Menu
RSS
A+ A A-

Les majors pétrolières restent prudentes malgré d'énormes bénéfices

prix du petrole ParisParis: Les grandes compagnies pétrolières et gazières ont engrangé des milliards de bénéfices l'an dernier à la faveur de la remontée des cours mais elles restent prudentes et ne veulent dépenser qu'avec parcimonie.
La saison des résultats annuels a confirmé la bonne santé retrouvée du secteur. Total a ainsi annoncé cette semaine un bénéfice net annuel en progression de 39% à 8,6 milliards de dollars. Ses concurrents BP, Chevron, ExxonMobil ou encore Royal Dutch Shell ont également accumulé les profits.

"2017 fut l'une des meilleures années de l'histoire récente de BP", a même résumé Bob Dudley, le directeur général du groupe britannique.

Toutes ont profité de la remontée des cours du pétrole, soutenue par les efforts de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de ses partenaires, dont la Russie, qui ont limité leur production pour réduire l'offre sur le marché.

L'an dernier, les cours du pétrole se sont établis à 54 dollars le baril en moyenne contre 44 dollars en 2016. Le baril de Brent de la mer du Nord évolue aujourd'hui autour des 70 dollars.

Les majors en ont profité pour gâter leurs actionnaires, impatients après plusieurs années de vaches maigres, sous forme de hausse des dividendes et/ou de programmes de rachat d'actions.

Mais ce n'est pas pour autant le retour des années fastes. A la suite de la chute des cours il y a trois ans et demi, les majors avaient taillé dans leurs coûts et réduit leurs investissements. Après s'être adaptées pour être rentables avec des cours plus bas, elles n'ont pas pour autant l'intention de lâcher la bride.

Le patron de Shell Ben van Beurden avait résumé cet état d'esprit l'an dernier en assurant qu'il travaillait désormais comme si les cours du pétrole allaient rester "plus bas pour toujours" ("lower forever").

"Hésitations et incertitudes"


"On maintient tous ces programmes d'économies malgré la montée des cours du brut", a confirmé cette semaine le PDG de Total, Patrick Pouyanné.

Signe de la prudence, l'amélioration de la conjoncture ne se traduit que par une reprise timide des investissements en exploration-production.

Ils avaient légèrement rebondi de 4% à 389 milliards de dollars au niveau mondial l'an dernier et devraient encore modestement progresser de 2 à 6% cette année, estime l'IFP Energies nouvelles, dans des prévisions dévoilées cette semaine. Un niveau qui reste toutefois bien loin des 683 milliards de dollars de 2014.

Cette hausse, très inégale en fonction des régions, est aussi largement tirée par l'Amérique du Nord et les compagnies indépendantes qui y produisent des hydrocarbures non conventionnels. Les majors ont pour leur part encore vu leurs dépenses baisser de 16%.

"Les dirigeants des grandes compagnies pétrolières ont certes poussé un soupir de soulagement parce que la hausse des cours a tiré significativement les résultats", indique David Elmes, spécialiste de l'énergie à la Warwick Business School.

"Mais il reste aussi des hésitations et des incertitudes sur le long terme, qui limitent tout retour à un développement à pleine vitesse", résume-t-il.

Les compagnies restent en effet circonspectes car l'évolution des cours demeure plus incertaine que jamais. La demande devrait rester solide, du côté de la Chine et de l'Inde en particulier, mais le rééquilibrage du marché est menacé par un possible afflux opportuniste du pétrole de schiste américain.

"Je suis sûr que les compagnies indépendantes américaines vont de nouveau investir beaucoup pour profiter d'un baril à 60 dollars et produire plus d'huiles de schiste. Donc nous allons avoir de la volatilité sur le marché", prédit ainsi Patrick Pouyanné.


(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 17 juillet 2018 à 12:37

Le pétrole en baisse, vers une nouvelle augmentation de la p…

Londres: Les prix du pétrole reculaient légèrement mardi en cours d'échanges européens après leurs pertes de la veille, alors que les Etats-Unis...

mardi 17 juillet 2018 à 05:12

Le pétrole rebondit en Asie

Singapour: Les cours du pétrole rebondissaient mardi sous l'effet d'achats à bon compte après avoir plongé à des plus bas de trois...

lundi 16 juillet 2018 à 22:15

Le pétrole chute, les craintes liées à la production s'estom…

NYC/Cours de clôture: Les prix du pétrole ont fortement baissé lundi alors que les craintes liées à une potentielle insuffisance de l'offre...

lundi 16 juillet 2018 à 18:56

Poutine tend la main à Trump dans le domaine du pétrole et d…

Helsinki: Le président russe, Vladimir Poutine, a tendu la main à son homologue américain, Donald Trump, dans le domaine du pétrole et...

lundi 16 juillet 2018 à 12:30

Le pétrole recule dans un marché incertain

Londres: Les prix du pétrole reculaient lundi en cours d'échanges européens dans un marché volatil, alors que les sanctions américaines contre l'Iran...

lundi 16 juillet 2018 à 06:12

Le pétrole recule en Asie

Singapour: Les cours du pétrole reculaient lundi en Asie dans un contexte d'inquiétudes sur une augmentation de la production et un éventuel...

vendredi 13 juillet 2018 à 22:15

Le pétrole monte mais n'évite pas une lourde chute hebdomada…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont un peu avancé vendredi, tentant, en vain, de limiter le net recul hebdomadaire observé...

vendredi 13 juillet 2018 à 16:21

Le pétrole se stabilise, le marché hésite

Londres: Les cours du pétrole se stabilisaient vendredi dans un marché indécis entre tensions commerciales et risques de perturbation de l'offre, notamment...

vendredi 13 juillet 2018 à 12:29

Le pétrole recule, le marché s'inquiète de la demande mondia…

Londres: Les prix du pétrole baissaient vendredi alors que les investisseurs s'inquiètent de la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite