Menu
A+ A A-

Le pétrole pique du nez, faute de nouveau catalyseur après le putsch avorté en Turquie

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole étaient orientés en baisse lundi en fin d'échanges européens, faute de nouveaux facteurs haussiers après le coup d'État avorté en Turquie, qui n'a que très brièvement soutenu les cours du brut.
Vers 16H00 GMT (18H00 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 46,93 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 68 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en août lâchait 70 cents à 45,25 dollars.

Le prix du pétrole a chuté lundi, entraînant le WTI en dessous des 45 dollars le baril. Le pétrole a été coincé dans un schéma de séances volatiles, (tour à tour) haussières et baissières, avec un prix trouvant son équilibre entre 45 et 50 dollars le baril, a commenté Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.

Si les prix du brut ont pu un temps être soutenus, vendredi et ce lundi au début des échanges européens, par l'annonce d'une tentative de coup d'État en Turquie, important pays de transit de l'or noir, les investisseurs se sont rapidement ravisés à mesure que l'échec du putsch militaire semblait se confirmer.

Des centaines de généraux, juges et procureurs ont été arrêtés à travers toute la Turquie pour leur soutien présumé à la tentative de renversement du gouvernement du président Recep Tayyip Erdogan, dans ce qui s'apparente à une vaste purge après le coup d'État avorté de vendredi.

Un total de 7.543 militaires et magistrats placés en garde à vue, près de 9.000 policiers, gendarmes et fonctionnaires démis: l'ampleur du coup de balai était impressionnant lundi, même si le pouvoir turc a aussi promis de respecter le droit, afin de rassurer des partenaires étrangers inquiets d'une dérive répressive.

En se repliant lundi, le marché du pétrole semblait mettre de côté le risque d'instabilité dans ce pays par lequel transitent des millions de barils de pétrole par jour, que ce soit par oléoduc ou voie maritime, vu sa situation privilégiée par rapport à des grands producteurs comme l'Irak et la Russie.

De son côté Lukman Otunuga, analyste chez FXTM, estimait que le pétrole restait déprimé à New York après sa baisse en dessous des 46 dollars le baril la semaine dernière, souffrant toujours d'une surabondance d'offre à l'échelle mondiale.

Le WTI était déjà sous pression en raison de la baisse plus faible qu'attendu des stocks de pétrole brut au début du mois de juillet et maintenant, avec l'Arabie saoudite qui augmente incessamment sa production, le pétrole pourrait être encore plus déprimé, a souligné l'analyste.

L'Arabie saoudite, membre dominant de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), a vu sa production encore augmenter en juin pour atteindre son plus haut niveau depuis huit ans.

Ainsi, selon M. Otunuga, le mélange des craintes persistantes concernant les excédents mondiaux et des inquiétudes entourant une demande mondiale hésitante pourrait pousser les prix à tomber autour des 40 dollars le baril.

(c) AFP

Commenter Le pétrole pique du nez, faute de nouveau catalyseur après le putsch avorté en Turquie


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 17 juin 2019 à 22:03

    Le pétrole baisse, confusion sur une prochaine réunion de l…

    New York: Les cours du pétrole ont baissé lundi dans un marché surveillant la difficile organisation d'une réunion de l'Organisation des pays...

    lundi 17 juin 2019 à 14:26

    Frets maritimes: les frets secs reculent, les pétroliers div…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont reculé la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers ont divergé.

    lundi 17 juin 2019 à 12:43

    Le pétrole baisse un peu sur fond de tensions commerciales

    Londres: Les prix du pétrole reculaient un peu lundi en cours d'échanges européens dans un marché partagé entre les conflits commerciaux qui...

    lundi 17 juin 2019 à 12:41

    Les prix des carburants en forte baisse dans les stations-se…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont baissé dans leur globalité la semaine dernière, avec une baisse encore plus...

    lundi 17 juin 2019 à 07:29

    Le pétrole orienté à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse lundi en Asie en raison des tensions géopolitiques dans le Golfe mais...

    dimanche 16 juin 2019 à 17:11

    Ryad vise une prolongation de l'accord Opep début juillet

    KARUIZAWA (Japon): Le ministre saoudien de l'Energie, Khalid al-Falih, a annoncé dimanche que l'Opep se réunirait probablement la première semaine de juillet...

    dimanche 16 juin 2019 à 11:34

    Saudi Aramco: l'Arabie maintient sa volonté de vendre une pa…

    Ryad: L'Arabie saoudite reste engagée à vendre sur le marché jusqu'à 5% du géant pétrolier national Saudi Aramco lors de son introduction...

    dimanche 16 juin 2019 à 11:09

    Pétroliers: Le Kokuta Courageous au mouillage au large des E…

    Dubai: Le Kokuta Courageous, un des deux pétroliers victimes d'une attaque jeudi dans le Golfe d'Oman, est au mouillage au large des...

    vendredi 14 juin 2019 à 21:24

    Scrutant les tensions en mer d'Oman, le pétrole termine en h…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse vendredi, les investisseurs s'inquiétant des potentielles répercussions sur le marché du...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 5 juin 2019 Le baril de WTI pour livraison en juillet, référence américaine, a perdu 1,80 dollar, à 51,68 dollars, à son plus bas depuis la mi-janvier.
    Le baril a perdu plus de 20% sur les six dernières semaines.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite