Menu
RSS
A+ A A-

Pétrole : l'Opep entraîne d'autres producteurs dans une baisse de l'offre

prix du petrole vienneVienne: Les pays producteurs de pétrole ont annoncé samedi à Vienne un nouvel accord de réduction de la production, associant au pacte de limitation récemment conclu entre les membres de l'Opep des pays extérieurs à l'organisation afin de consolider la remontée des prix.
Onze pays producteurs non membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) se sont engagés à diminuer leur production de 558.000 barils par jour, un accord historique annoncé par le président du cartel et ministre qatari de l'Energie, Mohamed Saleh Al-Sada, à l'issue d'une journée de réunion à Vienne.

La Russie sera le plus important de ces contributeurs. Elle avait déjà annoncé, il y a une semaine, qu'elle baisserait son offre de 300.000 barils par jour. Les autres pays à participer à l'effort seront le Mexique, le Kazakhstan, la Malaisie, Oman, l'Azerbaïdjan, Bareïn, la Guinée équatoriale, le Sud Soudan, le Soudan et Brunei, a ajouté M. Al-Sada.

L'accord sur 558.000 barils hors OPEP est un peu en retrait de l'objectif de 600.000 barils qu'avait annoncé l'OPEP lors de sa dernière réunion du 30 novembre mais c'est la première fois depuis quinze ans qu'un engagement conjoint des deux camps est atteint.

M. Al-Sada a précisé que le cartel allait continuer à travailler en vue de convaincre d'autres producteurs extérieurs à l'organisation de contribuer à ce pacte de limitation qui sera valable pour six mois à partir de début de 2017, le temps nécessaire, selon les producteurs, pour atteindre un rééquilibrage du marché.


- Comité de surveillance

Parlant d'un événement historique, le ministre russe du pétrole, Alexander Novak a également annoncé la mise en place d'un comité de surveillance de l'accord impliquant trois pays de l'OPEP ainsi que deux pays non OPEP, un geste à l'attention des sceptiques qui prédisent des infractions aux quotas.

Après avoir inondé le marché d'or noir et provoqué une dégringolade spectaculaire des prix depuis 2014, les membres de l'OPEP étaient parvenus le 30 novembre à s'entendre sur une baisse de leur propre production de 1,2 million de barils par jour, un accord aussi qualifié d'historique.

Restait à trouver d'autres pays producteurs prêts à contribuer à cette fermeture des vannes et à crédibiliser l'engagement de Moscou, qui suscite la prudence des analystes.

Les cours de l'or noir dépassent les 50 dollars depuis l'accord du 30 novembre. Après avoir oscillé au fil de la semaine, ils avaient terminé vendredi à 54,16 dollars à Londres, en très léger retrait par rapport à la clôture du vendredi précédent.

L'essentiel de l'accord du 30 novembre est porté par les plus gros producteurs du cartel, hormis l'Iran : Arabie Saoudite, Irak, Emirats arabes unis, Koweït.

Samedi, l'OPEP a notamment arraché la collaboration du Mexique, qui, en dépit d'une production déclinante, consent à se serrer davantage la ceinture. Même sacrifice pour le Kazakhstan alors qu'il vient de mettre en route la production de son nouveau gisement géant de Kashagan.

Ce nouveau round de discussions à Vienne était aussi l'occasion pour Moscou de rassurer sur son engagement de réduction applicable à un niveau de production historiquement haut, de 11,2 millions de barils par jour cet automne, ce qui, selon les analystes, relativisent, la portée de l'effort proposé.


- Et les Etats-Unis ?

Les autorités russes avaient indiqué mercredi avoir le soutien des compagnies pétrolières privées, mais sans apporter de précisions sur les modalités pratiques de mise en oeuvre.

Moscou, dont les finances ont été plombées par la chute des cours, a à priori tout intérêt à un rebond durable des cours, qui donnerait à Vladimir Poutine des marges de manoeuvre budgétaires non négligeables à un peu plus d'un an de la présidentielle.

Les analystes s'interrogent aussi sur la tentation pour ces pays de maquiller des déclins naturels, liés à l'épuisement de certains gisements et déjà intégrés dans les prévisions, afin de les faire passer pour des réductions volontaires.

Chef de file du cartel, l'Arabie Saoudite avait longtemps soutenu une politique de prix bas, espérant évincer les concurrents de l'OPEP, notamment les producteurs de pétrole de schiste américains. Mais la chute des cours avait même fini par affecter cette riche pétromonarchie, l'incitant à changer de stratégie.

Les producteurs jouent une partie serré pour trouver le juste prix : en annonçant une réduction marquée de leurs offres, ils risquent d'ouvrir une brèche pour les producteurs américains, déjà encouragés par les positions du futur président Donald Trump.

(c) AFP


Commenter Pétrole : l'Opep entraîne d'autres producteurs dans une baisse de l'offre

La Production de pétrole dans le monde


mercredi 21 février 2018

Pétrole: la Norvège produit moins que prévu en janvier

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a augmenté moins que prévu en janvier, selon des...

mardi 13 février 2018

L'Irak veut augmenter ses capacités de production de pétrole…

Koweït: L'Irak, pays membre de l'Opep, prévoit de porter sa capacité de production de pétrole à sept millions de barils par jour...

mardi 13 février 2018

Pétrole: l'offre augmentera "probablement" plus vi…

Paris: L'offre de pétrole, tirée principalement par les Etats-Unis, "progressera probablement plus vite que la demande" en 2018, a estimé mardi l'Agence...

lundi 12 février 2018

Opep: la hausse de la production aux Etats-Unis "demeur…

Paris: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a une nouvelle fois revu à la hausse ses prévisions de l'offre américaine cette...

vendredi 02 février 2018

Washington conforte sa place dans la cour des grands du pétr…

New York: Les Etats-Unis, en dépassant pour la première fois depuis 1970 le cap symbolique des 10 millions de barils de pétrole...

jeudi 01 février 2018

Pétrole: les USA produisent plus de 10 millions de barils pa…

New York: Les Etats-Unis ont pour la première fois depuis 1970 dépassé en novembre le cap symbolique des 10 millions de barils...

mercredi 31 janvier 2018

La production de pétrole du Brésil en hausse de 4% en 2017

Rio de janeiro: La production de pétrole du Brésil a augmenté de 4% en 2017 par rapport à 2016, les gisements pré-salifères...

lundi 29 janvier 2018

La production de pétrole à Fort Hills (Canada) maintenant en…

Paris: La production de pétrole des mines de sables bitumineux de Fort Hills en Alberta (Ouest du Canada) va atteindre dans l'année...

mardi 23 janvier 2018

Pétrole: la Norvège a produit moins que prévu en 2017

Oslo: La Norvège, plus gros producteur d'hydrocarbures d'Europe de l'ouest, a produit moins de pétrole que prévu en 2017, selon des chiffres...


-Voir toutes les actualités de la production de pétrole

Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 22 février 2018 à 12:47

Le pétrole recule légèrement avant les stocks américains

Londres: Les prix du pétrole reculaient un peu jeudi en cours d'échanges européens dans un marché prudent alors que les Etats-Unis publieront...

jeudi 22 février 2018 à 09:09

TechnipFMC voit son bénéfice plonger en 2017, pénalisé par d…

Paris: Le groupe de services pétroliers TechnipFMC a vu son bénéfice net plonger de 70% l'année dernière et a même accusé une...

jeudi 22 février 2018 à 06:02

Le pétrole orienté à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, jeudi en Asie, en dépit d'estimations faisant état d'une baisse des réserves...

mercredi 21 février 2018 à 21:54

Le pétrole finit en ordre dispersé, le dollar pèse

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole cotés à Londres et à New York ont terminé en ordre dispersé mercredi, la hausse...

mercredi 21 février 2018 à 21:18

CGG a achevé sa restructuration financière

Paris: Le groupe parapétrolier CGG a achevé son plan de restructuration financière, ramenant sa dette à 1,2 milliard de dollars, a-t-il annoncé...

mercredi 21 février 2018 à 16:14

Le pétrole baisse, lesté par le renforcement du dollar

Londres: Les cours du pétrole baissaient mercredi à l'approche de la fin des échanges européens, le renforcement du dollar effaçant les effets...

mercredi 21 février 2018 à 12:16

Le pétrole baisse en raison de la fermeté du dollar

Londres: Les prix du pétrole reculaient en cours d'échanges européens, plombés par la hausse du dollar et malgré des commentaires encourageants de...

mercredi 21 février 2018 à 09:30

Pétrole: la Norvège produit moins que prévu en janvier

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'ouest, a augmenté moins que prévu en janvier, selon des...

mercredi 21 février 2018 à 05:08

Le pétrole à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse mercredi en Asie, plombés par le renforcement du dollar et la hausse...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite

En octobre 2017, le prix du pétrole poursuit sa hausse

Le vendredi 12 janvier 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En octobre 2017, le prix du pétrole en euros augmente de nouveau (+5,2 % après +5,9 %). Les prix en euros des autres matières premières importées diminuent (−1,1 % après −2,3 %). Le prix du pétrole augmente de nouveau En octobre 2017, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit son redressement (+5,2 % après +5,9 % en août), à 49 € en moyenne par baril. En dollars, la hausse est un peu moins marquée (+3,8 % après +6,9 %), l'euro s'étant légèrement déprécié au cours du...

Lire la suite