Menu
A+ A A-

Le pétrole recule un peu sur un marché calme

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont légèrement baissé jeudi, les investisseurs ne prenant guère de risques en l'absence d'actualité notable sur l'or noir.
Le prix du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, a perdu 34 cents à 47,70 dollars sur le contrat pour livraison en mai au New York Mercantile Exchange (Nymex).

A Londres, le cours du baril de Brent de la mer du Nord a reculé de huit cents à 50,56 dollars sur le contrat pour livraison en mai à l'Intercontinental Exchange (ICE).

"C'était une journée tranquille", a résumé Phil Flynn, de Price Futures Group. "Il y a toujours beaucoup d'incertitudes et c'est pourquoi le marché ne bouge pas beaucoup."

"On devrait rester dans cette fourchette étroite d'ici la réunion technique de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ce week-end", a-t-il ajouté.

Les investisseurs espèrent pouvoir tirer de cette réunion de nouveaux éléments sur la bonne mise en oeuvre et l'avenir des accords de baisses de l'offre appliqués depuis janvier par les membres du cartel ainsi que d'autres pays comme la Russie.

Après avoir largement été soutenu en début d'année par le lancement de ces pactes, le marché a dégringolé début mars, face aux incertitudes sur leurs effets quant à une réduction de l'offre mondiale, d'autant que les accords ne courent pour l'heure que jusqu'à la mi-2017.

Les USA restent surveillés


"Des sources proches de l'OPEP ont révélé que l'Arabie Saoudite comptait garder une production stable, à 10 millions de barils par jour, pour les prochains mois", ont rapporté les analystes de PVM.

Ces rumeurs sont à double tranchant car elle laissent à la fois entendre que l'Arabie saoudite, membre dominant du cartel, ne va pas faire rebondir son activité mais qu'elle n'apparaît pas prête à assumer à elle seule les baisses de production auxquelles elle semble déjà prendre une large part.

Parmi les autres éléments défavorables, "les efforts de l'OPEP pourraient être un peu gâchés par la volonté de faire accélérer la production en Libye", a avancé dans une note Tim Evans, de Citi.

Aux dernières nouvelles jeudi, les troupes de Khalifa Haftar, l'homme fort des autorités de l'est de la Libye, ont repris deux ports essentiels pour l'exportation de pétrole de ce pays victime d'une guerre civile.

Reste que la production libyenne "est toujours largement dépendante de la situation de sécurité comme en témoigne la fermeture plus tôt ce mois-ci de ces terminaux, Ras Lanouf et d'al-Sedra", alors capturés par d'autres groupes armés, a minimisé M. Evans.

Comme autre facteur de timidité sur les marchés, les analystes citaient la prudence générale des investisseurs aux Etats-Unis quant aux perspectives de la présidence de Donald Trump, au moment où doit être votée une loi sur la réforme du système de santé.

De façon plus spécifique au pétrole, les investisseurs subissent aussi le coup de l'annonce la veille d'une nouvelle hausse des réserves américaines de brut, qui évoluent à des niveaux sans précédent au moment où les compagnies locales semblent profiter des accords de l'OPEP pour faire repartir leur propre production.

C'est aussi cette hausse persistante de la production américaine, maintenant bien installée à plus de neuf millions de barils par jour (bj), qui a joué dans la chute des cours début mars.

Toutefois, "après une récente dégringolade, on commence à atteindre des limites", a conclu Matt Smith, de ClipperData, estimant que les cours avaient retrouvé des seuils susceptibles d'encourager des investisseurs à l'achat.

(c) AFP

Commenter Le pétrole recule un peu sur un marché calme


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 19 avril 2019 à 16:37

    BP et des partenaires investissent 6 milliards de dollars en…

    Londres: Le géant pétrolier britannique BP va investir, avec des partenaires, 6 milliards de dollars (5,33 milliards d'euros) en Azerbaïdjan, notamment pour...

    vendredi 19 avril 2019 à 06:06

    Le pétrole continue de grimper en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, vendredi en Asie, dopés par des informations faisant état d'une baisse du...

    jeudi 18 avril 2019 à 22:21

    Les prix du pétrole montent avant un week-end prolongé

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont un peu avancé jeudi et affiché une nouvelle semaine de hausse à la veille...

    jeudi 18 avril 2019 à 16:32

    Les prix du pétrole divergent dans un marché indécis

    Londres: Les cours du pétrole divergeaient jeudi en cours d'échanges européens, à la veille du long week-end pascal vendredi et lundi.

    jeudi 18 avril 2019 à 12:15

    Le pétrole recule un peu avant un long week-end pascal

    Londres: Les prix du pétrole reculaient légèrement jeudi en cours d'échanges européens alors que le marché britannique sera fermé vendredi et lundi...

    jeudi 18 avril 2019 à 06:38

    Les cours du pétrole inertes en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole n'évoluaient guère jeudi en Asie en dépit de la baisse des réserves américaines de brut, les analystes...

    mercredi 17 avril 2019 à 22:24

    Le pétrole recule, privilégie la production russe aux stocks…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont légèrement baissé mercredi malgré un recul des stocks américains, les courtiers s'interrogeant sur l'avenir...

    mercredi 17 avril 2019 à 17:21

    Recul surprise des stocks de pétrole brut aux Etats-Unis (EI…

    New York: Les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont enregistré une baisse surprise la semaine dernière et les importations ont chuté...

    mercredi 17 avril 2019 à 12:14

    Le pétrole grimpe avant les données officielles sur les stoc…

    Londres: Le prix du pétrole de Brent bondissait mercredi en cours d'échanges européens à son plus haut niveau en cinq mois, galvanisés...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 16 avril 2019 Pour la semaine achevée le 12 avril, les analystes tablent sur une hausse de 2 millions de barils des stocks de brut, sur une baisse de 2,55 millions de barils des stocks d'essence et sur une baisse d'un million de barils des stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole).

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite