Menu
RSS
A+ A A-

ExxonMobil et Chevron en route vers leur meilleure année depuis 2014

prix du petrole New YorkNew York: ExxonMobil et Chevron ont annoncé vendredi de gros profits trimestriels, suggérant qu'ils sont en voie pour enregistrer leur meilleure année après deux ans à se serrer la ceinture face au plongeon des prix du pétrole.
Leurs profits ont augmenté à une vitesse effrénée dans le sillage du rebond des prix du baril du pétrole, qui s'est vendu en moyenne à 48,16 dollars à New York lors des trois derniers mois, en hausse de 6,7% sur un an.

Ils ont flambé d'environ 50% au troisième trimestre, ExxonMobil enregistrant un bénéfice net de 3,97 milliard de dollars et Chevron un gain de 1,95 milliard.

Leur rival français Total a également fait part vendredi d'un bond de 39% à 2,72 milliards de dollars de son bénéfice net.

"La trésorerie se trouve à un tournant positif, avec la production de pétrole et de gaz qui augmente et les investissements qui baissent", a déclaré John Watson, le PDG de Chevron qui doit prochainement quitter ses fonctions.

La hausse des prix de l'or noir est alimentée par la décision fin 2016 de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et d'autres pays partenaires, dont la Russie, de réduire leurs extractions pour limiter l'offre sur le marché mondial.

Le cartel et ses partenaires se réuniront à nouveau le 30 novembre à Vienne pour évoquer une prolongation de l'accord au-delà de mars 2018, une décision qui semble de plus en plus probable.

Au vu de ces vents favorables, les analystes de Factset estiment que les cinq plus grosses majors pétrolières occidentales - Exxon, Chevron, Total, BP et Royal Dutch Shell -- devraient gagner plus de 50 milliards de dollars de bénéfices en 2017. Ce sont leurs meilleurs profits combinés depuis 2014, année où le baril du pétrole s'est vendu pour la dernière au-dessus du seuil de 110 dollars.

Convaincre les marchés


Outre le prix du baril, la rentabilité des majors est essentiellement nourrie par la chasse aux coûts et un virage vers le raffinage marqué par le renoncement aux méga-projets dans l'exploration de nouveaux gisements d'hydrocarbures pour des projets moins ambitieux et moins coûteux.

L'enveloppe destinée aux investissements a diminué de 2,7% à 14,08 milliards de dollars lors des neuf premiers mois de l'année chez Exxon, et de 22% à 13,4 milliards chez Chevron.

Les géants pétroliers limitent en outre désormais le recours aux sous-traitants et demandent aux sociétés de services pétroliers comme Schlumberger, Halliburton et Baker Hughes, filiale de General Electric, de brader les prix de leurs technologies utilisées dans le forage de puits pétroliers.

Il y a également l'arrivée aux commandes d'une nouvelle génération de dirigeants, qualifiés de "gestionnaires".

Ils ont en commun d'avoir fait leurs armes dans le raffinage, qui comprend les stations-services. C'est le cas de Darren Woods, qui a succédé à Rex Tillerson chez ExxonMobil, et de Michael Wirth qui prendra ses fonctions le 1er février chez Chevron. Ce dernier a notamment été vice-président exécutif de la division en charge des activités de raffinage et de la production de produits chimiques.

Total et Shell sont également dirigées par des anciens "raffineurs".

Traditionnellement, quand les prix du brut sont bas, les coûts de traitement sont allégés, ce qui profite aux raffineurs.

Au troisième trimestre, le bénéfice opérationnel de cette activité s'est envolé de 70,3% à 1,81 milliard de dollars chez Chevron, et constitue ainsi le gros des profits.

La production et l'exploration pétrolière ne sont plus que l'ombre d'elles-mêmes, même si elles montrent des signes de redressement, en affichant par exemple un bénéfice opérationnel de 1,80 milliard de dollars chez Exxon au troisième trimestre.

Cette activité a été longtemps la vache à lait des majors mais est devenue déficitaire lors des deux dernières années, en raison de l'effondrement des prix et des dépréciations d'actifs.

Il reste toutefois encore aux majors pétrolières à convaincre les marchés financiers de la pérennité de leurs bénéfices alors qu'elles ne disposent pas de contrats les couvrant contre l'instabilité des prix du brut.

Le titre Exxon a perdu plus de 8% depuis le début de l'année et celui de Chevron plus de 3% alors même que les indices boursiers américains alignent les records.


(c) AFP

La Compagnie pétrolière américaine ExxonMobil

ExxonMobil reprend ses opérations gazières en Papouasie après le séisme

vendredi 13 avril 2018

sydney: Le géant américain ExxonMobil a relancé les opérations sur un gigantesque projet gazier en Papouasie-Nouvelle-Guinée qui avait été suspendu après un séisme en février, a annoncé vendredi le groupe.

Les dernières actualités des prix du pétrole

jeudi 19 avril 2018 à 14:22

Libye: 750 millions USD de perte du fait de la contrebande d…

Tripoli: Le président de la Compagnie nationale libyenne de Pétrole (NOC), Moustafa Sanalla, a déploré des pertes de l'ordre de 750 millions...

jeudi 19 avril 2018 à 12:17

Le pétrole continue sur sa lancée

Londres: Les prix du pétrole continuaient de grimper jeudi en cours d'échanges européens, encouragés par la baisse des stocks américains, par des...

jeudi 19 avril 2018 à 12:16

Pétrole: le PDG de Total met en garde sur "l'énorme vol…

Paris: Le PDG de Total, Patrick Pouyanné, a mis en garde jeudi sur la "volatilité" du marché du pétrole et sur les...

jeudi 19 avril 2018 à 11:15

Pétrole: une alliance Arabie-Russie se dessine au détriment …

Dubaï: L'Arabie saoudite cherche à amener la Russie dans un nouveau club de producteurs de pétrole afin de stabiliser le marché sur...

jeudi 19 avril 2018 à 10:32

Norvège: la production de pétrole recule en mars

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'Ouest, a reculé en mars à cause de problèmes techniques...

jeudi 19 avril 2018 à 05:56

Le pétrole continue de grimper en Asie

Singapour: Les cours du pétrole continuaient d'augmenter jeudi en Asie, portés par le recul des réserves de brut américaines et des déclarations...

mercredi 18 avril 2018 à 21:29

Le pétrole bondit à son plus haut niveau depuis plus de troi…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole new-yorkais et londonien ont bondi mercredi à leurs plus hauts niveaux depuis fin 2014 après...

mercredi 18 avril 2018 à 16:59

Recul surprise des stocks de brut aux Etats-Unis à 427,6 mil…

New York: Les stocks de pétrole brut ont reculé de façon inattendue aux Etats-Unis la semaine dernière selon les chiffres publiés mercredi...

mercredi 18 avril 2018 à 16:28

Le pétrole grimpe avant les stocks américains

Londres: Les cours du pétrole montaient mercredi en cours d'échanges européens dans un marché attentiste avant les données hebdomadaires officielles sur les...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En février 2018, le prix du pétrole diminue

Le mercredi 21 mars 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En février 2018, le prix du pétrole en euros se replie (−6,6 % après +4,1 % en janvier). Les prix en euros des autres matières premières importées augmentent légèrement (+0,3 % après +0,2 %). Le prix du pétrole diminue En février 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros diminue après sept mois de hausse (−6,6 % après +4,1 % en janvier), à 53 € en moyenne par baril. La baisse de février est un peu moins marquée en dollars (−5,4 % après +7,3 %). Cours du pétrole février 2018...

Lire la suite

Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2017

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2017.

Lire la suite

En janvier 2018, le prix du pétrole accélère

Le mercredi 21 février 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En janvier 2018, le prix du pétrole en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre). Les prix en euros des autres matières premières importées se redressent légèrement (+0,2 %), après une baisse modérée en décembre (−0,7 %). Le prix du pétrole accélère En janvier 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+4,1 % après +1,8 % en décembre), à 57 € en moyenne par baril. La hausse de janvier est plus marquée en dollars (+7,3 % après +2,7 %), l'euro s'étant de nouveau...

Lire la suite