, soit un transaction à 7,45 milliards de dollars (6,3 milliards d'euros).

A.P. Møller-Mærsk recevra ainsi des actions représentant environ 3,75% du capital de Total, qui a par ailleurs proposé un siège à son conseil d'administration à la holding qui contrôle la société danoise.

La présidente d'A.P. Moller-Maersk a parlé d'une décision "difficile" à prendre, mais "juste". "A.P. Moller-Mærsk a trouvé un propriétaire dévoué de l'industrie avec un intérêt sincère de développer et d'investir dans les actifs et les capacités créées dans le cadre de Maersk Oil, tout en préservant le patrimoine de la principale compagnie pétrolière du Danemark", a réagi Mme Ane Maersk Mc-Kinney Uggla, dans un communiqué.

La finalisation est attendue au premier trimestre 2018.

Total en espère des synergies supérieures à 400 millions de dollars par an avec un effet positif immédiat sur le résultat net par action et le cash flow (flux de trésorerie) par action.

La Bourse de Paris a réagi avec prudence dans un premier temps: l'action Total perdait 0,63% à 42,38euros lundi matin vers 08H50 GMT, dans un marché en recul de 0,54%. A la Bourse de Copenhague, l'action Maersk prenait près de 4%.

C'est en pleine déprime des cours du pétrole, qui stagnent autour de 50 dollars le baril, que Total s'est lancé dans sa plus grosse acquisition depuis l'absorption d'Elf au début des années 2000.

Le groupe a adopté un programme d'économies pour faire face à cette faiblesse des cours qui dure depuis trois ans, mais avait prévenu récemment qu'il était prêt à des acquisitions.

"Je suis convaincu que la bonne stratégie d'un groupe pétrolier est d'être contracyclique", a expliqué Patrick Pouyanné à des journalistes lors d'une conférence téléphonique. Il s'agit de lancer des projets et d'acheter des actifs quand leurs prix sont bas afin d'en profiter ensuite lorsque les cours remontent.

Pour Total, bien implanté au Moyen-Orient et en Afrique, c'est aussi une façon de limiter les risques après d'autres opérations plus osées, comme l'accord gazier signé avec l'Iran début juillet.

"C'est une acquisition qui nous permet de rééquilibrer le risque géopolitique de notre portefeuille", a souligné Patrick Pouyanné.

Total a désormais l'intention de faire du Danemark l'un de ses deux grands centres (avec Aberdeen en Ecosse) pour superviser son activité d'exploration-production en mer du Nord.

En terme d'intégration des équipes, Total veut s'inspirer de ce qui avait été réalisé dans les activités de raffinage-chimie avec l'absorption de PetroFina en Belgique à la fin des années 1990.

(c) AFP

La Compagnie pétrolière française Total

Pétrole libyen: Total espère une solution rapide à la crise

vendredi 29 juin 2018

Paris: Total espère qu'une solution "sera trouvée très prochainement" à la crise autour du contrôle des terminaux pétroliers et de la gestion des revenus de l'or noir en Libye, où le groupe détient des participations dans plusieurs concessions.


-Voir les actualités de la compagnie pétrolière Total

Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 18 juillet 2018 à 06:12

Le pétrole repart à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient à nouveau mercredi en Asie, dans un contexte de craintes sur une augmentation de l'offre et...

mardi 17 juillet 2018 à 23:06

Une Bourse américaine lance un contrat sur le pétrole basé à…

New York: La plateforme boursière américaine Intercontinental Exchange (ICE) a annoncé mardi le lancement d'un nouveau contrat à terme sur le pétrole...

mardi 17 juillet 2018 à 22:00

Libye: arrêt des exportations depuis un terminal pétrolier

Tripoli: La Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC) a annoncé mardi l'arrêt des exportations de brut depuis le terminal de Zaouia en...

mardi 17 juillet 2018 à 21:47

Les cours du pétrole remontent au lendemain d'un plongeon

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole ont légèrement rebondi mardi après un plongeon de plus de 4% la veille, alors que...

mardi 17 juillet 2018 à 16:29

Les cours du pétrole divergent, prévision de baisse des stoc…

Londres: Les prix du pétrole divergeaient mardi en cours d'échanges européens après leurs pertes de la veille, alors que les analystes estimaient...

mardi 17 juillet 2018 à 12:37

Le pétrole en baisse, vers une nouvelle augmentation de la p…

Londres: Les prix du pétrole reculaient légèrement mardi en cours d'échanges européens après leurs pertes de la veille, alors que les Etats-Unis...

mardi 17 juillet 2018 à 05:12

Le pétrole rebondit en Asie

Singapour: Les cours du pétrole rebondissaient mardi sous l'effet d'achats à bon compte après avoir plongé à des plus bas de trois...

lundi 16 juillet 2018 à 22:15

Le pétrole chute, les craintes liées à la production s'estom…

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole ont fortement baissé lundi alors que les craintes liées à une potentielle insuffisance de l'offre...

lundi 16 juillet 2018 à 18:56

Poutine tend la main à Trump dans le domaine du pétrole et d…

Helsinki: Le président russe, Vladimir Poutine, a tendu la main à son homologue américain, Donald Trump, dans le domaine du pétrole et...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite