Menu
A+ A A-

Le pétrole en ordre dispersé, influencé par Donald Trump

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole se sont repliés lundi après que le président américain Donald Trump a demandé durant le week-end à l'Arabie saoudite d'ouvrir ses vannes pour faire reculer les cours.
Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, a clôturé à 77,30 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,93 dollar par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour le contrat d'août a cédé 21 cents à 73,94 dollars.

Le président américain s'est de nouveau invité dans les affaires de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) en affirmant samedi matin dans un tweet que le premier exportateur mondial, l'Arabie saoudite, pourrait augmenter sa production de "peut-être 2.000.000 de barils" par jour.

La Maison Blanche et le royaume se sont efforcés de modérer le message en affirmant que les 2 millions de barils étaient les ressources disponibles qui seraient utilisées "si et quand il sera nécessaire afin d'assurer l'équilibre et la stabilité du marché".

"Le président pousse l'Arabie saoudite à compenser les baisses de l'offre qui vont peser sur le marché quand les sanctions américaines contre l'Iran vont être appliquées, à partir du 4 novembre", ont expliqué les analystes de RaboBank.

Le président américain cherche à limiter la hausse du prix de l'essence aux États-Unis, alors que les Américains s'apprêtent à prendre la route pour l'été et à l'approche d'élections législatives en novembre, tout en adoptant une ligne dure contre l'Iran.

"Si les États-Unis adoptent une tolérance zéro contre les pays important du brut iranien (comme la Maison Blanche l'a affirmé la semaine dernière), les prix vont augmenter", ont jugé les analystes de JBC Energy, qui estiment que l'Arabie saoudite n'a pas les capacités de compenser une telle perte sur le marché mondial.

"Les marchés savent que l'Arabie saoudite ne va pas se risquer à engager une nouvelle guerre du pétrole", a abondé Fawad Razaqzada, analyste chez Forex.com, qui rappelle que la chute des prix de 2014 avait pesé sur les finances du pays.

Fin juin, l'OPEP avait déjà affirmé vouloir augmenter sa production en rééquilibrant l'accord de baisse des extractions qui lie l'Organisation à dix autres pays, mais l'Arabie saoudite et la Russie avaient alors affirmé que toute hausse serait au maximum d'un million de barils par jour (mbj).

Toute hausse au delà de ce chiffre serait une rupture de l'accord, a affirmé le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanganeh, dans une lettre à son homologue des Emirats arabes unis, citée par l'agence Bloomberg.

Les commentaires de Donald Trump ont contribué à faire nettement reculer le cours du Brent, référence mondiale sur le marché pétrolier, mais moins le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. new-yorkais.

Celui-ci, moins sensible aux nouvelles internationales qu'aux informations sur le marché pétrolier américain, bénéficie "d'un niveau d'exportations élevé et d'une activité solide des raffineries aux États-Unis", a estimé Matt Smith de ClipperData.

L'écart entre le prix du pétrole londonien et new-yorkais est ainsi passé de plus de 11 dollars à moins de 6 dollars en un peu moins d'un mois.


(c) AFP

Commenter Le pétrole en ordre dispersé, influencé par Donald Trump


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 27 mai 2022 à 22:20

    Le pétrole au plus haut depuis deux mois, achats de couvertu…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont de nouveau progressé vendredi à la faveur d'achats de couverture avant un long week-end...

    vendredi 27 mai 2022 à 13:55

    Le Brent pourrait dépasser 150$ le baril si l'offre de pétro…

    Charlotte: Le baril de Brent de mer du Nord pourrait dépasser les 150 dollars en cas de forte diminution des exportations du...

    vendredi 27 mai 2022 à 11:58

    Le pétrole profite du début de la saison des déplacements au…

    Londres: Les prix du pétrole poursuivaient leur hausse vendredi, le marché se réjouissant des perspectives de forte demande avec le début de...

    jeudi 26 mai 2022 à 21:52

    Le pétrole bondit, le marché craint l'été et les grands dépl…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont bondi jeudi, à quelques heures d'un week-end férié qui va marquer le début de...

    jeudi 26 mai 2022 à 11:23

    Le pétrole en hausse timide, une augmentation de la demande …

    Londres: Les prix du pétrole étaient en petite hausse jeudi, soutenus par une augmentation de la demande attendue aux États-Unis avec l'ouverture...

    mercredi 25 mai 2022 à 21:48

    Le pétrole grignote du terrain après un rapport américain mi…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé mercredi, soutenus par la possibilité d'un accord européen sur les importations russes, dans...

    mercredi 25 mai 2022 à 21:25

    La production de pétrole russe a augmenté de 8% au 1er trime…

    Moscou: La production de pétrole brut russe, y compris le condensat de gaz naturel, a bondi de 8% sur un an au...

    mercredi 25 mai 2022 à 17:37

    🛢️USA: les stocks de pétrole baissent moins que prévu, produ…

    NYC / Stocks aux USA: Les réserves commerciales de pétrole brut aux États-Unis ont moins reculé que prévu la semaine dernière, selon...

    mardi 24 mai 2022 à 22:51

    Petrobras recule à la Bourse de Sao Paulo après le limogeage…

    Sao paulo: Les actions de la compagnie publique Petrobras ont perdu jusqu'à plus de 4% à la Bourse de Sao Paulo mardi...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 17 mai 2022 La Hongrie a chiffré lundi à 15-18 milliards d'euros le coût d'un arrêt de ses achats de pétrole russe pour expliquer sa demande d'exemption des approvisionnements par oléoduc du projet d'embargo pétrolier de l'UE.

    📈 En mars 2022, les prix du pétrole accélèrent fortement

    Le mardi 26 avril 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En mars 2022, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+24,7 % après +11,6 % en février). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent fortement eux aussi (+9,3 % après +3,8 %), qu'il s'agisse des prix des matières premières industrielles (+10,9 % après +5,1 %) ou de ceux des matières premières alimentaires (+7,7 % après +2,6 %). Le prix du pétrole accélère très fortement En mars 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) bondit (+21,1 % après +11,9 %), s’établissant en moyenne à 117,2...

    Lire la suite

    🇪🇺 D'où proviennent les importations de pétrole de l'Union européenne (UE) ?

    Le lundi 28 mars 2022 - Analyses des prix du pétrole

    La Russie n'est pas seulement l'un des plus grands exportateurs de produits énergétiques au monde (le deuxième exportateur mondial de pétrole brut), mais elle est aussi le plus grand fournisseur de ces combustibles en Europe.Un examen plus approfondi des importations d'énergie révèle que la Russie est le principal fournisseur en pétrole brut de l'Union européenne (ainsi que de charbon et de gaz naturel).

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite