Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole en ordre dispersé, influencé par Donald Trump

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole se sont repliés lundi après que le président américain Donald Trump a demandé durant le week-end à l'Arabie saoudite d'ouvrir ses vannes pour faire reculer les cours.
Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, a clôturé à 77,30 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,93 dollar par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour le contrat d'août a cédé 21 cents à 73,94 dollars.

Le président américain s'est de nouveau invité dans les affaires de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) en affirmant samedi matin dans un tweet que le premier exportateur mondial, l'Arabie saoudite, pourrait augmenter sa production de "peut-être 2.000.000 de barils" par jour.

La Maison Blanche et le royaume se sont efforcés de modérer le message en affirmant que les 2 millions de barils étaient les ressources disponibles qui seraient utilisées "si et quand il sera nécessaire afin d'assurer l'équilibre et la stabilité du marché".

"Le président pousse l'Arabie saoudite à compenser les baisses de l'offre qui vont peser sur le marché quand les sanctions américaines contre l'Iran vont être appliquées, à partir du 4 novembre", ont expliqué les analystes de RaboBank.

Le président américain cherche à limiter la hausse du prix de l'essence aux États-Unis, alors que les Américains s'apprêtent à prendre la route pour l'été et à l'approche d'élections législatives en novembre, tout en adoptant une ligne dure contre l'Iran.

"Si les États-Unis adoptent une tolérance zéro contre les pays important du brut iranien (comme la Maison Blanche l'a affirmé la semaine dernière), les prix vont augmenter", ont jugé les analystes de JBC Energy, qui estiment que l'Arabie saoudite n'a pas les capacités de compenser une telle perte sur le marché mondial.

"Les marchés savent que l'Arabie saoudite ne va pas se risquer à engager une nouvelle guerre du pétrole", a abondé Fawad Razaqzada, analyste chez Forex.com, qui rappelle que la chute des prix de 2014 avait pesé sur les finances du pays.

Fin juin, l'OPEP avait déjà affirmé vouloir augmenter sa production en rééquilibrant l'accord de baisse des extractions qui lie l'Organisation à dix autres pays, mais l'Arabie saoudite et la Russie avaient alors affirmé que toute hausse serait au maximum d'un million de barils par jour (mbj).

Toute hausse au delà de ce chiffre serait une rupture de l'accord, a affirmé le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanganeh, dans une lettre à son homologue des Emirats arabes unis, citée par l'agence Bloomberg.

Les commentaires de Donald Trump ont contribué à faire nettement reculer le cours du Brent, référence mondiale sur le marché pétrolier, mais moins le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. new-yorkais.

Celui-ci, moins sensible aux nouvelles internationales qu'aux informations sur le marché pétrolier américain, bénéficie "d'un niveau d'exportations élevé et d'une activité solide des raffineries aux États-Unis", a estimé Matt Smith de ClipperData.

L'écart entre le prix du pétrole londonien et new-yorkais est ainsi passé de plus de 11 dollars à moins de 6 dollars en un peu moins d'un mois.


(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

mercredi 19 septembre 2018 à 02:30

Le pétrole soutenu par des signaux saoudiens pour un baril à…

New York: Les cours du pétrole ont terminé en nette hausse mardi, dynamisés par l'apparente volonté de l'Arabie saoudite de laisser le...

mardi 18 septembre 2018 à 14:28

L'Iran reste "un membre très important" de l'Opep …

Foujeirah (emirats arabes unis): L'Iran reste "un membre très important" de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), a déclaré mardi le...

mardi 18 septembre 2018 à 12:14

Le pétrole bondit, les saoudiens seraient "à l'aise…

Londres: Les prix du pétrole grimpaient mardi en cours d'échanges européens alors que l'Arabie saoudite serait "à l'aise" avec un baril à...

mardi 18 septembre 2018 à 09:50

Norvège: production de pétrole quasi stable en août

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'Ouest, est restée quasiment stable en août, en ligne avec...

mardi 18 septembre 2018 à 05:51

Le pétrole poursuit sa baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer mardi en Asie, les marchés s'inquiétant de l'escalade de la guerre commerciale entre les...

lundi 17 septembre 2018 à 21:33

Le pétrole lesté par un regain de tensions entre Washington …

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en légère baisse lundi, rattrapés en cours de séance par la crainte de...

lundi 17 septembre 2018 à 18:50

Les prix des carburants encore en ordre dispersé

Paris: Les prix des carburants routiers ont une nouvelle fois évolué en ordre dispersé la semaine dernière, le gazole augmentant tandis que...

lundi 17 septembre 2018 à 16:09

Le pétrole rebondit, les craintes sur l'offre mondiale s'att…

Londres: Les cours du pétrole remontaient lundi en cours d'échanges européens dans un marché hésitant devant la hausse de la production des...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

Tensions géopolitiques : le pétrole profite d’une accalmie pour se refaire une santé

Le lundi 17 septembre 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Depuis le 14 août où il a enregistré son niveau le plus bas sur les deux derniers mois, il a été constaté une légère reprise du cours de l’or noir sur les différents marchés. En cause, l’apaisement des tensions entre Washington et Pékin, ainsi que la baisse des craintes au sujet des devises émergentes.

Lire la suite

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite