Menu
RSS
A+ A A-

Les majors pétrolières restent prudentes malgré d'énormes bénéfices

prix du petrole ParisParis: Les grandes compagnies pétrolières et gazières ont engrangé des milliards de bénéfices l'an dernier à la faveur de la remontée des cours mais elles restent prudentes et ne veulent dépenser qu'avec parcimonie.
La saison des résultats annuels a confirmé la bonne santé retrouvée du secteur. Total a ainsi annoncé cette semaine un bénéfice net annuel en progression de 39% à 8,6 milliards de dollars. Ses concurrents BP, Chevron, ExxonMobil ou encore Royal Dutch Shell ont également accumulé les profits.

"2017 fut l'une des meilleures années de l'histoire récente de BP", a même résumé Bob Dudley, le directeur général du groupe britannique.

Toutes ont profité de la remontée des cours du pétrole, soutenue par les efforts de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de ses partenaires, dont la Russie, qui ont limité leur production pour réduire l'offre sur le marché.

L'an dernier, les cours du pétrole se sont établis à 54 dollars le baril en moyenne contre 44 dollars en 2016. Le baril de Brent de la mer du Nord évolue aujourd'hui autour des 70 dollars.

Les majors en ont profité pour gâter leurs actionnaires, impatients après plusieurs années de vaches maigres, sous forme de hausse des dividendes et/ou de programmes de rachat d'actions.

Mais ce n'est pas pour autant le retour des années fastes. A la suite de la chute des cours il y a trois ans et demi, les majors avaient taillé dans leurs coûts et réduit leurs investissements. Après s'être adaptées pour être rentables avec des cours plus bas, elles n'ont pas pour autant l'intention de lâcher la bride.

Le patron de Shell Ben van Beurden avait résumé cet état d'esprit l'an dernier en assurant qu'il travaillait désormais comme si les cours du pétrole allaient rester "plus bas pour toujours" ("lower forever").

"Hésitations et incertitudes"


"On maintient tous ces programmes d'économies malgré la montée des cours du brut", a confirmé cette semaine le PDG de Total, Patrick Pouyanné.

Signe de la prudence, l'amélioration de la conjoncture ne se traduit que par une reprise timide des investissements en exploration-production.

Ils avaient légèrement rebondi de 4% à 389 milliards de dollars au niveau mondial l'an dernier et devraient encore modestement progresser de 2 à 6% cette année, estime l'IFP Energies nouvelles, dans des prévisions dévoilées cette semaine. Un niveau qui reste toutefois bien loin des 683 milliards de dollars de 2014.

Cette hausse, très inégale en fonction des régions, est aussi largement tirée par l'Amérique du Nord et les compagnies indépendantes qui y produisent des hydrocarbures non conventionnels. Les majors ont pour leur part encore vu leurs dépenses baisser de 16%.

"Les dirigeants des grandes compagnies pétrolières ont certes poussé un soupir de soulagement parce que la hausse des cours a tiré significativement les résultats", indique David Elmes, spécialiste de l'énergie à la Warwick Business School.

"Mais il reste aussi des hésitations et des incertitudes sur le long terme, qui limitent tout retour à un développement à pleine vitesse", résume-t-il.

Les compagnies restent en effet circonspectes car l'évolution des cours demeure plus incertaine que jamais. La demande devrait rester solide, du côté de la Chine et de l'Inde en particulier, mais le rééquilibrage du marché est menacé par un possible afflux opportuniste du pétrole de schiste américain.

"Je suis sûr que les compagnies indépendantes américaines vont de nouveau investir beaucoup pour profiter d'un baril à 60 dollars et produire plus d'huiles de schiste. Donc nous allons avoir de la volatilité sur le marché", prédit ainsi Patrick Pouyanné.


(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 20 avril 2018 à 21:39

Le pétrole avance, les déclarations de l'Opep éclipsant cell…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé vendredi, davantage influencés par les déclarations à l'occasion d'une réunion de l'Opep que...

vendredi 20 avril 2018 à 16:48

Ryad veut un pétrole plus cher, Donald Trump s'y oppose

Djeddah (arabie saoudite): Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a estimé vendredi que le marché avait la capacité de supporter des...

vendredi 20 avril 2018 à 16:42

Le pétrole en berne, Trump voit les efforts de l'Opep d'un m…

Londres: Les cours du pétrole reculaient vendredi en cours d'échanges européens alors que le président américain Donald Trump a suscité de vives...

vendredi 20 avril 2018 à 14:18

Trump dénonce le cours "artificiellement" élevé du…

Washington: Le président américain Donald Trump s'en est pris vendredi aux membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), estimant que...

vendredi 20 avril 2018 à 13:39

Le marché peut absorber des prix du pétrole plus élevés (min…

Djeddah (arabie saoudite): Le ministre saoudien de l'Energie Khaled al-Faleh a estimé vendredi que le marché avait la capacité de supporter des...

vendredi 20 avril 2018 à 13:38

Le pétrole hésite, l'accord de l'Opep dans le viseur de Dona…

Londres: Les prix du pétrole hésitaient vendredi en cours d'échanges européens alors que l'Opep et ses partenaires tenaient une réunion de suivi...

vendredi 20 avril 2018 à 11:57

Pétrole: la Russie voit des bases solides pour prolonger l'a…

Djeddah (arabie saoudite): La Russie a affirmé qu'il y avait "des bases très solides" pour prolonger la coopération entre les membres de...

vendredi 20 avril 2018 à 06:23

Le pétrole recule en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient légèrement vendredi en Asie dans un marché volatil, en attendant une réunion de l'Opep dans un...

vendredi 20 avril 2018 à 06:03

Au-delà du pétrole: les majors en quête de diversification

Paris: Le rachat de Direct Energie par Total annoncé cette semaine illustre la volonté des groupes pétroliers de se diversifier face à...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En février 2018, le prix du pétrole diminue

Le mercredi 21 mars 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En février 2018, le prix du pétrole en euros se replie (−6,6 % après +4,1 % en janvier). Les prix en euros des autres matières premières importées augmentent légèrement (+0,3 % après +0,2 %). Le prix du pétrole diminue En février 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros diminue après sept mois de hausse (−6,6 % après +4,1 % en janvier), à 53 € en moyenne par baril. La baisse de février est un peu moins marquée en dollars (−5,4 % après +7,3 %). Cours du pétrole février 2018...

Lire la suite

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite