Menu
A+ A A-

Le pétrole souffre toujours de la surabondance de l'offre

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole baissaient un peu jeudi en cours d'échanges européens, ne parvenant pas à consolider leurs gains de la veille dans un marché toujours déprimé par la surabondance de l'offre d'or noir.
Vers 11H20 GMT (12H20 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 34,09 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 32 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance perdait 14 cents à 32,01 dollars.

"Les fluctuations sur le marché du pétrole se poursuivent", observaient les analystes de Commerzbank.

"Pendant une bonne partie de la séance de mercredi, il semblait que les cours pourraient enregistrer leur deuxième jour consécutif de baisse, car le Brent et le WTI perdaient plus de 3% quand ils sont brutalement repartis à la hausse", rappelait-on chez Commerzbank.

Les cours étaient en effet repartis en légère hausse mercredi suite à la publication des données sur les réserves américaines de pétrole publiées par le département américain de l'Énergie (DoE) pour la semaine achevée le 19 février.

"Même si ces données ont montré que les stocks de brut ont monté de 3,5 millions de barils pour atteindre un nouveau record à 507,6 millions de barils, la hausse était moitié moindre que ce qui avait été constaté par l'API (la fédération professionnelle du secteur pétrolier American Petroleum Institute, ndlr) le jour précédent", expliquaient les experts de Commerzbank.

Le léger regain d'optimisme des investisseurs avait de plus été soutenu par la baisse des stocks américains d'essence tout comme de la production nationale.

Mais les inquiétudes sur l'excès d'offre, qui a fait dégringoler les cours de près de 70% depuis juin 2014, ont vite repris le dessus.

En effet, les espoirs de voir un tassement de la production mondiale et ainsi une réduction de l'offre par rapport à la demande semblent s'amenuiser de jour en jour.

Le chef de file de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), l'Arabie saoudite, et la Russie - les deux premiers producteurs mondiaux de brut - avaient proposé il y a une semaine, au terme d'une réunion à Doha avec le Qatar et le Venezuela, que tous les pays producteurs gèlent leur niveau de production à celui de janvier pour soutenir les prix.

Mais l'Iran a de son côté rejeté l'idée même d'un gel de sa production, la qualifiant de "plaisanterie".

La diminution des attentes d'une baisse de l'offre "a créé un environnement d'échanges ultra sensible qui implique des réactions excessives au peu de bonnes nouvelles", comme les stocks américains, expliquait Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

Pour lui, les cours du WTI restent "fortement baissiers et comme aucune réunion d'urgence n'est à l'horizon malgré les palabres sur une diminution de production imaginaire, le WTI pourrait tomber à 25 dollars et même plus bas", prévenait M. Otunuga.

(c) AFP


Commenter Le pétrole souffre toujours de la surabondance de l'offre


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    samedi 18 mai 2019 à 03:00

    L'Argentine attribue 18 zones maritimes à l'exploration de g…

    Buenos aires: Le gouvernement argentin a attribué 18 zones maritimes à de grandes entreprises pour qu'elles en explorent les éventuelles ressources pétrolières...

    vendredi 17 mai 2019 à 12:11

    Le pétrole dopé sur la semaine par les tensions géopolitique…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens, en nette hausse sur la semaine alors que les tensions géopolitiques...

    vendredi 17 mai 2019 à 05:49

    Le pétrole continue de flamber en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de flamber, vendredi en Asie, en raison de l'escalade entre Washington et Téhéran, alors que l'Iran...

    jeudi 16 mai 2019 à 22:14

    Le pétrole monte, la tension grimpe au Moyen-Orient

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont grimpé jeudi avant une réunion de suivi de l'accord de l'Opep et de ses...

    jeudi 16 mai 2019 à 12:21

    Le pétrole grimpe, situation tendue avant une réunion de sui…

    Londres: Les prix du pétrole montaient jeudi en cours d'échanges européens à l'avant-veille d'une réunion de suivi de l'accord de l'Opep et...

    jeudi 16 mai 2019 à 06:01

    Le pétrole continue de grimper en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse jeudi en Asie, en raison des tensions aux Moyen-Orient.

    mercredi 15 mai 2019 à 22:14

    Le pétrole monte avec des stocks américains de brut moins él…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé mercredi dans le sillage d'une hausse des stocks américains moins forte que des...

    mercredi 15 mai 2019 à 17:10

    USA: les stocks et les exportations de pétrole brut bondisse…

    New York: Les stocks ainsi que les exportations de pétrole brut ont fortement augmenté la semaine dernière aux Etats-Unis, selon les chiffres...

    mercredi 15 mai 2019 à 15:02

    Le marché du pétrole s'inquiète des tensions dans le Golfe

    Londres: Les prix de l'or noir pourraient flamber en cas d'embrasement de la situation dans le Golfe et de perturbations dans le...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 1 mai 2019 Le secteur pétrolier a flanché du fait d'un net recul des cours du pétrole dans la foulée de la publication d'un bond des stocks américains. BP a perdu 1,25% et Royal Dutch Shell 1,44%.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite